En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options

L'équipe type du dimanche

Ce week-end, on a vu des triplés (van Persie, Pazzini), des doublés (Zlatan, Klose, Müller, Cristiano Ronaldo), des pépites (Candreva, Gignac, Luiz Gustavo, Osvaldo) et des parades incroyables (Costil, Friedel, Audart, Al Habsi). Bref, un putain de week-end de football avant la trêve.

Modififié
Sur le banc
Zlatan

Zlatan

Pazzini qui ? Connaît pas...

Ignacio
Camacho

Ignacio Camacho

Un mec qui ne marque jamais. Mais quand il marque, c’est toujours décisif. La dernière fois, c’était un Málaga-Valence d’avril 2011, qui avait lancé les Andalous vers la Ligue des champions. Bah tiens, peut-être que le prochain, ce sera justement en C1.

Kucher

Kucher

En général, au Shakhtar, ce sont soit des Brésiliens qui marquent, soit Mkhitaryan. Mais lorsque le leader affronte son dauphin, alors, c'est un défenseur local qui prend les choses en main. Un doublé, et voilà le Shakhtar qui compte déjà six points d'avance sur ses poursuivants, après 8 journées. Rendez-vous l'année prochaine pour le suspense.

Gignac

Gignac

Zlatan, Pazzini, van Persie ? Connaît pas. Nan, c'est pas vrai. Il les connaît, mais il s'en tape : c'est bien l'OM qui est en tête de Ligue 1.

Mitrishev

Mitrishev

L'équipe tchétchène de Ramzan Kadyrov talonne actuellement le Zénith. Oui oui. Et ce week-end, c'est ce jeune loup de 20 ans qui lui a permis de s'imposer sur le terrain du Rubin Kazan. Prends ça, Ruud Gullit.

Müller

Müller

Quel salaud. Le mec a déjà marqué un but, et vient voler un pion à Ribéry. Un Ribéry qui, de son propre aveu, avait « déjà le sourire » parce qu'il allait marquer. Aucun cœur, putain.

Friedel

Friedel

L'arrivée de Lloris semble signer sa retraite anticipée. Alors, le vieux Ricain nous sort deux parades de dingue contre Norwich et obtient les louanges de Villach Boach : « il est le titulaire et il le reste » . Bah ouais Hugo, quand tu auras 41 ans, on verra.

Adriano

Adriano

Totalement dépassé mercredi contre le Real Madrid, exclu à la demi-heure de jeu, il s'est ressaisi ce soir, en inscrivant le seul but du match contre Valence et en offrant une bonne prestation. Tiens, d'ailleurs, c'est la première fois cette saison que le Barça n'encaisse pas de but.

Reijnen

Reijnen

Désastreux contre l’Anzhi jeudi (défaite 5-0), il a fait encore plus fort ce week-end : un premier carton jaune à la 7e minute, un deuxième à la 8e. Bah ça fait rouge. Derrière, son équipe perd 5-1 contre le PSV. Conclusion : qu’il soit là ou pas, c’est pareil.

Sakho

Sakho

La dernière fois qu'il était venu à Lille, il avait fait n'importe quoi et avait, (in)directement, entraîné la défaite du PSG. Ce coup-ci, il a été très bon, et d'ailleurs, le score est le même, inversé. Après la trêve, Thiago Silva fera ses grands débuts. C'est con, hein.

Morel

Morel

Le fait qu'il inscrive son 1er but en Ligue 1 avec l'OM confirme l'état de grâce des Marseillais. Comme ça, il pourra toujours dire que, sur l'égalisation de Féret, il avait encore la tête à son but. CQFD.

Malbranque

Malbranque

Onze ans d’absence, et c’est comme s’il n’était jamais parti. Dès ses premiers ballons, on a senti que Gerland était presque son jardin. A quoi bon pleurer Hugo, lorsque l’on retrouve Steed ?

Yaya
Touré

Yaya Touré

L’homme qui peut assurer un secteur entier à lui seul. Au milieu, le patron, c’est lui. D'ailleurs, City devrait plutôt jouer en 5-1-4, ça marcherait quand même.

Diaby

Diaby

Une prestation incroyable, une présence ahurissante, et 90% de passes réussies. Il est bien de retour, et tonton Arsène le sait : lorsque son Abou se sent bien, c’est tout Arsenal qui tourne. Jusqu’à la prochaine blessure.

Florenzi

Florenzi

Francesco Totti a disputé son premier match en Serie A lorsqu'Alessandro Florenzi avait à peine 3 ans. Hier soir, il lui a offert une passe décisive pour son premier but en Serie A. Le symbole d'un passage de témoin ?

Pazzini

Pazzini

Zlatan qui ? Connaît pas…

Van
Persie

Van Persie

Un mec qui marque un but, qui, derrière, rate une Panenka et qui, encore derrière, trouve le mental pour inscrire deux autres buts aux 87e et 90e minutes est un putain de joueur. Mais sinon, Giroud, c’est bien aussi.

Friedel (Tottenham) L'arrivée de Lloris semble signer sa retraite anticipée. Alors, le vieux Ricain nous sort deux parades de dingue contre Norwich et obtient les louanges de Villach Boach : « il est le titulaire et il le reste » . Bah ouais Hugo, quand tu auras 41 ans, on verra.

Adriano (FC Barcelone) Totalement dépassé mercredi contre le Real Madrid, exclu à la demi-heure de jeu, il s'est ressaisi ce soir, en inscrivant le seul but du match contre Valence et en offrant une bonne prestation. Tiens, d'ailleurs, c'est la première fois cette saison que le Barça n'encaisse pas de but.

Reijnen (AZ) Désastreux contre l’Anzhi jeudi (défaite 5-0), il a fait encore plus fort ce week-end : un premier carton jaune à la 7e minute, un deuxième à la 8e. Bah ça fait rouge. Derrière, son équipe perd 5-1 contre le PSV. Conclusion : qu’il soit là ou pas, c’est pareil.

Sakho (PSG) La dernière fois qu'il était venu à Lille, il avait fait n'importe quoi et avait, (in)directement, entraîné la défaite du PSG. Ce coup-ci, il a été très bon, et d'ailleurs, le score est le même, inversé. Après la trêve, Thiago Silva fera ses grands débuts. C'est con, hein.

Morel (Marseille) Le fait qu'il inscrive son 1er but en Ligue 1 avec l'OM confirme l'état de grâce des Marseillais. Comme ça, il pourra toujours dire que, sur l'égalisation de Féret, il avait encore la tête à son but. CQFD.

Malbranque (Lyon) Onze ans d’absence, et c’est comme s’il n’était jamais parti. Dès ses premiers ballons, on a senti que Gerland était presque son jardin. A quoi bon pleurer Hugo, lorsque l’on retrouve Steed ?

Yaya Touré (Manchester City) L’homme qui peut assurer un secteur entier à lui seul. Au milieu, le patron, c’est lui. D'ailleurs, City devrait plutôt jouer en 5-1-4, ça marcherait quand même.

Diaby (Arsenal) Une prestation incroyable, une présence ahurissante, et 90% de passes réussies. Il est bien de retour, et tonton Arsène le sait : lorsque son Abou se sent bien, c’est tout Arsenal qui tourne. Jusqu’à la prochaine blessure.

Florenzi (AS Roma) : Francesco Totti a disputé son premier match en Serie A lorsqu'Alessandro Florenzi avait à peine 3 ans. Hier soir, il lui a offert une passe décisive pour son premier but en Serie A. Le symbole d'un passage de témoin ?

Pazzini (Milan AC) Zlatan qui ? Connaît pas…

Van Persie (Manchester United) Un mec qui marque un but, qui, derrière, rate une Panenka et qui, encore derrière, trouve le mental pour inscrire deux autres buts aux 87e et 90e minutes est un putain de joueur. Mais sinon, Giroud, c’est bien aussi.

REMPLACANTS

Zlatan (PSG) Pazzini qui ? Connaît pas...

Ignacio Camacho (Málaga) : Un mec qui ne marque jamais. Mais quand il marque, c’est toujours décisif. La dernière fois, c’était un Málaga-Valence d’avril 2011, qui avait lancé les Andalous vers la Ligue des champions. Bah tiens, peut-être que le prochain, ce sera justement en C1.

Kucher (Shakhtar Donetsk) En général, au Shakhtar, ce sont soit des Brésiliens qui marquent, soit Mkhitaryan. Mais lorsque le leader affronte son dauphin, alors, c'est un défenseur local qui prend les choses en main. Un doublé, et voilà le Shakhtar qui compte déjà six points d'avance sur ses poursuivants, après 8 journées. Rendez-vous l'année prochaine pour le suspense.

Gignac (Marseille) Zlatan, Pazzini, van Persie ? Connaît pas. Nan, c'est pas vrai. Il les connaît, mais il s'en tape : c'est bien l'OM qui est en tête de Ligue 1.

Mitrishev (Terek Grozny) L'équipe tchétchène de Ramzan Kadyrov talonne actuellement le Zénith. Oui oui. Et ce week-end, c'est ce jeune loup de 20 ans qui lui a permis de s'imposer sur le terrain du Rubin Kazan. Prends ça, Ruud Gullit.

Müller (Bayern Munich) Quel salaud. Le mec a déjà marqué un but, et vient voler un pion à Ribéry. Un Ribéry qui, de son propre aveu, avait « déjà le sourire » parce qu'il allait marquer. Aucun cœur, putain.



Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 18 minutes La double fracture de McCarthy il y a 48 minutes Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 3
il y a 1 heure Un gardien espagnol marque de 60 mètres 1
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
À lire ensuite
L'OM ne s'arrête plus