En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options

L'équipe type des canteranos de Liga

Dans un championnat à trois têtes, où le blé est un privilège rare, de nombreux clubs misent depuis quelques années sur la formation. Et ça marche. Après 16 journées de Liga, voici l'équipe type des joueurs maison. Avec du Messi et du Xavi, forcément.

Iker
Casillas

Iker Casillas

Après un an et demi de purgatoire en Liga, San Iker a retrouvé son trône, son brassard et sa suerte légendaire. Plus que sa baraka, le capitaine de toujours du Real Madrid a renoué avec un niveau interstellaire. Du coup, fini les sorties hasardeuses, bonjour les réflexes de cyborg. Auréole pour lui.

Daniel
Carvajal

Daniel Carvajal

Malgré sa dégaine de hipster, Dani est un petit taureau tout en grinta. Plus rapide sur son aile droite que sur son fixie, le produit de la Fabrica enchaîne les prestations de haut vol, aussi bien offensivement que défensivement. Le Michel Salgado 2.0.

Carlos
Gurpegui

Carlos Gurpegui

Le papi de cette équipe fabrication maison. Capitaine de l'Athletic Bilbao, Gurpegui est un inamovible de la charnière basque – il peut également évoluer en sentinelle. À 34 ans, il devance toujours dans la hiérarchie de Valverde le néo-international Mikel San José. En revanche, personne ne sait s'il est dopé (cf. le caso Gurpegui).

Marc
Bartra

Marc Bartra

Pas souvent titulaire, mais jamais mauvais, Marc Batra devrait songer à se taper Shakira... Trop tendre depuis ses débuts avec le Barça, l'homme aux yeux de loup – Jesús Navas n'a pas le monopole – est monté d'un cran cette saison. A contrario de Lucho, Vicente del Bosque ne l'a, lui, pas oublié.

José
Gaya

José Gaya

Jordi Alba, Bernat, et désormais José Gaya. La cantera du FC Valence est la meilleure fabrique mondiale de latéraux gauches. Comme ses deux prédécesseurs, le minot de Mestalla est une mobylette qui a déjà fini son rodage. Avec l'arrivée du richissime Lim, les Chés pourraient même le couver encore quelques saisons.

Bruno

Bruno

La trentaine sied à souhait au capitaine de Villarreal. Toujours au gouvernail du sous-marin jaune, il navigue en fin connaisseur des courants de Liga. Si la bande à Marcelino truste la sixième place, elle le doit tout autant à ses flèches offensives qu'à son daron du milieu.

Koke

Koke

Une baisse de régime ? Le bambin de l'Atlético de Madrid – qu'il a intégré à l'âge de six ans – n'en connaît même pas la définition. Toujours aussi chien dans l'entrejeu, toujours aussi précis et tranchant sur phases arrêtées, Koke Resurrección en est déjà à huit caviars depuis août – 15, toutes compétitions confondues. Un goujat communiste.

Xavi

Xavi

Une retraite dorée chez l'oncle Sam ? Que nenni. Xavi est l'homme d'un blason. Par manque de cojones de Luis Enrique ou par son simple talent, il s'est de nouveau imposé comme un indispensable du puzzle blaugrana. À bientôt 35 ans, Xavi est encore meilleur qu'un vieux Saint-Émilion.

José Antonio
Reyes

José Antonio Reyes

Une seconde jeunesse pour le local de l'étape. Sévillan de naissance, José Antonio Reyes redevient un pion qui compte chez les Palanganas. Pas avare en effort, de nouveau doté de jambes de fuego, il est à l'image de la bande à Emery : séduisant.

Messi

Messi

Un adieu à Zarra, 15 banderilles, 8 passes décisives, et il y en a qui sont toujours présents pour nous répéter que la Pulga est finie. Sacré Tomas Roncero...

Paco
Alcácer

Paco Alcácer

Negredo ou pas, le goleador de Valence, c'est Paco. Le Morientes 2.0 de l'Espagne en jette dans cette version ché à la sauce de Singapour. Auteur de 11 pions depuis le début de saison, il est la garantie locale de l'attaque de Mestalla. Dans ses cieux, le paternel doit être fier du fiston.

Iker Casillas (Real Madrid) : Après un an et demi de purgatoire en Liga, San Iker a retrouvé son trône, son brassard et sa suerte légendaire. Plus que sa baraka, le capitaine de toujours du Real Madrid a renoué avec un niveau interstellaire. Du coup, fini les sorties hasardeuses, bonjour les réflexes de cyborg. Auréole pour lui.

Daniel Carvajal (Real Madrid) : Malgré sa dégaine de hipster, Dani est un petit taureau tout en grinta. Plus rapide sur son aile droite que sur son fixie, le produit de la Fabrica enchaîne les prestations de haut vol, aussi bien offensivement que défensivement. Le Michel Salgado 2.0.

Carlos Gurpegui (Athletic Bilbao) : Le papi de cette équipe fabrication maison. Capitaine de l'Athletic Bilbao, Gurpegui est un inamovible de la charnière basque – il peut également évoluer en sentinelle. À 34 ans, il devance toujours dans la hiérarchie de Valverde le néo-international Mikel San José. En revanche, personne ne sait s'il est dopé (cf. le caso Gurpegui).

Marc Bartra (FC Barcelone) : Pas souvent titulaire, mais jamais mauvais, Marc Batra devrait songer à se taper Shakira... Trop tendre depuis ses débuts avec le Barça, l'homme aux yeux de loup – Jesús Navas n'a pas le monopole – est monté d'un cran cette saison. A contrario de Lucho, Vicente del Bosque ne l'a, lui, pas oublié.

José Gaya (FC Valence) : Jordi Alba, Bernat, et désormais José Gaya. La cantera du FC Valence est la meilleure fabrique mondiale de latéraux gauches. Comme ses deux prédécesseurs, le minot de Mestalla est une mobylette qui a déjà fini son rodage. Avec l'arrivée du richissime Lim, les Chés pourraient même le couver encore quelques saisons.

Bruno (Villarreal) : La trentaine sied à souhait au capitaine de Villarreal. Toujours au gouvernail du sous-marin jaune, il navigue en fin connaisseur des courants de Liga. Si la bande à Marcelino truste la sixième place, elle le doit tout autant à ses flèches offensives qu'à son daron du milieu.

Koke (Atlético de Madrid) : Une baisse de régime ? Le bambin de l'Atlético de Madrid – qu'il a intégré à l'âge de six ans – n'en connaît même pas la définition. Toujours aussi chien dans l'entrejeu, toujours aussi précis et tranchant sur phases arrêtées, Koke Resurrección en est déjà à huit caviars depuis août – 15, toutes compétitions confondues. Un goujat communiste.

Xavi (FC Barcelone) : Une retraite dorée chez l'oncle Sam ? Que nenni. Xavi est l'homme d'un blason. Par manque de cojones de Luis Enrique ou par son simple talent, il s'est de nouveau imposé comme un indispensable du puzzle blaugrana. À bientôt 35 ans, Xavi est encore meilleur qu'un vieux Saint-Émilion.

José Antonio Reyes (FC Séville) : Une seconde jeunesse pour le local de l'étape. Sévillan de naissance, José Antonio Reyes redevient un pion qui compte chez les Palanganas. Pas avare en effort, de nouveau doté de jambes de fuego, il est à l'image de la bande à Emery : séduisant.

Messi (FC Barcelone) : Un adieu à Zarra, 15 banderilles, 8 passes décisives, et il y en a qui sont toujours présents pour nous répéter que la Pulga est finie. Sacré Tomas Roncero...

Paco Alcácer (FC Valence) : Negredo ou pas, le goleador de Valence, c'est Paco. Le Morientes 2.0 de l'Espagne en jette dans cette version ché à la sauce de Singapour. Auteur de 11 pions depuis le début de saison, il est la garantie locale de l'attaque de Mestalla. Dans ses cieux, le paternel doit être fier du fiston.



Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 42 minutes L2 : Les résultats de la 22e journée
il y a 6 heures Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 2
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17