Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

L’équipe type des flops de la Liga 2012/2013

Messi, Ronaldo, Falcao, Iniesta… La Liga est un refuge à superstars mais pas que. Dans l’ombre de ces étoiles, des comètes se sont désagrégées en plein vol. Revue d’effectif des grandes déceptions de cette saison 2012/2013. Garantie sans mauvaise foi.

Modififié
Sur le banc
Adil
Rami

Adil Rami

Pour mettre l’ambiance en conférence de presse, Adil sait y faire. Toujours dans un espagnol approximatif, le Français a, cette saison, tâtonné sur le terrain. Plus aussi tranchant, Adil a été à l’image du club ché : hésitant et timoré.

Cesc
Fàbregas

Cesc Fàbregas

L’énigme. Avec une ligne de statistiques pas dégueulasse (16 buts, 15 passes dé), Cesc n’a jamais réussi à trouver sa place dans l’immuable 4-3-3 blaugrana. La faute à des caractéristiques de bâtard et une pression de dingue. Il peut au moins se rassurer avec ce titre de champion. Son premier.

L’Athletic
Bilbao

L’Athletic Bilbao

Le jeu tout en mouvement, en une touche, en technique du Bilbao façonné par Bielsa n’aura duré qu’une saison. Celle de la confirmation est d’une déception perpétuelle. Seul Aduriz était au top. Normal, il se frotter pour la première fois au Loco.

Jonas

Jonas

« Moi, lorsque mon équipe doit absolument gagner pour être en Ligue des Champions, je me prends un rouge stupide (et sévère, ndlr). Et, forcément, mon équipe perd » . Le QI footballistique de l’année.

Pochettino

Pochettino

Pour sa quatrième saison sur le banc de l’Espanyol, Mauricio s’est raté dans les grandes largeurs. Dommage. Après avoir amenés le second club de Barcelone à un doigt de l’Europe, les plans de l’Argentin ont pris du plomb dans l’aile. Un début de saison catastrophique, un plan de jeu anarchique, un vestiaire qui ne le suit plus, et, forcément, un licenciement en novembre. Puis un départ outre-Manche. Monde de ...

Loren

Loren

Le départ de Philippe Montanier restera un mystère. L’intéressé mis à part, seul Lorenzo Juarros, dit « Loren » , en connaît les raisons. Directeur sportif de la Real Sociedad, Loren n’a offert qu’une prolongation d’un an à un Philou qui souhaitait travailler sur le long terme. Sans rancœur, le désormais coach rennais s’est sorti les doigts pour hisser les Basques en Ligue des Champions. Loren, lui, s’est fait prolonger. Un ...

Tous ceux du Real Madrid

Tous ceux du Real Madrid

Un cauchemar emboîté dans un autre. Basé sur un scénario digne d’Inception, la saison des gardiens du Real Madrid est un drame à part entière dans l’année moisie de Bernabéu. Iker Casillas a rangé sa sainteté au placard, Antonio Adán s’est grillé seul avec ses bévues, et Jesús Collado a lui joué les utilités de service. Diego López, débarqué en surprise en janvier, a bien tenté de rééquilibrer la balance, le résultat n’en demeure pas moins ...

Christian
Lell

Christian Lell

En 2013, on peut être bavarois et mauvais. Christian Lell l’a prouvé. Le natif de Munich, arrivé en provenance du Hertha Berlin, n’a joué qu’une petite vingtaine de matchs avec Levante. Jamais aligné en Europa League, le Teuton a déjà demandé à reprendre ses chaussettes et ses tongs pour rentrer au pays. Et il ne sera pas retenu, rigueur allemande oblige.

Oguchi
Onyewu

Oguchi Onyewu

Passé à la postérité après avoir failli « s’entretuer » avec Zlatan Ibrahimovic, Oguchi Onyewu a disparu des écrans radars. Plus déménageur – 1m 95 pour 91 kg – que footballeur, l’international américain n’a enfilé le jersey andalou qu’à neuf reprises, pour seulement deux apparitions en Liga. Même Lugano, arrivé en janvier, lui est passé devant. C’est dire le niveau de la ...

Bartra

Bartra

Ok, Marc Bartra est jeune. Ok, Marca Bartra n’a pas beaucoup joué. Mais Marc Bartra a déçu. Annoncé du haut de ses 22 piges comme le nouveau Gerard Piqué, ce pur produit de la Masia a pris l’eau à chacune de ses sorties. Pas vraiment aidé par les choix de Tito Vilanova, un prêt à Valladolid ou à Osasuna lui ferait le plus grand bien. Et ce ne sont pas ses « yeux de louveteau » à la Jesus Nevas qui devraient y changer quelque ...

Marcelo

Marcelo

Le monstre annoncé par Mourinho est un glouton. Blessé en novembre, Marcelo est revenu à Valbedebas avec six kilos en trop sur la balance. Sans pitié, Mourinho lui fait bouffer son surpoids en le lançant dès son retour, puis en l'envoyant aux oubliettes. Une punition justifiée pour la plus grosse escroquerie du dernier XI Fifa. Le régime Dukan t’attend, Marcelo.

Gago

Gago

Le plus gros gâchis de la Liga. Si ce n’est d’Europe. Talentueux au possible, génie incompris, Fernando Gago n’aura fait que six petits mois à Valence. Six mois durant lesquels il a réussi à se faire détester par ses coéquipiers, son staff et son entraîneur qui lui pria en janvier d’aller voir ailleurs. « Il est peu sociable, pas très sympathique, suffisant. Il est très narcissique également » , lâchera même un technicien de Mestalla. Tout est ...

Alexandre
Song

Alexandre Song

La technique est rentrée dans les mœurs footballistiques. Parti d’Arsenal, Alexandre Song a dépucelé son CV. Avec de rares apparitions et un rôle réduit à peau de chagrin, cette Liga a forcément un goût d’inachevé. Mieux en fin de saison, il n’a en rien rentabilisé les 20 millions d’euros de son transfert. Et puis ce vent lors de la remise de la Liga… Du grand art ...

Le duo
Mözil

Le duo Mözil

Ce devait être le pendant madridista du binôme Xaviniesta. Avec Modric le quarterback et Özil le dynamiteur de particules, le Real Madrid saurait dicter le tempo et balader les défenses adverses. Mais non. Incapable de les faire cohabiter dans le même XI, José Mourinho aura tout tenter : décalage de l’un sur l’aile, descente d’un cran de l’autre au milieu. Pour un même résultat : le Teuton et le Croate ont fricoté dans la même zone toute la saison ...

Jose Antonio
Reyes

Jose Antonio Reyes

Le plus grand hall of famer des flops espagnols. Avec son statut d’espoir déchu, José Antonio Reyes est revenu au bercail sévillan. Cette saison, il n’a véritablement mouillé le maillot qu’à une reprise. Certes, c’était lors du derby le plus chaud d’Espagne avec un doublé à la clé. Puis, plus rien. Le désert. A 29 ans, José Antonio devrait penser à sa reconversion. Car sa carrière footballistique est bien derrière ...

Fernando
Llorente

Fernando Llorente

Dire que la saison de Fernando Llorente a été pénible serait un euphémisme. En froid avec Marcelo El Loco Bielsa, le Roi des Leones a perdu sa couronne. Convoqué pour la première fois avec le groupe pro au mois de septembre, il a passé le plus clair de son temps sous la guérite. Malgré son bilan famélique de cinq buts, la Juve est venue le dénicher en janvier. L’échappatoire, ...

Simão

Simão

C’était la tête de gondole du recrutement des Pericos. Avec son blase joga bonito et son CV international, Simão Sabrosa devait tirer le groupe vers le haut. Bah non. Vieillissant, il est passé de déception à boulet. Plus gros salaire de l’effectif, le Portugais se rassure comme il peut : « Mon année de contrat restante me donne de la tranquillité » . Le levier départ devrait pourtant être ...

Tous ceux du Real Madrid (Diego López mis à part) : Un cauchemar emboîté dans un autre. Basé sur un scénario digne d’Inception, la saison des gardiens du Real Madrid est un drame à part entière dans l’année moisie de Bernabéu. Iker Casillas a rangé sa sainteté au placard, Antonio Adán s’est grillé seul avec ses bévues, et Jesús Collado a lui joué les utilités de service. Diego López, débarqué en surprise en janvier, a bien tenté de rééquilibrer la balance, le résultat n’en demeure pas moins insuffisant.

Christian Lell (UD Levante) : En 2013, on peut être bavarois et mauvais. Christian Lell l’a prouvé. Le natif de Munich, arrivé en provenance du Hertha Berlin, n’a joué qu’une petite vingtaine de matchs avec Levante. Jamais aligné en Europa League, le Teuton a déjà demandé à reprendre ses chaussettes et ses tongs pour rentrer au pays. Et il ne sera pas retenu, rigueur allemande oblige.

Oguchi Onyewu (Málaga) : Passé à la postérité après avoir failli « s’entretuer » avec Zlatan Ibrahimovic, Oguchi Onyewu a disparu des écrans radars. Plus déménageur – 1m 95 pour 91 kg – que footballeur, l’international américain n’a enfilé le jersey andalou qu’à neuf reprises, pour seulement deux apparitions en Liga. Même Lugano, arrivé en janvier, lui est passé devant. C’est dire le niveau de la bête…

Bartra (FC Barcelone) : Ok, Marc Bartra est jeune. Ok, Marca Bartra n’a pas beaucoup joué. Mais Marc Bartra a déçu. Annoncé du haut de ses 22 piges comme le nouveau Gerard Piqué, ce pur produit de la Masia a pris l’eau à chacune de ses sorties. Pas vraiment aidé par les choix de Tito Vilanova, un prêt à Valladolid ou à Osasuna lui ferait le plus grand bien. Et ce ne sont pas ses « yeux de louveteau » à la Jesus Nevas qui devraient y changer quelque chose.

Marcelo (Real Madrid) : Le monstre annoncé par Mourinho est un glouton. Blessé en novembre, Marcelo est revenu à Valbedebas avec six kilos en trop sur la balance. Sans pitié, Mourinho lui fait bouffer son surpoids en le lançant dès son retour, puis en l'envoyant aux oubliettes. Une punition justifiée pour la plus grosse escroquerie du dernier XI Fifa. Le régime Dukan t’attend, Marcelo.

Gago (FC Valence) : Le plus gros gâchis de la Liga. Si ce n’est d’Europe. Talentueux au possible, génie incompris, Fernando Gago n’aura fait que six petits mois à Valence. Six mois durant lesquels il a réussi à se faire détester par ses coéquipiers, son staff et son entraîneur qui lui pria en janvier d’aller voir ailleurs. « Il est peu sociable, pas très sympathique, suffisant. Il est très narcissique également » , lâchera même un technicien de Mestalla. Tout est dit.

Alexandre Song (FC Barcelone) : La technique est rentrée dans les mœurs footballistiques. Parti d’Arsenal, Alexandre Song a dépucelé son CV. Avec de rares apparitions et un rôle réduit à peau de chagrin, cette Liga a forcément un goût d’inachevé. Mieux en fin de saison, il n’a en rien rentabilisé les 20 millions d’euros de son transfert. Et puis ce vent lors de la remise de la Liga… Du grand art !

Le duo Mözil (Real Madrid) : Ce devait être le pendant madridista du binôme Xaviniesta. Avec Modric le quarterback et Özil le dynamiteur de particules, le Real Madrid saurait dicter le tempo et balader les défenses adverses. Mais non. Incapable de les faire cohabiter dans le même XI, José Mourinho aura tout tenter : décalage de l’un sur l’aile, descente d’un cran de l’autre au milieu. Pour un même résultat : le Teuton et le Croate ont fricoté dans la même zone toute la saison durant.

Jose Antonio Reyes (FC Séville) : Le plus grand hall of famer des flops espagnols. Avec son statut d’espoir déchu, José Antonio Reyes est revenu au bercail sévillan. Cette saison, il n’a véritablement mouillé le maillot qu’à une reprise. Certes, c’était lors du derby le plus chaud d’Espagne avec un doublé à la clé. Puis, plus rien. Le désert. A 29 ans, José Antonio devrait penser à sa reconversion. Car sa carrière footballistique est bien derrière lui.

Fernando Llorente (Athletic Bilbao) : Dire que la saison de Fernando Llorente a été pénible serait un euphémisme. En froid avec Marcelo El Loco Bielsa, le Roi des Leones a perdu sa couronne. Convoqué pour la première fois avec le groupe pro au mois de septembre, il a passé le plus clair de son temps sous la guérite. Malgré son bilan famélique de cinq buts, la Juve est venue le dénicher en janvier. L’échappatoire, enfin…

Simão (Espanyol Barcelone) : C’était la tête de gondole du recrutement des Pericos. Avec son blase joga bonito et son CV international, Simão Sabrosa devait tirer le groupe vers le haut. Bah non. Vieillissant, il est passé de déception à boulet. Plus gros salaire de l’effectif, le Portugais se rassure comme il peut : « Mon année de contrat restante me donne de la tranquillité » . Le levier départ devrait pourtant être actionné.

Adil Rami (FC Valence) : Pour mettre l’ambiance en conférence de presse, Adil sait y faire. Toujours dans un espagnol approximatif, le Français a, cette saison, tâtonné sur le terrain. Plus aussi tranchant, Adil a été à l’image du club ché : hésitant et timoré.

Cesc Fàbregas (FC Barcelone) : L’énigme. Avec une ligne de statistiques pas dégueulasse (16 buts, 15 passes dé), Cesc n’a jamais réussi à trouver sa place dans l’immuable 4-3-3 blaugrana. La faute à des caractéristiques de bâtard et une pression de dingue. Il peut au moins se rassurer avec ce titre de champion. Son premier.

L’Athletic Bilbao (sauf Aduriz) : Le jeu tout en mouvement, en une touche, en technique du Bilbao façonné par Bielsa n’aura duré qu’une saison. Celle de la confirmation est d’une déception perpétuelle. Seul Aduriz était au top. Normal, il se frotter pour la première fois au Loco.

Jonas (FC Valence) : « Moi, lorsque mon équipe doit absolument gagner pour être en Ligue des Champions, je me prends un rouge stupide (et sévère, ndlr). Et, forcément, mon équipe perd » . Le QI footballistique de l’année.

Pochettino (Espanyol Barcelone) : Pour sa quatrième saison sur le banc de l’Espanyol, Mauricio s’est raté dans les grandes largeurs. Dommage. Après avoir amenés le second club de Barcelone à un doigt de l’Europe, les plans de l’Argentin ont pris du plomb dans l’aile. Un début de saison catastrophique, un plan de jeu anarchique, un vestiaire qui ne le suit plus, et, forcément, un licenciement en novembre. Puis un départ outre-Manche. Monde de merde.

Loren (Real Sociedad) : Le départ de Philippe Montanier restera un mystère. L’intéressé mis à part, seul Lorenzo Juarros, dit « Loren » , en connaît les raisons. Directeur sportif de la Real Sociedad, Loren n’a offert qu’une prolongation d’un an à un Philou qui souhaitait travailler sur le long terme. Sans rancœur, le désormais coach rennais s’est sorti les doigts pour hisser les Basques en Ligue des Champions. Loren, lui, s’est fait prolonger. Un âne.



Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 21:23 Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 2 Hier à 08:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
Hier à 20:20 Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 Hier à 17:45 Lozano climatise l'Allemagne 4 Hier à 17:15 Maradona, le cigare et les yeux tirés 40 Hier à 15:30 Le bijou de Kolarov face au Costa Rica 8 Hier à 14:58 La liesse des supporters mexicains à Moscou 1
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 13:48 Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 Hier à 11:10 Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 Hier à 10:33 Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 9 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes samedi 16 juin Le CSC malheureux d'Etebo 1 samedi 16 juin Poulsen ouvre le score pour le Danemark 3 samedi 16 juin Le penalty de Cueva qui s'envole 9 samedi 16 juin Messi rate son penalty ! 18 samedi 16 juin Finnbogason relance l'Islande ! 3 samedi 16 juin Le premier but en Coupe du monde d'Agüero samedi 16 juin Van Marwijk : « On méritait le nul » 17 samedi 16 juin Pogba délivre les Bleus 8 samedi 16 juin La main de Samuel Umtiti et le penalty de Jedinak 4 samedi 16 juin L'ouverture du score de Griezmann grâce à la VAR 1 samedi 16 juin Le rap de Benjamin Pavard (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 25 : Les Bleus vus d'Australie, Espagne-Portugal et le Danois daltonien