L'équipe-type du dimanche

La pluie, le triplé de Cristiano Ronaldo, les matchs reportés, la montre de Di Méco : tout ça, c'est bien joli, mais ce week-end, il y a d'autres acteurs qui ont fait parler d'eux. En bien, ou pas.

Modififié
9 8
Sur le banc
Westwood

Westwood

Une double parade impressionnante à Old Trafford. En même temps, il y avait tout pour briller puisque les tireurs, c’était Vidic et Evra.

Piqué

Piqué

Ça fait plus de trois ans qu’il joue avec Abidal. Il devrait savoir que le Français est assez maladroit avec ses pieds, et il aurait dû anticiper sa bourde.

Zahavi

Zahavi

Yossi Benayoun va pouvoir souffler. Désormais, quand il va être question de meilleur joueur de foot israélien, on ne va plus penser à lui.

Reus

Reus

L’adresse de Klose, la spontanéité de Podolski. L’attaquant frisson de Bundesliga est contacté par le Bayern pour le mercato d’hiver. Sans déconner ?

Jean-Pierre
Chevènement

Jean-Pierre Chevènement

Il tente la percée solo, plein axe. Attention, Houllier a retenté l’an dernier à Aston Villa. On a vu ce que ça a donné.

Cech

Cech

Cinq ans après Reading, le match à cause duquel il porte un casque en permanence, Cech s’est fait péter le nez contre Blackburn. Il devrait demander son masque de Spiderman à Jérémie Janot pour la suite de sa carrière.

Zambrotta

Zambrotta

Au moment de marquer à bout portant sur une balle repoussée par le goal, Zambrotta hésite. Déjà parce que Milan gagne largement, donc ce n’est pas indispensable. Mais surtout parce qu’il sait que derrière, il va se prendre des tapes de Zlatan en guise de célébration. Et ça, ça ne lui manque pas.

Vermaelen

Vermaelen

Il est tellement rassurant derrière que le reste de l’équipe d’Arsenal le laisse tout faire. En même temps, avec un but, une passe décisive, personne ne va chercher à lui dire qu’en fait, c’est le sosie de Brian Austin Green.

Pepe

Pepe

La brute épaisse manque de vice. Il aurait pu rentrer en douce sans l’accord de l’arbitre. Au lieu de ça, même pas blessé, il a attendu sagement au bord de la touche pour rentrer. Et son équipe s’est pris un but. Heureusement qu’ils en mettent 7 derrière.

Cuadrado

Cuadrado

Cesena peut déjà penser à la Serie B. Contre eux, les joueurs se déchaînent. Cuadrado, arrière droit de Lecce, a par exemple l’espace d’une action, fait comme s'il était Aaron Lennon. Ça ne lui arrivera probablement plus. Ou peut-être au retour contre Cesena.

Lodi

Lodi

C’est peut-être parce qu’il avait la pression du gros Seedorf derrière lui, toujours est-il que Lodi s'y est repris à deux fois pour mettre un csc, après avoir trouvé le poteau sur la première tentative. On est sûr que c’est fini les histoires de paris en Italie ?

Yaya
Touré

Yaya Touré

Il est grand, noir, milieu, capable de claquer des têtes décisives à bout portant. Mais ce qui départage vraiment Yaya Touré d’Abou Diaby, outre la solidité, c’est la faculté de ne pas craquer face aux provocations de Joey Barton.

Abriel

Abriel

Gignac ne va jamais au pressing. Contre Nice, il s’y est mis une fois, le temps de faucher son ancien partenaire aujourd’hui niçois avec un gros tacle. C’est sûr, Gignac ne fera pas la couv’ de "Leader Chic".

Lampard

Lampard

Pour assurer sur un centre au point de penalty, Lampard préfère mettre la tête. A cinq mètres du buts, avec ses pieds, il peut encore la mettre hors du stade. Tant que ça marche...

Gomez

Gomez

13 buts en 11 matchs. Et ça fait des saisons que c'est comme ça. Il a dû s’attraper avec des journalistes influents pour que les médias parlent tout le temps des autres.

Michu

Michu

Il est grand, il va vite, il est puissant, il a les cheveux longs, il claque des pions et les célèbre avec arrogance. Si ça se trouve, dans quelques années, Michu va sortir son autobiographie en Suède intitulée « Je suis Michu  » . Et Guardiola va encore prendre cher.

Cech (Chelsea) : Cinq ans après Reading, le match à cause duquel il porte un casque en permanence, Cech s’est fait péter le nez contre Blackburn. Il devrait demander son masque de Spiderman à Jérémie Janot pour la suite de sa carrière.

Zambrotta (Milan AC) : Au moment de marquer à bout portant sur une balle repoussée par le goal, Zambrotta hésite. Déjà parce que Milan gagne largement, donc ce n’est pas indispensable. Mais surtout parce qu’il sait que derrière, il va se prendre des tapes de Zlatan en guise de célébration. Et ça, ça ne lui manque pas.

Vermaelen (Arsenal) : Il est tellement rassurant derrière que le reste de l’équipe d’Arsenal le laisse tout faire. En même temps, avec un but, une passe décisive, personne ne va chercher à lui dire qu’en fait, c’est le sosie de Brian Austin Green.

Pepe (Real Madrid) : La brute épaisse manque de vice. Il aurait pu rentrer en douce sans l’accord de l’arbitre. Au lieu de ça, même pas blessé, il a attendu sagement au bord de la touche pour rentrer. Et son équipe s’est pris un but. Heureusement qu’ils en mettent 7 derrière.

Cuadrado (Lecce) : Cesena peut déjà penser à la Serie B. Contre eux, les joueurs se déchaînent. Cuadrado, arrière droit de Lecce, a par exemple l’espace d’une action, fait comme s'il était Aaron Lennon. Ça ne lui arrivera probablement plus. Ou peut-être au retour contre Cesena.

Lodi (Catane) : C’est peut-être parce qu’il avait la pression du gros Seedorf derrière lui, toujours est-il que Lodi s'y est repris à deux fois pour mettre un csc, après avoir trouvé le poteau sur la première tentative. On est sûr que c’est fini les histoires de paris en Italie ?

Yaya Touré (Manchester City) : Il est grand, noir, milieu, capable de claquer des têtes décisives à bout portant. Mais ce qui départage vraiment Yaya Touré d’Abou Diaby, outre la solidité, c’est la faculté de ne pas craquer face aux provocations de Joey Barton.

Abriel (Nice) : Gignac ne va jamais au pressing. Contre Nice, il s’y est mis une fois, le temps de faucher son ancien partenaire aujourd’hui niçois avec un gros tacle. C’est sûr, Gignac ne fera pas la couv’ de "Leader Chic".

Lampard (Chelsea) : Pour assurer sur un centre au point de penalty, Lampard préfère mettre la tête. A cinq mètres du buts, avec ses pieds, il peut encore la mettre hors du stade. Tant que ça marche...

Gomez (Bayern Munich) : 13 buts en 11 matchs. Et ça fait des saisons que c'est comme ça. Il a dû s’attraper avec des journalistes influents pour que les médias parlent tout le temps des autres.

Michu (Rayo Vallecano) : Il est grand, il va vite, il est puissant, il a les cheveux longs, il claque des pions et les célèbre avec arrogance. Si ça se trouve, dans quelques années, Michu va sortir son autobiographie en Suède intitulée « Je suis Michu  » . Et Guardiola va encore prendre cher.

Westwood (Sunderland) : Une double parade impressionnante à Old Trafford. En même temps, il y avait tout pour briller puisque les tireurs, c’était Vidic et Evra.

Piqué (Barcelone) : Ça fait plus de trois ans qu’il joue avec Abidal. Il devrait savoir que le Français est assez maladroit avec ses pieds, et il aurait dû anticiper sa bourde.

Zahavi (Palerme) : Yossi Benayoun va pouvoir souffler. Désormais, quand il va être question de meilleur joueur de foot israélien, on ne va plus penser à lui.

Reus (M’Gladbach) : L’adresse de Klose, la spontanéité de Podolski. L’attaquant frisson de Bundesliga est contacté par le Bayern pour le mercato d’hiver. Sans déconner ?

Jean-Pierre Chevènement (MRC) : Il tente la percée solo, plein axe. Attention, Houllier a retenté l’an dernier à Aston Villa. On a vu ce que ça a donné.



Par Mario Durante
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

c'est quand même incroyable : dès que vous parlez de Chelsea, c'est pour taillé. Je ne sais pas ce qui vous rend si aigri, mais un peu d'objectivité ne vous ferait pas de mal.

Dire que Lampard pourrait rater un but à 5m, ça craint pour un joueur ayant un sens du but aussi développé que le sien. Un relayeur qui met plus de 20 buts par saison, ça ne court pas les rues.


Sinon, un gros big-up au mec qui a écrit l'article sur la fin de Lampard il y a quelques semaines : une analyse plus que limitée qui ne prenait pas en compte tous les paramètres du joueur et de l'équipe. Bref, un article que Footmercato n'aurait même pas osé publier. Le principal c'est qu'aujourd'hui le joueur vous prouve le contraire : c'est beau à 33 ans d'être toujours le même joueur, aussi décisif, aussi combatif et avec la même belle mentalité.

Donc messieurs, stop la prise de partie, un peu plus d'objectivité quand vous parlez des Blues, vous n'en ressortirez que grandis...
C'est pas Zlatan qui met des baffes à Zambrotta, mais Yepes !!

Sinon c'est vrai qu'elle était conne la remarque sur Lampard...
Puis pour le coup d'Abidal, Piqué est bien plus fautif vu qu'il ne prend pas le ballon de la tête à la base. Par contre, Abidal a adressé une super passe décisive dans ce match !
J'aurais bien vu un Marco Reus.....
Zut j'ai zappé les remplaçants !

.........
DIMITRI-SUR-LE-DON-S04 Niveau : Ligue des champions
Vermealen le sosie de Brian austin Green^^ C'est impressionnant à quel point la défense d'Arsenal passe du jour à la nuit en fonction de la présence ou non de ce défenseur. Et même plus que la défense, il pèse offensivement, il est pas vraiment lent non plus, sacré joueur, mase in Ajax.

Et donc la défense centrale belge, c'est Vermealen-Kompany. Vraiment pas moche du tout.
Ouais et avec cette paire là plus Hazard et dans une moindre mesure Witsel, Lukaku et Defour, il ne vont pas à l'Euro, dommage, mais c'est une jeune génération qui je pense peut viser la prochaine qualif' en CM..
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Le Real Madrid fait joujou
9 8