1. //
  2. // 4e journée

L'équipe-type du dimanche

Pas d'arrière droit transcendant lors de cette journée. Alors on prend des risques et on pose un 3-4-3 sur le pré, avec deux piles devant entourant un Nigérian exilé en Franche-Comté. Inédit.

0 0

Gardien de but :David Ospina (Nice) : L'année dernière, il avait maintenu à flot une équipe niçoise au bord du précipice. Contre Lille, le point du match nul lui revient en grande partie : parades décisives face à Gervinho, Frau et surtout une sortie kamikaze flippante face à Sow. Défenseurs :Mauro Cetto (Toulouse) : Easy comme toujours. Placement : ok. Relances : ok. Duels aériens : ok. Lacet capillaire : ok. Le Toulousain le plus régulier de ces deux dernières saisons a encore livré une copie propre. Peut-être un des défenseurs les plus sous-cotés de notre L1. Peut-être... Grégory Bourillon (Lorient) : Le naufrage défensif lorientais a pris fin ce week-end face à Lyon. Il y avait plus simple pour régler la mire mais bon. Si Gomis et Briand ont été invisibles au Moustoir, Bourillon n'y est certainement pas innocent. Va-t-on enfin retrouver le Bourillon de l'époque rennaise ou son anagramme parisien Grégory « Brouillon » ? Vincent Muratori (Monaco) : On n'aura pas vu un bout de barbe ou mèches longues de Cédric Hengbart sur le côté droit. Ces temps-ci, l'exploit n'est pas anodin. La passé déc' sur le premier but de Niculae, c'est aussi lui. Ça suffit. Milieux de terrain :Etienne Capoue (Toulouse) : A l'image du Téf', il avait déçu la saison dernière. Samedi, il aura calé un pion sympathique : feinte de corps puis une belle soute sur Lotiès pour finir le boulot par un tir enroulé petit filet. Survolant le milieu de terrain contre Nancy, Capoue n'a plus qu'à se montrer plus régulier pour espérer viser plus haut. Lucho Gonzalez (Marseille) : On aurait pu mettre Plasil, le seul Bordelais irréprochable, avec Carrasso, depuis l'ouverture du championnat. Mais Lucho a calé son petit but, a bien géré avec Cheyrou l'infériorité numérique née de l'expulsion de Doudou Cissé et aurait pu avoir un doublé au bout du pied si Brandao ne mettait pas trois plombes à conduire son cuir et lever la tête. Dimitri Payet (Saint-Etienne) : Ah, s'il était resté à Nantes, la Beaujoire n'aurait pas eu à se farcir Abdoun ! Il nous rappelle simplement qu'il y avait, à une autre époque, un centre de formation à la Jonelière. En progression constante depuis son arrivée à Sainté, le Réunionnais est d'une facilité technique plutôt effarante : jeu de corps, pied gauche, pied droit, conduite de balle collée au pied. Contre Lens, il aura tout fait et inscrit le premier triplé de sa jeune carrière. Nicolas Maurice-Belay (Sochaux:) Ce n'est pas le genre de joueurs qu'on peut appeler régulier mais force est de constater qu'il peut avoir de belles fulgurances sur son aile gauche, avec son pied gauche. Pied droit, c'est une autre histoire. Paraît que Jallet en a perdu quelques cheveux. Attaquants :Kévin Gameiro (Lorient) : Sa première convocation chez les Bleus, il l'aura fêtée avant tout au Moustoir, en remisant au placard la Gourcuff Story de la journée. Toujours autant d'appels, de percussion et d'opportunisme. Encore un peu plus d'efficacité, et ce type calera ses 20 cageots par saison. Nolan Roux (Brest) : Pourquoi Lens l'a laissé filer ? La couleur de cheveux ? Le prénom ? Le nom de famille ? Après avoir soigné une épaule en vrac, Roux a permis aux Brestois d'obtenir leur première victoire cette saison sur une reprise de volée tout en facilité, en précision et en puissance. Du talent brut, à fort potentiel, à coup sûr. Ideye Brown (Sochaux) : Mamadou Sakho est peut-être dans les petits papiers de Laurent Blanc mais il a été ridiculisé par le jeune Nigérian. Brown ouvre son compteur cette saison et tient son match référence en Ligue 1. De quoi souffler « mercato » à l'oreille de Sverkos... Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0