Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options

L'équipe type du week-end

Ce week-end, pour peser dans le game, il fallait y aller de son triplé. Ou alors dégainer un nombre hallucinant de parades. Ou mettre deux csc. Ou offrir une nouvelle fois la victoire à son club d’une tête dans le temps additionnel. Bref, il fallait régaler.

Modififié
Sur le banc
Dries Mertens
Dries
Mertens

Dries Mertens

Face à Cagliari, le Napoli n’a pas fait de détails avec une victoire 5-0. Une victoire à laquelle a largement contribué ce bon vieux Dries, auteur d’un triplé. De quoi permette à Naples de chiper la quatrième place à la Lazio.

Thomas Müller
Thomas
Müller

Thomas Müller

Ça y est. Enfin. Samedi, Thomas Müller a marqué en Bundesliga, mettant ainsi fin à 999 minutes de disette. Il faut dire que le bougre n’avait plus marqué depuis le 30 avril dernier en championnat. Et si, comme le disait CR7, « les buts c’est comme le ketchup » , préparez-vous à en voir arriver pas mal dans les semaines à suivre.

Dimitri Payet
Dimitri
Payet

Dimitri Payet

Il est revenu. Qui ça ? Dimitri « Juninho » Payet.

Diego Costa
Diego
Costa

Diego Costa

Ce week-end, Diego Costa a marqué. Et Chelsea a gagné. Un week-end comme un autre, en fait.

Yasin Öztekin
Yasin
Öztekin

Yasin Öztekin

Mis au courant que c’était le week-end des triplés, le milieu de terrain de Galatasaray a répondu présent en inscrivant les trois buts de son club face à Gaziantepspor. C’est important de suivre la mode, après tout.

Zinédine Zidane
Zinédine
Zidane

Zinédine Zidane

Zizou n’a même pas encore fêté sa première année à la tête du Real qu’il continue d’enchaîner les records. Le dernier en date ? Le record d’invincibilité du club avec 35 matchs sans défaite. Il serait peut-être temps de reconnaître son mérite, non ?

Stéphane Ruffier
Stéphane
Ruffier

Stéphane Ruffier

« J’ai rarement vu ça. » La phrase, signée Antoine Kombouaré, est destinée à Stéphane Ruffier. Il faut dire que, face à Guingamp, le gardien des Verts a livré une (nouvelle) performance de très grande classe en multipliant les arrêts décisifs. Sept au total. Et si, pour les supporters stéphanois, le vrai cadeau de Noël était la prolongation du colosse jusqu’en 2021 ...

Sergio Ramos
Sergio
Ramos

Sergio Ramos

Face au Depor, le Real s’est fait peur. Très peur. Menés 2-1 à six minutes de la fin, les Madrilènes ont pourtant fini par l’emporter. Comment ? En dégainant leur carte magique : Sergio « but de la tête sur corner dans le temps additionnel » Ramos. Le fameux Sergi time, quoi.

Thiago Silva
Thiago
Silva

Thiago Silva

Son duel face à Alassane Pléa ressemble à la chute d’un inconnu dans la rue. Ce moment où le rire se mélange à la compassion. Bref, un moment gênant.

Kaká
Kaká

Kaká

Comme son homonyme, il est brésilien. Et comme son homonyme, c’est le genre de joueur à changer la physionomie d’une rencontre. À l’image de son doublé de ce week-end. Dommage, toutefois, qu’il se soit trompé de camp sur les deux buts. En voilà un qui ne devait pas siffloter sous la douche.

Andreas Christensen
Andreas
Christensen

Andreas Christensen

Huit matchs sans victoire. Cinq défaites et trois nuls. Voilà la terrible série de Gladbach à laquelle a mis fin Christensen en reprenant victorieusement un corner de Thorgan Hazard à la 76e de la rencontre face à Mayence. Le genre de but qui fait du bien.

Wylan Cyprien
Wylan
Cyprien

Wylan Cyprien

Après lui, si à vingt et un ans, vous n’avez jamais marqué un coup franc en pleine lucarne au Parc des Princes, tout en étant leader de Ligue 1, c’est qu’il faut grandir un peu, hein.

Vicente Iborra
Vicente
Iborra

Vicente Iborra

Il n’avait pas marqué depuis le début de saison. Alors, forcément, Iborra avait le bout du pied qui le démangeait. Et dommage pour le Celta Vigo, mais c’est ce dimanche que le milieu de Séville a tout lâché. Hop, un triplé. Pour une victoire 3-0 qui permet aux Sévillans de rester collés aux basques du Barça.

Henrik Mkhitaryan
Henrik
Mkhitaryan

Henrik Mkhitaryan

Face à Tottenham, c’est encore Henrik qui a guidé les siens vers le succès. Auteur du seul but de la rencontre, l’Arménien réalise un sans-faute depuis six matchs : deux buts, deux passes décisives et quatre titres d’homme du match. Et si le Mou avait parfaitement maîtrisé la gestion de l’ancien joueur de Dortmund, en fait ?

Jamie Vardy
Jamie
Vardy

Jamie Vardy

À l’image de son équipe, Vardy peine à retrouver le niveau qui était le sien la saison passée. Pourtant, ce week-end, Leicester a giflé City, Jamie a inscrit un triplé et Mahrez a distribué du caviar. Et si tout recommençait comme avant ?

Radamel Falcao
Radamel
Falcao

Radamel Falcao

Même lui ne s’en souvenait plus. Et pour cause, ça faisait quatre ans que Falcao n’avait pas marqué trois buts dans le même match. De quoi porter son total personnel à dix buts cette saison. Et à 53 pour l’ASM. En 17 matchs. Autant dire que les mecs sont déjà sereins si ça doit se jouer au goal average.

Ola Toivonen
Ola
Toivonen

Ola Toivonen

Souvent critiqué pour son manque de réalisme depuis le début de saison, Ola Toivonen a décidé de répondre. À voix haute. Car en marquant trois buts face à Lorient, le Suédois a tout simplement offert la victoire au Téfécé. T’inquiète, Ola, tout est pardonné.

Gardien

Stéphane Ruffier (AS Saint-Étienne) : « J’ai rarement vu ça. » La phrase, signée Antoine Kombouaré, est destinée à Stéphane Ruffier. Il faut dire que, face à Guingamp, le gardien des Verts a livré une (nouvelle) performance de très grande classe en multipliant les arrêts décisifs. Sept au total. Et si, pour les supporters stéphanois, le vrai cadeau de Noël était la prolongation du colosse jusqu’en 2021 ?


Défenseurs

Sergio Ramos (Real Madrid) : Face au Depor, le Real s’est fait peur. Très peur. Menés 2-1 à six minutes de la fin, les Madrilènes ont pourtant fini par l’emporter. Comment ? En dégainant leur carte magique : Sergio « but de la tête sur corner dans le temps additionnel » Ramos. Le fameux Sergi time, quoi.

Thiago Silva (PSG) : Son duel face à Alassane Pléa ressemble à la chute d’un inconnu dans la rue. Ce moment où le rire se mélange à la compassion. Bref, un moment gênant.

Kaká (Tondela) : Comme son homonyme, il est brésilien. Et comme son homonyme, c’est le genre de joueur à changer la physionomie d’une rencontre. À l’image de son doublé de ce week-end. Dommage, toutefois, qu’il se soit trompé de camp sur les deux buts. En voilà un qui ne devait pas siffloter sous la douche.

Andreas Christensen (Borussia Mönchengladbach) : Huit matchs sans victoire. Cinq défaites et trois nuls. Voilà la terrible série de Gladbach à laquelle a mis fin Christensen en reprenant victorieusement un corner de Thorgan Hazard à la 76e de la rencontre face à Mayence. Le genre de but qui fait du bien.


Milieux

Wylan Cyprien (OGC Nice) : Après lui, si à vingt et un ans, vous n’avez jamais marqué un coup franc en pleine lucarne au Parc des Princes, tout en étant leader de Ligue 1, c’est qu’il faut grandir un peu, hein.

Vicente Iborra (FC Séville) : Il n’avait pas marqué depuis le début de saison. Alors, forcément, Iborra avait le bout du pied qui le démangeait. Et dommage pour le Celta Vigo, mais c’est ce dimanche que le milieu de Séville a tout lâché. Hop, un triplé. Pour une victoire 3-0 qui permet aux Sévillans de rester collés aux basques du Barça.

Henrik Mkhitaryan (Manchester United) : Face à Tottenham, c’est encore Henrik qui a guidé les siens vers le succès. Auteur du seul but de la rencontre, l’Arménien réalise un sans-faute depuis six matchs : deux buts, deux passes décisives et quatre titres d’homme du match. Et si le Mou avait parfaitement maîtrisé la gestion de l’ancien joueur de Dortmund, en fait ?


Attaquants

Jamie Vardy (Leicester) : À l’image de son équipe, Vardy peine à retrouver le niveau qui était le sien la saison passée. Pourtant, ce week-end, Leicester a giflé City, Jamie a inscrit un triplé et Mahrez a distribué du caviar. Et si tout recommençait comme avant ?

Radamel Falcao (AS Monaco) : Même lui ne s’en souvenait plus. Et pour cause, ça faisait quatre ans que Falcao n’avait pas marqué trois buts dans le même match. De quoi porter son total personnel à dix buts cette saison. Et à 53 pour l’ASM. En 17 matchs. Autant dire que les mecs sont déjà sereins si ça doit se jouer au goal average.

Ola Toivonen (Toulouse) : Souvent critiqué pour son manque de réalisme depuis le début de saison, Ola Toivonen a décidé de répondre. À voix haute. Car en marquant trois buts face à Lorient, le Suédois a tout simplement offert la victoire au Téfécé. T’inquiète, Ola, tout est pardonné.


Remplaçants

Dries Mertens (Naples) : Face à Cagliari, le Napoli n’a pas fait de détails avec une victoire 5-0. Une victoire à laquelle a largement contribué ce bon vieux Dries, auteur d’un triplé. De quoi permette à Naples de chiper la quatrième place à la Lazio.

Thomas Müller (Bayern Munich) : Ça y est. Enfin. Samedi, Thomas Müller a marqué en Bundesliga, mettant ainsi fin à 999 minutes de disette. Il faut dire que le bougre n’avait plus marqué depuis le 30 avril dernier en championnat. Et si, comme le disait CR7, « les buts c’est comme le ketchup » , préparez-vous à en voir arriver pas mal dans les semaines à suivre.

Dimitri Payet (West Ham) : Il est revenu. Qui ça ? Dimitri « Juninho » Payet.

Diego Costa (Chelsea) : Ce week-end, Diego Costa a marqué. Et Chelsea a gagné. Un week-end comme un autre, en fait.

Yasin Öztekin (Galatasaray) : Mis au courant que c’était le week-end des triplés, le milieu de terrain de Galatasaray a répondu présent en inscrivant les trois buts de son club face à Gaziantepspor. C’est important de suivre la mode, après tout.


Entraîneur

Zinédine Zidane (Real Madrid) : Zizou n’a même pas encore fêté sa première année à la tête du Real qu’il continue d’enchaîner les records. Le dernier en date ? Le record d’invincibilité du club avec 35 matchs sans défaite. Il serait peut-être temps de reconnaître son mérite, non ?



Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
À lire ensuite
Les notes du PSG