En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options

L'équipe-type des recalés de l’Euro

Leurs sélections seront à l’Euro, mais pas eux. Voici l'équipe-type de ces joueurs qui auraient pu participer au prochain barnum en Pologne/Ukraine, s’ils n’avaient pas été blessés ou tout simplement boycottés.

Modififié
Sur le banc
Łukasz
Fabiański

Łukasz Fabiański

Lui qui astique si bien le banc d’Arsenal ne pourra pas en faire de même avec l’équipe nationale de Pologne. L’habituel deuxième gardien de la sélection a dû jeter l’éponge, la faute à une épaule trop douloureuse.

Micah
Richards

Micah Richards

Capello, c'était non. Pearce, c'était oui. Hodgson, c'est non. Eh ouais, Micah, un coach sur deux ne veut pas de toi ! Rendez-vous en 2014.

Domenico
Criscito

Domenico Criscito

Le latéral gauche du Zénith Saint-Pétersbourg a été réveillé lundi matin par la police pour être entendu dans le nouveau scandale des matches truqués en Italie. Du coup, il renonce à l’Euro afin de « clarifier  » sa situation judiciaire. Dommage pour l'ex-titulaire de la Squadra.

Adam
Maher

Adam Maher

Élu meilleur espoir des Pays-Bas, le plus jeune buteur néerlandais de la C3 a été l’un des indiscutables du onze de l'AZ Alkmaar. À 18 ans, ce Marocain d'origine a tout le temps devant lui, mais aussi l’AC Milan, le Barça et Manchester City déjà à ses basques.

Michael
Carrick

Michael Carrick

L'homme est aussi fort que discret. Des passes précises, une frappe de balle intéressante, bon récupérateur, et technique avec ça. Mais pas sélectionné dans les 23. Roy Hodgson l'a placé en réserve, au cas où. Lui est parti en vacances. Normal.

Roberto
Soldado

Roberto Soldado

Torres paumé, Llorente cramé, Negredo peu utilisé, l'Espagne ne va jamais planter. Quant à Soldado, laissé de côté, il va bien se marrer.

Oleksandr
Shovkovskiy

Oleksandr Shovkovskiy

L’Ukrainien honore sa première sélection en 1994. Depuis, il goale toujours au Dynamo Kiev. À cause d’une vilaine blessure à l’épaule, le gardien de 37 ans manquera l’Euro. Devant son public, en plus. Dommage, il aurait dépanné, aux tirs au but (cf. le 8e de finale contre la Suisse au Mondial 2006).

José
Bosingwa

José Bosingwa

« Même si ça me fait mal de dire ça, tant que le sélectionneur du Portugal sera Paulo Bento, je ne reviendrai plus sous le maillot de la Selecção. » La phrase de Boswinga date de décembre dernier, et Bento est encore à la tête de la sélection portugaise...

Carles
Puyol

Carles Puyol

« En dehors du fait que cela contrarie ou pas mes plans, c'est un gars charismatique et très important. » Vicente, pas besoin de raconter n'importe quoi, tu peux enlever le « ou pas » . Puyol, la base. Foutue blessure !

Rio
Ferdinand

Rio Ferdinand

L'aîné des frères Ferdinand est en froid avec John Terry, accusé d'avoir proféré des insultes racistes à l'encontre de son petit frère Anton. Pour éviter une sale ambiance, Roy Hodgson a fait son choix entre le défenseur de Chelsea et celui de United. Rio a les boules.

Éric
Abidal

Éric Abidal

Absent des pelouses depuis sa greffe du foie, Abidal a cruellement manqué au FC Barcelone en fin de saison, et a surtout laissé la place libre à Évra pour le poste de latéral gauche en équipe de France. Dur pour lui, et pour la France.

Yoann
Gourcuff

Yoann Gourcuff

Ce galopin de Laurent Blanc lui a donné une fausse joie. Retenu dans une pré-liste de 26 joueurs, Yohan Gourcuff s’est finalement fait recaler aux portes de l’aéroport pour l’Ukraine. Malgré sa saison maigrelette à Lyon (13 matches de L1), on l’aurait bien vu filer un coup de main à l’EDF.

Stefano
Mauri

Stefano Mauri

Mis à part le Calcioscomesse, qu'est-ce qui pouvait empêcher Cesare Prandelli de prendre le capitaine et milieu de la Lazio pour l'Euro ? Le code éthique, oui. Mais sûrement pas Giaccherini.

Frank
Lampard

Frank Lampard

Champion d'Europe avec Chelsea. Titulaire avec l’Angleterre. Un pied droit qui fait briller ses camarades. Et soudain, une blessure à la cuisse qui arrive au plus mauvais moment. Lampard pourra toujours mater l’Euro devant sa télé avec Gareth Barry, autre taulier de l’entrejeu, lui aussi forfait.

Urby
Emanuelson

Urby Emanuelson

Le passage de 36 à 27 Néerlandais aura été fatal à l’ami Urby Emanuelson. Un choix étonnant de la part du sélectionneur, Bert van Marwijk. Le défenseur de l’AC Milan aurait pourtant fait l’affaire dans le rôle de couteau suisse. Jugez la polyvalence : arrière gauche, milieu gauche, milieu axial.

Bas
Dost

Bas Dost

Premier hat-trick à 18 ans, premier quintuplé à 22 ans, un front perché à 1m96 qui casque tout, 38 buts en 39 matches cette saison à Heerenveen. Fait-il pareil, Luuk de Jong ? Pas aux dernières nouvelles et pourtant, lui a été sélectionné.

David
Villa

David Villa

Touché au tibia gauche en décembre, le buteur du Barça sera trop juste pour défendre son titre de meilleur buteur à l’Euro 2008. « Sans Villa, nous n'aurions sûrement jamais gagné l'Euro et la Coupe du monde » , rappelle le milieu Santiago Cazorla.

Oleksandr Shovkovskiy (Ukraine) :L’Ukrainien honore sa première sélection en 1994. Depuis, il goale toujours au Dynamo Kiev. À cause d’une vilaine blessure à l’épaule, le gardien de 37 ans manquera l’Euro. Devant son public, en plus. Dommage, il aurait dépanné, aux tirs au but (cf. le 8e de finale contre la Suisse au Mondial 2006).

José Bosingwa (Portugal) : « Même si ça me fait mal de dire ça, tant que le sélectionneur du Portugal sera Paulo Bento, je ne reviendrai plus sous le maillot de la Selecção. » La phrase de Boswinga date de décembre dernier, et Bento est encore à la tête de la sélection portugaise...

Carles Puyol (Espagne) : « En dehors du fait que cela contrarie ou pas mes plans, c'est un gars charismatique et très important. » Vicente, pas besoin de raconter n'importe quoi, tu peux enlever le « ou pas » . Puyol, la base. Foutue blessure !

Rio Ferdinand (Angleterre) :L'aîné des frères Ferdinand est en froid avec John Terry, accusé d'avoir proféré des insultes racistes à l'encontre de son petit frère Anton. Pour éviter une sale ambiance, Roy Hodgson a fait son choix entre le défenseur de Chelsea et celui de United. Rio a les boules.

Éric Abidal (France) :Absent des pelouses depuis sa greffe du foie, Abidal a cruellement manqué au FC Barcelone en fin de saison, et a surtout laissé la place libre à Évra pour le poste de latéral gauche en équipe de France. Dur pour lui, et pour la France.

Yoann Gourcuff (France):Ce galopin de Laurent Blanc lui a donné une fausse joie. Retenu dans une pré-liste de 26 joueurs, Yohan Gourcuff s’est finalement fait recaler aux portes de l’aéroport pour l’Ukraine. Malgré sa saison maigrelette à Lyon (13 matches de L1), on l’aurait bien vu filer un coup de main à l’EDF.

Stefano Mauri (Italie) :Mis à part le Calcioscomesse, qu'est-ce qui pouvait empêcher Cesare Prandelli de prendre le capitaine et milieu de la Lazio pour l'Euro ? Le code éthique, oui. Mais sûrement pas Giaccherini.

Frank Lampard (Angleterre) : Champion d'Europe avec Chelsea. Titulaire avec l’Angleterre. Un pied droit qui fait briller ses camarades. Et soudain, une blessure à la cuisse qui arrive au plus mauvais moment. Lampard pourra toujours mater l’Euro devant sa télé avec Gareth Barry, autre taulier de l’entrejeu, lui aussi forfait.

Urby Emanuelson (Pays-Bas) :Le passage de 36 à 27 Néerlandais aura été fatal à l’ami Urby Emanuelson. Un choix étonnant de la part du sélectionneur, Bert van Marwijk. Le défenseur de l’AC Milan aurait pourtant fait l’affaire dans le rôle de couteau suisse. Jugez la polyvalence : arrière gauche, milieu gauche, milieu axial.

Bas Dost (Pays-Bas) :Premier hat-trick à 18 ans, premier quintuplé à 22 ans, un front perché à 1m96 qui casque tout, 38 buts en 39 matches cette saison à Heerenveen. Fait-il pareil, Luuk de Jong ? Pas aux dernières nouvelles et pourtant, lui a été sélectionné.

David Villa (Espagne) :Touché au tibia gauche en décembre, le buteur du Barça sera trop juste pour défendre son titre de meilleur buteur à l’Euro 2008. « Sans Villa, nous n'aurions sûrement jamais gagné l'Euro et la Coupe du monde » , rappelle le milieu Santiago Cazorla.

Łukasz Fabiański (Pologne) :Lui qui astique si bien le banc d’Arsenal ne pourra pas en faire de même avec l’équipe nationale de Pologne. L’habituel deuxième gardien de la sélection a dû jeter l’éponge, la faute à une épaule trop douloureuse.

Micah Richards (Angleterre) :Capello, c'était non. Pearce, c'était oui. Hodgson, c'est non. Eh ouais, Micah, un coach sur deux ne veut pas de toi ! Rendez-vous en 2014.

Domenico Criscito (Italie) :Le latéral gauche du Zénith Saint-Pétersbourg a été réveillé lundi matin par la police pour être entendu dans le nouveau scandale des matches truqués en Italie. Du coup, il renonce à l’Euro afin de « clarifier  » sa situation judiciaire. Dommage pour l'ex-titulaire de la Squadra.

Adam Maher (Pays-Bas) :Élu meilleur espoir des Pays-Bas, le plus jeune buteur néerlandais de la C3 a été l’un des indiscutables du onze de l'AZ Alkmaar. À 18 ans, ce Marocain d'origine a tout le temps devant lui, mais aussi l’AC Milan, le Barça et Manchester City déjà à ses basques.

Michael Carrick (Angleterre): L'homme est aussi fort que discret. Des passes précises, une frappe de balle intéressante, bon récupérateur, et technique avec ça. Mais pas sélectionné dans les 23. Roy Hodgson l'a placé en réserve, au cas où. Lui est parti en vacances. Normal.

Roberto Soldado (Espagne) :Torres paumé, Llorente cramé, Negredo peu utilisé, l'Espagne ne va jamais planter. Quant à Soldado, laissé de côté, il va bien se marrer.

Cacau (Allemagne) :À force de traîner avec les remplaçants du VfB Stuttgart, Jerônimo "Cacau" (31 ans), ex-chouchou, s’est grillé auprès de Joachim Löw. Éjecté de la Mannschaft, l’attaquant allemand d’origine brésilienne a, malgré tout, « toujours le sentiment d'appartenir à cette équipe » . Petite leçon de self-control.

Harry Redknapp :Depuis la démission de maître Capello en février, le très populaire Harry Redknapp tenait la barre pour devenir sélectionneur de l’Angleterre. Mais non, c’est finalement Roy Hodgson qui a été nommé ce mois-ci. Un peu à la surprise générale.



Arnaud Clément, Rachid Laïreche et Adrien Pécout
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40