1. // Bilan
  2. //
  3. //

L'équipe-type du mercato

On est loin des 58,5 millions dépensés par Chelsea pour Fernando Torres l'an passé, ou des 40 millions de Liverpool pour Andy Carroll. Mais malgré la crise, ce marché des transferts européen a offert quelques belles surprises. Et aussi quelques grosses déceptions.

Modififié
2 24
Sur le banc
Pavlyuchenko

Pavlyuchenko

Après trois années et demi passées en Angleterre, l’enfant du Spartak rentre à Moscou. Mais pas pour retrouver son club. Non non. Roman, lui, a choisi l’ennemi du Lokomotiv. Un peu comme si Henry avait signé à Tottenham.

Honda

Honda

Pendant plusieurs jours, il a attendu en Espagne qu’un jet privé vienne le chercher pour l’emmener à Rome. Les journalistes japonais l’attendaient même à l’aéroport de Fiumicino. Et puis, à la dernière minute, les dirigeants du CSKA ont dit « non » à la Lazio. Et Honda se retrouve comme un con, à devoir rentrer à Moscou dans un simple ...

Pizarro

Pizarro

Depuis l’an dernier, il tentait de trouver des excuses, à chaque vacance, pour ne pas rentrer à Trigoria. Les dirigeants ont fini par comprendre qu’il s’agissait d’une feinte pour se tirer, et l’ont laissé filer à Manchester City. Mais qui va lui céder sa place ? Yaya Touré ou David Silva ?

Reyes

Reyes

Sept ans après avoir quitté le FC Séville, il revient au bercail. Un homme qui a flirté avec Arsenal, le Real Madrid, l’Atletico Madrid, Benfica, et qui préfère finalement son premier amour. Emouvant.

Tevez

Tevez

Un seul mot. LOL.

Cissé

Cissé

Newcastle n’a jamais autant été un club francophone. Après la colonie française et le Sénégalais Demba Ba, voilà Papiss Cissé. L’ancien de Fribourg succède d’ailleurs à Fernando Torres au palmarès du joueur le plus cher du mercato anglais. Espérons pour lui qu’il ne connaisse pas le même sort.

Viviano

Viviano

Arrivé cet été à l’Inter, il s’est immédiatement fait les croisés. Histoire de ne pas faire concurrence à Julio César. Remis sur pied, il a choisi Palerme pour se relancer. Troisième match, il s’en prend quatre contre l’Inter. Merci les potes.

Caceres

Caceres

Il avait quitté la Juventus la tête basse. Il y revient un an et demi plus tard en conquérant, avec la ferme intention de s’y imposer et de remporter le Scudetto. Caceres 2, le retour de la vengeance.

Rodriguez

Rodriguez

Wolfsburg a déboursé la coquette somme de 7,5 millions pour faire traverser la frontière à la pépite suisse du FC Zurich. A 19 ans, ça met une sacrée pression. L’apprentissage est dur : se retrouver face à Mario Gomez pour son deuxième match de Bundesliga ne lui a pas fait que du bien.

Danilo

Danilo

13 millions selon certaines sources. 17 selon d’autres. Peu importe. Il est le plus gros transfert de ce mercato hivernal 2012. Pas de bol : son arrivée coïncide avec la première défaite de Porto en championnat depuis 55 rencontres. Neymar est prévenu, l’Europe, c’est autre chose.

Taiwo

Taiwo

A Milan, Taye n’a jamais trouvé d’espace ni pour envoyer quelques missiles ni pour délecter les journalistes en interviews d’après-match. Alors, l’ancien de l’OM tente sa chance en Angleterre, où il n’aura plus à subir la concurrence de… de… bah de pas grand monde en fait.

Mesbah

Mesbah

Le Milan AC lui offre une immense opportunité. Après avoir fait ses armes à Lecce, l’Algérien fait le saut de qualité et occupe déjà un poste de titulaire au Milan AC. Et tant pis si Allegri le fait jouer arrière gauche. A vrai dire, il aurait même accepté d’aller dans les cages.

Palombo

Palombo

On pensait qu’il resterait toute sa vie à la Sampdoria. Et puis les dirigeants lui ont fait comprendre que ce serait mieux qu’il parte. Alors Angelo a pris ses clics et ses clacs, et s’en est allé à l’Inter. Et les tifosi le pleurent. Bah ouais, mais fallait pas descendre en Serie B.

De
Bruyne

De Bruyne

La Belgique a pris la fâcheuse habitude de sortir des joueurs sacrément brillants. Après Hazard, Witsel et Lukaku, voilà De Bruyne, tout juste débarqué de Genk. Chelsea avait craqué sur ce petit rouquin lors de la confrontation en Ligue des Champions. Une Ligue des Champions qu’il ne pourra pas jouer avec les Blues, du coup.

Cissé

Cissé

De son propre aveu, il n’a « pas réussi à s’adapter au football italien » . C’est déjà bien de l’admettre. Arrivé à QPR, le Djib n’a pas tardé à retrouver ses sensations : à peine 12 minutes et le voilà déjà buteur. Tout le monde s’emballe. Oui, mais attention : avec la Lazio aussi, il avait scoré lors de son premier match.

Gilardino

Gilardino

Trois ans. C’est le temps qu’il reste dans chacun de ses clubs. Trois à Parme, trois à Milan et trois… et demi à Florence. Le demi de trop. Comme pour un mec qui finit dans le caniveau à 2h du mat.

Henry

Henry

L’enfant prodigue est rentré à la maison. A son actif, déjà, un but lors de son grand retour, et une prise de bec avec un supporter. En gros, Titi tente de justifier sa statue. Même s’il sait qu’il ne fait plus le poids avec RVP.

Viviano (Palerme) Arrivé cet été à l’Inter, il s’est immédiatement fait les croisés. Histoire de ne pas faire concurrence à Julio César. Remis sur pied, il a choisi Palerme pour se relancer. Troisième match, il s’en prend quatre contre l’Inter. Merci les potes.

Caceres (Juventus) Il avait quitté la Juventus la tête basse. Il y revient un an et demi plus tard en conquérant, avec la ferme intention de s’y imposer et de remporter le Scudetto. Caceres 2, le retour de la vengeance.

Rodriguez (Wolsfburg) Wolfsburg a déboursé la coquette somme de 7,5 millions pour faire traverser la frontière à la pépite suisse du FC Zurich. A 19 ans, ça met une sacrée pression. L’apprentissage est dur : se retrouver face à Mario Gomez pour son deuxième match de Bundesliga ne lui a pas fait que du bien.

Danilo (FC Porto) 13 millions selon certaines sources. 17 selon d’autres. Peu importe. Il est le plus gros transfert de ce mercato hivernal 2012. Pas de bol : son arrivée coïncide avec la première défaite de Porto en championnat depuis 55 rencontres. Neymar est prévenu, l’Europe, c’est autre chose.

Taiwo (QPR) A Milan, Taye n’a jamais trouvé d’espace ni pour envoyer quelques missiles ni pour délecter les journalistes en interviews d’après-match. Alors, l’ancien de l’OM tente sa chance en Angleterre, où il n’aura plus à subir la concurrence de… de… bah de pas grand monde en fait.

Mesbah (Milan) Le Milan AC lui offre une immense opportunité. Après avoir fait ses armes à Lecce, l’Algérien fait le saut de qualité et occupe déjà un poste de titulaire au Milan AC. Et tant pis si Allegri le fait jouer arrière gauche. A vrai dire, il aurait même accepté d’aller dans les cages.

Palombo (Inter) : On pensait qu’il resterait toute sa vie à la Sampdoria. Et puis les dirigeants lui ont fait comprendre que ce serait mieux qu’il parte. Alors Angelo a pris ses clics et ses clacs, et s’en est allé à l’Inter. Et les tifosi le pleurent. Bah ouais, mais fallait pas descendre en Serie B.

De Bruyne (Chelsea) : La Belgique a pris la fâcheuse habitude de sortir des joueurs sacrément brillants. Après Hazard, Witsel et Lukaku, voilà De Bruyne, tout juste débarqué de Genk. Chelsea avait craqué sur ce petit rouquin lors de la confrontation en Ligue des Champions. Une Ligue des Champions qu’il ne pourra pas jouer avec les Blues, du coup.

Cissé (QPR) De son propre aveu, il n’a « pas réussi à s’adapter au football italien » . C’est déjà bien de l’admettre. Arrivé à QPR, le Djib n’a pas tardé à retrouver ses sensations : à peine 12 minutes et le voilà déjà buteur. Tout le monde s’emballe. Oui, mais attention : avec la Lazio aussi, il avait scoré lors de son premier match.

Gilardino (Genoa) Trois ans. C’est le temps qu’il reste dans chacun de ses clubs. Trois à Parme, trois à Milan et trois… et demi à Florence. Le demi de trop. Comme pour un mec qui finit dans le caniveau à 2h du mat.

Henry (Arsenal) L’enfant prodigue est rentré à la maison. A son actif, déjà, un but lors de son grand retour, et une prise de bec avec un supporter. En gros, Titi tente de justifier sa statue. Même s’il sait qu’il ne fait plus le poids avec RVP.

Pavlyuchenko (Lokomotiv Moscou) Après trois années et demi passées en Angleterre, l’enfant du Spartak rentre à Moscou. Mais pas pour retrouver son club. Non non. Roman, lui, a choisi l’ennemi du Lokomotiv. Un peu comme si Henry avait signé à Tottenham.

Honda (CSKA Moscou) Pendant plusieurs jours, il a attendu en Espagne qu’un jet privé vienne le chercher pour l’emmener à Rome. Les journalistes japonais l’attendaient même à l’aéroport de Fiumicino. Et puis, à la dernière minute, les dirigeants du CSKA ont dit « non » à la Lazio. Et Honda se retrouve comme un con, à devoir rentrer à Moscou dans un simple Airbus.

Pizarro (Manchester City) Depuis l’an dernier, il tentait de trouver des excuses, à chaque vacance, pour ne pas rentrer à Trigoria. Les dirigeants ont fini par comprendre qu’il s’agissait d’une feinte pour se tirer, et l’ont laissé filer à Manchester City. Mais qui va lui céder sa place ? Yaya Touré ou David Silva ?

Reyes (FC Séville) Sept ans après avoir quitté le FC Séville, il revient au bercail. Un homme qui a flirté avec Arsenal, le Real Madrid, l’Atletico Madrid, Benfica, et qui préfère finalement son premier amour. Emouvant.

Tevez (Manchester City) Un seul mot. LOL.

Cissé (Newcastle) Newcastle n’a jamais autant été un club francophone. Après la colonie française et le Sénégalais Demba Ba, voilà Papiss Cissé. L’ancien de Fribourg succède d’ailleurs à Fernando Torres au palmarès du joueur le plus cher du mercato anglais. Espérons pour lui qu’il ne connaisse pas le même sort.

Tae Se Jong (Cologne) On se souvient tous de ses larmes lors du Mondial 2010. Oui, sauf qu'aujourd'hui, on a bien compris : tous les Nord-Coréens sont des chialeurs. Il suffit de regarder les images de la mort de Kim Jong Il pour s'en convaincre.



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

et brandao ?? yavai un truc a faire dessus ....
Il y en a bien assée dans le magazine
Pascal Proctologue Niveau : District
Clément17 tu ne sais pas écrire alors ne poste pas inculte que tu est,triple buse, espece de petite merde chiée du cul de Staline.
Lamouchi59 Niveau : CFA
Hé le proctologue: t' es obligé de l' insuler, au motif qu' il a commis des erreurs?
Lamouchi59 Niveau : CFA
Je corrige:"de l' insulTer"...
Ralph Louren Niveau : DHR
Pascal: j'ai un scoop pour toi, que tu es s'ecrit comme je viens de le faire. merci bonne soirée
Moi j'aime bien le "inculte que tu est" ...
Question: C'est qui RVB? Je connais Robin Van Persie (RVP), Mark Van Bommel (MVB), même le catcheur Rob Van Dam (RVD), mais RVB je connais pas! :p
De Bruyne ils ne l'ont pas prêté dans la foulée à Genk pour le reste de la saison? Du coup la LDC pour Chelsea ça leur en touche une sans faire bouger l'autre...
CantoF*ckRonaldo Niveau : Loisir
pascal@ hôpital, charité, toussa toussa ...
Pascal +1000 pour ta prétention, ta bêtise, et du coup, ton ignorance.
Pourquoi cette manie de toujours vouloir tout corriger au juste ? Vous êtes profs ou quoi ?
C'est vrai qu'il y a des choses écrites sur ce site qui font vraiment peur à la lecture mais ça devient vraiment systématique pour certains. A croire que vous recherchez les fautes dans les articles et com.

Sérieux si t'as pas compris qu'il y a eu erreur d’inattention sur "RVB" et que tu sais vraiment pas de qui il parlait, considère que c'est Robin Van Bersie si ça te fait plaisir et puis c'est tout !

Tout le monde peut pas être parfait et érudit comme vous Sir Pascal Proctologue (encore heureux, parce que vu le "que tu est")... Chapeau ! C'est d'un LOL...

Amicalement
Mais sinon Danilo Défenseur central vous êtes sérieux ?
dès l'aube la nuit Niveau : District
Cissé qui joue à droite à l'issue du mercato, ça devrait lui plaire.
gravegwesk Niveau : DHR
+1 a Zedgil !!!!! Les pseudo prof de français, on prefere avoir votre sentiment sur l'article. Vieuxfooteux.blogspot.com
@ Pascal Proctologue
T es qui pour insulter et donner des leçons avec les fautes que tu fais? Misère quand tu nous tiens...
@Pascal : sauf erreur de ma part ... quand tu dis "ne poste" tu le tutoies non ?

Donc je mettrais bien un "S" à "posteS"
énormes les vannes sur Tae Se Jong et Gilardino !
Globalement d'accord avec tout le monde sur les commentaires de pascal le grand frère (très bonne vanne, en passant !), cela dit "petite mer.de chiée du cul de Staline", je dois dire que ça m'a bien fait marrer. Même si totalement gratuit et déplacé dans le contexte.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2 24