En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options

L'équipe type du dimanche

Un Clásico, un classico, un derby... Bref, un week-end totalement fou en Europe, où l'on a également vu les Bleus briller : Évra a marqué un but de la tête, Ribéry s'est offert un doublé, Hugo Lloris a disputé son premier match de Premier League et Giroud a inscrit son premier but. Et maintenant, la trêve.

Modififié
Sur le banc
Jackson
Martínez

Jackson Martínez

À cause de lui, Zlatan n'a pas le monopole des buts inscrits du talon ce week-end. Salaud.

Welington

Welington

Le défenseur de Málaga avait envie de mettre un peu de piment dans cette Liga. Du coup, à la dernière minute, il offre, avec un joli csc, les trois points à l'Atlético Madrid, qui rejoint ainsi le Barça en tête du classement. Sûrement un supporter du Real.

Totti

Totti

Destro, Piris, Panagiotis, Marquinhos... Recruter des jeunes joueurs, c'est bien. Mais lorsque votre meilleur joueur est un vieux roublard de 36 ans, qui dicte le jeu et le rythme de votre équipe, que faut-il en conclure ?

Kolarov

Kolarov

Pan ! Le coup de canon pour débloquer la situation face à Sunderland. Et une jolie passe décisive pour Agüero. Gaël qui ?

Khelifa

Khelifa

Rangez vos Zlatan, Falcao, Cristiano Ronaldo et Messi. Le héros du week-end, c'est lui. Bah ouais : il offre une prestation monstrueuse et permet à son club, avec un triplé, de faire tomber le champion en titre à domicile. Qui dit mieux ?

Mkhitaryan

Mkhitaryan

11 matchs de championnat, 11 victoires, 14 buts marqués, moyenne de 1,27 but par match. La folie du mec.

Lloris

Lloris

Pour la première fois depuis 310 matchs, Brad Friedel n'était pas titulaire lors d'un match de Premier League. La faute à qui ? À un mec qui ressemble à Pierre Palmade. Ça n'a pas dû le faire marrer, Brad.

João
Carlos

João Carlos

Le con du jour. Lors d'un match qui vaut le leadership pour l'Anzhi, il a la bonne idée de se faire exclure au bout de... 9 minutes. Du coup, son club se prend une raclée ? Bah non. Son club, à dix, gagne 2-0 à l'extérieur. Les riches n'ont pas besoin d'être 11 pour gagner.

Samuel

Samuel

L'homme du derby milanais. Buteur décisif, il a usé sa meilleure technique pour stopper Robinho dans la surface en fin de match. Un beau tacle ? Non non, un bon vieux bloc + tirage de maillot. À l'ancienne.

Höwedes

Höwedes

Le but encaissé à la dernière minute contre Montpellier l'a titillé depuis mercredi. Du coup, face à Wolfsburg, il s'est mis en mode muraille, et ce, malgré le fait qu'il s'appelle Benedikt, pour une victoire 3-0 à la clef. Forcément, son ancien coach, Félix Magath, s'est senti tout con.

Évra

Évra

En sept années à Manchester, il avait marqué deux buts en Premier League. Voilà donc le troisième, et de la tête, s'il vous plaît. Une tête qui, face à Newcastle, a pris quelques coups, notamment en seconde période. Le prix à payer.

Hamšík

Hamšík

Quand ce n'est pas Cavani, c'est lui. La plus belle crête de Serie A (n'en déplaise à El Shaarawy et Mexès) a peut-être inscrit le but le plus dégueulasse de sa carrière, en tombant. Mais peu importe. C'est un pion qui permet au Napoli de rester à égalité avec la Juve. Alors, oui, des buts moches, il veut bien en marquer encore plein.

Lennon

Lennon

Il y a 50 ans tout rond sortait le premier album des Beatles. Pour honorer ça, le bien nommé Lennon a marqué et a permis à Tottenham de s'imposer. Tout le monde ne peut pas en dire autant. McCartney, de West Ham, a perdu contre Arsenal.

Ribéry

Ribéry

À dix jours d'Espagne-France, il est en feu. Après la déroute de son équipe face au BATE Borisov, il fallait une réponse sur le terrain. Plutôt que de compter sur ses coéquipiers, il a pris les choses en mains. Bim, un but, boum, un autre, et le Bayern s'impose 2-0. Sept victoires en sept journées. Eux, ça va.

Gignac

Gignac

On attendait Zlatan. On a eu Zlatan. Mais on a aussi eu Dédé. Avec un doublé, l'ancien Toulousain a permis à l'OM de tenir tête au PSG. Voilà, le deuxième meilleur buteur de Ligue 1, c'est lui. Oui, lui. L'homme dont on s'est tant moqué la saison dernière.

Zlatan

Zlatan

Vous n'avez jamais marqué un but en aile de pigeon ? Vous n'avez jamais mis une sacoche à 2000 km/h ? Vous n'avez jamais marqué 9 buts en 7 apparitions ? Bah le Z, oui. Et c'est limite un peu gênant pour la Ligue 1. Et pour ses coéquipiers.

Cristionel
Messaldo

Cristionel Messaldo

L'un marque. L'autre répond. L'autre marque. L'un répond. Indissociables, les deux meilleurs joueurs du monde ont dicté ce Clásico. Sincèrement, le Ballon d'or, on ne peut pas faire une exception en le donnant aux deux ? Ou même une moitié chacun ?

Lloris (Tottenham) Pour la première fois depuis 310 matchs, Brad Friedel n'était pas titulaire lors d'un match de Premier League. La faute à qui ? À un mec qui ressemble à Pierre Palmade. Ça n'a pas dû le faire marrer, Brad.

João Carlos (Anzhi) Le con du jour. Lors d'un match qui vaut le leadership pour l'Anzhi, il a la bonne idée de se faire exclure au bout de... 9 minutes. Du coup, son club se prend une raclée ? Bah non. Son club, à dix, gagne 2-0 à l'extérieur. Les riches n'ont pas besoin d'être 11 pour gagner.

Samuel (Inter Milan) L'homme du derby milanais. Buteur décisif, il a usé sa meilleure technique pour stopper Robinho dans la surface en fin de match. Un beau tacle ? Non non, un bon vieux bloc + tirage de maillot. À l'ancienne.

Höwedes (Schalke 04) Le but encaissé à la dernière minute contre Montpellier l'a titillé depuis mercredi. Du coup, face à Wolfsburg, il s'est mis en mode muraille, et ce, malgré le fait qu'il s'appelle Benedikt, pour une victoire 3-0 à la clef. Forcément, son ancien coach, Félix Magath, s'est senti tout con.

Évra (Manchester United) En sept années à Manchester, il avait marqué deux buts en Premier League. Voilà donc le troisième, et de la tête, s'il vous plaît. Une tête qui, face à Newcastle, a pris quelques coups, notamment en seconde période. Le prix à payer.

Hamšík (Napoli) Quand ce n'est pas Cavani, c'est lui. La plus belle crête de Serie A (n'en déplaise à El Shaarawy et Mexès) a peut-être inscrit le but le plus dégueulasse de sa carrière, en tombant. Mais peu importe. C'est un pion qui permet au Napoli de rester à égalité avec la Juve. Alors, oui, des buts moches, il veut bien en marquer encore plein.

Lennon (Tottenham) Il y a 50 ans tout rond sortait le premier album des Beatles. Pour honorer ça, le bien nommé Lennon a marqué et a permis à Tottenham de s'imposer. Tout le monde ne peut pas en dire autant. McCartney, de West Ham, a perdu contre Arsenal.

Ribéry (Bayern Munich) À dix jours d'Espagne-France, il est en feu. Après la déroute de son équipe face au BATE Borisov, il fallait une réponse sur le terrain. Plutôt que de compter sur ses coéquipiers, il a pris les choses en mains. Bim, un but, boum, un autre, et le Bayern s'impose 2-0. Sept victoires en sept journées. Eux, ça va.

Gignac (Marseille) On attendait Zlatan. On a eu Zlatan. Mais on a aussi eu Dédé. Avec un doublé, l'ancien Toulousain a permis à l'OM de tenir tête au PSG. Voilà, le deuxième meilleur buteur de Ligue 1, c'est lui. Oui, lui. L'homme dont on s'est tant moqué la saison dernière.

Zlatan (PSG) Vous n'avez jamais marqué un but en aile de pigeon ? Vous n'avez jamais mis une sacoche à 2000 km/h ? Vous n'avez jamais marqué 9 buts en 7 apparitions ? Bah le Z, oui. Et c'est limite un peu gênant pour la Ligue 1. Et pour ses coéquipiers.

Cristionel Messaldo (Real Barcelone) L'un marque. L'autre répond. L'autre marque. L'un répond. Indissociables, les deux meilleurs joueurs du monde ont dicté ce Clásico. Sincèrement, le Ballon d'or, on ne peut pas faire une exception en le donnant aux deux ? Ou même une moitié chacun ?

REMPLAÇANTS :

Jackson Martínez (FC Porto) À cause de lui, Zlatan n'a pas le monopole des buts inscrits du talon ce week-end. Salaud.

Welington (Málaga) Le défenseur de Málaga avait envie de mettre un peu de piment dans cette Liga. Du coup, à la dernière minute, il offre, avec un joli csc, les trois points à l'Atlético Madrid, qui rejoint ainsi le Barça en tête du classement. Sûrement un supporter du Real.

Totti (AS Roma) Destro, Piris, Panagiotis, Marquinhos... Recruter des jeunes joueurs, c'est bien. Mais lorsque votre meilleur joueur est un vieux roublard de 36 ans, qui dicte le jeu et le rythme de votre équipe, que faut-il en conclure ?

Kolarov (Manchester City) Pan ! Le coup de canon pour débloquer la situation face à Sunderland. Et une jolie passe décisive pour Agüero. Gaël qui ?

Khelifa (Évian TG) Rangez vos Zlatan, Falcao, Cristiano Ronaldo et Messi. Le héros du week-end, c'est lui. Bah ouais : il offre une prestation monstrueuse et permet à son club, avec un triplé, de faire tomber le champion en titre à domicile. Qui dit mieux ?

Mkhitaryan (Shakhtar Donetsk) 11 matchs de championnat, 11 victoires, 14 buts marqués, moyenne de 1,27 but par match. La folie du mec.

Brandão (Saint-Étienne) S'il se met à planter des doublés, qui plus est un week-end de Clásico, la Ligue 1 ne va plus rien y comprendre.

Giroud (Arsenal) Un seul mot. ENFIN !



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3