1. //
  2. // Bilan de mi-saison

L'équipe type des fonds de tiroirs de la Nazionale

Quand les top clubs de votre championnat ne contiennent qu'une poignée de joueurs susceptibles de finir en sélection, vous êtes contraints d'aller puiser dans les plus petites écuries. Voici quelques spécimens, moins connus des radars, qui pourraient rapidement être appelés par Antonio Conte.

Modififié
13 6
Sur le banc
Luigi
Sepe

Luigi Sepe

C'est sûr que quand on voit la relève qui pousse derrière Gigi Buffon, on se dit que Luigi Sepe va devoir faire preuve de patience avant de pouvoir garder les bois de la Squadra Azzurra. En même temps, une blessure est si vite arrivée...

Lorenzo
Tonelli

Lorenzo Tonelli

Éclipsé par le talent et la précocité de son compère Rugani, il découvre lui aussi la Serie A. Pur produit du florissant centre de formation du club toscan, défenseur central solide et surtout qui excelle dans le jeu aérien, en attestent ses « déjà » 4 réalisations qui font de lui le co-meilleur buteur de l'Empoli.

Francesco
Acerbi

Francesco Acerbi

La belle histoire. Remis d'un cancer des testicules avec rechute, un événement qui a changé sa vie et son caractère. Il s'est défini trop sûr de lui à son arrivée au Milan en 2012. Reparti de Sassuolo, titulaire en défense centrale et néo-international depuis novembre dernier. Respect.

Angelo
Palombo

Angelo Palombo

Le revival à 33 ans bien sonnés. Revenu à son poste de prédilection, c'est-à-dire milieu devant la défense. Déchu de son brassard de capitaine depuis quelques années certes, mais joueur phare de la renaissance de la Sampdoria. C'est le retour du métronome des grandes années de Novellino/Mazzarri/Delneri.

Luca
Rigoni

Luca Rigoni

Après six années au Chievo, il a choisi Palermo cet été pour passer un cap. Bien lui en a pris puisqu'il est un des joueurs-clés du retour remarqué des Palermitains parmi l'élite. Déjà quatre réalisations et un nouveau cap de passé à 30 ans.

Alberto
Paloschi

Alberto Paloschi

À deux doigts d'être parmi la première liste des convoqués d'Antonio Conte. Le successeur désigné de Pippo Inzaghi peine encore à affoler les compteurs, mais marque désormais régulièrement. De la même génération que Balotelli, sans crête, mais avec l'envie en plus.

Marco
Sportiello

Marco Sportiello

Inconnu l'année dernière, titulaire aujourd'hui. Marco Sportiello a gravi les échelons trois par trois. À l'Atalanta, il profite du départ de Consigli pour survoler la hiérarchie. En ce début de saison, l'Atalanta garde un peu de perméabilité grâce à ce garçon. À tel point qu'aujourd'hui, il grimpe en Espoir et se rapproche de la porte de Conte pour les années à ...

Lorenzo De
Silvestri

Lorenzo De Silvestri

Mihajlović l'a peut-être mis sur le banc à la Fiorentina, mais ça, c'était avant. Depuis que les deux hommes se sont retrouvés à la Samp', De Silvestri progresse de match en match. Et aujourd'hui, il est tout simplement indiscutable en latéral droit. Et puis on dit souvent que 26 ans, c'est l'âge de la maturité pour un défenseur.

Daniele
Rugani

Daniele Rugani

Grand. Blond. Élégant. Yeux bleus. Belle gueule. Doué de ses pieds. Bon dans les airs. Jeune (à peine 20 ans) et déjà appelé en sélection nationale en cette fin d'année. Autant dire que c'est le bon parti du moment en Italie.

Emiliano
Moretti

Emiliano Moretti

À ne pas confondre avec Nanni, cinéaste primé à Cannes en 2001, Emiliano Moretti est une des pièces maîtresses du onze de Giampiero Ventura depuis un an et demi. Régulièrement appelé chez les Espoirs jusqu'en 2004, Émilien attend toujours sa première convocation chez les A. Pour 2015 ?

Luca
Antonelli

Luca Antonelli

Le père, Roberto, fut champion d'Italie en 1979 avec le Milan, mais n'a jamais vu la couleur de la Nazionale. Le fils, Luca, n'a encore rien gagné en club, mais a déjà fait mieux que son père avec sept sélections sous l'ère Prandelli. Pourvu que ça dure.

Roberto
Soriano

Roberto Soriano

Né en Allemagne mais naturalisé italien, Roberto Soriano a joué quelques saisons en jeunes au Bayern avant de rejoindre Gênes et la Sampdoria où il siège désormais depuis quatre ans. À l'image de son club, le petit Robert file tout droit vers les sommets.

Mirko
Valdifiori

Mirko Valdifiori

Retenez bien son nom. À 28 ans, Mirko Valdifiori est en train d'attirer tous les projecteurs sur lui depuis que son club d'Empoli est repassé parmi l'élite et qu'il multiplie les performances de premier ordre. Même à Empoli, même à 28 ans, il n'est jamais trop tard pour exploser.

Andrea
Bertolacci

Andrea Bertolacci

Un milieu de terrain italien prénommé Andrea, qui mesure moins d'un mètre 80, qui est appelé en sélection depuis ses seize ans et qui sait jouer des deux pieds peut-il finir autre part qu'en Nazionale ? Probablement pas.

Simone
Zaza

Simone Zaza

Le chauve le plus jeune et le plus courtisé d'Italie. Aujourd'hui, il revient dans 50% des discussions liées au football. Zaza par-ci, Simone par-là. En même temps, le jeune Italien a du talent et on ne peut pas dire qu'il soit étranger à la réussite de Sassuolo. Mais surtout, il n'en est qu'au début de son ascension.

Stefano
Okaka

Stefano Okaka

Ça fait un moment qu'il écume les terrains de Serie A et B, mais son transfert en début d'année civile à la pointe de l'attaque de la Samp' lui fait un bien fou. Il court, marque et sourit. À 25 ans, il n'est pas encore trop tard pour espérer une autre sélection.

Manolo
Gabbiadini

Manolo Gabbiadini

Si la Samp' est aujourd'hui à ce niveau, elle le doit en grande partie à la patte gauche de ce jeune homme. D'ailleurs, son dossier est depuis un moment dans le tiroir des grosses cylindrées européennes. Mais finalement, c'est Naples qui devrait le signer prochainement. Un raccourci vers la Nazionale ?

Marco Sportiello (Atalanta) Inconnu l'année dernière, titulaire aujourd'hui. Marco Sportiello a gravi les échelons trois par trois. À l'Atalanta, il profite du départ de Consigli pour survoler la hiérarchie. En ce début de saison, l'Atalanta garde un peu de perméabilité grâce à ce garçon. À tel point qu'aujourd'hui, il grimpe en Espoir et se rapproche de la porte de Conte pour les années à venir.

Lorenzo De Silvestri (Sampdoria) Mihajlović l'a peut-être mis sur le banc à la Fiorentina, mais ça, c'était avant. Depuis que les deux hommes se sont retrouvés à la Samp', De Silvestri progresse de match en match. Et aujourd'hui, il est tout simplement indiscutable en latéral droit. Et puis on dit souvent que 26 ans, c'est l'âge de la maturité pour un défenseur.

Daniele Rugani (Empoli) Grand. Blond. Élégant. Yeux bleus. Belle gueule. Doué de ses pieds. Bon dans les airs. Jeune (à peine 20 ans) et déjà appelé en sélection nationale en cette fin d'année. Autant dire que c'est le bon parti du moment en Italie.

Emiliano Moretti (Torino) À ne pas confondre avec Nanni, cinéaste primé à Cannes en 2001, Emiliano Moretti est une des pièces maîtresses du onze de Giampiero Ventura depuis un an et demi. Régulièrement appelé chez les Espoirs jusqu'en 2004, Émilien attend toujours sa première convocation chez les A. Pour 2015 ?

Luca Antonelli (Genoa) Le père, Roberto, fut champion d'Italie en 1979 avec le Milan, mais n'a jamais vu la couleur de la Nazionale. Le fils, Luca, n'a encore rien gagné en club, mais a déjà fait mieux que son père avec sept sélections sous l'ère Prandelli. Pourvu que ça dure.

Roberto Soriano (Sampdoria) Né en Allemagne mais naturalisé italien, Roberto Soriano a joué quelques saisons en jeunes au Bayern avant de rejoindre Gênes et la Sampdoria où il siège désormais depuis quatre ans. À l'image de son club, le petit Robert file tout droit vers les sommets.

Mirko Valdifiori (Empoli) Retenez bien son nom. À 28 ans, Mirko Valdifiori est en train d'attirer tous les projecteurs sur lui depuis que son club d'Empoli est repassé parmi l'élite et qu'il multiplie les performances de premier ordre. Même à Empoli, même à 28 ans, il n'est jamais trop tard pour exploser.

Andrea Bertolacci (Genoa) Un milieu de terrain italien prénommé Andrea, qui mesure moins d'un mètre 80, qui est appelé en sélection depuis ses seize ans et qui sait jouer des deux pieds peut-il finir autre part qu'en Nazionale ? Probablement pas.

Simone Zaza (Sassuolo) Le chauve le plus jeune et le plus courtisé d'Italie. Aujourd'hui, il revient dans 50% des discussions liées au football. Zaza par-ci, Simone par-là. En même temps, le jeune Italien a du talent et on ne peut pas dire qu'il soit étranger à la réussite de Sassuolo. Mais surtout, il n'en est qu'au début de son ascension.

Stefano Okaka (Sampdoria) Ça fait un moment qu'il écume les terrains de Serie A et B, mais son transfert en début d'année civile à la pointe de l'attaque de la Samp' lui fait un bien fou. Il court, marque et sourit. À 25 ans, il n'est pas encore trop tard pour espérer une autre sélection.

Manolo Gabbiadini (Sampdoria) Si la Samp' est aujourd'hui à ce niveau, elle le doit en grande partie à la patte gauche de ce jeune homme. D'ailleurs, son dossier est depuis un moment dans le tiroir des grosses cylindrées européennes. Mais finalement, c'est Naples qui devrait le signer prochainement. Un raccourci vers la Nazionale ?

Remplaçants :

Luigi Sepe (Empoli) C'est sûr que quand on voit la relève qui pousse derrière Gigi Buffon, on se dit que Luigi Sepe va devoir faire preuve de patience avant de pouvoir garder les bois de la Squadra Azzurra. En même temps, une blessure est si vite arrivée...

Lorenzo Tonelli (Empoli) Éclipsé par le talent et la précocité de son compère Rugani, il découvre lui aussi la Serie A. Pur produit du florissant centre de formation du club toscan, défenseur central solide et surtout qui excelle dans le jeu aérien, en attestent ses « déjà » 4 réalisations qui font de lui le co-meilleur buteur de l'Empoli.

Francesco Acerbi (Sassuolo) La belle histoire. Remis d'un cancer des testicules avec rechute, un événement qui a changé sa vie et son caractère. Il s'est défini trop sûr de lui à son arrivée au Milan en 2012. Reparti de Sassuolo, titulaire en défense centrale et néo-international depuis novembre dernier. Respect.

Angelo Palombo (Sampdoria) Le revival à 33 ans bien sonnés. Revenu à son poste de prédilection, c'est-à-dire milieu devant la défense. Déchu de son brassard de capitaine depuis quelques années certes, mais joueur phare de la renaissance de la Sampdoria. C'est le retour du métronome des grandes années de Novellino/Mazzarri/Delneri.

Luca Rigoni (Palerme) Après six années au Chievo, il a choisi Palermo cet été pour passer un cap. Bien lui en a pris puisqu'il est un des joueurs-clés du retour remarqué des Palermitains parmi l'élite. Déjà quatre réalisations et un nouveau cap de passé à 30 ans.

Alberto Paloschi (Chievo) À deux doigts d'être parmi la première liste des convoqués d'Antonio Conte. Le successeur désigné de Pippo Inzaghi peine encore à affoler les compteurs, mais marque désormais régulièrement. De la même génération que Balotelli, sans crête, mais avec l'envie en plus.

Alessandro Matri (Genoa) Au sortir d'une année noire entre le Milan et la Fiorentina, il est en train de très bien se relancer avec le surprenant Genoa, au point d'avoir fait son retour en sélection. Six buts inscrits, tous à l'extérieur et le duel interne gagné face à son pote Pinilla.



Par Valentin Pauluzzi, Morgan Henry et Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Sofoot c'est devenu Topito pendant les vacances !
Footinator Niveau : DHR
J'aime les tops! Ça montre les meilleurs qui ne sont pas forcément connus du grand public.
cerveau-gauche Niveau : Loisir
Zaza c'est plutôt du début de tiroir
Heiseinberg Niveau : CFA
Gabbiadini un putin de monstre en carrière dans Fifa 13 !
un pouget dans chaque orteil Niveau : CFA
Message posté par cerveau-gauche
Zaza c'est plutôt du début de tiroir


Même remarque.
Lui plus Gabbiadini c' est quand même le haut du haut du panier. Deux belles pattes gauches.
Moretti a déjà débuté, en établissant le record du plus vieux "débutant" en A, lors de la dernière prestation de la nazionale contre l'albanie.
Liste de joueurs qui, comme toujours dans ce genre de petit jeu, prête à maintes discussions; certains joueurs ne pouvant clairement prétendre au maillot azur, comme paloschi(trop peu de buts dans sa carrière d'avant-centre) ou sepe(trop de concurrence au poste de gardien); d'autres comme les grands espoirs berardi et bernardeschi, simplement non-mentionnés.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
13 6