Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Bilan 2012/2013
  2. //

L'équipe type des flops de la saison 2012/2013

Ibrahimović, Valbuena, Aubameyang, Aliadière, etc. Bref, c'est bien beau tout ce beau linge mais la saison a aussi mis dans une lumière plus sombre des joueurs qui sont légèrement passés à côté de leur sujet. On a presque réussi à dégager une équipe qui tient la route. Enfin, façon de parler.

Modififié

Gardien :

Ali Ahamada (Toulouse) : « Ali Ahamada, une semaine dans France Football à expliquer tout et rien, et puis au final de la déconcentration et un match absolument catastrophique pour ne pas dire totalement inacceptable et inexcusable  » . Voilà comment le président de Toulouse, Olivier Sadran, parle de son portier après la défaite contre Nice en avril dernier. Une saison décidément pénible pour le gardien du TFC alors qu'elle aurait dû être magique. Quand même, Ali a claqué un but de la tête. Ce n'est pas rien. Pourtant, il a passé une saison en enfer, enchaînant les contre-performances, les maladresses et les arrêts réflexes. impossible de se projeter avec Ali. C'était surprise à chaque match. Tellement irrégulier qu'Alain Casanova a fini par le même sur le banc au profit d'Olivier Blondel qui a, lui aussi, fini par exploser en vol, à tel point qu'Ahamada a retrouvé sa cage pour terminer la saison en roue libre. Bon, on lui pardonne, il n'a que 21 ans.Également cités : Gennaro Bracigliano (numéro 2, puis numéro 3, puis numéro complémentaire), Stephen Andersen (le laquet de Bertrand), Fabien Audard (l'homme à la gifle).

Défenseurs :

Gregory van der Wiel (PSG) : 6 millions d'Euros, un statut d'international néerlandais, une caution technique estampillée Ajax Amsterdam et puis la lumière s'est éteinte à tous les étages. Pas au niveau pour supporter l'impact physique de la Ligue 1, le latéral droit s'est fait bouffer par tout le monde. Pendant six mois, sa seule présence sur la pelouse suffisait à mettre la défense parisienne en danger. Son plus beau coup ? Cette rentrée victorieuse contre Nice où il prend l'eau de toute part et notamment sur un « tunnel » de Dario Cvitanich sur le but d'Éric Bauthéac. Gênant. Terriblement gênant. Christophe Jallet n'a jamais semblé aussi fort que cette année. On en revient même à regretter les délires spirituels de Ceará.Dejan Lovren (Lyon) : Cette saison devait être celle de la confirmation pour le stoppeur croate. Ce fut le cas. Ça confirme surtout que son prix d'achat était beaucoup, beaucoup trop élevé. Avec trois cartons rouges, il remporte haut la main le classement du défenseur le plus sanctionné. Et encore, ce n'est rien à côté de l'humiliation qu'il a subi au Parc des Princes où il a servi de paillasson pour Zlatan Ibrahimović. Pis, il s'est mis son club à dos en boudant dans la presse sur l'absence de soutien de ses dirigeants après ses nombreux ratés sportifs. Même les supporters rhodaniens ont changé leur fusil d'épaule en démolissant un sondage espagnol pour savoir quel défenseur central le FC Barcelone devait recruter cet été. Via une cabale 2.0, le Croate a terminé sur le podium des sondages. Comment dit-on « brader » en Espagnol ?Joël Sami (Nancy) : Le défenseur central récompense le travail collectif des Lorrains. Six mois pour avoir la peau de Jean Fernandez. Quatre mois pour de nouveau croire au miracle avant de s'écrouler dans la dernière ligne droite. Jusqu'au bout, l'AS Nancy aura eu chaud au cul. C'est le synthétique aussi, ça brûle.Fabián Monzón (Lyon) : Où es-tu Fabian ? Arrivé à Lyon après une grosse saison à Nice, l'Argentin devait faire du côté gauche de la défense rhodanienne sa chose. Six mois plus tard, il a pris le premier avion pour le Brésil pour se mettre au vert à Fluminense. On le savait limité défensivement, il a même régressé dans son jeu offensif dans le 6-9. Comme tétanisé par l'enjeu. Personne n'a pleuré son départ. Dans la capitale des Gones, on est même déçu d'avoir perdu Aly Cissokho. C'est dire.Également cités : Marc Planus (top chef), Johan Martial, Cheikh M'Bengue (la tondeuse à gazon).

Milieux :

Jean II Makoun (Rennes) : À l'image de son équipe, le Camerounais a coulé en seconde partie de saison. Un cauchemar qu'une victoire en Coupe de la Ligue aurait pu stopper, oui mais non. Au lieu de ça, Makoun a vécu dans une spirale infernale permanente. Entre humiliations et regrets, l'ancien milieu de terrain de Lille et de Lyon n'a jamais réussi à apporter quelque chose dans l'entrejeu breton. Dépassé par la moindre vague adverse, Jean II est devenu un vulgaire anonyme alors qu'il rayonnait sur le championnat il y a peu. Synonyme : Alou Diarra. Mêmes symptômes.Marvin Martin (Lille) : À Sochaux, le milieu de terrain jouait avec des chaussons. Tout marchait. Galette sur galette. Son arrivée à Lille devait coïncider avec une mise en lumière plus conséquente. Atterrissage raté. Six mois pour enfin aligner dix minutes potables sur un terrain, c'est trop pour un mec que l'on a balancé comme le futur Zizou à peine sorti du cocon sochalien. Comme le LOSC, double M a raté son début de saison. Le maillot semblait trop grand. Le voir se noyer en Ligue des champions, incapable de prendre le jeu à son compte, était un moment plus que délicat. Même s'il a remonté la pente après les fêtes de Noël, on attend toujours mieux de lui. Il faut qu'il s'émancipe. Tu es grand, Marvin.Morgan Amalfitano (Marseille) : Après une première année marseillaise ponctuée par une sélection en équipe de France, le millésime 2012/2013 a été plus délicat pour l'ancien Lorientais. On a l'impression que le numéro 18 olympien a joué à cache-cache toute la saison avec son talent. Blessé, irrégulier, chahuté dans son statut de titulaire, Morgan a mis du temps à mettre la machine en route. Moralité, il affiche des statistiques indigestes (1 but, deux passes décisives). Les arrivées de Sougou et Kadir n'ont pas aidé le milieu à se faire plaisir. Au final, son nom est surtout associé à la colonne départs.Anthony Mounier (Montpellier) : Nice, c'était bien et intéressant. Montpellier, avec la Ligue des champions, ça devait être mieux. La Moune' devait y franchir un palier. Sauf qu'à la première marche, il s'est blessé. Il s'est aussi raboté le tibia sur la seconde. Finalement, il a laissé tomber les escaliers et attend toujours l'ascenseur. Sa saison a été pénible - comme celle de Montpellier - et il donne l'impression d'avoir perdu une année alors qu'il avait fait le trajet pour intégrer le groupe France.Également cités : David Beckham (VRP de luxe), Joey Barton (Punchlineur 2.0), Kévin Anin (porté disparu).

Attaquants :

Charlison Benschop (Brest) : Une armoire à glace en provenance d'Alkmaar. Sur le papier, Charlison avait de quoi séduire. Son duo avec Ben Basat (avant que celui-ci ne cède aux sirènes de Toulouse) était séduisant et devait permettre au Stade brestois de régaler les puristes. Mais le Néerlandais n'a pas mis un pied devant l'autre. Lourd et maladroit, il n'a jamais réussi à se faire une place dans le onze brestois. Sa saison est une vraie déception (4 caramels pour seulement 14 titularisations). Dommage pour lui, il va devoir se refaire la cerise en Ligue 2.Emanuel Herrera (Montpellier) : « Herrera est un fainéant » . Mais oui Loulou, tu sais vendre tes joueurs. L'Argentin était un parfait inconnu et son arrivée était risquée. Il devait se farcir la succession d'Olivier Giroud tout en découvrant la Ligue des champions. On a connu cadeau d'arrivée plus sympa. À l'arrivée, une saison difficile (6 buts en 30 matchs) et une impression bizarre sur le joueur : quelconque. Et si en plus le grand patron le flingue dans la presse, ça fait beaucoup pour un baptême.Également cités : Nolan Roux, Diego Rolán, Ilan.


Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25