En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. // Bilan
  2. //
  3. //

L'équipe-type du mercato

On est loin des 58,5 millions dépensés par Chelsea pour Fernando Torres l'an passé, ou des 40 millions de Liverpool pour Andy Carroll. Mais malgré la crise, ce marché des transferts européen a offert quelques belles surprises. Et aussi quelques grosses déceptions.

Modififié
Sur le banc
Pavlyuchenko

Pavlyuchenko

Après trois années et demi passées en Angleterre, l’enfant du Spartak rentre à Moscou. Mais pas pour retrouver son club. Non non. Roman, lui, a choisi l’ennemi du Lokomotiv. Un peu comme si Henry avait signé à Tottenham.

Honda

Honda

Pendant plusieurs jours, il a attendu en Espagne qu’un jet privé vienne le chercher pour l’emmener à Rome. Les journalistes japonais l’attendaient même à l’aéroport de Fiumicino. Et puis, à la dernière minute, les dirigeants du CSKA ont dit « non » à la Lazio. Et Honda se retrouve comme un con, à devoir rentrer à Moscou dans un simple ...

Pizarro

Pizarro

Depuis l’an dernier, il tentait de trouver des excuses, à chaque vacance, pour ne pas rentrer à Trigoria. Les dirigeants ont fini par comprendre qu’il s’agissait d’une feinte pour se tirer, et l’ont laissé filer à Manchester City. Mais qui va lui céder sa place ? Yaya Touré ou David Silva ?

Reyes

Reyes

Sept ans après avoir quitté le FC Séville, il revient au bercail. Un homme qui a flirté avec Arsenal, le Real Madrid, l’Atletico Madrid, Benfica, et qui préfère finalement son premier amour. Emouvant.

Tevez

Tevez

Un seul mot. LOL.

Cissé

Cissé

Newcastle n’a jamais autant été un club francophone. Après la colonie française et le Sénégalais Demba Ba, voilà Papiss Cissé. L’ancien de Fribourg succède d’ailleurs à Fernando Torres au palmarès du joueur le plus cher du mercato anglais. Espérons pour lui qu’il ne connaisse pas le même sort.

Viviano

Viviano

Arrivé cet été à l’Inter, il s’est immédiatement fait les croisés. Histoire de ne pas faire concurrence à Julio César. Remis sur pied, il a choisi Palerme pour se relancer. Troisième match, il s’en prend quatre contre l’Inter. Merci les potes.

Caceres

Caceres

Il avait quitté la Juventus la tête basse. Il y revient un an et demi plus tard en conquérant, avec la ferme intention de s’y imposer et de remporter le Scudetto. Caceres 2, le retour de la vengeance.

Rodriguez

Rodriguez

Wolfsburg a déboursé la coquette somme de 7,5 millions pour faire traverser la frontière à la pépite suisse du FC Zurich. A 19 ans, ça met une sacrée pression. L’apprentissage est dur : se retrouver face à Mario Gomez pour son deuxième match de Bundesliga ne lui a pas fait que du bien.

Danilo

Danilo

13 millions selon certaines sources. 17 selon d’autres. Peu importe. Il est le plus gros transfert de ce mercato hivernal 2012. Pas de bol : son arrivée coïncide avec la première défaite de Porto en championnat depuis 55 rencontres. Neymar est prévenu, l’Europe, c’est autre chose.

Taiwo

Taiwo

A Milan, Taye n’a jamais trouvé d’espace ni pour envoyer quelques missiles ni pour délecter les journalistes en interviews d’après-match. Alors, l’ancien de l’OM tente sa chance en Angleterre, où il n’aura plus à subir la concurrence de… de… bah de pas grand monde en fait.

Mesbah

Mesbah

Le Milan AC lui offre une immense opportunité. Après avoir fait ses armes à Lecce, l’Algérien fait le saut de qualité et occupe déjà un poste de titulaire au Milan AC. Et tant pis si Allegri le fait jouer arrière gauche. A vrai dire, il aurait même accepté d’aller dans les cages.

Palombo

Palombo

On pensait qu’il resterait toute sa vie à la Sampdoria. Et puis les dirigeants lui ont fait comprendre que ce serait mieux qu’il parte. Alors Angelo a pris ses clics et ses clacs, et s’en est allé à l’Inter. Et les tifosi le pleurent. Bah ouais, mais fallait pas descendre en Serie B.

De
Bruyne

De Bruyne

La Belgique a pris la fâcheuse habitude de sortir des joueurs sacrément brillants. Après Hazard, Witsel et Lukaku, voilà De Bruyne, tout juste débarqué de Genk. Chelsea avait craqué sur ce petit rouquin lors de la confrontation en Ligue des Champions. Une Ligue des Champions qu’il ne pourra pas jouer avec les Blues, du coup.

Cissé

Cissé

De son propre aveu, il n’a « pas réussi à s’adapter au football italien » . C’est déjà bien de l’admettre. Arrivé à QPR, le Djib n’a pas tardé à retrouver ses sensations : à peine 12 minutes et le voilà déjà buteur. Tout le monde s’emballe. Oui, mais attention : avec la Lazio aussi, il avait scoré lors de son premier match.

Gilardino

Gilardino

Trois ans. C’est le temps qu’il reste dans chacun de ses clubs. Trois à Parme, trois à Milan et trois… et demi à Florence. Le demi de trop. Comme pour un mec qui finit dans le caniveau à 2h du mat.

Henry

Henry

L’enfant prodigue est rentré à la maison. A son actif, déjà, un but lors de son grand retour, et une prise de bec avec un supporter. En gros, Titi tente de justifier sa statue. Même s’il sait qu’il ne fait plus le poids avec RVP.

Viviano (Palerme) Arrivé cet été à l’Inter, il s’est immédiatement fait les croisés. Histoire de ne pas faire concurrence à Julio César. Remis sur pied, il a choisi Palerme pour se relancer. Troisième match, il s’en prend quatre contre l’Inter. Merci les potes.

Caceres (Juventus) Il avait quitté la Juventus la tête basse. Il y revient un an et demi plus tard en conquérant, avec la ferme intention de s’y imposer et de remporter le Scudetto. Caceres 2, le retour de la vengeance.

Rodriguez (Wolsfburg) Wolfsburg a déboursé la coquette somme de 7,5 millions pour faire traverser la frontière à la pépite suisse du FC Zurich. A 19 ans, ça met une sacrée pression. L’apprentissage est dur : se retrouver face à Mario Gomez pour son deuxième match de Bundesliga ne lui a pas fait que du bien.

Danilo (FC Porto) 13 millions selon certaines sources. 17 selon d’autres. Peu importe. Il est le plus gros transfert de ce mercato hivernal 2012. Pas de bol : son arrivée coïncide avec la première défaite de Porto en championnat depuis 55 rencontres. Neymar est prévenu, l’Europe, c’est autre chose.

Taiwo (QPR) A Milan, Taye n’a jamais trouvé d’espace ni pour envoyer quelques missiles ni pour délecter les journalistes en interviews d’après-match. Alors, l’ancien de l’OM tente sa chance en Angleterre, où il n’aura plus à subir la concurrence de… de… bah de pas grand monde en fait.

Mesbah (Milan) Le Milan AC lui offre une immense opportunité. Après avoir fait ses armes à Lecce, l’Algérien fait le saut de qualité et occupe déjà un poste de titulaire au Milan AC. Et tant pis si Allegri le fait jouer arrière gauche. A vrai dire, il aurait même accepté d’aller dans les cages.

Palombo (Inter) : On pensait qu’il resterait toute sa vie à la Sampdoria. Et puis les dirigeants lui ont fait comprendre que ce serait mieux qu’il parte. Alors Angelo a pris ses clics et ses clacs, et s’en est allé à l’Inter. Et les tifosi le pleurent. Bah ouais, mais fallait pas descendre en Serie B.

De Bruyne (Chelsea) : La Belgique a pris la fâcheuse habitude de sortir des joueurs sacrément brillants. Après Hazard, Witsel et Lukaku, voilà De Bruyne, tout juste débarqué de Genk. Chelsea avait craqué sur ce petit rouquin lors de la confrontation en Ligue des Champions. Une Ligue des Champions qu’il ne pourra pas jouer avec les Blues, du coup.

Cissé (QPR) De son propre aveu, il n’a « pas réussi à s’adapter au football italien » . C’est déjà bien de l’admettre. Arrivé à QPR, le Djib n’a pas tardé à retrouver ses sensations : à peine 12 minutes et le voilà déjà buteur. Tout le monde s’emballe. Oui, mais attention : avec la Lazio aussi, il avait scoré lors de son premier match.

Gilardino (Genoa) Trois ans. C’est le temps qu’il reste dans chacun de ses clubs. Trois à Parme, trois à Milan et trois… et demi à Florence. Le demi de trop. Comme pour un mec qui finit dans le caniveau à 2h du mat.

Henry (Arsenal) L’enfant prodigue est rentré à la maison. A son actif, déjà, un but lors de son grand retour, et une prise de bec avec un supporter. En gros, Titi tente de justifier sa statue. Même s’il sait qu’il ne fait plus le poids avec RVP.

Pavlyuchenko (Lokomotiv Moscou) Après trois années et demi passées en Angleterre, l’enfant du Spartak rentre à Moscou. Mais pas pour retrouver son club. Non non. Roman, lui, a choisi l’ennemi du Lokomotiv. Un peu comme si Henry avait signé à Tottenham.

Honda (CSKA Moscou) Pendant plusieurs jours, il a attendu en Espagne qu’un jet privé vienne le chercher pour l’emmener à Rome. Les journalistes japonais l’attendaient même à l’aéroport de Fiumicino. Et puis, à la dernière minute, les dirigeants du CSKA ont dit « non » à la Lazio. Et Honda se retrouve comme un con, à devoir rentrer à Moscou dans un simple Airbus.

Pizarro (Manchester City) Depuis l’an dernier, il tentait de trouver des excuses, à chaque vacance, pour ne pas rentrer à Trigoria. Les dirigeants ont fini par comprendre qu’il s’agissait d’une feinte pour se tirer, et l’ont laissé filer à Manchester City. Mais qui va lui céder sa place ? Yaya Touré ou David Silva ?

Reyes (FC Séville) Sept ans après avoir quitté le FC Séville, il revient au bercail. Un homme qui a flirté avec Arsenal, le Real Madrid, l’Atletico Madrid, Benfica, et qui préfère finalement son premier amour. Emouvant.

Tevez (Manchester City) Un seul mot. LOL.

Cissé (Newcastle) Newcastle n’a jamais autant été un club francophone. Après la colonie française et le Sénégalais Demba Ba, voilà Papiss Cissé. L’ancien de Fribourg succède d’ailleurs à Fernando Torres au palmarès du joueur le plus cher du mercato anglais. Espérons pour lui qu’il ne connaisse pas le même sort.

Tae Se Jong (Cologne) On se souvient tous de ses larmes lors du Mondial 2010. Oui, sauf qu'aujourd'hui, on a bien compris : tous les Nord-Coréens sont des chialeurs. Il suffit de regarder les images de la mort de Kim Jong Il pour s'en convaincre.



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 22
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60 lundi 22 janvier Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18