L’équipe-type du dimanche

Si le monde des médias se focalisent déjà sur le clasico de la semaine prochaine, l’Europe du foot fait comme si de rien n’était, fournissant une bonne dose de buts et de belles histoires.

Modififié
0 1
Sur le banc
Ahamada

Ahamada

Récemment affublé du titre de spécialiste des penalties, le jeune portier toulousain a fait faute sur Lisandro dans ses 16 mètres pour stopper sa tentative par la suite. Raté.

Heinze

Heinze

Mauvais perdant, l’Argentin était prêt à se faire expulser, filant un coup de coude sur corner à l’adversaire, alors que son équipe était à 9. Dommage pour lui, la preuve télévisée, elle, a tout vu.

Romeu

Romeu

Chelsea qui voulait recruter un jeune de la Masia, s'est fait rouler par Barcelone qui a refourgué son frère à la place. Vu le niveau du joueur, il n'y a presque que cette explication plausible.

Vela

Vela

Les joueurs sont attachés à leur entraîneur. Pour ne pas les voir licencier, ils sont prêts à toutes les prouesses. Après le but de 55m la semaine dernière, c’est Vela cette semaine qui a marqué un retourné « à la Rivaldo » pour ne pas voir Montanier rentrer plus vite que prévu en France.

Obertan

Obertan

Le joueur tente beaucoup. Problème, il perd peut-être encore plus de ballons. Et il n’est pas très rapide.

Del
Piero

Del Piero

Pour sa 500e avec la Juve, Alé a décidé de fêter l’évènement «  à la Kastendeuch » . Rentré à l’heure de jeu, il est sorti sept minutes plus tard, saignant abondamment.

Krul

Krul

Il arrête un péno de Lampard, un spécialiste. Il gagne une dizaine de face à face contre Sturridge, la valeur montante. Mais l’histoire se souviendra de Krul pour cette belle phrase de Stéphane Guy, qui le commentait en direct : « Ce n'est pas Tim Krul qui contredirait Strauss-Kahn : avec ses fesses on peut faire bien des choses dans la vie » . ...

Zanetti

Zanetti

A force de ne jamais être expulsé, Javier Zanetti a fini par croire ceux qui lui disaient que son ange gardien portait un maillot d’arbitre. Un tacle par derrière dans sa surface aura eu raison de sa 548ème cape en Serie A. Faut quand même pas déconner.

Kaladze

Kaladze

Il a passé une grande partie de sa carrière au Milan, où Berlusconi, qui revient aux affaires, est comme un père pour lui. Comme il est question d’Italie et de Milan, on aurait pu parler d’arrangement. Pour dissiper les doutes, Kaladze a voulu se faire le genou d’Ibrahimovic en plein dans sa surface. Carton rouge, expulsion et but concédé. Comme prévu, Silvio lui dit ...

David
Luiz

David Luiz

Inconstant cette saison, le Brésilien a réussi un sacré coup en évitant une expulsion alors qu’il a fait une grossière faute en qualité de dernier défenseur. Il a eu le bon goût de ne pas en rajouter sur le reste de la partie.

Marcelo

Marcelo

Dénigré comme jamais par le président de l’Atletico, qui ne trouve pas son nom et se contente des mots « petit » et « chevelu » pour le désigner, le Brésilien trace sa route. A l’aise avec Coentrao qui peut compenser ses montées, il marque encore à la suite d’un long rush.

Vidal

Vidal

Le gardien d’en face expulsé, les trois changements effectués, Vidal se retrouve face à un défenseur au moment de tirer son péno. Et il fait le mec sans pitié, faisant une feinte que seuls les initiés peuvent comprendre. En même temps, Quagliarella a voulu faire sobre en fin de match sur un tir croisé, et n’a pas réussi à marquer.

Makélélé

Makélélé

On l’annonce à la place d’Antoine Kombouaré. Ce qui ne le ravit pas forcément. Lui, il aurait rêvé qu’on lui propose le poste de Blaise Matuidi.

Iniesta

Iniesta

Deux passes décisives sans vraiment toucher le ballon. Un vrai jedi, qui commande tout avec ses yeux.

Ribéry

Ribéry

Incorrigible. Alors qu’il était en plein opé « réhabilitation » auprès des médias français ce week-end, la racaille préférée de Roselyne Bachelot s’est rendue coupable d’un vol devant toutes les caméras de télévision, en grillant la politesse à Mario Gomez pour marquer à sa place.

Balotelli

Balotelli

Nouveau but, nouvelle image à passer au zapping. Cette fois-ci, c’est un but nonchalamment inscrit du pec. Pour Noël, le fantasque attaquant peut déjà sortir un DVD sur ses faits et gestes depuis le début de saison. Ça pourrait durer 2 heures.

Jovetic

Jovetic

Le Monténégrin, sosie du chanteur des Kooks, a réussi un doublé peu commun. Mieux que deux buts, il a fait expulser deux joueurs de l’équipe adverse, laissant Bojan faire n'importe quoi pour la troisième expulsion romaine. C’est encore mieux parce que ça avantage son équipe, mais aussi leur prochain adversaire. Dommage que le calendrier s’y mette, parce que là, les suspensions vont profiter à l’ennemi ...

Krul (Newcastle) : Il arrête un péno de Lampard, un spécialiste. Il gagne une dizaine de face à face contre Sturridge, la valeur montante. Mais l’histoire se souviendra de Krul pour cette belle phrase de Stéphane Guy, qui le commentait en direct : « Ce n'est pas Tim Krul qui contredirait Strauss-Kahn : avec ses fesses on peut faire bien des choses dans la vie » . Amen.

Zanetti (Inter Milan) : A force de ne jamais être expulsé, Javier Zanetti a fini par croire ceux qui lui disaient que son ange gardien portait un maillot d’arbitre. Un tacle par derrière dans sa surface aura eu raison de sa 548ème cape en Serie A. Faut quand même pas déconner.

Kaladze (Genoa) : Il a passé une grande partie de sa carrière au Milan, où Berlusconi, qui revient aux affaires, est comme un père pour lui. Comme il est question d’Italie et de Milan, on aurait pu parler d’arrangement. Pour dissiper les doutes, Kaladze a voulu se faire le genou d’Ibrahimovic en plein dans sa surface. Carton rouge, expulsion et but concédé. Comme prévu, Silvio lui dit merci.

David Luiz (Chelsea) : Inconstant cette saison, le Brésilien a réussi un sacré coup en évitant une expulsion alors qu’il a fait une grossière faute en qualité de dernier défenseur. Il a eu le bon goût de ne pas en rajouter sur le reste de la partie.

Marcelo (Real Madrid) : Dénigré comme jamais par le président de l’Atletico, qui ne trouve pas son nom et se contente des mots « petit » et « chevelu » pour le désigner, le Brésilien trace sa route. A l’aise avec Coentrao qui peut compenser ses montées, il marque encore à la suite d’un long rush.

Vidal (Juventus) : Le gardien d’en face expulsé, les trois changements effectués, Vidal se retrouve face à un défenseur au moment de tirer son péno. Et il fait le mec sans pitié, faisant une feinte que seuls les initiés peuvent comprendre. En même temps, Quagliarella a voulu faire sobre en fin de match sur un tir croisé, et n’a pas réussi à marquer.

Makélélé (Paris SG) : On l’annonce à la place d’Antoine Kombouaré. Ce qui ne le ravit pas forcément. Lui, il aurait rêvé qu’on lui propose le poste de Blaise Matuidi.

Iniesta (Barcelone) : Deux passes décisives sans vraiment toucher le ballon. Un vrai jedi, qui commande tout avec ses yeux.

Ribéry (Bayern Munich) : Incorrigible. Alors qu’il était en plein opé « réhabilitation » auprès des médias français ce week-end, la racaille préférée de Roselyne Bachelot s’est rendue coupable d’un vol devant toutes les caméras de télévision, en grillant la politesse à Mario Gomez pour marquer à sa place.

Balotelli (Manchester City) : Nouveau but, nouvelle image à passer au zapping. Cette fois-ci, c’est un but nonchalamment inscrit du pec. Pour Noël, le fantasque attaquant peut déjà sortir un DVD sur ses faits et gestes depuis le début de saison. Ça pourrait durer 2 heures.

Jovetic (Fiorentina) : Le Monténégrin, sosie du chanteur des Kooks, a réussi un doublé peu commun. Mieux que deux buts, il a fait expulser deux joueurs de l’équipe adverse, laissant Bojan faire n'importe quoi pour la troisième expulsion romaine. C’est encore mieux parce que ça avantage son équipe, mais aussi leur prochain adversaire. Dommage que le calendrier s’y mette, parce que là, les suspensions vont profiter à l’ennemi juventino.

Ahamada (Toulouse) : Récemment affublé du titre de spécialiste des penalties, le jeune portier toulousain a fait faute sur Lisandro dans ses 16 mètres pour stopper sa tentative par la suite. Raté.

Heinze (AS Roma) : Mauvais perdant, l’Argentin était prêt à se faire expulser, filant un coup de coude sur corner à l’adversaire, alors que son équipe était à 9. Dommage pour lui, la preuve télévisée, elle, a tout vu.

Romeu (Chelsea) : Chelsea qui voulait recruter un jeune de la Masia, s'est fait rouler par Barcelone qui a refourgué son frère à la place. Vu le niveau du joueur, il n'y a presque que cette explication plausible.

Vela (Real Sociedad) : Les joueurs sont attachés à leur entraîneur. Pour ne pas les voir licencier, ils sont prêts à toutes les prouesses. Après le but de 55m la semaine dernière, c’est Vela cette semaine qui a marqué un retourné « à la Rivaldo » pour ne pas voir Montanier rentrer plus vite que prévu en France.

Obertan (Newcastle) : Le joueur tente beaucoup. Problème, il perd peut-être encore plus de ballons. Et il n’est pas très rapide.

Del Piero (Juventus) Pour sa 500e avec la Juve, Alé a décidé de fêter l’évènement «  à la Kastendeuch » . Rentré à l’heure de jeu, il est sorti sept minutes plus tard, saignant abondamment.



Par Mario Durante
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Vous êtes des enfoirés, 2 icônes comme Pinturricchio et Kastendeuch! :)
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 1