Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

L'équipe type du week-end

Alors que la Coupe du monde de rugby entame sa 358e semaine, les acteurs de la planète football sont retournés faire les fous avec leurs clubs respectifs. Au programme : des quadruplés (Neymar, Wijnaldum), du régal (Ben Arfa, Sterling) et du rouge (Wallace).

Modififié
Sur le banc
Julien
Féret

Julien Féret

Il court, il court, le Féret. Et il marque aussi de temps en temps. Et des buts décisifs. Résultat, Caen est deuxième de Ligue 1 avec Angers. Finalement, ça ne sent pas si mauvais, le Féret.

Panagiótis
Tachtsídis

Panagiótis Tachtsídis

Le temps que le speaker du Genoa parvienne enfin à prononcer son nom pour son entrée en jeu, le milieu grec s'était déjà montré décisif. Entré à la 89e, il inscrit le but du 3-2 à la 93e. Et le temps que le speaker du Genoa parvienne enfin à prononcer son nom pour célébrer le but, le public était déjà rentré à la maison.

Valentin
Rongier

Valentin Rongier

Pour son premier but en Ligue 1, Valentin a vu les choses en grand. Après avoir bien Rongier son frein, il envoie un missile ballistique en pleine lucarne. Troyes beau pour être vrai.

Kempes

Kempes

Son but a permis à Joinville de s'imposer contre Figueirense, mais le JEC reste tout de même dernier de la première division brésilienne. En même temps, un attaquant brésilien qui s'appelle Kempes, pourquoi pas un Argentin qui s'appelle Pelé, hein ?

Allan

Allan

Allan est bien un mammifère, mais bipède. Il ne mange pas non plus de foin, mais a plutôt faim de ballons. Et son énorme début de saison avec le Napoli prouve qu'il est loin d'être bête. Allan, t'es haut.

Antoine
Griezmann

Antoine Griezmann

Antoine avait quitté la belle Real pour une fille plus pimpée, plus riche et mieux gaulée. Et comme Antoine n'est pas sympa, il est revenu parader devant son ex, qui n'a pas retrouvé de garçon aussi joli. Vilain, va.

Ludovic
Butelle

Ludovic Butelle

Plus d'une décennie après avoir quitté Metz, et après avoir connu une carrière mouvementée, Ludovic Butelle sort le grand jeu en Ligue 1. Et c'est mérité pour celui qui a encore sorti un match de patron face au TFC.

Kemar
Lawrence

Kemar Lawrence

Les Américains connaissaient Kendrick Lamar, ils ont maintenant découvert Kemar Lawrence. Lors de la déculottée infligée par les taureaux ailés à Philadelphie, le Jamaïcain a inscrit son premier but en MLS. Prochaine étape pour Lawrence : fonder une nation arabe indépendante et moderne.

Sébastien
Squillaci

Sébastien Squillaci

On ne sait pas si Ibrahimović a compris toutes les insultes du défenseur bastiais, mais en tout cas, le Z n'a pas bronché. Squillaci, le genre de pote que tu ramènes face au caïd qui fait peur à tout le monde.

Wallace

Wallace

L'année dernière, il avait déjà failli péter la jambe d'Umtiti. Cette année, il a remis ça sur Ghezzal. Wallace, y en a assez.

Marcelo

Marcelo

Pendant que Cristiano Ronaldo accumule les records, Marcelo fait tourner la machine. Il tient plutôt bien son rôle de Tahiti Bob.

Miralem
Pjanić

Miralem Pjanić

Miralem n'a passé qu'une saison, en 2008-2009, aux côtés de Juninho à Lyon. Suffisant pour apprendre du maître. Face à Empoli, il a ainsi inscrit son dixième coup franc direct avec la Roma, le troisième déjà cette saison. On n'avait pas vu un tel patron à Rome depuis Totti et De Rossi, c'est dire.

Georginio
Wijnaldum

Georginio Wijnaldum

Les Magpies n'avaient pas encore gagné le moindre match de Premier League cette saison. C'est désormais chose faite après leur démonstration face à Norwich (6-2) avec notamment un quadruplé du milieu offensif hollandais. Le meilleur chevalier du Nouveau Château.

Hatem Ben
Arfa

Hatem Ben Arfa

Encore un match de patron. Encore un but de dingue. Hatem est beau. Hatem prend du plaisir. Hatem a la banane. Hatem envoie même des messages d'amour à Pierre Menès en direct. L'opération séduction est parfaite. Si Didier ne craque pas, c'est qu'il a un cœur de pierre.

Raheem
Sterling

Raheem Sterling

L'ancien Red n'avait marqué jusqu'ici qu'une seule fois en Premier League avec Manchester City. Un total qu'il a donc quadruplé grâce à un triplé contre Bournemouth. Le meilleur adversaire pour faire fermer des bouches.

Max
Kruse

Max Kruse

Un triplé décisif contre Hoffenheim qui continue de s'enfoncer dans les profondeurs de la Bundesliga. Logique, quand Max Kruse.

Neymar

Neymar

La justice ? L'absence de Lionel Messi ? Tout ça, Neymar n'en a rien à faire. Sur un nuage, le prodige brésilien a marché sur le Rayo Vallecano en inscrivant un quadruplé et en délivrant une passe décisive. Voilà ce qu'il en fait, lui, de la Messi-dépendance.

Ludovic Butelle (Angers) Plus d'une décennie après avoir quitté Metz, et après avoir connu une carrière mouvementée, Ludovic Butelle sort le grand jeu en Ligue 1. Et c'est mérité pour celui qui a encore sorti un match de patron face au TFC.

Kemar Lawrence (New-York Red Bulls) : Les Américains connaissaient Kendrick Lamar, ils ont maintenant découvert Kemar Lawrence. Lors de la déculottée infligée par les taureaux ailés à Philadelphie, le Jamaïcain a inscrit son premier but en MLS. Prochaine étape pour Lawrence : fonder une nation arabe indépendante et moderne.

Sébastien Squillaci (Bastia) On ne sait pas si Ibrahimović a compris toutes les insultes du défenseur bastiais, mais en tout cas, le Z n'a pas bronché. Squillaci, le genre de pote que tu ramènes face au caïd qui fait peur à tout le monde.

Wallace (Monaco) L'année dernière, il avait déjà failli péter la jambe d'Umtiti. Cette année, il a remis ça sur Ghezzal. Wallace, y en a assez.

Marcelo (Real Madrid) Pendant que Cristiano Ronaldo accumule les records, Marcelo fait tourner la machine. Il tient plutôt bien son rôle de Tahiti Bob.

Miralem Pjanić (AS Roma) Miralem n'a passé qu'une saison, en 2008-2009, aux côtés de Juninho à Lyon. Suffisant pour apprendre du maître. Face à Empoli, il a ainsi inscrit son dixième coup franc direct avec la Roma, le troisième déjà cette saison. On n'avait pas vu un tel patron à Rome depuis Totti et De Rossi, c'est dire.

Georginio Wijnaldum (Newcastle) Les Magpies n'avaient pas encore gagné le moindre match de Premier League cette saison. C'est désormais chose faite après leur démonstration face à Norwich (6-2) avec notamment un quadruplé du milieu offensif hollandais. Le meilleur chevalier du Nouveau Château.

Hatem Ben Arfa (Nice) Encore un match de patron. Encore un but de dingue. Hatem est beau. Hatem prend du plaisir. Hatem a la banane. Hatem envoie même des messages d'amour à Pierre Menès en direct. L'opération séduction est parfaite. Si Didier ne craque pas, c'est qu'il a un cœur de pierre.

Raheem Sterling (Manchester City) L'ancien Red n'avait marqué jusqu'ici qu'une seule fois en Premier League avec Manchester City. Un total qu'il a donc quadruplé grâce à un triplé contre Bournemouth. Le meilleur adversaire pour faire fermer des bouches.

Max Kruse (Wolfsburg) Un triplé décisif contre Hoffenheim qui continue de s'enfoncer dans les profondeurs de la Bundesliga. Logique, quand Max Kruse.

Neymar (FC Barcelone) La justice ? L'absence de Lionel Messi ? Tout ça, Neymar n'en a rien à faire. Sur un nuage, le prodige brésilien a marché sur le Rayo Vallecano en inscrivant un quadruplé et en délivrant une passe décisive. Voilà ce qu'il en fait, lui, de la Messi-dépendance.

Remplaçants :

Julien Féret (Caen) Il court, il court, le Féret. Et il marque aussi de temps en temps. Et des buts décisifs. Résultat, Caen est deuxième de Ligue 1 avec Angers. Finalement, ça ne sent pas si mauvais, le Féret.

Panagiótis Tachtsídis (Genoa) Le temps que le speaker du Genoa parvienne enfin à prononcer son nom pour son entrée en jeu, le milieu grec s'était déjà montré décisif. Entré à la 89e, il inscrit le but du 3-2 à la 93e. Et le temps que le speaker du Genoa parvienne enfin à prononcer son nom pour célébrer le but, le public était déjà rentré à la maison.

Valentin Rongier (Nantes) Pour son premier but en Ligue 1, Valentin a vu les choses en grand. Après avoir bien Rongier son frein, il envoie un missile ballistique en pleine lucarne. Troyes beau pour être vrai.

Kempes (Joinville) Son but a permis à Joinville de s'imposer contre Figueirense, mais le JEC reste tout de même dernier de la première division brésilienne. En même temps, un attaquant brésilien qui s'appelle Kempes, pourquoi pas un Argentin qui s'appelle Pelé, hein ?

Allan (Napoli) Allan est bien un mammifère, mais bipède. Il ne mange pas non plus de foin, mais a plutôt faim de ballons. Et son énorme début de saison avec le Napoli prouve qu'il est loin d'être bête. Allan, t'es haut.

Antoine Griezmann (Atlético Madrid) Antoine avait quitté la belle Real pour une fille plus pimpée, plus riche et mieux gaulée. Et comme Antoine n'est pas sympa, il est revenu parader devant son ex, qui n'a pas retrouvé de garçon aussi joli. Vilain, va.

Jamie Vardy (Leicester) Moriarty et Booba chantaient Jimmy, Leicester chante Jamie. Avec ses huitième et neuvième buts de la saison en Premier League, le renard a encore une fois prouvé qu'il était dans la forme de sa vie.

Dirk Kuyt (Feyenoord Rotterdam) « Dirk Kuyt's boss, but he's f***ing ugly » , chantaient les supporters de Liverpool. En néerlandais, ça donnerait : « Dirk Kuyt is de baas, maar hij is verdomd lelijk. » Et après son triplé, les fans de Feyenoord ne devraient pas tarder à apprendre ces paroles.

Alejandro Gagliardi (Nueva Chicago) Quadruplé pour l'attaquant argentin qui a permis aux siens d'étriller les Newells Old Boys 5-0. Un choc de génération, donc.



Par Gabriel Cnudde et Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25