En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options

L'équipe type du week-end

Un bien beau week-end de football. La Juve cartonne Parme (7-0), le Real Madrid colle une manita au Rayo (5-1), le PSG remporte le Classique, le Borussia Dortmund gagne enfin un match, et Nabil Fekir inscrit deux nouveaux buts. Ah, et Luyindula a marqué !

Modififié
Sur le banc
Matias
Cano

Matias Cano

Pas aussi dingue que le coup du scorpion du bon René, ce retourné acrobatique d'un gardien de D3 argentine est aussi beau qu'il sera finalement inutile, les potes de Cano s'inclinant de toute façon 1-0.

Peguy
Luyindula

Peguy Luyindula

Passe décisive de Thierry Henry, but de Peguy. L'équipe de France 2004 est à New York.

Cheick
Diabaté

Cheick Diabaté

Faire fondre le bon Willy en larmes suffit largement pour se retrouver ici, et peu importe si son geste technique pour éliminer Belon dure 45 minutes.

Toni
Kroos

Toni Kroos

Quel effet pour son premier but merengue ! S'il a vu la marche de l'Allemand sur le Rayo, Xabi Alonso s'est définitivement convaincu qu'il a bien fait de rejoindre Pep…

Charlie
Austin

Charlie Austin

L'Anglais s'est payé le luxe d'inscrire trois buts à Joe Hart en 21 minutes. Pas de chance, deux seront refusés, le premier pour hors-jeu, le deuxième à cause d'une affreuse double touche illicite de Hart sur coup franc. Bon ben, un but alors.

Neeskens
Kebano

Neeskens Kebano

1m72, deux buts de la tête. En pleine bourre ces derniers temps, l'ancien Parisien (dont le prénom est directement inspiré de l'ancienne star néerlandaise) a montré aux jeunes Dogues de Mouscron ce que voulait dire contre-attaque.

Keylor
Navas

Keylor Navas

Tiens, le voilà titulaire. Un peu hésitant sur sa première intervention des poings, il n'est pas aidé par James sur le but du Rayo. Mais il parvient dans le même temps à se vautrer lamentablement sur un tacle de Pepe…

Cédric
Hengbart

Cédric Hengbart

L'ancien Auxerrois barbu fait partie de ces ex-stars parties dorer l'Indian Super League cet automne. Et ce week-end, il s'est même offert le luxe de laisser Del Piero muet pour son quarantième anniversaire. Égoïste.

Karim
Rekik

Karim Rekik

Le blessuretijd (temps additionnel en néerlandais) n'a jamais si bien porté son nom que lors de cet Heracles-PSV. Promis à un vieux match nul, les Boeren vont compter sur le pied de Rekik pour voler les trois points et conserver la tête de l'Eredivisie.

Felipe dal
Belo

Felipe dal Belo

Il a peut-être réussi le niveau 1 en retenant les « assauts » de Palacio et d'Obi la semaine passée, mais il s'est cassé les dents au niveau 2 en se chopant trois doublés de Llorente, Tévez et Morata, pour un solide 7-0 turinois.

Jordi
Alba

Jordi Alba

Barcelone est mauvais, Messi ne marque pas, alors Jordi sort de sa défense pour profiter des caviars de Luis Suárez. Pendant ce temps, Piqué s'échauffe encore…

Lucas

Lucas

Il court, tout droit, il lève rarement la tête, il tacle, il se la donne, il marque, il oublie de donner la balle, il court encore, il a déjà marqué autant de buts cette saison que sur l'ensemble de la saison dernière. Lui, c'est Lucas.

Yaya
Touré

Yaya Touré

À Londres, face à QPR, le grand Ivoirien s'est montré moins précis que contre le CSKA pour enrouler sa frappe qui a terminé directement dans la tronche d'une petite fille. À noter l'instinct protecteur du père…

Christoph
Kramer

Christoph Kramer

Visiblement toujours pas remis de son choc avec Garay en finale de CM, le blond Christoph a encore du mal à évaluer les distances. Sa tentative de remise en retrait à son gardien Sommer se transforme finalement en un sublime lob de 45 mètres qui offre sa première victoire à Dortmund en Bundesliga depuis le 13 septembre.

Nabil
Fekir

Nabil Fekir

Presque inconnu au bataillon avant septembre, le jeune Nabil en est désormais à six réalisations au milieu d'une équipe lyonnaise qui s'installe sur un podium dont elle avait presque oublié l'existence. Et au fait, Jimmy Briand a marqué.

Thomas
Müller

Thomas Müller

Il a remporté la Champions League, des milliers de Bundesliga, la Coupe du monde, mais ça n'en fait pas un titulaire indiscutable au Bayern. Alors quand Thomas joue, il plante : hat-trick contre Francfort, même s'il ne sait toujours pas célébrer ses buts correctement.

Ayoze
Pérez

Ayoze Pérez

Si Newcastle occupe enfin une place convenable en PL, ce n'est pas uniquement dû au départ de Ben Arfa. L'Espagnol Pérez, buteur pour le troisième week-end consécutif, rend même hommage à Patrick Kluivert avec une Madjer raffinée au possible.

Keylor Navas (Real Madrid) Tiens, le voilà titulaire. Un peu hésitant sur sa première intervention des poings, il n'est pas aidé par James sur le but du Rayo. Mais il parvient dans le même temps à se vautrer lamentablement sur un tacle de Pepe…

Cédric Hengbart (Kerala Blasters) L'ancien Auxerrois barbu fait partie de ces ex-stars parties dorer l'Indian Super League cet automne. Et ce week-end, il s'est même offert le luxe de laisser Del Piero muet pour son quarantième anniversaire. Égoïste.

Karim Rekik (PSV) Le blessuretijd (temps additionnel en néerlandais) n'a jamais si bien porté son nom que lors de cet Heracles-PSV. Promis à un vieux match nul, les Boeren vont compter sur le pied de Rekik pour voler les trois points et conserver la tête de l'Eredivisie.

Felipe dal Belo (Parme) Il a peut-être réussi le niveau 1 en retenant les « assauts » de Palacio et d'Obi la semaine passée, mais il s'est cassé les dents au niveau 2 en se chopant trois doublés de Llorente, Tévez et Morata, pour un solide 7-0 turinois.

Jordi Alba (Barça) Barcelone est mauvais, Messi ne marque pas, alors Jordi sort de sa défense pour profiter des caviars de Luis Suárez. Pendant ce temps, Piqué s'échauffe encore…

Lucas (PSG) Il court, tout droit, il lève rarement la tête, il tacle, il se la donne, il marque, il oublie de donner la balle, il court encore, il a déjà marqué autant de buts cette saison que sur l'ensemble de la saison dernière. Lui, c'est Lucas.

Yaya Touré (Manchester City) À Londres, face à QPR, le grand Ivoirien s'est montré moins précis que contre le CSKA pour enrouler sa frappe qui a terminé directement dans la tronche d'une petite fille. À noter l'instinct protecteur du père…

Christoph Kramer (Borussia M'Gladbach) Visiblement toujours pas remis de son choc avec Garay en finale de CM, le blond Christoph a encore du mal à évaluer les distances. Sa tentative de remise en retrait à son gardien Sommer se transforme finalement en un sublime lob de 45 mètres qui offre sa première victoire à Dortmund en Bundesliga depuis le 13 septembre.

Nabil Fekir (Olympique lyonnais) Presque inconnu au bataillon avant septembre, le jeune Nabil en est désormais à six réalisations au milieu d'une équipe lyonnaise qui s'installe sur un podium dont elle avait presque oublié l'existence. Et au fait, Jimmy Briand a marqué.

Thomas Müller (Bayern) Il a remporté la Champions League, des milliers de Bundesliga, la Coupe du monde, mais ça n'en fait pas un titulaire indiscutable au Bayern. Alors quand Thomas joue, il plante : hat-trick contre Francfort, même s'il ne sait toujours pas célébrer ses buts correctement.

Ayoze Pérez (Newcastle) Si Newcastle occupe enfin une place convenable en PL, ce n'est pas uniquement dû au départ de Ben Arfa. L'Espagnol Pérez, buteur pour le troisième week-end consécutif, rend même hommage à Patrick Kluivert avec une Madjer raffinée au possible.

Remplaçants :

Matias Cano (UAI Urquiza) Pas aussi dingue que le coup du scorpion du bon René, ce retourné acrobatique d'un gardien de D3 argentine est aussi beau qu'il sera finalement inutile, les potes de Cano s'inclinant de toute façon 1-0.

Peguy Luyindula (New York RB) Passe décisive de Thierry Henry, but de Peguy. L'équipe de France 2004 est à New York.

Cheick Diabaté (Bordeaux) Faire fondre le bon Willy en larmes suffit largement pour se retrouver ici, et peu importe si son geste technique pour éliminer Belon dure 45 minutes.

Toni Kroos (Real Madrid) Quel effet pour son premier but merengue ! S'il a vu la marche de l'Allemand sur le Rayo, Xabi Alonso s'est définitivement convaincu qu'il a bien fait de rejoindre Pep…

Charlie Austin (QPR) L'Anglais s'est payé le luxe d'inscrire trois buts à Joe Hart en 21 minutes. Pas de chance, deux seront refusés, le premier pour hors-jeu, le deuxième à cause d'une affreuse double touche illicite de Hart sur coup franc. Bon ben, un but alors.

Neeskens Kebano (Charleroi) 1m72, deux buts de la tête. En pleine bourre ces derniers temps, l'ancien Parisien (dont le prénom est directement inspiré de l'ancienne star néerlandaise) a montré aux jeunes Dogues de Mouscron ce que voulait dire contre-attaque.

Pione Sisto (FC Midtjylland) Un Soudanais né en Ouganda qui enchante des Danois avec un nom d'Italien, c'est plutôt rare. Auteur de son 7e but de la saison, Sisto a offert la victoire à Midtjylland qui trône à l'aise en tête de la Superliga danoise avec 10 points d'avance.

Carlos Tévez (Juventus) L'Apache s'est pris pour Maradona, en partant de sa moitié de terrain et en allant marquer un but extraordinaire face à Parme. Ce qui, de toute façon, ne suffira pas à le faire revenir en équipe nationale.



Par Émilien Hofman
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88