Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

L'équipe-type du Calcio

La Serie A va mieux et s'est surtout rééquilibrée. Pour preuve : il y a moins de huit joueurs de l'Inter Milan dans l'équipe-type de cette première moitié de saison. Merci Benitez.

Sirigu (Palerme) : A priori, le successeur de Gianluigi Buffon, c'est lui. Mêmes cheveux longs, même belle gueule, mêmes réflexes sur sa ligne : Sirigu confirme toutes les bonnes choses aperçues l'an dernier. Tiens, d'ailleurs, on l'annonce à la Juve. Oddo (Milan) : Massimo Oddo a bien compris que sa carrière était au crépuscule. Alors, il s'est reconverti en syndicaliste, pour défendre la cause des joueurs. Et puis, un soir d'octobre, Allegri a eu besoin de lui, suite à une blessure d'Antonini. Alors Oddo a enlevé son costard, a remis son short, et a délivré deux passes décisives à Robinho et Ibrahimovic pour venir à bout de Naples (2-1). C'est jusqu'ici sa seule apparition de la saison.Ranocchia (Genoa) : Le futur Maldini, dit-on à gauche. Le futur Cannavaro, dit-on à droite. En attendant de s'imposer en Equipe d'Italie, Ranocchia continue son bonhomme de chemin en Serie A. Au Genoa, il n'est pas infranchissable, mais il assure. Moratti l'attend à l'Inter dès janvier. Nesta (Milan) : Si Milan a retrouvé une certaine stabilité, c'est en partie grâce à lui. On pensait qu'il ne se remettrait jamais de sa blessure l'an dernier. Mais Nesta est revenu, un peu plus lent qu'avant, mais toujours avec sa classe incomparable. L'Italie a du mal à se défaire de ses anciennes gloires, mais lui, on aimerait juste qu'il ait toujours 25 ans.Diamoutene (Lecce) : Lors d'un entraînement, des ultras de Lecce ont pénétré sur le terrain, se sont mis à insulter le joueur et lui ont ordonné d'enlever son maillot. Le joueur a refusé et s'est réfugié aux vestiaires. Un énième débordement raciste? Non. Diamoutene est juste coupable d'avoir joué trois matches avec le rival Bari l'an dernier. Trois matches.Aquilani (Juventus) : Après une saison foireuse à Liverpool, l'enfant prodigue de Rome a choisi Turin pour se relancer. Les galères chez les Reds l'ont fait murir, tant dans son jeu que dans son état d'esprit. Il s'est même permis d'offrir une passe décisive à Iaquinta contre "sa" Roma. Totti l'a regardé de travers.Ilicic (Palerme) : Chaque saison, Zamparini sort de son chapeau une nouvelle pépite. Cette saison, c'est Josip Ilicic, qui a presque réussi à éclipser Javier Pastore. Dans deux mois, le Président sicilien dira qu'il vaut 60 millions d'euros et qu'il ne le laissera jamais partir. Puis il nous sortira Rajčević ou Cvijanovič.Krasic (Juventus) : Sur son aile droite, il court, il court, il court. Et personne n'a encore réussi à l'arrêter.Hernanes (Lazio) : Sans lui, l'an dernier à la même époque, la Lazio était 16ème avec 16 points. Avec lui, cette saison, la Lazio est 2ème avec 33 points. Parfois les chiffres valent plus que des analyses. Ibrahimovic (Milan) : Massimo Allegri a juré que son équipe n'était pas Ibra-dépendante. Pourtant, les seules fois où Zlatan est passé à côté de son match, Milan a perdu. Le reste du temps, il marque, il fait marquer les autres, il crie à qui veut l'entendre qu'il est le meilleur joueur du monde et Milan est leader de la Serie A, après quatre années d'abstinence.Cavani (Naples) : En équipe d'Uruguay, il est en concurrence avec Luis Suarez et Diego Forlan. A Naples, avec personne. Bah du coup, il fait quasiment tout tout seul. Son petit péché mignon ? Les buts à la 94ème minute. Il dit que c'est Dieu qui les marque à sa place. Remplaçants : Olympia (Lazio) : L'aigle de la Lazio est la meilleure recrue estivale du club. La seule fois où il n'a pas volé, lors du derby contre la Roma, la Lazio a concédé son unique défaite à domicile. Paul le Poulpe est déjà désuet. Eto'o (Inter) : Sans lui, l'Inter serait dans le ventre mou du classement. Le givre du mois de décembre l'a un peu refroidi, mais son début de saison reste impressionnant : 19 buts en 23 matches. Diego Mili...quoi déjà ? Cassano (Sampdoria) : Un début de saison énorme (4 buts dans les 7 premiers matches), et Fantantonio a eu la bonne idée de traiter son Président de « sale vieux de merde » . Punition : tu joues plus, et tu dégages. Cassano ira faire ses cassanades au Milan AC. Materazzi (Inter) : Deux matches cette saison : un pénalty provoqué face au Milan AC, deux buts encaissés par sa faute contre Parme, et une sortie sur civière après avoir pris un coup de pied karateka d'Ibrahimovic. La retraite, c'est bien aussi. Borriello (AS Rome) : Le beau gosse est arrivé à la Roma le dernier jour du mercato, avec un seul mot à la bouche : Scudetto. Les giallorossi ont été inconstants, mais lui conserve une parfaite moyenne d'un but tous les deux matches. Et il s'est surtout permis de marquer le but de la victoire face au Milan AC, avant de chambrer ses anciens supporters, qui l'avaient abondamment sifflé. Entraîneur : Benitez (Inter) : En cinq mois, il a gagné deux titres - mais perdu celui qui aurait permis à l'Inter de rejoindre le Barça dans le clan des équipes qui gagnent 6 médailles en une saison - et s'est qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Mais en Serie A, il a perdu contre la Roma, Milan et la Lazio. Et en Italie, on est très patriotes. Bon retour en Angleterre. Eric Maggiori


Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Arsenal n'est plus pubère