L'équipe-type du dimanche

Après deux semaines d'arrêt, les footeux reprenaient le chemin des prés et des filets. Ca a fusé dans tous les sens, mêmes les mauvais. Pour preuve, on a récompensé certains joueurs en bois. Mais pas que. Au passage, une pensée pour l'arbitre teuton qui a voulu se foutre en l'air.

Modififié
6 2
Sur le banc
Ahamada

Ahamada

Yohann Pelé peut crever tranquille, Toulouse a définitivement trouvé son remplaçant avec le jeune portier français. Contre Lille, il avait sorti sa truelle, ses briques et son ciment. Tranquillement, il s'est construit un mur. Sans honte, celui-ci.

Zouma

Zouma

Kurt est né en 1994. C'est-à-dire que le centre raté de David Ginola contre la Bulgarie, il s'en tamponne. Par contre, il a marqué son premier but en professionnel ce week-end avec son club formateur, Saint-Étienne. Baby boom.

Calvé

Calvé

Quand on est joueur de l'avant-dernier du classement, pire équipe à l'extérieur du royaume, et que l'on fend la lunette du gardien du leader du championnat pour son premier but en Ligue 1, ça mérite une présence sur le banc de touche.

Denis

Denis

"A Naples, je ne jouais pas". German a fait sa pleureuse dans la presse italienne. Sur le pré, il a encore planté deux pions et continue sa course en tête des buteurs.

Rajoy

Rajoy

Un mec qui va déborder par la droite et sans produits dopants.

Yannick
Noah

Yannick Noah

"Comment une nation peut-elle du jour au lendemain dominer le sport à ce point ? Auraient-ils découvert des techniques et des structures d'entraînement avant-gardistes que personne avant eux n'avait imaginées ? J'ai cherché et je n'ai trouvé aucune de ces innovations répertoriées ou documentées, même si je peux comprendre qu'on n'a pas forcément envie de se faire copier quand on a un secret à garder. Entre nous, j'ai beaucoup de mal à croire à cette hypothèse. Car, ...

Marchetti

Marchetti

Tricard l'an dernier à Cagliari, le portier s'est refait une santé du côté de Rome avec la Lazio. Dans un match à sens unique où le Napoli a littéralement marché sur la formation romaine, le dernier rempart a passé sa soirée à tout sortir. Ecoeurant. Lavezzi en chiale encore.

Richards

Richards

Elle a de quoi être aux anges la brute du Nord de l'Angleterre. Mancunien de formation, son club de City réalise le meilleur départ d'une formation en Premier League. Mais vexé de ne pas avoir été appelé en équipe d'Angleterre, Micah a marqué un pion contre Newcastle. Il a même fait un gros match. "Allo, Fabio. Oui, c'est pour l'Euro 2012, je voulais te dire que Glen Johnson est une ...

Civelli

Civelli

Une passe foirée qui amène le premier but de Saint-Étienne, un placement de gardien de parking sur le second et un attentat sur un adversaire pour conclure la soirée avec un carton rouge. Oui, Civelli a rendu une copie presque divine samedi soir.

Salihamidzic

Salihamidzic

On le pensait rangé des voitures, cramé, en pré-retraite dans son pays d'adoption, l'Allemagne. Mais comme un vieux loubard en manque de sensations fortes, Hasan est remonté sur un gros coup. Son braquo ? Une doublé dans la face d'Hanovre. A 34 piges, l'ancien homme à tout faire du Bayern a encore de l'essence dans le moteur.

Johnson

Johnson

91e minute, transversale géniale de Charlie Adam, contrôle orienté du latéral droit de Liverpool, petit pont sur Ashley Cole, cadrage-débordement sur Malouda, frappe du gauche, petit filet, 2-1 pour les Reds à Stamford Bridge. Glen Johnson, MVP du match.

Marchisio

Marchisio

L'enfant de Turin aura mis le temps avant de prendre la mesure de l'aura de son club formateur. Injouable depuis le début de la saison, le milieu de terrain a livré un match sexy chocolat contre Palerme. Détail au passage, il a encore marqué et se fend le luxe d'être le meilleur buteur de la Vieille Dame. Costaud.

Xabi
Alonso

Xabi Alonso

Le rouquin a dans les pieds l'or qu'il n'a pas dans ses poils. Si Benzema est brillant sur l'ouverture du score, c'est grâce à l'ouverture délicieuse de l'ancien de Liverpool. Pendant 90 minutes, le milieu de terrain a examiné en détails les dimensions du terrain. Un génie.

Giggs

Giggs

Il a bientôt 38 berges, fait l'amour avec la femme de son frère, commence à sérieusement perdre ses cheveux, mais contre Swansea, le Mancunien gratte la gonfle dans les pieds adverses et régale Chicharito pour le seul but du match. Il ne peut en rester qu'un, et ça ne sera pas Christophe Lambert.

Van
Persie

Van Persie

Sur les cinq derniers matches de Premier League, le Batave a claqué dix pions. Le Ballon d'Or 2011, le vrai, c'est lui. Fin des débats. Lionel qui ?

Reus

Reus

le frisson germanique n'en finit plus de régaler son länder. Super Marco s'est fendu d'un triplé dans le buffet du portier du Werder. A ce rythme, dans deux mois il n'est plus au Borussia. Décidément, les Allemands ont accouché d'une génération de psychopathes.

Götze

Götze

Mario Gomez était sûr à 100% de battre le Borussia Dortmund à domicile. L'autre Mario, Götze, n'a rien dit, lui. Mieux, il s'est amusé de Boateng et a poliment demandé à l'attaquant bavarois de ferme sa bouche en fixant le tableau d'affichage : Bayern - Götze : 0-1.

Marchetti (Lazio) Tricard l'an dernier à Cagliari, le portier s'est refait une santé du côté de Rome avec la Lazio. Dans un match à sens unique où le Napoli a littéralement marché sur la formation romaine, le dernier rempart a passé sa soirée à tout sortir. Ecoeurant. Lavezzi en chiale encore.

Richards (Manchester City) Elle a de quoi être aux anges la brute du Nord de l'Angleterre. Mancunien de formation, son club de City réalise le meilleur départ d'une formation en Premier League. Mais vexé de ne pas avoir été appelé en équipe d'Angleterre, Micah a marqué un pion contre Newcastle. Il a même fait un gros match. "Allo, Fabio. Oui, c'est pour l'Euro 2012, je voulais te dire que Glen Johnson est une merde".

Civelli (Nice) Une passe foirée qui amène le premier but de Saint-Étienne, un placement de gardien de parking sur le second et un attentat sur un adversaire pour conclure la soirée avec un carton rouge. Oui, Civelli a rendu une copie presque divine samedi soir.

Salihamidzic (Wolfsburg) On le pensait rangé des voitures, cramé, en pré-retraite dans son pays d'adoption, l'Allemagne. Mais comme un vieux loubard en manque de sensations fortes, Hasan est remonté sur un gros coup. Son braquo ? Une doublé dans la face d'Hanovre. A 34 piges, l'ancien homme à tout faire du Bayern a encore de l'essence dans le moteur.

Johnson (Liverpool) 91e minute, transversale géniale de Charlie Adam, contrôle orienté du latéral droit de Liverpool, petit pont sur Ashley Cole, cadrage-débordement sur Malouda, frappe du gauche, petit filet, 2-1 pour les Reds à Stamford Bridge. Glen Johnson, MVP du match.

Marchisio (Juventus) L'enfant de Turin aura mis le temps avant de prendre la mesure de l'aura de son club formateur. Injouable depuis le début de la saison, le milieu de terrain a livré un match sexy chocolat contre Palerme. Détail au passage, il a encore marqué et se fend le luxe d'être le meilleur buteur de la Vieille Dame. Costaud.

Xabi Alonso (Real Madrid) Le rouquin a dans les pieds l'or qu'il n'a pas dans ses poils. Si Benzema est brillant sur l'ouverture du score, c'est grâce à l'ouverture délicieuse de l'ancien de Liverpool. Pendant 90 minutes, le milieu de terrain a examiné en détails les dimensions du terrain. Un génie.

Giggs (Manchester United) Il a bientôt 38 berges, fait l'amour avec la femme de son frère, commence à sérieusement perdre ses cheveux, mais contre Swansea, le Mancunien gratte la gonfle dans les pieds adverses et régale Chicharito pour le seul but du match. Il ne peut en rester qu'un, et ça ne sera pas Christophe Lambert.

Van Persie (Arsenal) Sur les cinq derniers matches de Premier League, le Batave a claqué dix pions. Le Ballon d'Or 2011, le vrai, c'est lui. Fin des débats. Lionel qui ?

Reus (Mönchengladbach) le frisson germanique n'en finit plus de régaler son länder. Super Marco s'est fendu d'un triplé dans le buffet du portier du Werder. A ce rythme, dans deux mois il n'est plus au Borussia. Décidément, les Allemands ont accouché d'une génération de psychopathes.

Götze (Borussia Dortmund) Mario Gomez était sûr à 100% de battre le Borussia Dortmund à domicile. L'autre Mario, Götze, n'a rien dit, lui. Mieux, il s'est amusé de Boateng et a poliment demandé à l'attaquant bavarois de ferme sa bouche en fixant le tableau d'affichage : Bayern - Götze : 0-1.

Ahamada (Toulouse) Yohann Pelé peut crever tranquille, Toulouse a définitivement trouvé son remplaçant avec le jeune portier français. Contre Lille, il avait sorti sa truelle, ses briques et son ciment. Tranquillement, il s'est construit un mur. Sans honte, celui-ci.

Zouma (Saint-Etienne) Kurt est né en 1994. C'est-à-dire que le centre raté de David Ginola contre la Bulgarie, il s'en tamponne. Par contre, il a marqué son premier but en professionnel ce week-end avec son club formateur, Saint-Étienne. Baby boom.

Calvé (Nancy) Quand on est joueur de l'avant-dernier du classement, pire équipe à l'extérieur du royaume, et que l'on fend la lunette du gardien du leader du championnat pour son premier but en Ligue 1, ça mérite une présence sur le banc de touche.

Denis (Bergame) "A Naples, je ne jouais pas". German a fait sa pleureuse dans la presse italienne. Sur le pré, il a encore planté deux pions et continue sa course en tête des buteurs.

Rajoy (Espagne) Un mec qui va déborder par la droite et sans produits dopants.

Yannick Noah(France) "Comment une nation peut-elle du jour au lendemain dominer le sport à ce point ? Auraient-ils découvert des techniques et des structures d'entraînement avant-gardistes que personne avant eux n'avait imaginées ? J'ai cherché et je n'ai trouvé aucune de ces innovations répertoriées ou documentées, même si je peux comprendre qu'on n'a pas forcément envie de se faire copier quand on a un secret à garder. Entre nous, j'ai beaucoup de mal à croire à cette hypothèse. Car, aujourd'hui, le sport c'est un peu comme Astérix aux Jeux olympiques : si tu n'as pas la potion magique, c'est difficile de gagner. Et là, on a l'impression que, comme Obélix, ils sont tombés dans la marmite. Les veinards". Penseur - Chanteur - Philosophe - Balance.



Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

la réponse de Pep à Noah est sympa aussi ;-)
Sinon effectivement, très gros match de Civelli.
Osvaldo aurait mérité sa place sur le banc pour ce but de fou.
euh Salihamidzic stoppeur oO??
et Johnson marque à la 86'
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
SOS Blatter
6 2