Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options

L'équipe type du week-end

Qui n'a jamais rêvé de voir Paul Baysse et Neymar dans la même équipe et Mesut Özil partager le même vestiaire qu'Enzo Crivelli ?

Modififié
Sur le banc
Benjamin Lecomte
Benjamin
Lecomte

Benjamin Lecomte

Huit. Soit le nombre d’arrêts sortis par le portier lorientais face à l’OL. De quoi dégoûter les attaquants lyonnais et offrir la victoire aux siens. Car s’il n’a pas marqué le but de son équipe, il n’en reste pas moins le grand bonhomme de cette rencontre.

Raphaël Varane
Raphaël
Varane

Raphaël Varane

Comme quoi, on peut être défenseur. Tenter une roulette. La rater. Coûter un but. Et recevoir les félicitations de son entraîneur.

Samir Nasri
Samir
Nasri

Samir Nasri

Une grosse performance, un premier but et – malgré la défaite – des félicitations de son entraîneur. Samir Nasri n’a pas l’air de regretter la grisaille anglaise.

Pedro Léon
Pedro
Léon

Pedro Léon

Ramos peut se rassurer, il a trouvé pire que lui sur penalty.

Enzo Crivelli
Enzo
Crivelli

Enzo Crivelli

Un but libérateur. Puis un carton rouge. Le tout en une minute. Putain de génie, va.

Andrea Belotti
Andrea
Belotti

Andrea Belotti

Titulaire pour la première fois depuis son retour de blessure, Belotti a encore régalé face à la Roma : un but, un penalty provoqué et une victoire 3-1. Du haut de ses vingt-deux printemps, Andrea est bien le meilleur attaquant italien du moment.

Salvatore Sirigu
Salvatore
Sirigu

Salvatore Sirigu

Deux buts encaissés. Un coup de coude qui lui a coûté un carton rouge et un penalty. Et une défaite 3-1 pour son équipe. Voilà le triste bilan de Salvatore Sirigu pour son deuxième match, seulement, de la saison. Sûrement pas de quoi bouleverser la hiérarchie mise en place par Sampaoli. Charles avait tort, la misère n’est pas forcément moins pénible au soleil.

Franck Béria
Franck
Béria

Franck Béria

Le latéral peut s’en vouloir. En récoltant deux jaunes en cinq minutes, le Lillois a laissé ses partenaires à dix, juste avant la mi-temps alors qu’ils avaient la maîtrise du match. Au final, c’est avec une défaite 3-1 que le LOSC repart de Saint-Étienne. Appelons ça le tournant du match.

Kamil Glik
Kamil
Glik

Kamil Glik

Intraitable en défense depuis son arrivée à Monaco, Kamil Glik sait aussi se montrer décisif dans la surface adverse quand il le faut. Face à Angers, c’est lui qui a égalisé avant de pousser Nwakaeme au CSC. Le Polonais n’en finit plus d’impressionner sur le Rocher.

Paul Baysse
Paul
Baysse

Paul Baysse

Le mec se fait péter le nez contre Schalke avant de revenir une minute plus tard avec deux gros cotons dans le pif. Ce dimanche, face à Nancy, il se prend un ballon dans le nez, pisse le sang, avant de revenir sur la pelouse pour claquer une tête sur son premier ballon. Un homme qui prend sans doute trop à cœur l'expression « donner sa vie sur le terrain » ...

Raphaël Guerreiro
Raphaël
Guerreiro

Raphaël Guerreiro

Positionné au milieu de terrain du côté de Dortmund, Guerreiro s’éclate comme jamais. Entré en jeu à vingt minutes du terme face à Fribourg, c’est lui qui a scellé la victoire des siens sur un but collectif de toute beauté.

Paul Pogba
Paul
Pogba

Paul Pogba

Percutant dans le jeu, précis dans ses passes, décisif dans ses gestes, Paul Pogba s’est éclaté face à Leicester. Avec, en prime, son premier but mancunien et un titre d’homme du match. De quoi, enfin, lancer sa saison ?

Philippe Coutinho
Philippe
Coutinho

Philippe Coutinho

Quelqu’un a-t-il déjà dit à Coutinho qu’on pouvait aussi marquer des buts normaux en football ? Visiblement, le Brésilien n’est pas au courant, comme en témoigne sa nouvelle sucrerie du week-end. Remarque, on pourrait aussi lui dire qu’il n’est pas obligé de survoler ses adversaires à chaque fois, hein.

Mesut Özil
Mesut
Özil

Mesut Özil

Face à Chelsea, Özil n’avait que de l’amour à donner. Que ce soit dans ses passes, dans ses dribbles, dans ses contrôles et même dans sa reprise de volée. Alors, oui, ne vous faites pas de soucis, c’est normal d’avoir des papillons dans le ventre en le voyant jouer. Rassurez-vous.

Marek Hamšík
Marek
Hamšík

Marek Hamšík

Le Napoli a beau perdre constamment ses vedettes chaque année, Marek Hamšík, lui, ne bouge pas. La crête toujours fidèle au rendez-vous, le Slovaque a même inscrit son centième but sous le maillot napolitain ce week-end. Un beau chiffre pour celui qui dispute sa dixième saison en Campanie. Le Totti du Sud.

Sergio Agüero
Sergio
Agüero

Sergio Agüero

Après avoir purgé ses trois matchs de suspension, le Kun faisait son grand retour, face à Swansea. Et quoi de mieux qu’un doublé pour fêter ça ? Bah peut-être une sixième victoire en championnat. En six matchs, bien sûr.

Neymar
Neymar

Neymar

Quand Messi n’est pas là, c’est la star du Barça. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le Brésilien l’assume parfaitement. Explosif face à Gijón (0-5), Neymar a inscrit un doublé et a été à l’origine de deux autres buts pour son équipe. Du grand art.

Salvatore Sirigu (FC Séville) : Deux buts encaissés. Un coup de coude qui lui a coûté un carton rouge et un penalty. Et une défaite 3-1 pour son équipe. Voilà le triste bilan de Salvatore Sirigu pour son deuxième match, seulement, de la saison. Sûrement pas de quoi bouleverser la hiérarchie mise en place par Sampaoli. Charles avait tort, la misère n’est pas forcément moins pénible au soleil.

Franck Béria (Lille) : Le latéral peut s’en vouloir. En récoltant deux jaunes en cinq minutes, le Lillois a laissé ses partenaires à dix, juste avant la mi-temps alors qu’ils avaient la maîtrise du match. Au final, c’est avec une défaite 3-1 que le LOSC repart de Saint-Étienne. Appelons ça le tournant du match.

Kamil Glik (Monaco) : Intraitable en défense depuis son arrivée à Monaco, Kamil Glik sait aussi se montrer décisif dans la surface adverse quand il le faut. Face à Angers, c’est lui qui a égalisé avant de pousser Nwakaeme au CSC. Le Polonais n’en finit plus d’impressionner sur le Rocher.

Paul Baysse (Nice) : Le mec se fait péter le nez contre Schalke avant de revenir une minute plus tard avec deux gros cotons dans le pif. Ce dimanche, face à Nancy, il se prend un ballon dans le nez, pisse le sang, avant de revenir sur la pelouse pour claquer une tête sur son premier ballon. Un homme qui prend sans doute trop à cœur l'expression « donner sa vie sur le terrain » .

Raphaël Guerreiro (Dortmund) : Positionné au milieu de terrain du côté de Dortmund, Guerreiro s’éclate comme jamais. Entré en jeu à vingt minutes du terme face à Fribourg, c’est lui qui a scellé la victoire des siens sur un but collectif de toute beauté.

Paul Pogba (Manchester United) : Percutant dans le jeu, précis dans ses passes, décisif dans ses gestes, Paul Pogba s’est éclaté face à Leicester. Avec, en prime, son premier but mancunien et un titre d’homme du match. De quoi, enfin, lancer sa saison ?

Philippe Coutinho (Liverpool) : Quelqu’un a-t-il déjà dit à Coutinho qu’on pouvait aussi marquer des buts normaux en football ? Visiblement, le Brésilien n’est pas au courant, comme en témoigne sa nouvelle sucrerie du week-end. Remarque, on pourrait aussi lui dire qu’il n’est pas obligé de survoler ses adversaires à chaque fois, hein.

Mesut Özil (Arsenal) : Face à Chelsea, Özil n’avait que de l’amour à donner. Que ce soit dans ses passes, dans ses dribbles, dans ses contrôles et même dans sa reprise de volée. Alors, oui, ne vous faites pas de soucis, c’est normal d’avoir des papillons dans le ventre en le voyant jouer. Rassurez-vous.

Marek Hamšík (Naples) : Le Napoli a beau perdre constamment ses vedettes chaque année, Marek Hamšík, lui, ne bouge pas. La crête toujours fidèle au rendez-vous, le Slovaque a même inscrit son centième but sous le maillot napolitain ce week-end. Un beau chiffre pour celui qui dispute sa dixième saison en Campanie. Le Totti du Sud.

Sergio Agüero (Manchester City) : Après avoir purgé ses trois matchs de suspension, le Kun faisait son grand retour, face à Swansea. Et quoi de mieux qu’un doublé pour fêter ça ? Bah peut-être une sixième victoire en championnat. En six matchs, bien sûr.

Neymar (Barcelone) : Quand Messi n’est pas là, c’est la star du Barça. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le Brésilien l’assume parfaitement. Explosif face à Gijón (0-5), Neymar a inscrit un doublé et a été à l’origine de deux autres buts pour son équipe. Du grand art.

Remplaçants :

Benjamin Lecomte (Lorient) : Huit. Soit le nombre d’arrêts sortis par le portier lorientais face à l’OL. De quoi dégoûter les attaquants lyonnais et offrir la victoire aux siens. Car s’il n’a pas marqué le but de son équipe, il n’en reste pas moins le grand bonhomme de cette rencontre.

Raphaël Varane (Real Madrid) : Comme quoi, on peut être défenseur. Tenter une roulette. La rater. Coûter un but. Et recevoir les félicitations de son entraîneur.

Samir Nasri (FC Séville) : Une grosse performance, un premier but et – malgré la défaite – des félicitations de son entraîneur. Samir Nasri n’a pas l’air de regretter la grisaille anglaise.

Pedro Léon (Eibar) : Ramos peut se rassurer, il a trouvé pire que lui sur penalty.

Enzo Crivelli (Bastia) : Un but libérateur. Puis un carton rouge. Le tout en une minute. Putain de génie, va.

Andrea Belotti (Torino) : Titulaire pour la première fois depuis son retour de blessure, Belotti a encore régalé face à la Roma : un but, un penalty provoqué et une victoire 3-1. Du haut de ses vingt-deux printemps, Andrea est bien le meilleur attaquant italien du moment.

Giovanni Simeone (Genoa) : Massimo Oddo a joué avec Diego Simeone à la Lazio. Il était d’ailleurs sur la pelouse lors du dernier but de l’entraîneur de l’Atlético en Italie, en mars 2003. Treize ans et demi plus tard, il était sur le banc de Pescara pour voir le fils de son ancien coéquipier inscrire son premier but dans la Botte.



Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:46 Le fair-play financier renforcé 19
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall
jeudi 24 mai Le maillot du Maroc pour le Mondial enfin dévoilé 63 jeudi 24 mai La finale de la C1 2020 à Istanbul 35
jeudi 24 mai Roy Contout en garde à vue 38 jeudi 24 mai Ronaldinho va se marier avec deux femmes 100 jeudi 24 mai Falcao condamné à 9 M€ d'amende par la justice espagnole 61