En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options

L'équipe type du dimanche

Ce week-end était placé sous le signe de la fin : de championnat, d’ambition, de carrière. Avec beaucoup de crânes rasés, des idoles, des nuls, des trolls, des rigolos. Qu’est-ce que ça va être dur d’attendre la Coupe du monde.

Modififié
Sur le banc
Girard

Girard

Pour la deuxième année consécutive, l’entraîneur du Paris Saint-Germain n’est pas sacré meilleur entraîneur de Ligue 1. Cette fois, c’est un type qui a gagné 90% de ses matchs 1-0, but à la 92e, qui a séduit ses pairs. Le corporatisme à la française dans toute sa splendeur.

Landreau

Landreau

C’est fini pour lui. Il l’a annoncé hier soir lors de la soirée de remise des trophées UNFP. Il jouera son dernier match la semaine prochaine contre Nantes. Comme un symbole. Ça serait encore mieux qu’il se fasse lober.

Verón

Verón

C’est aussi fini pour lui. Et bizarrement, on est beaucoup plus triste. Heureusement, Riquelme a annoncé qu’il régalerait une saison de plus. Tout de même, l’Argentine qu’on aime se meurt.

Ribéry

Ribéry

Le Francky blagueur a encore frappé : lunette rigolote sur le nez, micro en main, caché dans la foule, il a interrompu le discours de Guardiola en criant : « Pep, Pep, Pep ! Je suis là, où es-tu ? Pep, Pep, Pep ! » Complètement fou.

Osvaldo

Osvaldo

Roma - Juventus. Le dauphin contre le champion. L’occasion pour les Romains de sauver l’honneur. C’était sans compter sur Pablo Osvaldo, ancien de la Louve, qui a donné la victoire à la Vieille Dame à la 94e minute. Et évidemment, il a célébré son but comme un dingue.

Ibrahimović

Ibrahimović

De nouveau élu meilleur joueur de Ligue 1, le Suédois s’est surtout fait remarquer pour sa tentative de discours en français, qui a bien fait marrer Sirigu et Verratti. C’est pas sympa de se moquer des copains qui galèrent.

Willy
Caballero

Willy Caballero

Le Barça ayant concédé le nul contre Elche, il suffisait d’une victoire à l’Atlético contre Málaga pour être titré. C’était sans compter sur le portier des Andalous, qui sort tout. À la 94e minute du match, le croisement entre Reina et Howard enlève une frappe d’Adrian qui prenait le chemin de la lucarne. Son contrat au Barça est déjà prêt.

Zanetti

Zanetti

40 ans, dont 19 passés à l’Inter, pour la bagatelle de 857 matchs officiels avec les Nerazzurri. Cinq Scudetti, 4 Coupe d’Italie, 1 CL, 1 Coupe de l’UEFA. Et un dernier hommage ce week-end à San Siro contre la Lazio, pour un homme d’exception.

Škrtel

Škrtel

Le skinhead slovaque est le seul joueur à avoir marqué contre les quatre premiers de Premier League cette saison : une fois contre City et Chelsea, deux fois contre Arsenal, et quatre contre Liverpool. Prends ça, Luis Suárez.

Kompany

Kompany

Impérial derrière, le Belge s’est aussi permis le luxe d’aller mettre le but offrant définitivement le titre aux Citizens. Le tout en étant associé à Martin Cheval Demichelis, qui se prépare déjà à sa reconversion dans le X.

Dabo

Dabo

En se faisant expulser à la 14e minute pour avoir retenu le maillot d’un Pelé (l’autre) filant au but, Dabo (pas celui-ci) a laissé ses coéquipiers se noyer contre les Merlus. L’occasion parfaite pour les Lyonnais de crier une nouvelle fois au complot arbitral.

Ramsey

Ramsey

Une superbe volée en lucarne sans angle pour sa quinzième réalisation de la saison. Le Gallois est sans conteste l’homme fort d’Arsenal. À moins qu’il ne se barre cet été, comme tous les autres.

Coutadeur

Coutadeur

« Bon ben Mr @BafGomis, pour "le fils de p.... Et le clochard" que tu m as balancé sur le terrain hier, faut donc le tweeter c ca ?? » Coutadeur a tout compris au tweetgame. Un troll de qualité.

Nasri

Nasri

Samir a lancé son opération séduction. Phase 1 : être décisif dans la conquête du titre de City, avec un but et une quasi-passe décisive. Phase 2 : se déclarer prêt à regarder la Coupe du monde à la télé. No Regrets, Just Love.

Roberto
Firmino

Roberto Firmino

Le prodigieux milieu brésilien d’Hoffenheim a encore frappé ce week-end, avec un nouveau but contre l’Eintracht Braunschweig, son 16e de la saison en Bundesliga. Ajoutez à cela onze passes décisives et vous comprendrez pourquoi certains le voulaient dans les 23 de Scolari.

Lewandowski

Lewandowski

« Tenez, le Bayern, on vous donne le meilleur buteur du championnat.  » Ils sont vraiment sympas au BVB quand même. En plus, tout le monde sait qu’il va marquer contre son ancien club l’année prochaine.

Charles

Charles

En inscrivant un doublé contre le Real Madrid, Charles, juste Charles, a mis fin aux rêves de Liga de la bande à Carlo. Pour le plus grand plaisir de Carles.

Willy Caballero (Málaga) : Le Barça ayant concédé le nul contre Elche, il suffisait d’une victoire à l’Atlético contre Málaga pour être titré. C’était sans compter sur le portier des Andalous, qui sort tout. À la 94e minute du match, le croisement entre Reina et Howard enlève une frappe d’Adrian qui prenait le chemin de la lucarne. Son contrat au Barça est déjà prêt.

Zanetti (Inter Milan) : 40 ans, dont 19 passés à l’Inter, pour la bagatelle de 857 matchs officiels avec les Nerazzurri. Cinq Scudetti, 4 Coupe d’Italie, 1 CL, 1 Coupe de l’UEFA. Et un dernier hommage ce week-end à San Siro contre la Lazio, pour un homme d’exception.

Škrtel (Liverpool) : Le skinhead slovaque est le seul joueur à avoir marqué contre les quatre premiers de Premier League cette saison : une fois contre City et Chelsea, deux fois contre Arsenal, et quatre contre Liverpool. Prends ça, Luis Suárez.

Kompany (Manchester City) : Impérial derrière, le Belge s’est aussi permis le luxe d’aller mettre le but offrant définitivement le titre aux Citizens. Le tout en étant associé à Martin Cheval Demichelis, qui se prépare déjà à sa reconversion dans le X.

Dabo (Lyon) : En se faisant expulser à la 14e minute pour avoir retenu le maillot d’un Pelé (l’autre) filant au but, Dabo (pas celui-ci) a laissé ses coéquipiers se noyer contre les Merlus. L’occasion parfaite pour les Lyonnais de crier une nouvelle fois au complot arbitral.

Ramsey (Arsenal) : Une superbe volée en lucarne sans angle pour sa quinzième réalisation de la saison. Le Gallois est sans conteste l’homme fort d’Arsenal. À moins qu’il ne se barre cet été, comme tous les autres.

Coutadeur (Lorient) : « Bon ben Mr @BafGomis, pour "le fils de p.... Et le clochard" que tu m as balancé sur le terrain hier, faut donc le tweeter c ca ?? » Coutadeur a tout compris au tweetgame. Un troll de qualité.

Nasri (Manchester City) : Samir a lancé son opération séduction. Phase 1 : être décisif dans la conquête du titre de City, avec un but et une quasi-passe décisive. Phase 2 : se déclarer prêt à regarder la Coupe du monde à la télé. No Regrets, Just Love.

Roberto Firmino (Hoffenheim) : Le prodigieux milieu brésilien d’Hoffenheim a encore frappé ce week-end, avec un nouveau but contre l’Eintracht Braunschweig, son 16e de la saison en Bundesliga. Ajoutez à cela onze passes décisives et vous comprendrez pourquoi certains le voulaient dans les 23 de Scolari.

Lewandowski (Borussia Dortmund) : « Tenez, le Bayern, on vous donne le meilleur buteur du championnat.  » Ils sont vraiment sympas au BVB quand même. En plus, tout le monde sait qu’il va marquer contre son ancien club l’année prochaine.

Charles (Celta Vigo) : En inscrivant un doublé contre le Real Madrid, Charles, juste Charles, a mis fin aux rêves de Liga de la bande à Carlo. Pour le plus grand plaisir de Carles.

Girard (Lille) : Pour la deuxième année consécutive, l’entraîneur du Paris Saint-Germain n’est pas sacré meilleur entraîneur de Ligue 1. Cette fois, c’est un type qui a gagné 90% de ses matchs 1-0, but à la 92e, qui a séduit ses pairs. Le corporatisme à la française dans toute sa splendeur.

Landreau (Bastia) : C’est fini pour lui. Il l’a annoncé hier soir lors de la soirée de remise des trophées UNFP. Il jouera son dernier match la semaine prochaine contre Nantes. Comme un symbole. Ça serait encore mieux qu’il se fasse lober.

Verón (Estudantes la Plata) : C’est aussi fini pour lui. Et bizarrement, on est beaucoup plus triste. Heureusement, Riquelme a annoncé qu’il régalerait une saison de plus. Tout de même, l’Argentine qu’on aime se meurt.

Ribéry (Bayern Munich) : Le Francky blagueur a encore frappé : lunette rigolote sur le nez, micro en main, caché dans la foule, il a interrompu le discours de Guardiola en criant : « Pep, Pep, Pep ! Je suis là, où es-tu ? Pep, Pep, Pep ! » Complètement fou.

Osvaldo (Juventus) : Roma - Juventus. Le dauphin contre le champion. L’occasion pour les Romains de sauver l’honneur. C’était sans compter sur Pablo Osvaldo, ancien de la Louve, qui a donné la victoire à la Vieille Dame à la 94e minute. Et évidemment, il a célébré son but comme un dingue.

Ibrahimović (PSG) : De nouveau élu meilleur joueur de Ligue 1, le Suédois s’est surtout fait remarquer pour sa tentative de discours en français, qui a bien fait marrer Sirigu et Verratti. C’est pas sympa de se moquer des copains qui galèrent.

Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 48 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 58
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7