En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Demies
  3. // Bilan

L'équipe type des demi-finales

La tentation de mettre onze Français était forte. Finalement, l'équipe type des demies est plus variée, mais pas moins talentueuse, avec des gars sûrs et d'autres qu'on n'attendait pas.

Modififié
Sur le banc
Nicola Rizzoli
Nicola
Rizzoli

Nicola Rizzoli

Parfait. Reconnaissance sur la main que personne n’avait vue.

Laurent Koscielny
Laurent
Koscielny

Laurent Koscielny

Le vrai patron de l’équipe de France. Il n’a pas provoqué un penalty et n’a pas reçu de carton rouge depuis un bail. Un hasard ? Non, seulement la maturité.

Moussa Sissoko
Moussa
Sissoko

Moussa Sissoko

La chanson à sa gloire lui a fait pousser des ailes. Et Deschamps n’a pas regretté sa titularisation. Une hype qu’on n’attendait vraiment pas.

Nani
Nani

Nani

Un petit transfert à Valence, une finale d’Euro, un petit but en demies… Alors qu’on le croyait mort, le petit Nani retrouve la lumière à l’approche de la trentaine. «  Ça a été une sensation étrange, j'ai marqué ce but à l'instinct, a réagi le joueur après la rencontre. Je n'ai pas pu préparer la façon de célébrer ce but. Je voulais le dédier à ma famille, qui était présente en tribunes. » ...

Ricardo Quaresma
Ricardo
Quaresma

Ricardo Quaresma

Pour l’amour du geste. Le tatoué ne doit sa place qu’à l’humiliation infligée à Joe Allen. Et à l’ovation que lui ont réservée les supporters à son entrée en jeu. Joueur frisson jusqu’au bout.

Hugo Lloris
Hugo
Lloris

Hugo Lloris

Être meilleur que Neuer sur 90 minutes, c’est à mettre sur son CV. Énorme sur sa ligne comme dans les sorties aériennes, le portier a prouvé qu’il faisait partie des grands. Une petite séance de tirs au but pour convaincre les plus réticents ?

Serena Williams
Serena
Williams

Serena Williams

Elle a marché sur ces demies. Même si elle utilise beaucoup ses bras et n’ose trop aller au duel, elle reste une machine qui répond présent lorsqu’il faut passer à la vitesse supérieure. Il ne lui a d’ailleurs fallu que 49 minutes pour plier le match. C’est la grande favorite pour la victoire finale. Et quel coup droit…

José Fonte
José
Fonte

José Fonte

Pepe absent ? Pas de problème. L’homme de 32 ans qui jouait encore en deuxième division anglaise en 2014 a pris les choses en main et a revêtu le costume de patron contre Galles. Ok, il ne s’est pas tapé Ricardo Carvalho à ses côtés, mais Fonte a tenu la baraque comme un grand. Qui aurait pu imaginer qu’une charnière Pepe-Fonte deviendrait sexy ?

Samuel Umtiti
Samuel
Umtiti

Samuel Umtiti

Deuxième sélection pour le nouveau Barcelonais et déjà une totale confiance. Quel plaisir d’observer un arrière central gagner quelques mètres avec le ballon dans les pieds ! Quel kiff de voir un défenseur prendre des risques à la relance ! Le futur.

Raphaël Guerreiro
Raphaël
Guerreiro

Raphaël Guerreiro

Le gars le plus régulier de son équipe, et peut-être même de la compétition. Solide derrière, présent devant, celui qui vient d’être acheté par Dortmund ne déçoit jamais, à l’image de son rendement en demi. Raphaël Guer’Hero.

Aaron Ramsey
Aaron
Ramsey

Aaron Ramsey

Un seul être vous manque… Son absence dans le dernier carré a tellement pesé que sa place dans le onze est indiscutable. Sans lui, les Gallois se sont cassé la gueule et n’ont jamais pu se montrer dangereux. Comme quoi, un carton jaune peut vraiment peser lourd. Zéro ballon perdu pour lui.

Le ramasseur de balle
Le ramasseur
de balle

Le ramasseur de balle

Le Rémi Gaillard portugais. En s’infiltrant sur la photo d’avant-match à côté de Ronaldo, le petit bonhomme a dû réaliser un de ses rêves. Il a surtout fait marrer Cricri, qui a accepté la demande de selfie. On l’attend désormais le 10 juillet pendant l’hymne.

Bastian Schweinsteiger
Bastian
Schweinsteiger

Bastian Schweinsteiger

Un grand merci pour cette main qui représente le tournant du match. Vu l’expérience du gars, on n'en attendait pas moins.

Antoine Griezmann
Antoine
Griezmann

Antoine Griezmann

Ballon d’or ? On verra après la finale. N’empêche que le Madrilène s’est assuré le titre de meilleur buteur de la compétition avec un nouveau doublé. Et contre Manuel Neuer, s’il vous plaît. Une valeur plus que sûre.

Cristiano Ronaldo
Cristiano
Ronaldo

Cristiano Ronaldo

Jean-Michel Aulas doit être content : le deuxième meilleur joueur du monde surkiffe Lyon. Après avoir mis deux pions à Gerland contre l’OL en 2011 et planté un nouveau doublé face aux Hongrois au Parc OL il y a quelques jours, CR7 a récidivé avec un combo but/assist. Il en profite même pour égaler le record de but de Platini sur la compétition. Qui disait qu’il loupait son Euro ...

Gareth Bale
Gareth
Bale

Gareth Bale

Abandonné, le Gareth. Seul membre de sa team au niveau, le Madrilène a tenté, tenté, tenté… En vain. Et ses efforts défensifs n’ont pas suffi. Zlatan et Alaba, prenez-en de la graine.

Hugo Lloris (Tottenham): Être meilleur que Neuer sur 90 minutes, c’est à mettre sur son CV. Énorme sur sa ligne comme dans les sorties aériennes, le portier a prouvé qu’il faisait partie des grands. Une petite séance de tirs au but pour convaincre les plus réticents ?

Serena Williams (États-Unis) : Elle a marché sur ces demies. Même si elle utilise beaucoup ses bras et n’ose trop aller au duel, elle reste une machine qui répond présent lorsqu’il faut passer à la vitesse supérieure. Il ne lui a d’ailleurs fallu que 49 minutes pour plier le match. C’est la grande favorite pour la victoire finale. Et quel coup droit…

José Fonte (Southampton): Pepe absent ? Pas de problème. L’homme de 32 ans qui jouait encore en deuxième division anglaise en 2014 a pris les choses en main et a revêtu le costume de patron contre Galles. Ok, il ne s’est pas tapé Ricardo Carvalho à ses côtés, mais Fonte a tenu la baraque comme un grand. Qui aurait pu imaginer qu’une charnière Pepe-Fonte deviendrait sexy ?

Samuel Umtiti (Lyon): Deuxième sélection pour le nouveau Barcelonais et déjà une totale confiance. Quel plaisir d’observer un arrière central gagner quelques mètres avec le ballon dans les pieds ! Quel kiff de voir un défenseur prendre des risques à la relance ! Le futur.

Raphaël Guerreiro (Lorient): Le gars le plus régulier de son équipe, et peut-être même de la compétition. Solide derrière, présent devant, celui qui vient d’être acheté par Dortmund ne déçoit jamais, à l’image de son rendement en demi. Raphaël Guer’Hero.

Aaron Ramsey (Arsenal) Un seul être vous manque… Son absence dans le dernier carré a tellement pesé que sa place dans le onze est indiscutable. Sans lui, les Gallois se sont cassé la gueule et n’ont jamais pu se montrer dangereux. Comme quoi, un carton jaune peut vraiment peser lourd. Zéro ballon perdu pour lui.

Le ramasseur de balle (Parc OL) : Le Rémi Gaillard portugais. En s’infiltrant sur la photo d’avant-match à côté de Ronaldo, le petit bonhomme a dû réaliser un de ses rêves. Il a surtout fait marrer Cricri, qui a accepté la demande de selfie. On l’attend désormais le 10 juillet pendant l’hymne.

Bastian Schweinsteiger (Manchester United): Un grand merci pour cette main qui représente le tournant du match. Vu l’expérience du gars, on n'en attendait pas moins.

Antoine Griezmann (Atlético de Madrid): Ballon d’or ? On verra après la finale. N’empêche que le Madrilène s’est assuré le titre de meilleur buteur de la compétition avec un nouveau doublé. Et contre Manuel Neuer, s’il vous plaît. Une valeur plus que sûre.

Cristiano Ronaldo (Real Madrid): Jean-Michel Aulas doit être content : le deuxième meilleur joueur du monde surkiffe Lyon. Après avoir mis deux pions à Gerland contre l’OL en 2011 et planté un nouveau doublé face aux Hongrois au Parc OL il y a quelques jours, CR7 a récidivé avec un combo but/assist. Il en profite même pour égaler le record de but de Platini sur la compétition. Qui disait qu’il loupait son Euro ?

Gareth Bale (Real Madrid): Abandonné, le Gareth. Seul membre de sa team au niveau, le Madrilène a tenté, tenté, tenté… En vain. Et ses efforts défensifs n’ont pas suffi. Zlatan et Alaba, prenez-en de la graine.

Remplaçants

Nicola Rizzoli (Italie) : Parfait. Reconnaissance sur la main que personne n’avait vue.

Laurent Koscielny (Arsenal): Le vrai patron de l’équipe de France. Il n’a pas provoqué un penalty et n’a pas reçu de carton rouge depuis un bail. Un hasard ? Non, seulement la maturité.

Moussa Sissoko (Newcastle United): La chanson à sa gloire lui a fait pousser des ailes. Et Deschamps n’a pas regretté sa titularisation. Une hype qu’on n’attendait vraiment pas.

Nani (Fenerbahçe): Un petit transfert à Valence, une finale d’Euro, un petit but en demies… Alors qu’on le croyait mort, le petit Nani retrouve la lumière à l’approche de la trentaine. «  Ça a été une sensation étrange, j'ai marqué ce but à l'instinct, a réagi le joueur après la rencontre. Je n'ai pas pu préparer la façon de célébrer ce but. Je voulais le dédier à ma famille, qui était présente en tribunes. » D’accord…

Ricardo Quaresma (Beşiktaş): Pour l’amour du geste. Le tatoué ne doit sa place qu’à l’humiliation infligée à Joe Allen. Et à l’ovation que lui ont réservée les supporters à son entrée en jeu. Joueur frisson jusqu’au bout.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 48 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 58
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7