L'équipe-type du dimanche

Ce week-end, il a beaucoup été question de mains : dans la surface, en dehors, volontaires ou pas. Heureusement il y avait aussi des buts et des belles histoires.

Modififié
0 7

Le Onze Carrasso (Bordeaux) : « Deux lignes sont tracées perpendiculairement à la ligne de but, à 16,5 m de l'intérieur de chaque montant du but. Ces deux lignes avancent sur le terrain de jeu sur une distance de 16,5 m et sont réunies par une ligne tracée parallèlement à la ligne de but » . Visiblement, ce n'est pas assez pour Cédric qui va, par deux fois dans le même match, foutre ses mains ailleurs que dans sa surface.Baines (Everton) : Il défend mieux que Kolarov et claque des coups-francs au moins aussi jolis. Mais il est Anglais et c'est un Toffee. Pas assez sexy pour Manchester City donc. Tant pis pour eux, une autre grosse écurie va en profiter sous peu.Boye (Rennes) : Ses premiers pas en Ligue 1 avec Rennes sont au moins aussi impressionnants que ceux effectués en son temps par John Mensah, son mentor qui l'a envoyé en Bretagne. Reste plus qu'à ne pas signer à Lyon. Squilacci (Arsenal) : Fébrile, pas à l'aise, “Toto” avait l'occasion de refaire surface avec les Gunners en Cup. Bah, il s'est totalement foiré. En même temps, jouer avec l'équipe B d'Arsenal quand on a 30 ans, c'est avoir l'impression de reprendre ses études, comme dans "Community", et ça, c'est pas évident.Dani Alves (Barcelone) : Sur le premier but des Catalans, il était hors-jeu. Mais comment en vouloir à l'arbitre assistant ? Il n'y avait que cinq minutes de jeu et le Brésilien avait déjà fait une dizaine de voyages A/R.Kuzmanovic (Sttutgart) : Quand il jouait en Italie, le Serbe transformait des coups francs minutieux. Maintenant en Allemagne, il envoie des minasses de 30 mètres. Autant dire qu'il ne ferait rien s'il venait en Ligue 1. Vieira (Manchester City) : Hier, les statuts Facebook en son honneur ont commencé à se succéder en peu de temps, comme pour Ronaldo la semaine dernière. Quoi, lui aussi il arrête ? Non, il vient de mettre un doublé en Cup. Ah... Hernanes (Lazio) : Le Prophète a repris sa marche en avant, décisif avec la Lazio en coupant promptement un centre qui ne lui était pas destiné. N'empêche, Ederson doit se dire, depuis son infirmerie lyonnaise, qu'il peut faire au moins aussi bien.Robben (Bayern) : La stat du jour : depuis son arrivée au Bayern, en août 2009, Arjen Robben a disputé 30 matchs de Bundesliga. Oui, c'est peu. Mais c'est surtout 22 victoires. Comme quoi, ça vaut le coup de l'attendre. Palacio (Genoa) : Menée 3-0, son équipe s'est finalement imposée 4-3. Auteur d'un doublé, il devient donc un peu l'idole du peuple, celui qui a permis d'y croire, comme Dugarry contre Montpellier avec l'OM en 98. Sauf que l'Argentin est déjà dégarni et qu'il a une longue tresse qui ne rime à rien. Pato (Milan AC) : En regardant le match du Milan, le staff de Tottenham a dû faire la gueule. Pato semble de retour, la qualification pour les quarts de la C1 est loin d'être acquise côté Spurs...[page] Le Banc Aranzubia (La Corogne) : Le coup du goal qui monte pour le dernier corner et qui marque. Félicitation Daniel, tu es le Grégory Wimbée ibérique.Méxès (AS Roma) : Ça avait bien commencé, avec un but. Mais derrière, le blond s'est pris de nouveau les pieds dans le tapis. Son équipe a pris sept buts dans la semaine. Il va finir par se faire prendre à partie comme un vulgaire Jonathan Zebina, c'est sûr. Giovani Dos Santos (Santander) : A la faveur d'une accélération qui a donné un penalty à son équipe, on a retrouvé la trace de l'ancienne pépite mexicaine. Au fait, il joue de nouveau en Liga. C'est con de ne s'en rendre compte que fin février.Petric (Hambourg) : Le Croate marque enfin dans toutes les positions. Comme quoi, c'est enrichissant de jouer dans le même club que Van Nistelrooy.Anelka (Chelsea) : Un nouveau penalty foiré avec Chelsea, après celui en finale de Ligue des Champions. C'est sûr, à choisir, Ancelotti aurait préféré se faire insulter à la mi-temps.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Palacio = idolo !

Buffon = idoto !
J'aurais ajouté à cette ET une petit dédicasse pour Gigi qui a aussi pensé que son maillot différent lui autorisait à utiliser ses mains n'importe où, le sauvetage involontaire de la pommette gauche de Squillacci et complété le duo des Papas flingueurs du Genoa (Palacio, Paloschi)
Match taré du Genoa comme il en faisait pas mal il y a 2 saisons et qu'il ne se qualifiait pas pour les préliminaires de la Champions à cause de la différence particulière avec la Fiorentina. Remember la squadra avec Diego Milito, Thiago Motta, Ferrari, Rubinho...
Quand il joue à Marassi, tout est possible! Les tifosi y mettent une ambiance de fou.
Baines, super arrière gauche. L'evenement du week end c'est la remontée du Genoa façon canasson, façon "il capitano" Varennes! Marassi c'est l'enfer du devoir. Un stade à l'anglaise, les tifos en plus. Une ambiance survoltée. Vu son effectif, le Genoa devrait jouer les premiers roles. Difficile de sortir indemne de ce chaudron. Amère constat pour la Roma,sa saison est flinguée. A part ça, Robben est un monstre, Cruyff avait bien raison, c'est le meilleur joueur néerlandais de sa génération. Un cauchemar pour tous les arrières gauches du monde
la maniére dont anelka a tiré son penalty c honteux sa me rappelle ses coups francs a la coupe du monde contre le mexique sans élan,sans envie...
Amer orthographe, rouge direct!
ouais, pour y avoir été pas mal de fois ces deux dernières années, je confirme que l'atmosphère de marassi côté genoa c'est quelque chose! chants incessants, fumigènes, bombes agricoles, tifo extras les soirs de derby... certainement le stade avec le plus fort taux de remplissage en italie et le genoa le club avec le plus d'abonnés proportionnellement à la capacité du stadio ferraris. une enceinte à l'anglaise, oui, mais un club qui est aussi fier de ses origines british et qui cultive un peu cela. depuis cette saison les ultras ont même ressorti leur bâche rossoblu "you'll never walk alone".
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Le Big Five
0 7