L'équipe type des pires recrues de l’OM

Même les plus optimistes le sentent, cette saison olympienne risque d’être catastrophique. Un projet fantôme, des abonnements en chute libre et un recrutement qui pique les yeux. Pourtant, ça aurait pu être pire. En voilà la preuve.

Modififié
5k 68
Sur le banc
Tyrone Mears
Tyrone
Mears

Tyrone Mears

Quand tu arrives en tant que doublure de Laurent Bonnard, c’est clairement qu’un truc ne va pas.

Štěpán Vachoušek
Štěpán
Vachoušek

Štěpán Vachoušek

Il est arrivé en même temps que Drogba. Il est reparti en même temps aussi, mais sans rapporter le moindre euro. CQFD.

Koke
Koke

Koke

À dix ans près, Marseille aurait pu toucher le gros lot. Au lieu de ça, Marseille a attrapé un Koke dont les tentatives de grand pont débouchaient sur des six mètres.

Andrés Mendoza
Andrés
Mendoza

Andrés Mendoza

Toi aussi, on t’appelle parfois le Condor. Et ce n'est pas pour autant que tu cadres tes frappes.

Mamadou Samassa
Mamadou
Samassa

Mamadou Samassa

Il fût un temps où les attaquants de grande taille avaient la cote. Cette mode s'est terminée après son passage à l'OM.

Elinton Andrade
Elinton
Andrade

Elinton Andrade

Tout le monde voulait croire à la belle histoire. L’ancien ouvrier agricole, acheté pour une poignée de kopecks sur le marché, devenu le dernier rempart infranchissable face à Robben, Ribéry et Gómez… Mais non.

Demetrius Ferreira
Demetrius
Ferreira

Demetrius Ferreira

Un latéral droit Brésilien, c’est censé faire rêver. Mais l’étymologie de son prénom aurait dû mettre la puce à l’oreille des dirigeants marseillais.

Stefano Torrisi
Stefano
Torrisi

Stefano Torrisi

Une dégaine de hardeur, un passé tumultueux dans les bas-fonds du football italien, une promesse de Bernard Tapie, 45 minutes de jeu, un CSC et puis l’oubli. Non, Vincent Labrune n’a pas le monopole des transferts en carton.

Eduardo Berizzo
Eduardo
Berizzo

Eduardo Berizzo

« J'ai quitté Marseille en raison du nombre important d'homosexuels qui se trouvaient là-bas.  » Le nouveau Laurent Blanc, selon Rolland Courbis, s’avérera aussi bon que progressiste.

Koji Nakata
Koji
Nakata

Koji Nakata

Alors que Philippe Troussier avait recruté ce milieu défensif pour remplacer Binette Lizarazu, le Japonais inventa le air football. Un mal pour un bien.

Klas Ingesson
Klas
Ingesson

Klas Ingesson

Difficile de dire du mal d’un homme qui a succombé à un cancer il y a deux ans, mais il faut croire qu’à l’OM, il n’a jamais vraiment marqué les esprits. Pire, il a quitté la Canebière remplacé par Dramane Coulibaly. Dur.

José Delfim
José
Delfim

José Delfim

Un autre grand coup de Bernard Tapie. Présenté comme le nouveau Deschamps, l’homme qui aurait pu inspirer Lucho Gonzales dans le look, portera finalement très bien son prénom.

Salim Arrache
Salim
Arrache

Salim Arrache

Au moins, avec lui, les recruteurs marseillais sauront que : non, ce n’est pas une affaire d’acheter un joueur qui vient de s’arracher les ligaments croisés, même s'il est par conséquent très bon marché.

Christian Giménez
Christian
Giménez

Christian Giménez

Quand un attaquant en vient à fêter un but tout fait contre le FC Metz en seizièmes de finale de Coupe de France comme un but en finale de Coupe du monde, c’est clairement qu’il y a un problème.

Elliot Grandin
Elliot
Grandin

Elliot Grandin

C’est le grand classique des recrues marseillaises. Il fait le forcing pour rejoindre le Vieux-Port, en met plein les yeux pour son premier match et finit par squatter le loft.

Marcelinho
Marcelinho

Marcelinho

Première expérience en Europe à Marseille, 7,6 millions d’euros en 2000, 19 matchs et trois buts. Retour à Grêmio en 2001, gratuit, 14 matchs et 11 buts.

Elinton Andrade : Tout le monde voulait croire à la belle histoire. L’ancien ouvrier agricole, acheté pour une poignée de kopecks sur le marché, devenu le dernier rempart infranchissable face à Robben, Ribéry et Gómez… Mais non.

Demetrius Ferreira : Un latéral droit Brésilien, c’est censé faire rêver. Mais l’étymologie de son prénom aurait dû mettre la puce à l’oreille des dirigeants marseillais.

Stefano Torrisi : Une dégaine de hardeur, un passé tumultueux dans les bas-fonds du football italien, une promesse de Bernard Tapie, 45 minutes de jeu, un CSC et puis l’oubli. Non, Vincent Labrune n’a pas le monopole des transferts en carton.

Eduardo Berizzo : « J'ai quitté Marseille en raison du nombre important d'homosexuels qui se trouvaient là-bas.  » Le nouveau Laurent Blanc, selon Rolland Courbis, s’avérera aussi bon que progressiste.

Koji Nakata : Alors que Philippe Troussier avait recruté ce milieu défensif pour remplacer Binette Lizarazu, le Japonais inventa le air football. Un mal pour un bien.

Youtube

Klas Ingesson : Difficile de dire du mal d’un homme qui a succombé à un cancer il y a deux ans, mais il faut croire qu’à l’OM, il n’a jamais vraiment marqué les esprits. Pire, il a quitté la Canebière remplacé par Dramane Coulibaly. Dur.

José Delfim : Un autre grand coup de Bernard Tapie. Présenté comme le nouveau Deschamps, l’homme qui aurait pu inspirer Lucho Gonzales dans le look, portera finalement très bien son prénom.

Salim Arrache : Au moins, avec lui, les recruteurs marseillais sauront que : non, ce n’est pas une affaire d’acheter un joueur qui vient de s’arracher les ligaments croisés, même s'il est par conséquent très bon marché.

Christian Giménez : Quand un attaquant en vient à fêter un but tout fait contre le FC Metz en seizièmes de finale de Coupe de France comme un but en finale de Coupe du monde, c’est clairement qu’il y a un problème.

Elliot Grandin : C’est le grand classique des recrues marseillaises. Il fait le forcing pour rejoindre le Vieux-Port, en met plein les yeux pour son premier match et finit par squatter le loft.

Marcelinho : Première expérience en Europe à Marseille, 7,6 millions d’euros en 2000, 19 matchs et trois buts. Retour à Grêmio en 2001, gratuit, 14 matchs et 11 buts.

Remplaçants :

Tyrone Mears : Quand tu arrives en tant que doublure de Laurent Bonnard, c’est clairement qu’un truc ne va pas.

Štěpán Vachoušek : Il est arrivé en même temps que Drogba. Il est reparti en même temps aussi, mais sans rapporter le moindre euro. CQFD.

Koke : À dix ans près, Marseille aurait pu toucher le gros lot. Au lieu de ça, Marseille a attrapé un Koke dont les tentatives de grand pont débouchaient sur des six mètres.

Andrés Mendoza : Toi aussi, on t’appelle parfois le Condor. Et ce n'est pas pour autant que tu cadres tes frappes.

Mamadou Samassa : Il fût un temps où les attaquants de grande taille avaient la cote. Cette mode s'est terminée après son passage à l'OM.



Ugo Bocchi
Modifié

Dans cet article

C'est surtout difficile de dire du mal de Klas Ingesson car c'était vraiment un super joueur.
clement6628 Niveau : CFA2
Note : 2
De Ciglie, Lucas Silva, Matt Moussilou, Akale, Kadir, Sougou, Krupoviesa... Rien que pour les dernières années, il y a eu du lourd. Même des grands joueurs comme Lizarazu, Morientes, Wiltord, n'auront pas marqué l'histoire du club, aussi parce qu'ils étaient plus ou moins en fin de carrière.
Et Leyti N'Diaye... le type a du rester dans l'effectif pratiquement dix ans en étant tout le temps prêté et a du jouer une poignée de matchs au final.
ballondeplomb Niveau : CFA
Message posté par soswiss
Et Marcelinho a eu une carrière très honorable après son départ de Marseille, notamment en Bundesliga, avec même quelques sélections avec le Brésil.


j'allais le dire ce fut un joueur plutot efficace au hertha berlin par la suite
Note : 1
On oublie un peu vite le "phénomène" Dill, la "future pépite du Real" Rivera, Cyril Chapuis et Lamine Sakho, George Weah totalement cramé, Pablo Calandria, Montenegro...
Message posté par AriGold
Aloe n'est pas une recrue puisqu'il est formé au club.


Ah oui tu as raison effectivement pardon. Mais il reste incroyablement faible ^^

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
5k 68