L’équipe type des flops de la Liga 2012/2013

Messi, Ronaldo, Falcao, Iniesta… La Liga est un refuge à superstars mais pas que. Dans l’ombre de ces étoiles, des comètes se sont désagrégées en plein vol. Revue d’effectif des grandes déceptions de cette saison 2012/2013. Garantie sans mauvaise foi.

Modififié
0 41
Sur le banc
Adil
Rami

Adil Rami

Pour mettre l’ambiance en conférence de presse, Adil sait y faire. Toujours dans un espagnol approximatif, le Français a, cette saison, tâtonné sur le terrain. Plus aussi tranchant, Adil a été à l’image du club ché : hésitant et timoré.

Cesc
Fàbregas

Cesc Fàbregas

L’énigme. Avec une ligne de statistiques pas dégueulasse (16 buts, 15 passes dé), Cesc n’a jamais réussi à trouver sa place dans l’immuable 4-3-3 blaugrana. La faute à des caractéristiques de bâtard et une pression de dingue. Il peut au moins se rassurer avec ce titre de champion. Son premier.

L’Athletic
Bilbao

L’Athletic Bilbao

Le jeu tout en mouvement, en une touche, en technique du Bilbao façonné par Bielsa n’aura duré qu’une saison. Celle de la confirmation est d’une déception perpétuelle. Seul Aduriz était au top. Normal, il se frotter pour la première fois au Loco.

Jonas

Jonas

« Moi, lorsque mon équipe doit absolument gagner pour être en Ligue des Champions, je me prends un rouge stupide (et sévère, ndlr). Et, forcément, mon équipe perd » . Le QI footballistique de l’année.

Pochettino

Pochettino

Pour sa quatrième saison sur le banc de l’Espanyol, Mauricio s’est raté dans les grandes largeurs. Dommage. Après avoir amenés le second club de Barcelone à un doigt de l’Europe, les plans de l’Argentin ont pris du plomb dans l’aile. Un début de saison catastrophique, un plan de jeu anarchique, un vestiaire qui ne le suit plus, et, forcément, un licenciement en novembre. Puis un départ outre-Manche. Monde de ...

Loren

Loren

Le départ de Philippe Montanier restera un mystère. L’intéressé mis à part, seul Lorenzo Juarros, dit « Loren » , en connaît les raisons. Directeur sportif de la Real Sociedad, Loren n’a offert qu’une prolongation d’un an à un Philou qui souhaitait travailler sur le long terme. Sans rancœur, le désormais coach rennais s’est sorti les doigts pour hisser les Basques en Ligue des Champions. Loren, lui, s’est fait prolonger. Un ...

Tous ceux du Real Madrid

Tous ceux du Real Madrid

Un cauchemar emboîté dans un autre. Basé sur un scénario digne d’Inception, la saison des gardiens du Real Madrid est un drame à part entière dans l’année moisie de Bernabéu. Iker Casillas a rangé sa sainteté au placard, Antonio Adán s’est grillé seul avec ses bévues, et Jesús Collado a lui joué les utilités de service. Diego López, débarqué en surprise en janvier, a bien tenté de rééquilibrer la balance, le résultat n’en demeure pas moins ...

Christian
Lell

Christian Lell

En 2013, on peut être bavarois et mauvais. Christian Lell l’a prouvé. Le natif de Munich, arrivé en provenance du Hertha Berlin, n’a joué qu’une petite vingtaine de matchs avec Levante. Jamais aligné en Europa League, le Teuton a déjà demandé à reprendre ses chaussettes et ses tongs pour rentrer au pays. Et il ne sera pas retenu, rigueur allemande oblige.

Oguchi
Onyewu

Oguchi Onyewu

Passé à la postérité après avoir failli « s’entretuer » avec Zlatan Ibrahimovic, Oguchi Onyewu a disparu des écrans radars. Plus déménageur – 1m 95 pour 91 kg – que footballeur, l’international américain n’a enfilé le jersey andalou qu’à neuf reprises, pour seulement deux apparitions en Liga. Même Lugano, arrivé en janvier, lui est passé devant. C’est dire le niveau de la ...

Bartra

Bartra

Ok, Marc Bartra est jeune. Ok, Marca Bartra n’a pas beaucoup joué. Mais Marc Bartra a déçu. Annoncé du haut de ses 22 piges comme le nouveau Gerard Piqué, ce pur produit de la Masia a pris l’eau à chacune de ses sorties. Pas vraiment aidé par les choix de Tito Vilanova, un prêt à Valladolid ou à Osasuna lui ferait le plus grand bien. Et ce ne sont pas ses « yeux de louveteau » à la Jesus Nevas qui devraient y changer quelque ...

Marcelo

Marcelo

Le monstre annoncé par Mourinho est un glouton. Blessé en novembre, Marcelo est revenu à Valbedebas avec six kilos en trop sur la balance. Sans pitié, Mourinho lui fait bouffer son surpoids en le lançant dès son retour, puis en l'envoyant aux oubliettes. Une punition justifiée pour la plus grosse escroquerie du dernier XI Fifa. Le régime Dukan t’attend, Marcelo.

Gago

Gago

Le plus gros gâchis de la Liga. Si ce n’est d’Europe. Talentueux au possible, génie incompris, Fernando Gago n’aura fait que six petits mois à Valence. Six mois durant lesquels il a réussi à se faire détester par ses coéquipiers, son staff et son entraîneur qui lui pria en janvier d’aller voir ailleurs. « Il est peu sociable, pas très sympathique, suffisant. Il est très narcissique également » , lâchera même un technicien de Mestalla. Tout est ...

Alexandre
Song

Alexandre Song

La technique est rentrée dans les mœurs footballistiques. Parti d’Arsenal, Alexandre Song a dépucelé son CV. Avec de rares apparitions et un rôle réduit à peau de chagrin, cette Liga a forcément un goût d’inachevé. Mieux en fin de saison, il n’a en rien rentabilisé les 20 millions d’euros de son transfert. Et puis ce vent lors de la remise de la Liga… Du grand art ...

Le duo
Mözil

Le duo Mözil

Ce devait être le pendant madridista du binôme Xaviniesta. Avec Modric le quarterback et Özil le dynamiteur de particules, le Real Madrid saurait dicter le tempo et balader les défenses adverses. Mais non. Incapable de les faire cohabiter dans le même XI, José Mourinho aura tout tenter : décalage de l’un sur l’aile, descente d’un cran de l’autre au milieu. Pour un même résultat : le Teuton et le Croate ont fricoté dans la même zone toute la saison ...

Jose Antonio
Reyes

Jose Antonio Reyes

Le plus grand hall of famer des flops espagnols. Avec son statut d’espoir déchu, José Antonio Reyes est revenu au bercail sévillan. Cette saison, il n’a véritablement mouillé le maillot qu’à une reprise. Certes, c’était lors du derby le plus chaud d’Espagne avec un doublé à la clé. Puis, plus rien. Le désert. A 29 ans, José Antonio devrait penser à sa reconversion. Car sa carrière footballistique est bien derrière ...

Fernando
Llorente

Fernando Llorente

Dire que la saison de Fernando Llorente a été pénible serait un euphémisme. En froid avec Marcelo El Loco Bielsa, le Roi des Leones a perdu sa couronne. Convoqué pour la première fois avec le groupe pro au mois de septembre, il a passé le plus clair de son temps sous la guérite. Malgré son bilan famélique de cinq buts, la Juve est venue le dénicher en janvier. L’échappatoire, ...

Simão

Simão

C’était la tête de gondole du recrutement des Pericos. Avec son blase joga bonito et son CV international, Simão Sabrosa devait tirer le groupe vers le haut. Bah non. Vieillissant, il est passé de déception à boulet. Plus gros salaire de l’effectif, le Portugais se rassure comme il peut : « Mon année de contrat restante me donne de la tranquillité » . Le levier départ devrait pourtant être ...

Tous ceux du Real Madrid (Diego López mis à part) : Un cauchemar emboîté dans un autre. Basé sur un scénario digne d’Inception, la saison des gardiens du Real Madrid est un drame à part entière dans l’année moisie de Bernabéu. Iker Casillas a rangé sa sainteté au placard, Antonio Adán s’est grillé seul avec ses bévues, et Jesús Collado a lui joué les utilités de service. Diego López, débarqué en surprise en janvier, a bien tenté de rééquilibrer la balance, le résultat n’en demeure pas moins insuffisant.

Christian Lell (UD Levante) : En 2013, on peut être bavarois et mauvais. Christian Lell l’a prouvé. Le natif de Munich, arrivé en provenance du Hertha Berlin, n’a joué qu’une petite vingtaine de matchs avec Levante. Jamais aligné en Europa League, le Teuton a déjà demandé à reprendre ses chaussettes et ses tongs pour rentrer au pays. Et il ne sera pas retenu, rigueur allemande oblige.

Oguchi Onyewu (Málaga) : Passé à la postérité après avoir failli « s’entretuer » avec Zlatan Ibrahimovic, Oguchi Onyewu a disparu des écrans radars. Plus déménageur – 1m 95 pour 91 kg – que footballeur, l’international américain n’a enfilé le jersey andalou qu’à neuf reprises, pour seulement deux apparitions en Liga. Même Lugano, arrivé en janvier, lui est passé devant. C’est dire le niveau de la bête…

Bartra (FC Barcelone) : Ok, Marc Bartra est jeune. Ok, Marca Bartra n’a pas beaucoup joué. Mais Marc Bartra a déçu. Annoncé du haut de ses 22 piges comme le nouveau Gerard Piqué, ce pur produit de la Masia a pris l’eau à chacune de ses sorties. Pas vraiment aidé par les choix de Tito Vilanova, un prêt à Valladolid ou à Osasuna lui ferait le plus grand bien. Et ce ne sont pas ses « yeux de louveteau » à la Jesus Nevas qui devraient y changer quelque chose.

Marcelo (Real Madrid) : Le monstre annoncé par Mourinho est un glouton. Blessé en novembre, Marcelo est revenu à Valbedebas avec six kilos en trop sur la balance. Sans pitié, Mourinho lui fait bouffer son surpoids en le lançant dès son retour, puis en l'envoyant aux oubliettes. Une punition justifiée pour la plus grosse escroquerie du dernier XI Fifa. Le régime Dukan t’attend, Marcelo.

Gago (FC Valence) : Le plus gros gâchis de la Liga. Si ce n’est d’Europe. Talentueux au possible, génie incompris, Fernando Gago n’aura fait que six petits mois à Valence. Six mois durant lesquels il a réussi à se faire détester par ses coéquipiers, son staff et son entraîneur qui lui pria en janvier d’aller voir ailleurs. « Il est peu sociable, pas très sympathique, suffisant. Il est très narcissique également » , lâchera même un technicien de Mestalla. Tout est dit.

Alexandre Song (FC Barcelone) : La technique est rentrée dans les mœurs footballistiques. Parti d’Arsenal, Alexandre Song a dépucelé son CV. Avec de rares apparitions et un rôle réduit à peau de chagrin, cette Liga a forcément un goût d’inachevé. Mieux en fin de saison, il n’a en rien rentabilisé les 20 millions d’euros de son transfert. Et puis ce vent lors de la remise de la Liga… Du grand art !

Le duo Mözil (Real Madrid) : Ce devait être le pendant madridista du binôme Xaviniesta. Avec Modric le quarterback et Özil le dynamiteur de particules, le Real Madrid saurait dicter le tempo et balader les défenses adverses. Mais non. Incapable de les faire cohabiter dans le même XI, José Mourinho aura tout tenter : décalage de l’un sur l’aile, descente d’un cran de l’autre au milieu. Pour un même résultat : le Teuton et le Croate ont fricoté dans la même zone toute la saison durant.

Jose Antonio Reyes (FC Séville) : Le plus grand hall of famer des flops espagnols. Avec son statut d’espoir déchu, José Antonio Reyes est revenu au bercail sévillan. Cette saison, il n’a véritablement mouillé le maillot qu’à une reprise. Certes, c’était lors du derby le plus chaud d’Espagne avec un doublé à la clé. Puis, plus rien. Le désert. A 29 ans, José Antonio devrait penser à sa reconversion. Car sa carrière footballistique est bien derrière lui.

Fernando Llorente (Athletic Bilbao) : Dire que la saison de Fernando Llorente a été pénible serait un euphémisme. En froid avec Marcelo El Loco Bielsa, le Roi des Leones a perdu sa couronne. Convoqué pour la première fois avec le groupe pro au mois de septembre, il a passé le plus clair de son temps sous la guérite. Malgré son bilan famélique de cinq buts, la Juve est venue le dénicher en janvier. L’échappatoire, enfin…

Simão (Espanyol Barcelone) : C’était la tête de gondole du recrutement des Pericos. Avec son blase joga bonito et son CV international, Simão Sabrosa devait tirer le groupe vers le haut. Bah non. Vieillissant, il est passé de déception à boulet. Plus gros salaire de l’effectif, le Portugais se rassure comme il peut : « Mon année de contrat restante me donne de la tranquillité » . Le levier départ devrait pourtant être actionné.

Adil Rami (FC Valence) : Pour mettre l’ambiance en conférence de presse, Adil sait y faire. Toujours dans un espagnol approximatif, le Français a, cette saison, tâtonné sur le terrain. Plus aussi tranchant, Adil a été à l’image du club ché : hésitant et timoré.

Cesc Fàbregas (FC Barcelone) : L’énigme. Avec une ligne de statistiques pas dégueulasse (16 buts, 15 passes dé), Cesc n’a jamais réussi à trouver sa place dans l’immuable 4-3-3 blaugrana. La faute à des caractéristiques de bâtard et une pression de dingue. Il peut au moins se rassurer avec ce titre de champion. Son premier.

L’Athletic Bilbao (sauf Aduriz) : Le jeu tout en mouvement, en une touche, en technique du Bilbao façonné par Bielsa n’aura duré qu’une saison. Celle de la confirmation est d’une déception perpétuelle. Seul Aduriz était au top. Normal, il se frotter pour la première fois au Loco.

Jonas (FC Valence) : « Moi, lorsque mon équipe doit absolument gagner pour être en Ligue des Champions, je me prends un rouge stupide (et sévère, ndlr). Et, forcément, mon équipe perd » . Le QI footballistique de l’année.

Pochettino (Espanyol Barcelone) : Pour sa quatrième saison sur le banc de l’Espanyol, Mauricio s’est raté dans les grandes largeurs. Dommage. Après avoir amenés le second club de Barcelone à un doigt de l’Europe, les plans de l’Argentin ont pris du plomb dans l’aile. Un début de saison catastrophique, un plan de jeu anarchique, un vestiaire qui ne le suit plus, et, forcément, un licenciement en novembre. Puis un départ outre-Manche. Monde de merde.

Loren (Real Sociedad) : Le départ de Philippe Montanier restera un mystère. L’intéressé mis à part, seul Lorenzo Juarros, dit « Loren » , en connaît les raisons. Directeur sportif de la Real Sociedad, Loren n’a offert qu’une prolongation d’un an à un Philou qui souhaitait travailler sur le long terme. Sans rancœur, le désormais coach rennais s’est sorti les doigts pour hisser les Basques en Ligue des Champions. Loren, lui, s’est fait prolonger. Un âne.



Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

larrymotter Niveau : DHR
"En 2013, on peut être bavarois est mauvais."
C'et moche comme faute quand même.
Ozil, un flop ? Le seul joueur cette saison qui a surnagé avec Ronaldo.
Mouais, je comprends pas trop
Merde j'avais pas vu le vent de Song. Ça fait super mal.
Note : 1
Le Barça a envoyé Bartra au casse pipe, il était sur le banc toute une saison et d'un coup il était titulaire, un pret c'est quitte ou double, ils ont prêté Fontàs à Majorque pour avoir de l’expérience mais il a disputé quelques matchs, il faudrait un prêt qui impose un certain nombres de matchs titulaires mais bon on est pas dans un jeu vidéo...

20M€ pour être une doublure de Busquets c'est un mauvais choix des dirigeants, Jonathan Dos Santos aurait très pu le faire...
Ozil à fait une bonne saison quand meme ! Que dire de benzema dans ce cas ?
Note : 5
Non, ce n'est pas Ozil le flop, mais son association avec Modric. Individuellement, il ne lui est rien reproché.
Scholes453 Niveau : CFA
Meme moi qui suit barcelonais, j'peux pas cautionner que ozil soit vu comme un flop. Comme il a été dit precedemment, il est un des seuls madrilenes a avoir tenu la barraque. Un gros coup de mou au début d'la saison, mais une deuxieme partie en fanfare. Puis pour fabregas, j'pense qu'il faudrait etre moins sur son cul. Il n'est pas titulaire indiscutable mais son apport dans la saison n'est pas des moindres. Quand ces cons de la Roja et ceux du Barca comprendront qu'il est milieu et pas attaquant, la on reverra du grand fabregas. Ce qui le tue, c'est la conccurence, et l'image moins " made in masia " qui lui colle a la peau ( du fait de son passé chez tonton arsene ).
Perso Fabregas en tant que flop je comprend pas. S'est pas de ca faute si le barca ne sait pas l'utiliser en restant de leur dictature du toque.
volontaire82 Niveau : Loisir
Quand même So foot, on doit pouvoir trouver largement pire que l'association ozil-modric ou fabregas pour cette équipe type..
Walter Blanc Niveau : Loisir
Message posté par Mobbydick
Ozil à fait une bonne saison quand meme ! Que dire de benzema dans ce cas ?


Je crois que l'article parle du duo Modric-Ozil..
Thierry-henry-the-best Niveau : DHR
je pense aussi qu'il sont quand même durs avec bartra pour le placer dans les flops alors qu'on sais comment tito l'a oublier pendant les matchs à enjeux moindre de liga (notamment pour qu'il prenne de l'expérience) pour le lancer plus tard contre des armes de guerre comme le bayern à cause des blessures forcément il ne pouvais que couler mais une chose est sûre ce gamin a beaucoup de talent (carrure, physique, qualité de relance, fougue à la puyol et surtout jeu de tête) à cet âge et avec le temps il pourrait devenir un défenseur complet
Bonjour,
Je m'appelle fabregas, et je suis un flop.

Je suis le deuxième joueur le plus titulariser en championnat avec 30 titularisation. Seul valdes me devance avec 31.
Je suis le deuxième meilleur Buteur de mon équipe en championnat avec 11 but derrière Messi.
Je suis le troisième meilleur passeur décisif de mon équipe en championnat avec 11 passe décisive derrière Iniesta et Messi.

Je suis donc un flop mais un flop champion d'Espagne.

Note pour la saison prochaine: Ne pas se rater en Ligue des Champions sinon je serais dans le top en flop de l'année.
Walter Blanc Niveau : Loisir
Si Fabregas est un flop Benzema il est quoi ?
Llorente c'est 5 buts sur cette saison ok, mais titulaire qu'à 5 reprise aussi... Bilan plus homérique que "famélique" en fait
"il se frotter pour la première fois au Loco." Plaît-il ?
Bah non mais bon, ses stats sont pas mal et tout, mais il est à des années lumières du Fabregas qu'on voyait à Arsenal il y a deux saisons.
Je ne le vois pas réellement à sa place dans ce groupe.
Mothafucka Niveau : CFA
Note : 1
Faut regarder le Barça pour savoir que Cesc est un énorme flop. Ses stats cache le reste, c'est-à-dire son niveau de jeu absolument minable pour un mec supposé remplacer Xavi dans le futur et qui a coûté 30-40M. Il n'apporte rien dans le jeu, c'est effarant. Et pourtant, il n'est jamais remis en question par cette escroquerie de coach qu'est Villanova.

Dire qu'il a jouté 2x plus que Thiago cette année, ça me désole.

Sinon pour Song, j'suis pas d'accord pour parler de flop. Le Barça a fait une erreur en le recrutant mais uniquement parce qu'il n'en avait pas besoin. Après, il n'a pas beaucoup joué mais il n'a jamais déçu. Avec plus de temps de jeu la saison prochaine, je suis certain qu'il peut faire un bien fou à l'équipe.

Pour Bartra, flop oui, peut-être, mais Villanova a tout fait pour que ça arrive. Il ne le fait pas jouer début de saison lors de matchs moins compliqués alors que les 3/4 de la défense sont out puis le lance dans le grand bain en quarts de LDC puis en demis face à une équipe du Bayern au-dessus. Le gosse a été envoyé au casse-pipe.
Jonas un flop mais bien sur, il n'y a pas que le Real et Barça à regarder. Il a juste sauver l'équipe plusieurs fois grâce à ses buts décisifs faisant sa meilleure saison à Valencia. 13 buts en Liga et 5 en Champions League pour un 9 et demi je ne sais pas ce qu'il vous faut de plus.
Le réduire à son rouge lors de la dernière journée c'est vraiment petit sachant que vous comme moi on sait très bien que ce rouge est totalement scandaleux et immérité.
Mouais... Le vieux cliche qui veut qu'on reste dans son club francais avant une coupe du monde pour avoir plus de chance... ca a ete prouve ce truc?
Desole je pensais etre sur le post de Grenier. le mec de lyon.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 41