En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options

L'équipe type du week-end

En ce week-end du 15 août, généralement synonyme de vacances (ou de villes désertes), certains ont eu envie de se divertir. À l'instar des joueurs de Bilbao, énormes, de Gignac, buteur, ou encore du portier Adrian, en version kamikaze.

Sur le banc
Régis
Brouard

Régis Brouard

Il y en a un qui n'est pas revenu aussi reposé que le reste de la plèbe de ses vacances. En une semaine, Régis a eu le temps de se prendre le chou avec un journaliste en conférence de presse et de vouloir se faire Olivier Echouafni. C'est un peu un comportement de voyou tout ça.

Vincent
Aboubakar

Vincent Aboubakar

Faire oublier le départ de Jackson Martínez à l'Atlético Madrid, ce n'est pas une mission facile. Mais Vincent Aboubakar est un homme plein de ressources et de surprises. La preuve ? Il a inscrit un doublé ce week-end face à Guimarães pour le premier match des Dragões.

Yohan
Mollo

Yohan Mollo

« Ceux qui me connaisse save pourquoi j'ai fait ce choix pa besoin d'inventer des violons. » Oui, puis pas besoin de pisser dans une rumeur non plus. Pierre qui roule bain qui mousse et tutti quanti. Faudrait faire attention à pas pousser papa dans l'eau du bain, merde !

Kamil
Grosicki

Kamil Grosicki

Auteur d'un but exceptionnel face à Montpellier (1-0), Grosicki a déclenché une vive polémique : l'a-t-il fait exprès ou pas ? Pour couper court aux rumeurs, Kamil Oualeh a affirmé qu'il avait bel et bien frappé au but. Et mis en garde Zlatan. Le problème, c'est que Zlatan, lui, n'a pas besoin de se justifier sur Twitter quand il met des buts de dingue.

Henrik
Mkhitaryan

Henrik Mkhitaryan

Pour essayer de faire concurrence au rouleau compresseur bavarois, le Borussia se devait de bien lancer sa saison. C'est chose faite, avec une victoire prometteuse (4-0) et un doublé de sa gâchette arménienne. Charles Azanvour réfléchirait à une chanson.

Adrián

Adrián

Le gardien de West Ham devient le premier joueur de football à figurer à la fois dans l'équipe type et dans celle de la World Wrestling Entertainment. Un high kick extrêmement bien placé dans le bas du ventre, et un carton rouge logique, forçant son défenseur, Carl Jenkinson, à enfiler les gants.

Marcus
Kane

Marcus Kane

Parce qu'il voulait prouver qu'en Irlande du Nord, quelques bons footballeurs se cachaient derrière les moutons, le latéral gauche a inscrit le but du week-end. Contrôle, jongle, volée aux trente mètres, lucarne. Et si Belfast de Boney M lui était dédicacée ?

Nat
Borchers

Nat Borchers

Les hipsters ont quitté les Starbucks et abandonné les magasins de graines pour oiseaux, ils sont désormais sur les terrains de football. Et Nat Borchers est leur chef. Avec sa barbe majestueuse, le défenseur a crucifié son ancienne équipe, le Real Salt Lake, dans les arrêts de jeu d'un match fou. Ouais, le RSL était devenu trop mainstream.

Vincent
Kompany

Vincent Kompany

Alors qu'il déclarait craindre Eden Hazard et qu'il lui souhaitait même quelques problèmes gastriques pour la rencontre au sommet de la Premier League, ce dimanche, c'est finalement bien lui, Vincent Kompany, qui a posé des problèmes à son compatriote. Pellegrini frappe fort.

Jérémy
Morel

Jérémy Morel

Après avoir été admiré par les fan boys de Bielsa pour une bonne moitié de saison, Jérémy a décidé de montrer à tout le monde ce qu'il avait vraiment dans le ventre. C'est sans doute de se retrouver sur le même terrain que Valbuena qui l'a rendu nostalgique. Au final, il ne peuvent plus se cacher : Jérémy et le ballon se détestent.

Adnan
Januzaj

Adnan Januzaj

Malgré son but décisif face à Aston Villa, vendredi soir, Adnan n'a vraisemblablement pas convaincu le Pélican, qui lui reproche ses trop nombreuses pertes de balle. Un peu comme quand tu as préparé un bon repas à ta copine et qu'elle te reproche de ne pas avoir assez bien passé l'aspirateur. L'amour vache.

Rivaldo

Rivaldo

24 ans, 16 clubs, 74 sélections avec le Brésil, un palmarès long comme le bras, dont une Coupe du monde et un Ballon d'or en 1999. Rivaldo, c'était un numéro 10 d'exception, techniquement au-dessus du lot. C'était également un finisseur hors pair et un athlète à la longévité incroyable. « Je m'appelle Rivaldo Vitor Borba Ferreira, joueur à la retraite, mais amoureux du football avant ...

Stefano
Mauri

Stefano Mauri

Il est finalement de retour. Un mois après l'annonce de son départ, l'emblématique capitaine de la Lazio est finalement revenu chez lui. Libéré du poids de l'affaire du Calcioscommesse, Stefano Mauri devrait signer un nouveau contrat avec le club romain, pour le plus grand bonheur des Laziali.

Aritz
Aduriz

Aritz Aduriz

Raphaël Varane doit être content, les Catalans de Bilbao ont massacré Barcelone lors de la finale aller de la Supercoupe d'Espagne (4-0). Tout ça grâce à un Aritz Aduriz au-dessus du lot, auteur d'un hat trick. Voler la vedette à Messi, ce n'est quand même pas donné à tout le monde.

André-Pierre
Gignac

André-Pierre Gignac

Il n'a peut-être pas gagné la Copa Libertadores, mais Dédé a la belle vie en championnat, où il a encore inscrit un triplé ce week-end. Et quand on voit comme le public l'a acclamé, on comprend un peu mieux son choix de carrière. Seul problème, le commentateur, qui l'a encore appelé Jean-Pierre Gignac.

Samuel
Eto'o

Samuel Eto'o

Après un passage compliqué à la Sampdoria, Samuel voulait se relancer en Turquie, chez les nouveaux riches d'Antalyaspor. C'est chose faite. Premier match, et doublé pour le Camerounais. Un slalom, puis une frappe, et une énorme volée pour casser la cage. Facile.

Adrián (West Ham) Le gardien de West Ham devient le premier joueur de football à figurer à la fois dans l'équipe type et dans celle de la World Wrestling Entertainment. Un high kick extrêmement bien placé dans le bas du ventre, et un carton rouge logique, forçant son défenseur, Carl Jenkinson, à enfiler les gants.

Marcus Kane (Glentoran) Parce qu'il voulait prouver qu'en Irlande du Nord, quelques bons footballeurs se cachaient derrière les moutons, le latéral gauche a inscrit le but du week-end. Contrôle, jongle, volée aux trente mètres, lucarne. Et si Belfast de Boney M lui était dédicacée ?

Nat Borchers (Portland Timbers) Les hipsters ont quitté les Starbucks et abandonné les magasins de graines pour oiseaux, ils sont désormais sur les terrains de football. Et Nat Borchers est leur chef. Avec sa barbe majestueuse, le défenseur a crucifié son ancienne équipe, le Real Salt Lake, dans les arrêts de jeu d'un match fou. Ouais, le RSL était devenu trop mainstream.

Vincent Kompany (Manchester City) : Alors qu'il déclarait craindre Eden Hazard et qu'il lui souhaitait même quelques problèmes gastriques pour la rencontre au sommet de la Premier League, ce dimanche, c'est finalement bien lui, Vincent Kompany, qui a posé des problèmes à son compatriote. Pellegrini frappe fort.

Jérémy Morel (Olympique lyonnais) : Après avoir été admiré par les fan boys de Bielsa pour une bonne moitié de saison, Jérémy a décidé de montrer à tout le monde ce qu'il avait vraiment dans le ventre. C'est sans doute de se retrouver sur le même terrain que Valbuena qui l'a rendu nostalgique. Au final, il ne peuvent plus se cacher : Jérémy et le ballon se détestent.

Adnan Januzaj (Manchester United) Malgré son but décisif face à Aston Villa, vendredi soir, Adnan n'a vraisemblablement pas convaincu le Pélican, qui lui reproche ses trop nombreuses pertes de balle. Un peu comme quand tu as préparé un bon repas à ta copine et qu'elle te reproche de ne pas avoir assez bien passé l'aspirateur. L'amour vache.

Rivaldo (Mogi Mirim) 24 ans, 16 clubs, 74 sélections avec le Brésil, un palmarès long comme le bras, dont une Coupe du monde et un Ballon d'or en 1999. Rivaldo, c'était un numéro 10 d'exception, techniquement au-dessus du lot. C'était également un finisseur hors pair et un athlète à la longévité incroyable. « Je m'appelle Rivaldo Vitor Borba Ferreira, joueur à la retraite, mais amoureux du football avant tout. »

Stefano Mauri (Lazio) Il est finalement de retour. Un mois après l'annonce de son départ, l'emblématique capitaine de la Lazio est finalement revenu chez lui. Libéré du poids de l'affaire du Calcioscommesse, Stefano Mauri devrait signer un nouveau contrat avec le club romain, pour le plus grand bonheur des Laziali.

Aritz Aduriz (Athletic Bilbao) : Raphaël Varane doit être content, les Catalans de Bilbao ont massacré Barcelone lors de la finale aller de la Supercoupe d'Espagne (4-0). Tout ça grâce à un Aritz Aduriz au-dessus du lot, auteur d'un hat trick. Voler la vedette à Messi, ce n'est quand même pas donné à tout le monde.

André-Pierre Gignac (Tigres) Il n'a peut-être pas gagné la Copa Libertadores, mais Dédé a la belle vie en championnat, où il a encore inscrit un triplé ce week-end. Et quand on voit comme le public l'a acclamé, on comprend un peu mieux son choix de carrière. Seul problème, le commentateur, qui l'a encore appelé Jean-Pierre Gignac.

Samuel Eto'o (Antalyaspor) Après un passage compliqué à la Sampdoria, Samuel voulait se relancer en Turquie, chez les nouveaux riches d'Antalyaspor. C'est chose faite. Premier match, et doublé pour le Camerounais. Un slalom, puis une frappe, et une énorme volée pour casser la cage. Facile.

Remplaçants

Régis Brouard (Niort) : Il y en a un qui n'est pas revenu aussi reposé que le reste de la plèbe de ses vacances. En une semaine, Régis a eu le temps de se prendre le chou avec un journaliste en conférence de presse et de vouloir se faire Olivier Echouafni. C'est un peu un comportement de voyou tout ça.

Vincent Aboubakar (FC Porto) Faire oublier le départ de Jackson Martínez à l'Atlético Madrid, ce n'est pas une mission facile. Mais Vincent Aboubakar est un homme plein de ressources et de surprises. La preuve ? Il a inscrit un doublé ce week-end face à Guimarães pour le premier match des Dragões.

Yohan Mollo (Académie française) « Ceux qui me connaisse save pourquoi j'ai fait ce choix pa besoin d'inventer des violons. » Oui, puis pas besoin de pisser dans une rumeur non plus. Pierre qui roule bain qui mousse et tutti quanti. Faudrait faire attention à pas pousser papa dans l'eau du bain, merde !

Kamil Grosicki (Stade rennais) Auteur d'un but exceptionnel face à Montpellier (1-0), Grosicki a déclenché une vive polémique : l'a-t-il fait exprès ou pas ? Pour couper court aux rumeurs, Kamil Oualeh a affirmé qu'il avait bel et bien frappé au but. Et mis en garde Zlatan. Le problème, c'est que Zlatan, lui, n'a pas besoin de se justifier sur Twitter quand il met des buts de dingue.

Henrik Mkhitaryan (Borussia Dortmund) Pour essayer de faire concurrence au rouleau compresseur bavarois, le Borussia se devait de bien lancer sa saison. C'est chose faite, avec une victoire prometteuse (4-0) et un doublé de sa gâchette arménienne. Charles Azanvour réfléchirait à une chanson.



Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 7 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 12 il y a 8 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85