L'Equipe (type) du Dimanche

A l'approche des régionales, les footballeurs l'ont compris : il faut frapper là où ça fait mal. Dans des matchs qui leur tenaient à cœur, ils ont marqué, ils se sont fait expulser, ou ils se sont cassé la jambe. Il y a de tout, dans cette équipe type.

Modififié
0 1
ONZE



Mandanda (Marseille) : Contre Paris, le portier marseillais a fait son boulot proprement, se mettant en valeur sur un double arrêt de grande classe contre Hoarau et Giuly.




Bridge (Manchester City) : Les images ont fait le tour des TV et d'Internet pendant le week-end. Ok, mais on pourrait aussi dire qu'il a fait un bon match, qu'il est à l'origine du penalty de Tevez...



Terry (Chelsea) : A la rue depuis trois matchs. Pour évoquer sa chute, Canal + met “Brandt Rhapsodie” . C'est vraiment la fin. Pourquoi est-il donc dans l'équipe-type ? Juste pour le kif de le voir à côté de Bridge. Ça, même Capello ne peut pas le faire.



Carragher (Liverpool) : Sans doute pour signaler la fin de l'hiver, Jamie a joué au plagiste dans sa surface. Ça n'a pas pris, l'arbitre a sifflé péno. Heureusement pour les Reds, Torres est de retour.



Shawcross (Stoke City) : Un mec malin. Il casse une jambe mais pleure aussi sec. Il passe donc pour le héros malheureux dans l'histoire, et jouera en sélection pour la première fois contre l'Egypte. L'histoire ne dit pas si Whilshere, la victime, regardera le match depuis sa chambre d'hôpital.



Makelele (Paris SG) : Contre l'OM, aucune de ses passes n'est arrivée à destination. Ça fait drôle de le dire mais il a touché le fond. Pourrait même se faire recaler lors d'un essai au Qatar.



Bellini (Atalanta) : Lorsque Pato se claque devant ses yeux, il met immédiatement le ballon en touche, au lieu d'amorcer un contre. Comme quoi, les préjugés sur les Italiens...



Modric (Tottenham) : Parfaitement revenu de blessure, il se régale à jouer dans les petits périmètres avec Kranjcar, recruté pour l'intérim. Tottenham peut viser la qualification en Champions League.



Pedro (Barcelone) : Encore une fois, c'est lui qui débloque la situation à Barcelone. Le cas Henry semble réglé.


Miccoli (Palerme) : Le petit attaquant de poche déteste Moggi et la Juve. On a beau lui dire que Lucky Luciano n'y est plus, il s'en fout, il claque à tout va contre la Vieille Dame. Et lui chipe la quatrième place presque tout seul.



Tevez (Manchester City) : Apparemment, il n'a rien contre Abramovitch, rien contre Chelsea. Pourtant, dès qu'il les croise, l'Argentin les corrige comme s'il voulait que tous les Blues aient la même gueule que lui.




Le Banc



Hilario (Chelsea) : La plus grande chance de José Mourinho de voir enfin les quarts de finale de la Champions League avec l'Inter. Un Portugais qu'il a lui-même recruté à la hâte il y a quelques années. Un acte prémédité ?



Grygera (Juventus) : Auteur d'une passe en retrait foireuse qui cause la perte de son équipe. Sur le moment, il se retourne et peste contre son goal. La Juventus, une ambiance incroyable.


Cissé (Marseille) : Ses deux meilleurs matchs avec l'OM, c'est contre Paris et le Milan AC. Il choisit peut-être ses matchs, mais il choisit les bons.




Del Piero (Juventus) : En position de hors-jeu sur la frappe de Cannavaro, il invalide le but. En même temps, ça faisait deux semaines qu'il obtenait des pénaltys injustifiés.




Raul (Real Madrid) : Ce n'est qu'une supposition, mais si ça se trouve, on a assisté à Tenerife au dernier but en Liga du monument Raul.




Le Coach



Paul Le Guen (Cameroun) : Pour Samuel Eto'o, Paul le Guen n'est pas un sélectionneur, c'est un « encadreur » . CQFD.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le joueur d'Arsenal bléssé est Ramsey et non Wilshere
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 1