L'équipe-type du dimanche

Des attaquants aux cheveux longs qui mettent des triplés, des gardiens blonds qui n'encaissent plus de buts, et des défenseurs chauves qui ne lâchent rien.

0 5


LE ONZE :Neuer (Bayern Munich). Lors de son premier match officiel avec le Bayern, Neuer prend un but évitable et subit les critiques de la presse. Vexé, l'ancien de Schalke la joue Gandalf : « vous ne passerez pas » . Résultat : 8 matches joués depuis, aucun but encaissé. Le public de 04, qui l'a conspué, s'en mord les doigts.Zuniga (Napoli). Face au Milan AC, Zuniga n'est pas titulaire. Lorsqu'il rentre sur la pelouse, son équipe a deux buts d'avance. La consigne de son coach : les conserver. Zuniga se transforme en robot, court partout, se jette à droite, à gauche, à terre, s'arrache sur tous les ballons et respecte les ordres. Naples gagne 3-1.Fagner (Vasco de Gama). On peut être défenseur et marquer des buts d'attaquant. Fagner, défenseur central de Vasco de Gama, a choisi le pétard à mi-hauteur. Un pion qui couronne la victoire de Vasco et qui offre la première place au club de Rio de Janeiro. Un beau cadeau pour l'entraîneur Ricardo, sorti du coma et qui pourra bientôt rentrer chez lui. Zebina (Brest). Parce que son expérience et ses conseils ont contribué au réveil brestois face au leader montpelliérain. Parce que, sur le plateau du CFC, il admet sans vergogne qu'il ne connaît pas vraiment les joueurs de Ligue 1. Et aussi parce que le costard lui va vraiment bien.Ballesteros (Levante). En plus d'avoir le même nom qu'un golfeur mort, il a été l'un des protagonistes de la victoire historique de Levante face au Real Madrid. Il a d'abord sauvé sur la ligne un tir de Benzema, puis a provoqué l'expulsion de Khedira, avant de dévier de la main un corner de Ronaldo. Digard (Nice). « Il faut faire preuve d'orgueil, relever la tête » . Voilà ce qu'avait prodigué Didier Digard juste avant la rencontre face à Ajaccio. Et le capitaine est passé des mots aux actes. Un match parfait, devant comme derrière, de l'engagement : la star du Ray c'est Digard.Muntari (Inter Milan). Il rentre à un quart d'heure du terme et reçoit une bronca de San Siro. Premier ballon, il glisse et rate une passe facile. Deuxième, il envoie le ballon directement en touche. Dernière action, à la 95ème minute, à l'entrée de la surface, il opte pour une balle en retrait plutôt que de mettre dans le paquet. Du coup, l'arbitre siffle la fin. Homme du match ?Isla (Udinese). Au bout de deux journées, l'an dernier, l'Udinese avait zéro point. Cette saison, les Frioulans sont co-leaders. Di Natale y est pour quelque chose, mais peut-être pas autant qu'Isla. Le Chilien est énorme, et a couronné son début de saison d'un superbe but contre la Fiorentina. La Isla Bonita.Nani (Manchester United). Pas seulement un but exceptionnel. Nani est plus que jamais Super, plus que jamais meneur des Red Devils, plus que jamais digne héritier d'un autre Portugais adepte de grigris. Et, pour la première fois sous Ferguson, cinq victoires lors des cinq premières journées pour United.Messi (FC Barcelone). Certes, Messi dans l'équipe-type, c'est un peu comme dire que Mozart était doué en musique. Mais bon. Trois buts, deux passes décisives, un poteau et une barre en un match, on peut tout de même difficilement faire mieux. Même lorsque l'on connaît son solfège par cœur. Cavani (Napoli). Sans lui, Naples aurait peut-être perdu 1-0. Mais il est là. Décisif, réaliste, monstrueux. Trois occasions, pas une de plus. Trois buts, pas un de moins. Naples, leader de la Serie A, vibre comme à l'époque de Maradona. Edinson Maradona.LE BANC :Falcao (Atletico Madrid). Quoi ? 40 millions pour Falcao ? Bah ouais. 40 millions pour Falcao. Le Colombien continue sur sa moyenne de buts instaurée à Porto. Avec son triplé inscrit face à Santander, cela fait quatre en trois matches sous ses nouvelles couleurs. Forlan qui ? Rivaldo (Sao Paulo). 39 ans, et encore un but, le quatrième de la saison, inscrit contre Ceara lors de la large victoire des siens (4-0). Le championnat brésilien, bien plus épanouissant qu'une maison de retraite. Danny (Zénith). Le Zénith perd 2-1 sur la pelouse du Rubin Kazan et est en train de perdre la tête du classement. Et puis, Danny est arrivée. Le Portugais plante un doublé. Le Zénith gagne 3-2. Le Zénith est leader. Mange un Danny et ça ira mieux ?Danic (Valenciennes). Si Valenciennes peut enfin fêter sa première victoire en Ligue 1 cette année, il le doit en grande partie à Gaël Danic. Impeccable, le milieu de terrain a ouvert le score, avant de délivrer une passe décisive à Pujol. Mange un Danic et ça ira mieux ?Yakubu (Blackburn). Il n'est pas gracieux. Il n'est pas très beau à voir jouer. Mais Yakubu Aiyegbeni peut se vanter d'une chose : à cause de son doublé inscrit hier, Arsenal est aujourd'hui la pire défense de Premier League. Pire que Dijon, même. Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Novakovic ou Podolski de Cologne auraient pu y être aussi, mais j'aime bien.
"[..]Muntari (Inter Milan). Il rentre à un quart d'heure du terme et reçoit une bronca de San Siro[...]"

La bronca, me semble-t-il, était surtout due à la sortie de Forlan (l'Inter évoluait alors sans aucun attaquant).
c'est lourd toutes vos pubs so foot...
Comment ça "pire que Dijon"?????

Bande de morts.
Vous auriez pû mettre le pauvre Torres dans l'équipe-type.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Les notes de l'Olympico
0 5