1. // Euro 2012

L'équipe-type des qualifs

Le dixième et dernier épisode de la phase de poules des éliminatoires pour l'Euro 2012 bouclé, la Pologne et l'Ukraine ont fait parvenir leur carton d'invitation à dix de leurs quatorze invités. En attendant les barrages en guise de "season final", voici l'équipe-type des qualifications. Par Mathias Edwards

Modififié
0 2
Sur le banc

Gianluigi Buffon : Le Serbe Ivanovic peut se la raconter, c'est le seul à avoir envoyé Gigi chercher un ballon au fond de ses filets durant ses éliminatoires. Seule équipe à avoir encaissé moins de buts que la France, l'autre pion ayant été concédé par Sirigu, la Squadra Azzura termine invaincue et prouve qu'on peut se remettre rapidement d'une Coupe du monde catastrophique.

Valeri Aleksanyan : Auteurs d'un excellent parcours, les Arméniens auront vu leur rêve d'accéder aux barrages anéantis par un c.s.c ridicule de la part de leur arrière droit à Dublin lors de l'ultime journée. Le joueur se consolera avec ses partenaires du Sanat Naft FC, l'actuel 4ème de l'Iranian Pro League.

Vassili Berezutski : Les Russes se foutent des Coupes du monde, leur truc c'est l'Euro. Et leur taulier c'est Vassili Vladimirovitch Berezutski, 900 minutes jouées en 10 rencontres. Le compte est bon comme une vodka à 70°.

Joris Mathijsen : Comme d'habitude les Pay-Bas seront de la partie, et comme d'habitude personne ne les place parmi les favoris malgré leur statut de finaliste du dernier Mondial. Oranje amère.

Philipp Lahm : Capitaine d'une Mannschaft classe biberon bien partie pour être les beautiful losers de la décennie, le capitaine du Bayern participera à son 3ème championnat d'Europe des Nations cet été.

Giorgios Karagounis : Oui, les grecs ont un meneur de jeu. Mais un seul, et ils l'useront jusqu'à la corde, au point que celui-ci soit le joueur ayant subi le plus de faute lors de ces éliminatoires (35). A 34 ans, le champion d'Europe 2004 continue à organiser tant bien que mal les offensives d'une équipe dont les meilleurs buteurs sont des défenseurs qui émargent à deux unités. Suffisant pour terminer en tête de leur groupe.

Yann M'Vila : Quinze mois après sa présence inattendue dans la liste des 30 de Domenech pour la dernière Coupe du monde, le Rennais s'est imposé comme un élément incontournable de la bande à Blanc. Il a même pu se payer le luxe de livrer un match à la noix contre la Bosnie.

Kim Källström : Ses sept passes décisives, comme Özil, et ses trois buts permettent aux Vikings d'endosser le maillot de Lucky Loser. Et donc l'opportunité d'envahir la Pologne et l'Ukraine sans passer par les barrages.

David Silva : Ok, le gaucher espagnol n'a disputé que six rencontres. Mais avec trois buts et quatre passes décisives, il a bien profité.

Wayne Rooney : Rien de tel qu'un bon coup de latte sur un Monténégrin pour fêter la qualif' des Anglais. Déjà certain de rater la première rencontre de l'Euro, Wayne aurait pour projet d'adresser un courrier d'excuse à l'UEFA pour limiter la casse. La réaction de Michel Platini lorsqu'il découvrira le dessin devrait valoir le détour.

Antonio Cassano : Si tout va bien, la canaille du football italien participera a ses troisièmes championnats d'Europe sans avoir jamais disputé une rencontre de Coupe du monde, courant alternatif oblige. Seul attaquant italien à avoir participé aux 10 rencontres (pour 9 titularisations), celui qui prétend avoir honoré entre 600 et 700 femmes fait déjà trembler les Ukrainiennes.

Klaas-Jan Huntelaar : Douze buts en huit matchs. Batave de Barbare.

Mesut Özil : On peut avoir des yeux de merlan frit et distribuer des caviars. La preuve.

Alan Dzagoev : Trois buts lors des deux dernières rencontres des Russes. Comment on dit "décisif", dans sa langue ?

Marouane Fellaini : Une faute toutes les 19 minutes pour l'afro-jojo belge. Joli score.

Andy Selva : 8 matchs, 0 but, 0 passe décisive, signalé 14 fois en position de hors-jeu. Attaquant de Saint-Marin, un sacerdoce.

Safet Susic : Sitôt le tirage au sort bouclé, le sélectionneur bosnien déclarait que son équipe terminerait deuxième de son groupe derrière la France. Il ne s'en est fallu que d'un péno foireux pour que ses épérances les plus folles soient dépassées.



Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

clemölösö Niveau : DHR
Sympa la mise en page des nouvelles équipes types!

Ce site est fou, un style dégueulasse mais tout un tas de petits plus gadgets agréables. C'est un peu comme la batmobile du retour de batman en fait!
"On peut avoir des yeux de merlan frit et distribuer des caviars. La preuve" --> Trop bon, je me pi.sse dessus.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Euro 2012 : J-239
0 2