En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options

L'équipe type du dimanche

Bah dis donc... Quel énorme week-end de football nous venons de vivre ! Le PSG-Monaco, le derby de Manchester, celui de Rome, le Milan-Naples, le Schalke-Bayern... Bref, que du beau, que du lourd. Et quelques résultats qui marqueront la saison.

Modififié
Sur le banc
André
Dias

André Dias

Joli derby pour le défenseur brésilien. Laissé sur le banc parce que hors de forme, il a dû entrer en fin de rencontre suite à la blessure de Ciani. Son derby dure 4 minutes, le temps pour lui de mettre un bon coup d'épaule à Totti, et de recevoir un rouge (sévère). Merci pour lui.

Cvitanich

Cvitanich

Premier buteur de l'histoire de l'Allianz Riviera. Qui d'autre que lui, en même temps ?

Paulinho

Paulinho

Il a choisi la manière et le moment d'inscrire son premier but en Premier League. La 93e minute du match contre Cardiff, alors que le score était de 0-0. Et avec une talonnade, tiens ! Ah, vraiment, les Brésiliens, ils savent bien faire les choses.

Petersen

Petersen

Lui aussi, il a bien choisi son moment. L'attaquent du Werder n'avait plus marqué le moindre but depuis 1365 minutes. Alors, pour rattraper le temps perdu, il en a planté deux contre le rival, Hambourg, pour une victoire 2-0 du Werder. Ah, vraiment, les Allemands, ils savent bien faire les choses.

Agazzi

Agazzi

Week-end savonnette pour le portier de Cagliari. À la 89e, il laisse passer un tir anodin entre ses jambes, et son équipe subit ainsi le 1-1. Mais ses potes trouvent les ressources pour aller inscrire le but du 2-1 à la 91e. Oui, sauf qu'à la 93e, Agazzi a encore les gants qui glissent sur une frappe de De Silvestri. 2-2 score final. Et Agazzi a ensuite refourgué ses gants-savon à Fabien ...

Sakho

Sakho

La défaite face à Southampton est secondaire. Ce week-end, on a aimé Mamad' pour son discours au Parc des Princes, les larmes aux yeux et la boule dans la gorge. Le Parc ne t'oubliera pas. Bisous.

Reina

Reina

En plus d'avoir gagné tous ses matchs depuis son arrivée à Naples, il restera dan l'histoire comme celui qui a, pour la première fois, arrêté un pénalty de Mario Balotelli. Bon, derrière, il a pris une lucarne du même Mario. Mais ça, c'est un détail.

Sagna

Sagna

On savait que Mesut Özil avait une sacrée pate gauche. Mais de là à transformer Mertesacker et Sagna en canonniers, au cours du même match, ça, c'est très fort. Un Sagna qui n'avait plus marqué depuis février 2012, quand même.

Kompany

Kompany

Un monstre. Un pilier. Un roc. Une colonne. Un totem. Bref, avec un Kompany de cette trempe-là, Manchester City ne craignait rien. La preuve : le seul but encaissé lors de la démonstration face à United l'a été sur coup franc. Une phase de jeu où le Belge ne pouvait pas intervenir.

Pepe

Pepe

Tiens, donc, voyez qui revoilà : un but de Pepe ! Le Portugais était certainement vexé d'avoir encaissé un but de Lafita, il est donc monté aux avant-postes pour égaliser, en renard. Et c'est un petit évènement : son dernier but remontait au 30 septembre 2012. Un but par saison depuis 2009 : Pepe est dans les temps.

Balzaretti

Balzaretti

La Roma devait impérativement gagner le derby romain. C'est l'ancien latéral de Palerme qui s'y est collé, avec un but importantissime pour le club giallorosso. Le moustachu en a même pleuré sous la Curva. Puis a admis : « Oui, j'ai pleuré. Cette victoire est importante, mais elle n'effacera jamais le 26 mai.  » Le 26 mai, c'est la date de la finale de Coupe d'Italie, remportée par la Lazio contre la Roma. ...

Kombarov

Kombarov

Le Spartak Moscou prend la tête du championnat russe ! Et les joueurs du Spartak y ont mis les formes : avec une victoire 3-0 face à l'ennemi juré, le CSKA. Homme du derby, le milieu Kombarov, auteur d'un but et d'une passe décisive. Héros de la ville pour une semaine, au moins.

Verratti

Verratti

Il est insupportable, à protester, tout le temps, tout le temps, tout le temps. Mais quand il décide de jouer, c'est un plaisir immense. Avec Matuidi, face à Monaco, il a formé un milieu de terrain quasi insurmontable, remportant largement le duel à distance face à Kondogbia et Obbadi. Et la cerise : il n'a même pas pris de jaune.

Nasri

Nasri

Le Français, buteur face à Manchester United, est à l'origine de tous les buts des Citizens. Il a tout simplement été énorme, et élu homme du match. Ce qui est une sacrée performance, lorsque l'on a vu le niveau de Yaya Touré, Agüero, Kompany ou Fernandinho.

Ribéry

Ribéry

Le Bayern est fort, le Bayern est puissant. Le champion d'Allemagne est allé corriger Schalke 04 à Gelsenkirchen. L'homme du match ? Qui d'autre que Francky ? Un but pour lui, comme d'hab, et une prestation monstrueuse, comme d'hab. Encore trois mois à ce niveau, et promis, tu l'auras...

Pedro

Pedro

Depuis l'arrivée de Tata Martino, il est clairement l'homme bonus du Barça. Toujours dans l'ombre de Messi, Pedrito sait toujours répondre présent lorsqu'il le faut. Le triplé inscrit sur la pelouse du Rayo est, étrangement, le premier triplé de Pedro avec le maillot du Barça, après 10 doublés. Cours, Pedro, cours.

Milito

Milito

La belle histoire du jour. Diego Milito s'était blessé le 14 février dernier. Après sept mois d'absence, le Prince a fait son retour, et de quelle manière. Entré en jeu à la 54e minute, il a eu le temps de marquer deux buts et d'offrir une passe décisive à Cambiasso. Le Prince, il a dit : il est immortel.

Reina (Napoli En plus d'avoir gagné tous ses matchs depuis son arrivée à Naples, il restera dan l'histoire comme celui qui a, pour la première fois, arrêté un pénalty de Mario Balotelli. Bon, derrière, il a pris une lucarne du même Mario. Mais ça, c'est un détail.

Sagna (Arsenal) On savait que Mesut Özil avait une sacrée pate gauche. Mais de là à transformer Mertesacker et Sagna en canonniers, au cours du même match, ça, c'est très fort. Un Sagna qui n'avait plus marqué depuis février 2012, quand même.

Kompany (Manchester City) Un monstre. Un pilier. Un roc. Une colonne. Un totem. Bref, avec un Kompany de cette trempe-là, Manchester City ne craignait rien. La preuve : le seul but encaissé lors de la démonstration face à United l'a été sur coup franc. Une phase de jeu où le Belge ne pouvait pas intervenir.

Pepe (Real Madrid) Tiens, donc, voyez qui revoilà : un but de Pepe ! Le Portugais était certainement vexé d'avoir encaissé un but de Lafita, il est donc monté aux avant-postes pour égaliser, en renard. Et c'est un petit évènement : son dernier but remontait au 30 septembre 2012. Un but par saison depuis 2009 : Pepe est dans les temps.

Balzaretti (AS Roma) La Roma devait impérativement gagner le derby romain. C'est l'ancien latéral de Palerme qui s'y est collé, avec un but importantissime pour le club giallorosso. Le moustachu en a même pleuré sous la Curva. Puis a admis : « Oui, j'ai pleuré. Cette victoire est importante, mais elle n'effacera jamais le 26 mai.  » Le 26 mai, c'est la date de la finale de Coupe d'Italie, remportée par la Lazio contre la Roma. Honnête.

Kombarov (Spartak Moscou) Le Spartak Moscou prend la tête du championnat russe ! Et les joueurs du Spartak y ont mis les formes : avec une victoire 3-0 face à l'ennemi juré, le CSKA. Homme du derby, le milieu Kombarov, auteur d'un but et d'une passe décisive. Héros de la ville pour une semaine, au moins.

Verratti (PSG) Il est insupportable, à protester, tout le temps, tout le temps, tout le temps. Mais quand il décide de jouer, c'est un plaisir immense. Avec Matuidi, face à Monaco, il a formé un milieu de terrain quasi insurmontable, remportant largement le duel à distance face à Kondogbia et Obbadi. Et la cerise : il n'a même pas pris de jaune.

Nasri (Manchester City) : Le Français, buteur face à Manchester United, est à l'origine de tous les buts des Citizens. Il a tout simplement été énorme, et élu homme du match. Ce qui est une sacrée performance, lorsque l'on a vu le niveau de Yaya Touré, Agüero, Kompany ou Fernandinho.

Ribéry (Bayern Munich) Le Bayern est fort, le Bayern est puissant. Le champion d'Allemagne est allé corriger Schalke 04 à Gelsenkirchen. L'homme du match ? Qui d'autre que Francky ? Un but pour lui, comme d'hab, et une prestation monstrueuse, comme d'hab. Encore trois mois à ce niveau, et promis, tu l'auras...

Pedro (FC Barcelone) Depuis l'arrivée de Tata Martino, il est clairement l'homme bonus du Barça. Toujours dans l'ombre de Messi, Pedrito sait toujours répondre présent lorsqu'il le faut. Le triplé inscrit sur la pelouse du Rayo est, étrangement, le premier triplé de Pedro avec le maillot du Barça, après 10 doublés. Cours, Pedro, cours.

Milito (Inter) La belle histoire du jour. Diego Milito s'était blessé le 14 février dernier. Après sept mois d'absence, le Prince a fait son retour, et de quelle manière. Entré en jeu à la 54e minute, il a eu le temps de marquer deux buts et d'offrir une passe décisive à Cambiasso. Le Prince, il a dit : il est immortel.

Remplaçants :

André Dias (Lazio Rome) Joli derby pour le défenseur brésilien. Laissé sur le banc parce que hors de forme, il a dû entrer en fin de rencontre suite à la blessure de Ciani. Son derby dure 4 minutes, le temps pour lui de mettre un bon coup d'épaule à Totti, et de recevoir un rouge (sévère). Merci pour lui.

Cvitanich (Nice) Premier buteur de l'histoire de l'Allianz Riviera. Qui d'autre que lui, en même temps ?

Paulinho (Tottenham) Il a choisi la manière et le moment d'inscrire son premier but en Premier League. La 93e minute du match contre Cardiff, alors que le score était de 0-0. Et avec une talonnade, tiens ! Ah, vraiment, les Brésiliens, ils savent bien faire les choses.

Natali (Bologne) En l'espace de 45 minutes, il a eu le temps de marquer un but et de prendre un carton rouge. Pas mal pour un défenseur central.

Petersen (Werder Brême) Lui aussi, il a bien choisi son moment. L'attaquent du Werder n'avait plus marqué le moindre but depuis 1365 minutes. Alors, pour rattraper le temps perdu, il en a planté deux contre le rival, Hambourg, pour une victoire 2-0 du Werder. Ah, vraiment, les Allemands, ils savent bien faire les choses.

Agazzi (Cagliari) Week-end savonnette pour le portier de Cagliari. À la 89e, il laisse passer un tir anodin entre ses jambes, et son équipe subit ainsi le 1-1. Mais ses potes trouvent les ressources pour aller inscrire le but du 2-1 à la 91e. Oui, sauf qu'à la 93e, Agazzi a encore les gants qui glissent sur une frappe de De Silvestri. 2-2 score final. Et Agazzi a ensuite refourgué ses gants-savon à Fabien Audard...

Sakho (Liverpool SG) La défaite face à Southampton est secondaire. Ce week-end, on a aimé Mamad' pour son discours au Parc des Princes, les larmes aux yeux et la boule dans la gorge. Le Parc ne t'oubliera pas. Bisous.

Balotelli (Milan AC) : Le match de Mario en quelques mots : une frappe repoussée, un pénalty provoqué, un pénalty raté, un carton jaune, une frappe sur la barre, une autre frappe repoussée, une frappe dans la lucarne, une protestation, un deuxième carton jaune. Match complet.

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 6
Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 23 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mercredi 17 janvier 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 mercredi 17 janvier Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7
À lire ensuite
Lyon remercie ses bannis