L’équipe type des néo-retraités

Aucun n’a atteint les 62 ans, mais ils ont tous pas mal de printemps derrière eux. Et forcément, ça donne une équipe pas vraiment mobile, mais qui a tout de même de la gueule.

Modififié
282 4
Sur le banc
Vicente del Bosque
Vicente del
Bosque

Vicente del Bosque

Au micro de la Cadena Ser, Moustache a emporté dans sa chute tout ce qu’il pouvait avec lui. Dont San Iker : « Avec ses coéquipiers, il a été bien, correct. Mais avec le staff technique, très moyen. C'est pour cela que le seul à qui je n'ai pas envoyé de message a été Casillas. Son attitude m'a déplu, mais aussi avec Javier Milaño, le préparateur physique, ou Toni Grande, mon adjoint. Avec les autres, il a été parfait. La colère était dirigée contre ...

Iker Casillas
Iker
Casillas

Iker Casillas

D’ailleurs, ce n’est pas une coïncidence si le lendemain de l’élimination de l’Espagne, Iker a posté une vidéo de Rambo sur Twitter, où ce dernier déclare : « Je m’en vais. » Il semblerait donc bien que Casillas et Del Bosque quittent la Roja en même temps. Les aligner à nouveau tous les deux sur le banc serait donc une bien belle ...

Gábor Király
Gábor
Király

Gábor Király

40. Quarante. 4x10. 5x8. Le double de Kingsley, qui pourrait donc être son fils… Mais bon, avec un jogging pareil, on lui pardonne tout.

Lukas Podolski
Lukas
Podolski

Lukas Podolski

Beaucoup se sont même demandé s’il faisait vraiment partie des 23 ou si c’était encore une blague limite de son sélectionneur, Joachim Löw. Mais non, Lucas est encore un joueur de foot et il a même fait son footing, 19 minutes, contre la Slovaquie. S’il n’y a pas encore d’annonce officielle, et qu’il a déclaré vouloir y réfléchir, la presse allemande ne se fait aucune illusion et le pousse à mettre un terme à cette ...

Petr Čech
Petr
Čech

Petr Čech

Aucune victoire, cinq buts encaissés, 34 balais et une élimination dès la phase de poules... Pas étonnant que l’homme casqué ait décidé de dire à ses coéquipiers d’aller se faire voir, définitivement. Bon, il y a mis les formes, mais en tant que gardien et impuissant sur le terrain, ça revient au même.

Darijo Srna
Darijo
Srna

Darijo Srna

Il a 34 ans et a certainement vécu l’Euro le plus éprouvant. Mais il a su montrer l’exemple à ses coéquipiers, en bon capitaine, en allant à chaque fois au bout de la fatigue. Avec davantage d’envie, et un destin plus rose, il aurait pu rempiler pour quatre ans, facile.

Steve von Bergen
Steve von
Bergen

Steve von Bergen

Quatre jours avant le huitième face à la Pologne, il déclarait : « J’ai 33 ans et c’est mon dernier tournoi. Oui, je me retire après. Mais j’ai commencé quelque chose, je veux le terminer. » Et il a tenu parole. Du début à la fin. Résultat ? Il n’a pas joué la moindre minute.

Roland Juhász
Roland
Juhász

Roland Juhász

Parce qu’il pourra au moins dire qu’il est parti sur une performance face aux finalistes de l’Euro.

Christian Fuchs
Christian
Fuchs

Christian Fuchs

Là encore, un Euro bien sale, avec notamment une défaite face à l’Islande et une retraite dans la foulée. Mais lui peut toujours se consoler en se rappelant le titre de champion d’Angleterre vécu avec Leicester. Ce qui est certainement aussi orgasmique qu’un titre de champion d’Europe.

Lorik Cana
Lorik
Cana

Lorik Cana

En début de compétition, il n’excluait pas le fait d’arrêter la sélection, il n’en était juste pas encore tout à fait sûr. Mais sincèrement, que pourrait-il espérer de mieux qu’une première qualification historique pour une compétition internationale et un parcours honorable dans cet Euro ?

Anatoliy Tymoshchuk
Anatoliy
Tymoshchuk

Anatoliy Tymoshchuk

Un homme qui assume la raie au milieu depuis tant d’années mérite tous les honneurs. Surtout qu’il part sur un Euro bien pourri.

Jaroslav Plašil
Jaroslav
Plašil

Jaroslav Plašil

« Après tant d'années en sélection, des Coupes du monde, et des championnats d'Europe, il est temps pour moi d'arrêter ma carrière internationale après 103 sélections. J'ai vécu tellement de choses et, malgré la défaite, je suis fier d'avoir représenté mon pays et d'avoir fini en France. » Le dernier représentant de l’élastique dans les cheveux a tout dit. Bonne route ...

Robbie Keane
Robbie
Keane

Robbie Keane

Avec lui, on pouvait déjà parler de semi-retraite. Pour preuve, il s’est juste décrassé 25 minutes durant l’Euro. Mais depuis, il a rejoint les Los Angeles Galaxy, où la saison a déjà repris, et il a marqué. Un homme qui marquera, sans aucun doute, encore en maison de retraite.

Zlatan Ibrahimović
Zlatan
Ibrahimović

Zlatan Ibrahimović

Même s’il rend une copie à tirer la chasse précocement, Zlatan restera toujours Zlatan. Et puis... certainement que l’Euro n’était pas au niveau de son talent.

Eidur Guðjohnsen
Eidur
Guðjohnsen

Eidur Guðjohnsen

Il ne l’a pas encore officiellement annoncé, mais à 37 ans, et après un quart de finale d’Euro extraordinaire, qui restera certainement comme l’apogée de sa carrière, il est peut-être temps de tout arrêter et de couler des jours paisibles au pays, non ?

Titulaires

Petr Čech (Tchéquie)Aucune victoire, cinq buts encaissés, 34 balais et une élimination dès la phase de poules... Pas étonnant que l’homme casqué ait décidé de dire à ses coéquipiers d’aller se faire voir, définitivement. Bon, il y a mis les formes, mais en tant que gardien et impuissant sur le terrain, ça revient au même.

Darijo Srna (Croatie)Il a 34 ans et a certainement vécu l’Euro le plus éprouvant. Mais il a su montrer l’exemple à ses coéquipiers, en bon capitaine, en allant à chaque fois au bout de la fatigue. Avec davantage d’envie, et un destin plus rose, il aurait pu rempiler pour quatre ans, facile.

L’équipe type des opportunistes

Steve von Bergen (Suisse)Quatre jours avant le huitième face à la Pologne, il déclarait : « J’ai 33 ans et c’est mon dernier tournoi. Oui, je me retire après. Mais j’ai commencé quelque chose, je veux le terminer. » Et il a tenu parole. Du début à la fin. Résultat ? Il n’a pas joué la moindre minute.

Roland Juhász (Hongrie)Parce qu’il pourra au moins dire qu’il est parti sur une performance face aux finalistes de l’Euro.

Christian Fuchs (Autriche)Là encore, un Euro bien sale, avec notamment une défaite face à l’Islande et une retraite dans la foulée. Mais lui peut toujours se consoler en se rappelant le titre de champion d’Angleterre vécu avec Leicester. Ce qui est certainement aussi orgasmique qu’un titre de champion d’Europe.

Lorik Cana (Albanie)En début de compétition, il n’excluait pas le fait d’arrêter la sélection, il n’en était juste pas encore tout à fait sûr. Mais sincèrement, que pourrait-il espérer de mieux qu’une première qualification historique pour une compétition internationale et un parcours honorable dans cet Euro ?

Anatoliy Tymoshchuk (Ukraine)Un homme qui assume la raie au milieu depuis tant d’années mérite tous les honneurs. Surtout qu’il part sur un Euro bien pourri.

Jaroslav Plašil (Tchéquie) « Après tant d'années en sélection, des Coupes du monde, et des championnats d'Europe, il est temps pour moi d'arrêter ma carrière internationale après 103 sélections. J'ai vécu tellement de choses et, malgré la défaite, je suis fier d'avoir représenté mon pays et d'avoir fini en France. » Le dernier représentant de l’élastique dans les cheveux a tout dit. Bonne route !

Robbie Keane (Irlande)Avec lui, on pouvait déjà parler de semi-retraite. Pour preuve, il s’est juste décrassé 25 minutes durant l’Euro. Mais depuis, il a rejoint les Los Angeles Galaxy, où la saison a déjà repris, et il a marqué. Un homme qui marquera, sans aucun doute, encore en maison de retraite.

Zlatan Ibrahimović (Suède)Même s’il rend une copie à tirer la chasse précocement, Zlatan restera toujours Zlatan. Et puis... certainement que l’Euro n’était pas au niveau de son talent.

Eidur Guðjohnsen (Islande)Il ne l’a pas encore officiellement annoncé, mais à 37 ans, et après un quart de finale d’Euro extraordinaire, qui restera certainement comme l’apogée de sa carrière, il est peut-être temps de tout arrêter et de couler des jours paisibles au pays, non ?

Remplaçants

Vicente del Bosque (Espagne)Au micro de la Cadena Ser, Moustache a emporté dans sa chute tout ce qu’il pouvait avec lui. Dont San Iker : « Avec ses coéquipiers, il a été bien, correct. Mais avec le staff technique, très moyen. C'est pour cela que le seul à qui je n'ai pas envoyé de message a été Casillas. Son attitude m'a déplu, mais aussi avec Javier Milaño, le préparateur physique, ou Toni Grande, mon adjoint. Avec les autres, il a été parfait. La colère était dirigée contre nous. » Dur.

Iker Casillas (Espagne)D’ailleurs, ce n’est pas une coïncidence si le lendemain de l’élimination de l’Espagne, Iker a posté une vidéo de Rambo sur Twitter, où ce dernier déclare : « Je m’en vais. » Il semblerait donc bien que Casillas et Del Bosque quittent la Roja en même temps. Les aligner à nouveau tous les deux sur le banc serait donc une bien belle idée.

Gábor Király (Hongrie)40. Quarante. 4x10. 5x8. Le double de Kingsley, qui pourrait donc être son fils… Mais bon, avec un jogging pareil, on lui pardonne tout.

Lukas Podolski (Allemagne)Beaucoup se sont même demandé s’il faisait vraiment partie des 23 ou si c’était encore une blague limite de son sélectionneur, Joachim Löw. Mais non, Lucas est encore un joueur de foot et il a même fait son footing, 19 minutes, contre la Slovaquie. S’il n’y a pas encore d’annonce officielle, et qu’il a déclaré vouloir y réfléchir, la presse allemande ne se fait aucune illusion et le pousse à mettre un terme à cette mascarade.



Par Ugo Bocchi
Modifié

Dans cet article

Thérèse je te retourne Niveau : CFA2
Y a pas Evra ?
The_expressions Niveau : District
Et Rosicky non ?
nicolas13rouc Niveau : District
Note : 1
Et Tim Duncan les gars! !!!!!
Après ses quatre prestations pendant cet Euro, c'est dommage de ne plus revoir Srna sous le maillot national.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
282 4