Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

L'équipe type du dimanche

Ce week-end, Cristiano Ronaldo a mis un triplé, Sunday Mba a offert la CAN au Nigéria, Bale et Menez ont couru très vite, Matri a marqué sans chaussure, Sagna a joué les pompiers de service en défense centrale, et le Bayern s'est offert le titre de champion au mois de février. Oui oui.

Modififié
Sur le banc
Riquelme

Riquelme

Le retour du Dieu. Le choix du cœur. La décision qui fait frissonner tous les adeptes de football, même ceux qui s'en cognent du football argentin. Car on ne peut pas se cogner de Riquelme. Non.

Mauri

Mauri

L’an dernier, il inscrivait le plus beau but de la saison contre le Napoli, d’un fabuleux retourné. Cette année, il nous offre la plus belle blessure de l’année : entorse de la cheville en glissant sur le ballon en voulant aller le récupérer dans les filets après l’ouverture du score de Floccari. Video Gag n’aurait pas fait mieux.

Christian
Ronald

Christian Ronald

Le Madrilène a enfin compris comment faire pour gagner le Ballon d’Or : marquer des tonnes de buts et remporter la Coupe du Roi. Du coup, en 2013, il en est déjà à 14, dont trois triplés. Objectif 100 buts ?

Isco

Isco

La Isco Bonito tient de plus en plus Malaga sur ses épaules. Sur la pelouse de Levante, il s'offre un doublé synonyme de trois points. Synonyme, aussi, de quatrième place maintenue. Merci.

Cohade

Cohade

Oui, Renaud Cohade est dans l'équipe-type. Parce qu'il a peut-être réalisé son meilleur match sous les couleurs stéphanoises, et que son équipe s'est imposée 4-1. Peut-être aussi parce que, cet été, on avait rigolé lorsque l'OM s'était intéressé à lui.

Vilhena

Vilhena

Le petit Vilhena est en feu. Après son doublé la semaine dernière contre Willem II, il enchaîne avec un nouveau but contre l'AZ, qui propulse son club à la deuxième place du classement. Ah, au fait, Vilhena a 18 ans, hein.

Buffon

Buffon

En ce moment, on parle beaucoup de Marchetti et des potentiels successeurs de Buffon. Oui, sauf que Gigi, cette semaine, a mis tout le mode d’accord. D’abord un match énorme contre les Pays-Bas, puis une autre prestation XXL contre la Fiorentina, avec un arrêt de très grande classe face à Jovetic, lorsque le score était de 0-0. Patron.

Campagnaro

Campagnaro

L’Argentin avait un compte en suspens avec la Lazio. Il y a quatre ans, il avait raté le tir au but décisif en finale de Coupe d’Italie face aux Romains. Il a enfin pris sa revanche. D’abord en sauvant sur sa ligne le but du potentiel 2-0 pour la Lazio, puis en égalisant d’une superbe reprise de volée à 3 minutes du terme. Mais cette langue bleue, c’est quoi, bordel ...

Moreno

Moreno

Depuis le début de l'année 2013, l'Espanyol va mieux. Le club barcelonais remonte au classement, et a réalisé ce week-end son meilleur match de la saison, un succès 4-0 sur la pelouse de l'Athletic. Le défenseur mexicain a montré la voie en ouvrant le score et en réalisant une prestation défensive impeccable. Et tout ça, sans langue bleue.

Sagna

Sagna

Koscielny blessé, Tonton Arsène a été obligé de jouer les plombiers de service. Sa solution ? Mettre Sagna dans l'axe. Résultat : un match énorme de l'international français et, ô miracle, les Gunners qui n'encaissent pas de but à l'extérieur. Une première en 2013.

Alaba

Alaba

Alabama, à la barre, ah là-bas, Malabar… On peut faire tous les jeux de mots foireux, n’empêche que l’Autrichien est de plus en plus décisif. Ce week-end, il a même claqué son premier doublé en Bundesliga. Le doublé qui offre le titre aux Bavarois. En février.

Menez

Menez

Voilà, ça c'est le Jérémy qu'on aime. Un mec qui court, qui provoque, qui fait danser les défenseurs adverses, qui marque, qui n'a pas de raton laveur sur la tête. Bon, maintenant, il faut faire ça pendant 90 minutes. Parce que le Jérémy de la première période, c'est non.

Mba

Mba

Le Nigeria remporte la CAN, le jour du Seigneur, avec un but divin d'un mec qui s'appelle Dimanche. Comme quoi, les prières, les superstitions, et tout le tralala, bah ça marche.

Barry

Barry

Plat du pied, efficacité. Plat du pied, efficacité. Plat du pied, efficacité. Bah ouais, mais si Mancini ne prend pas la peine d’expliquer dans quel sens il faut se tourner, ça ne peut pas marcher.

Bale

Bale

Le week-end où Ryan Giggs devient le seul joueur de l'histoire à avoir marqué lors des 21 éditions de la Premier League, lui claque un doublé décisif contre Newcastle. Et tout cela pendant que le Pays de Galles met une fessée à la France au Tournoi des VI Nations.

Lewandowski

Lewandowski

Pendant toute la semaine, on parle de lui comme de la première grande recrue du Bayern de Guardiola. Le week-end venu, il fait taire les rumeurs avec un but d'entrée de jeu contre Hambourg. Sauf que derrière, il prend un rouge pour avoir mis un coup de savate à Skjelbred, et son équipe sombre, 4-1. Le Bayern en veut toujours ?

Matri

Matri

Avant, l’attaquant de la Juve avait du mal à marquer des buts. Maintenant, il réussit même à marquer sans sa chaussure. Prochaine étape : marquer sans ballon.

Buffon (Juventus) En ce moment, on parle beaucoup de Marchetti et des potentiels successeurs de Buffon. Oui, sauf que Gigi, cette semaine, a mis tout le mode d’accord. D’abord un match énorme contre les Pays-Bas, puis une autre prestation XXL contre la Fiorentina, avec un arrêt de très grande classe face à Jovetic, lorsque le score était de 0-0. Patron.

Campagnaro (Napoli) L’Argentin avait un compte en suspens avec la Lazio. Il y a quatre ans, il avait raté le tir au but décisif en finale de Coupe d’Italie face aux Romains. Il a enfin pris sa revanche. D’abord en sauvant sur sa ligne le but du potentiel 2-0 pour la Lazio, puis en égalisant d’une superbe reprise de volée à 3 minutes du terme. Mais cette langue bleue, c’est quoi, bordel ?

Moreno (Espanyol) Depuis le début de l'année 2013, l'Espanyol va mieux. Le club barcelonais remonte au classement, et a réalisé ce week-end son meilleur match de la saison, un succès 4-0 sur la pelouse de l'Athletic. Le défenseur mexicain a montré la voie en ouvrant le score et en réalisant une prestation défensive impeccable. Et tout ça, sans langue bleue.

Sagna (Arsenal) Koscielny blessé, Tonton Arsène a été obligé de jouer les plombiers de service. Sa solution ? Mettre Sagna dans l'axe. Résultat : un match énorme de l'international français et, ô miracle, les Gunners qui n'encaissent pas de but à l'extérieur. Une première en 2013.

Alaba (Bayern Munich) Alabama, à la barre, ah là-bas, Malabar… On peut faire tous les jeux de mots foireux, n’empêche que l’Autrichien est de plus en plus décisif. Ce week-end, il a même claqué son premier doublé en Bundesliga. Le doublé qui offre le titre aux Bavarois. En février.

Menez (PSG) Voilà, ça c'est le Jérémy qu'on aime. Un mec qui court, qui provoque, qui fait danser les défenseurs adverses, qui marque, qui n'a pas de raton laveur sur la tête. Bon, maintenant, il faut faire ça pendant 90 minutes. Parce que le Jérémy de la première période, c'est non.

Mba (Nigéria) Le Nigeria remporte la CAN, le jour du Seigneur, avec un but divin d'un mec qui s'appelle Dimanche. Comme quoi, les prières, les superstitions, et tout le tralala, bah ça marche.

Barry (Manchester City) Plat du pied, efficacité. Plat du pied, efficacité. Plat du pied, efficacité. Bah ouais, mais si Mancini ne prend pas la peine d’expliquer dans quel sens il faut se tourner, ça ne peut pas marcher.

Bale (Tottenham) Le week-end où Ryan Giggs devient le seul joueur de l'histoire à avoir marqué lors des 21 éditions de la Premier League, lui claque un doublé décisif contre Newcastle. Et tout cela pendant que le Pays de Galles met une fessée à la France au Tournoi des VI Nations.

Lewandowski (Borussia Dortmund) Pendant toute la semaine, on parle de lui comme de la première grande recrue du Bayern de Guardiola. Le week-end venu, il fait taire les rumeurs avec un but d'entrée de jeu contre Hambourg. Sauf que derrière, il prend un rouge pour avoir mis un coup de savate à Skjelbred, et son équipe sombre, 4-1. Le Bayern en veut toujours ?

Matri (Juventus) Avant, l’attaquant de la Juve avait du mal à marquer des buts. Maintenant, il réussit même à marquer sans sa chaussure. Prochaine étape : marquer sans ballon.

Remplaçants :

Riquelme (Boca Juniors) Le retour du Dieu. Le choix du cœur. La décision qui fait frissonner tous les adeptes de football, même ceux qui s'en cognent du football argentin. Car on ne peut pas se cogner de Riquelme. Non.

Mauri (Lazio) L’an dernier, il inscrivait le plus beau but de la saison contre le Napoli, d’un fabuleux retourné. Cette année, il nous offre la plus belle blessure de l’année : entorse de la cheville en glissant sur le ballon en voulant aller le récupérer dans les filets après l’ouverture du score de Floccari. Video Gag n’aurait pas fait mieux.

Christian Ronald (Real Madrid) Le Madrilène a enfin compris comment faire pour gagner le Ballon d’Or : marquer des tonnes de buts et remporter la Coupe du Roi. Du coup, en 2013, il en est déjà à 14, dont trois triplés. Objectif 100 buts ?

Isco (Malaga) La Isco Bonito tient de plus en plus Malaga sur ses épaules. Sur la pelouse de Levante, il s'offre un doublé synonyme de trois points. Synonyme, aussi, de quatrième place maintenue. Merci.

Cohade (Saint-Étienne) Oui, Renaud Cohade est dans l'équipe-type. Parce qu'il a peut-être réalisé son meilleur match sous les couleurs stéphanoises, et que son équipe s'est imposée 4-1. Peut-être aussi parce que, cet été, on avait rigolé lorsque l'OM s'était intéressé à lui.

Vilhena (Feyenoord) Le petit Vilhena est en feu. Après son doublé la semaine dernière contre Willem II, il enchaîne avec un nouveau but contre l'AZ, qui propulse son club à la deuxième place du classement. Ah, au fait, Vilhena a 18 ans, hein.

Osvaldo (AS Roma) La prochaine fois qu'il voudra tirer un pénalty, Totti s'approchera de lui, lui prendra gentiment le ballon, et ira le tirer lui-même. Et il n'aura même pas besoin de donner d'explications.



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25
À lire ensuite
Riquelme, le grand retour