Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

L'équipe type du dimanche

Ce week-end, qu'a-t-on vu ? Bah, on a vu Falcao marquer cinq buts, Messi battre le record de Gerd Müller, Rooney et Van Persie mettre à genou Manchester City, Lichtsteiner offrir une victoire à Conte pour son retour et le PSG enfin régaler, avec une prestation digne de ce nom. Plaisir.

Modififié
Sur le banc
Totti

Totti

36 ans ? N’importe quoi. Francesco Totti, aka Benjamin Button, rajeunit avec les années. Par contre, ses buts, eux, continuent de s’accumuler. Le capitaine de la Roma en est désormais à 221, à seulement quatre longueurs de Nordahl, deuxième meilleur buteur de l’histoire de la Serie A. Immenso.

Elana

Elana

Pour son premier match post-Landreau, il a réalisé quelques parades totalement folles. Et tout le monde a semblé étonné. Euh, on a vraiment oublié en six mois qu’il avait été l’un des meilleurs gardiens de Ligue 1 l’an dernier ?

Delgado

Delgado

Une histoire de destin. L’ancien Lyonnais joue désormais au Mexique. Ce week-end, il s’est offert un doublé face aux Sud-Coréens d’Ulsan, envoyant son club en demi-finale du Mondial des clubs. Il y retrouvera Chelsea et Benítez. Un homme qu’il avait fait pleurer un certain 20 octobre 2009. Remember Anfield, Rafa.

Lesoimier

Lesoimier

Un beau but, une énorme prestation, et un Stade rennais qui rebouche le Champagne. Beau tableau de chasse.

Ibišević

Ibišević

Le jour où le PSG réalise une véritable démonstration offensive, son ancien attaquant claque un magnifique triplé contre Schalke, qui permet à son club de remonter à hauteur de sa victime du jour. Si ça, ce n’est pas un signe du destin.

Belhanda

Belhanda

Des sifflets. Des erreurs. Des sifflets. Un coup de génie. Un but. Des applaudissements. Un geste de la main. Des provocations. Des sifflets encore. Des sifflets toujours. Suite au prochain épisode des Feux de l’amour de la Mosson.

El
Kharroubi

El Kharroubi

L’an dernier, il disputait une finale de Coupe de France au stade de France, avec le maillot de Quevilly. Passé pendant l’été à Bourg-Péronnas, la fable continue pour lui. Samedi, il a permis à son club d’éliminer Monaco, leader de Ligue 2, en stoppant le pénalty de Germain pendant la séance de tirs au but. C’est quoi l’inverse du chat noir ?

Zabaleta

Zabaleta

Il aurait pu être le héros. Celui qui permet à City de revenir de l’enfer, avec une frappe superbe à cinq minutes du terme. Au final, on se souviendra de lui comme celui qui s’est fait bouffer pendant toute la rencontre par Ashley Young. Une question de minutes.

Kjær

Kjær

Hors-jeu sur le but de Naldo, à l'origine du pénalty sur Lewandowski (alors qu'il n'y a pas faute), le défenseur danois symbolise à lui-seul l'incroyable match-flop de Wolfgang(nam) Stark lors de Dortmund-Worlfsburg. Bon, l'arbitre a au moins eu la décence de s'excuser. Conseillé par Kjær ?

Mangala

Mangala

A 21 ans, le défenseur français s'impose comme l'un des tout meilleurs du championnat portugais. Son équipe n'a encaissé que 6 buts en 11 journées de championnat. A priori, il n'y est pas étranger.

Lichtsteiner

Lichtsteiner

« Quoi? Lichtsteiner à gauche ? Mais n'importe quoi il est à droite » . On sait. Mais on avait personne à gauche et déjà Zabaleta à droite. Alors, hein, on va pas chipoter. Et puis, le Suisse court tellement qu'il pourrait même faire l'aller-retour entre aile gauche et aile droite. Encore un énorme match, avec un but à la clef, pour offrir la « victoire du retour » à Antonio Conte. ...

Özil

Özil

« Geniö » , a titré hier matin Marca. L’Allemand a peut-être réalisé son match le plus dingue face à Valladolid, et a surtout permis à son équipe de ne pas sombrer totalement. Un coup franc fou, et un une-deux de génie avec Benzema : Mourinho dit merci. Enfin, « Danke » .

Thiago
Motta

Thiago Motta

Le calvaire est terminé. Depuis sa blessure lors de la finale de l’Euro, l’ancien de l’Inter était dans un tunnel. Il en a sorti sa petite tête, et a offert une prestation énorme. Hasard ou conséquence : le PSG réalise son meilleur match de la saison. Et Motta ouvre son compteur-buts. Merci.

Guarín

Guarín

Un but, une passe décisive, de la grinta, des duels, des coups recus, des coups données. Comme quoi, Falcao n'est pas le seul Colombien à s'être mis ses supporters dans la poche.

Santi
Cazorla

Santi Cazorla

Il remporte haut la main le concours de plongeon face à Luis Suárez. Un concours sponsorisé par Fabrizio Ravanelli. Avec Busquets comme parrain.

Rooney

Rooney

Premier joueur de 27 ans à dépasser la barre des 150 buts en Premier League, dix buts inscrits lors des derbys de Manchester. Un homme qui rêvait de se venger depuis le 6-1 de la saison dernière. C’est chose faite. Avec les intérêts.

Falcao

Falcao

Que dire de plus. Fernando Morientes, en 2002, en avait mis 5 face à Las Palmas. Depuis, on avait plus jamais vu ça dans le championnat espagnol, malgré les Messi, Raùl, Eto'o et autres CR7. Un quintuplé, et pas des buts dégueulasses, en plus. Si Balotelli a été estimé a 40 millions, Radamel en vaut au moins 150. Quel joueur bordel.

El Kharroubi (Bourg-Péronnas) L’an dernier, il disputait une finale de Coupe de France au stade de France, avec le maillot de Quevilly. Passé pendant l’été à Bourg-Péronnas, la fable continue pour lui. Samedi, il a permis à son club d’éliminer Monaco, leader de Ligue 2, en stoppant le pénalty de Germain pendant la séance de tirs au but. C’est quoi l’inverse du chat noir ?

Zabaleta (Manchester City) Il aurait pu être le héros. Celui qui permet à City de revenir de l’enfer, avec une frappe superbe à cinq minutes du terme. Au final, on se souviendra de lui comme celui qui s’est fait bouffer pendant toute la rencontre par Ashley Young. Une question de minutes.

Kjær (Wolfsburg) Hors-jeu sur le but de Naldo, à l'origine du pénalty sur Lewandowski (alors qu'il n'y a pas faute), le défenseur danois symbolise à lui-seul l'incroyable match-flop de Wolfgang(nam) Stark lors de Dortmund-Worlfsburg. Bon, l'arbitre a au moins eu la décence de s'excuser. Conseillé par Kjær ?

Mangala (FC Porto) A 21 ans, le défenseur français s'impose comme l'un des tout meilleurs du championnat portugais. Son équipe n'a encaissé que 6 buts en 11 journées de championnat. A priori, il n'y est pas étranger.

Lichtsteiner (Juventus) « Quoi? Lichtsteiner à gauche ? Mais n'importe quoi il est à droite » . On sait. Mais on avait personne à gauche et déjà Zabaleta à droite. Alors, hein, on va pas chipoter. Et puis, le Suisse court tellement qu'il pourrait même faire l'aller-retour entre aile gauche et aile droite. Encore un énorme match, avec un but à la clef, pour offrir la « victoire du retour » à Antonio Conte. Chapeau.

Özil (Real Madrid) « Geniö » , a titré hier matin Marca. L’Allemand a peut-être réalisé son match le plus dingue face à Valladolid, et a surtout permis à son équipe de ne pas sombrer totalement. Un coup franc fou, et un une-deux de génie avec Benzema : Mourinho dit merci. Enfin, « Danke » .

Thiago Motta (PSG) Le calvaire est terminé. Depuis sa blessure lors de la finale de l’Euro, l’ancien de l’Inter était dans un tunnel. Il en a sorti sa petite tête, et a offert une prestation énorme. Hasard ou conséquence : le PSG réalise son meilleur match de la saison. Et Motta ouvre son compteur-buts. Merci.

Guarín (Inter) Un but, une passe décisive, de la grinta, des duels, des coups recus, des coups données. Comme quoi, Falcao n'est pas le seul Colombien à s'être mis ses supporters dans la poche.

Santi Cazorla (Arsenal) Il remporte haut la main le concours de plongeon face à Luis Suárez. Un concours sponsorisé par Fabrizio Ravanelli. Avec Busquets comme parrain.

Rooney (Manchester United) Premier joueur de 27 ans à dépasser la barre des 150 buts en Premier League, dix buts inscrits lors des derbys de Manchester. Un homme qui rêvait de se venger depuis le 6-1 de la saison dernière. C’est chose faite. Avec les intérêts.

Falcao (Atlético Madrid) Que dire de plus. Fernando Morientes, en 2002, en avait mis 5 face à Las Palmas. Depuis, on avait plus jamais vu ça dans le championnat espagnol, malgré les Messi, Raùl, Eto'o et autres CR7. Un quintuplé, et pas des buts dégueulasses, en plus. Si Balotelli a été estimé a 40 millions, Radamel en vaut au moins 150. Quel joueur bordel.

Totti (AS Roma) 36 ans ? N’importe quoi. Francesco Totti, aka Benjamin Button, rajeunit avec les années. Par contre, ses buts, eux, continuent de s’accumuler. Le capitaine de la Roma en est désormais à 221, à seulement quatre longueurs de Nordahl, deuxième meilleur buteur de l’histoire de la Serie A. Immenso.

Elana (Lille) Pour son premier match post-Landreau, il a réalisé quelques parades totalement folles. Et tout le monde a semblé étonné. Euh, on a vraiment oublié en six mois qu’il avait été l’un des meilleurs gardiens de Ligue 1 l’an dernier ?

Delgado (Monterrey) Une histoire de destin. L’ancien Lyonnais joue désormais au Mexique. Ce week-end, il s’est offert un doublé face aux Sud-Coréens d’Ulsan, envoyant son club en demi-finale du Mondial des clubs. Il y retrouvera Chelsea et Benítez. Un homme qu’il avait fait pleurer un certain 20 octobre 2009. Remember Anfield, Rafa.

Lesoimier (Brest) Un beau but, une énorme prestation, et un Stade rennais qui rebouche le Champagne. Beau tableau de chasse.

Ibišević (Stuttgart) Le jour où le PSG réalise une véritable démonstration offensive, son ancien attaquant claque un magnifique triplé contre Schalke, qui permet à son club de remonter à hauteur de sa victime du jour. Si ça, ce n’est pas un signe du destin.

Belhanda (Montpellier) Des sifflets. Des erreurs. Des sifflets. Un coup de génie. Un but. Des applaudissements. Un geste de la main. Des provocations. Des sifflets encore. Des sifflets toujours. Suite au prochain épisode des Feux de l’amour de la Mosson.

Miss Côte d’Azur (FC JPFoucault) Le discours le plus insensé et le mieux appris par cœur du week-end. Et après, on critique les footballeurs qui rabâchent toujours que « le plus important, c’est les trois points » .

Kaboré (OM) Allez, on est sympa, on ne fera pas de commentaires. Il vaut mieux pour lui. Vraiment.



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 19
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur