En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Je t'aime moi non plus

L’équipe type des anti-journalistes

Pas toujours cordiales, les relations entre footballeurs et journalistes peuvent parfois dégénérer complètement. Avec des joueurs qui n’hésitent pas à dépasser les bornes. Parmi eux, beaucoup de Français se sont distingués ces dernières années. En ce 1er novembre synonyme de journée internationale de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre des journalistes, l'heure est venue de coucher une équipe type.

Modififié
Sur le banc
Régis Brouard
Régis
Brouard

Régis Brouard

Dunga, Mourinho, Conceição, Renard... Les entraîneurs au rapport difficile avec les journaleux sont nombreux. Mais celui qui sort du lot, c’est Régis Brouard. En conférence de presse, l’entraîneur de Niort dégoupille. « Tu vas voir ce que c’est qu’un voyou ! »

Carlos Kameni
Carlos
Kameni

Carlos Kameni

Pote d’Eto’o. Caméra arrachée. Rien à ajouter.

Thierry Henry
Thierry
Henry

Thierry Henry

« La saison sera longue ! » Pour une fois, on comprend le joueur.

Lukas Podolski
Lukas
Podolski

Lukas Podolski

En 2014, l’Allemand balance un journaliste dans la piscine. Mais c’était pour rire. En revanche, quatre ans auparavant, Podolski enfile les gants pour en découdre avec un reporter lui indiquant que sa meilleure action du match est son échauffement. Le joueur explose le portable du provocateur et lui propose la baston. Sans déconner, cette fois.

Cristiano Ronaldo
Cristiano
Ronaldo

Cristiano Ronaldo

Et un micro dans l’eau, un !

Geoffrey Jourdren
Geoffrey
Jourdren

Geoffrey Jourdren

Un gardien qui incite une personne au suicide, c’est mal. Son Montpellier a beau être leader, le portier est de mauvaise humeur. Et pour cause, il vient de foirer son match, ce qui a causé la défaite de son équipe face à Valenciennes. Lorsque le journaliste de Canal Plus lui fait gentiment remarquer, Jourdren dégaine avec un magnifique « Va te jeter à la mer  » . En même temps, il n’a jamais aimé les « Messieurs briseurs de rêves. ...

Salvatore Aronica
Salvatore
Aronica

Salvatore Aronica

Prenant exemple sur son dernier rempart, Salvatore a fait encore plus fort. Après une défaite contre l'Udinese, l’ancien Napolitain profère des menaces dans la zone mixte à l’encontre d’Antonio Corrado, journaliste de la télévision locale. «  Je vais te tuer ! Je vais te tuer ! » , aurait-il balancé, avant d’en venir aux mains.

Mapou Yanga-Mbiwa
Mapou
Yanga-Mbiwa

Mapou Yanga-Mbiwa

Menaces toujours, avec Mapou le terrible. Au sortir d’une expulsion qui voit le défenseur s’acheminer vers son vestiaire plus tôt que prévu, le journaliste ose l’approcher, l’interrogeant sur son deuxième carton jaune. Après de longues secondes, il réplique : « Posez-moi encore une question, vous allez voir. » Le plus flippant reste ce regard plein de ...

Mamadou Sakho
Mamadou
Sakho

Mamadou Sakho

Quand un Parisien de cœur frappe un membre du Parisien. Pas très content que ses sorties en boîte soient contées dans les colonnes du quotidien, le défenseur chope l’auteur de l’article au Camp des Loges et laisse parler sa rage. « Sakho s'est levé, il m'a insulté en me traitant de fils de pute et m'a mis une claque » , pleure l’agressé. On ne connaît pas le contenu exact du texto d’excuse envoyé ensuite par le ...

Patrice Évra
Patrice
Évra

Patrice Évra

« C'est pas ces clochards qui vont salir mon image. » OK, Tonton Pat’ s’en prend d’abord à des consultants qui n’ont pas forcément l’étiquette de journalistes, à savoir Rolland Tournevis, Michel Fernandel et Bixente Lizarazu. N’empêche que sa battle avec Pierre Ménès reste dans toutes les mémoires. Et pour le moment, c’est ce dernier qui l’emporte, puisqu’il a réussi le défi des huit jongles. Une réplique, Patrice ...

Rachid Belabed
Rachid
Belabed

Rachid Belabed

Une légère commotion cérébrale et des hématomes temporaux et frontaux pour l’un, un licenciement pour l’autre. En 2004, le joueur de La Louvière agresse un journaliste spécialisé dans le terrorisme, lui reprochant d’être raciste et ennemi de l’Islam après un débat télévisé. Tout naturellement, le club belge lui indique la porte de sortie. Direction le parquet de ...

Cyril Jeunechamp
Cyril
Jeunechamp

Cyril Jeunechamp

Il ne fait pas bon croiser Jeunechamp après un match. C’est ce qu’a appris un salarié de L'Équipe qui a mangé une droite pour un article paru quelques jours plus tôt où le joueur était soupçonné d'inciter ses coéquipiers à réclamer la tête du coach René Girard. Le milieu prendra un an de suspension ferme. Une sanction finalement réduite à six mois ferme et six mois avec sursis. Histoire de pouvoir remettre des coups avec ...

Samir Nasri
Samir
Nasri

Samir Nasri

Un doigt sur la bouche et un « Ferme ta gueule  » à l’attention de la tribune de presse pour célébrer un but ? Pas que. Toujours avec les Bleus, Samir pète un plomb en zone mixte après une défaite face à l’Espagne. « Va te faire enculer, va niquer ta mère, sale fils de pute. Va te faire enculer, explose-t-il devant un employé de l’AFP. Comme ça tu pourras dire que je suis mal élevé. » ...

Éric Cantona
Éric
Cantona

Éric Cantona

La tirade est longue, la tirade est belle. Mais pas sûr que les personnes à qui elle était destinée aient apprécié. En direct à la télévision, le King lâche ses quatre vérités aux journalistes qui ont rédigé un sévère article sur son coup de sang face à un supporter. La conclusion ? Il « leur pisse au cul » .

Samuel Eto’o
Samuel
Eto’o

Samuel Eto’o

Une scène incroyable. Trônant dans la salle de presse aux côtés de Javier Clemente, son sélectionneur, l’attaquant démonte un journaliste présent lors de la conférence, lui précisant bien qu’il va tout faire pour le virer d’Equinoxe TV. Ce n’est pas une première pour Samuel : quelques années plus tôt, l’avant-centre avait déjà réglé le cas Philippe Bony, reporter dans une radio privée de Yaoundé, en lui mettant un coup de boule avant que ses gardes du corps ...

Nicolas Anelka
Nicolas
Anelka

Nicolas Anelka

L’histoire d’amour démarre réellement en janvier 2001. Alors au Paris Saint-Germain, Nico colle une baffe à Sébastien Tarrago, journaliste de L’Équipe. « Je passais tranquillement devant. Il m'a pris la tête, le ton est monté et j'ai eu le tort de lui mettre une gifle. Voilà, j'assume » , se justifie-t-il. Depuis, Anelka ne répond que très rarement à la presse française et lui dédie quelques vidéos de temps en temps. Pour lui dire, parfois, ...

Gardien

Geoffrey Jourdren (Montpellier) : Un gardien qui incite une personne au suicide, c’est mal. Son Montpellier a beau être leader, le portier est de mauvaise humeur. Et pour cause, il vient de foirer son match, ce qui a causé la défaite de son équipe face à Valenciennes. Lorsque le journaliste de Canal Plus lui fait gentiment remarquer, Jourdren dégaine avec un magnifique « Va te jeter à la mer  » . En même temps, il n’a jamais aimé les « Messieurs briseurs de rêves.  »

Vidéo

Défenseurs

Salvatore Aronica (Palerme) : Prenant exemple sur son dernier rempart, Salvatore a fait encore plus fort. Après une défaite contre l'Udinese, l’ancien Napolitain profère des menaces dans la zone mixte à l’encontre d’Antonio Corrado, journaliste de la télévision locale. «  Je vais te tuer ! Je vais te tuer ! » , aurait-il balancé, avant d’en venir aux mains.

Mapou Yanga-Mbiwa (Lyon) : Menaces toujours, avec Mapou le terrible. Au sortir d’une expulsion qui voit le défenseur s’acheminer vers son vestiaire plus tôt que prévu, le journaliste ose l’approcher, l’interrogeant sur son deuxième carton jaune. Après de longues secondes, il réplique : « Posez-moi encore une question, vous allez voir. » Le plus flippant reste ce regard plein de haine.

Vidéo

Mamadou Sakho (Liverpool) : Quand un Parisien de cœur frappe un membre du Parisien. Pas très content que ses sorties en boîte soient contées dans les colonnes du quotidien, le défenseur chope l’auteur de l’article au Camp des Loges et laisse parler sa rage. « Sakho s'est levé, il m'a insulté en me traitant de fils de pute et m'a mis une claque » , pleure l’agressé. On ne connaît pas le contenu exact du texto d’excuse envoyé ensuite par le joueur.

Patrice Évra (Juventus Turin) : « C'est pas ces clochards qui vont salir mon image. » OK, Tonton Pat’ s’en prend d’abord à des consultants qui n’ont pas forcément l’étiquette de journalistes, à savoir Rolland Tournevis, Michel Fernandel et Bixente Lizarazu. N’empêche que sa battle avec Pierre Ménès reste dans toutes les mémoires. Et pour le moment, c’est ce dernier qui l’emporte, puisqu’il a réussi le défi des huit jongles. Une réplique, Patrice ?

Milieux

Rachid Belabed (Belgique) : Une légère commotion cérébrale et des hématomes temporaux et frontaux pour l’un, un licenciement pour l’autre. En 2004, le joueur de La Louvière agresse un journaliste spécialisé dans le terrorisme, lui reprochant d’être raciste et ennemi de l’Islam après un débat télévisé. Tout naturellement, le club belge lui indique la porte de sortie. Direction le parquet de Bruxelles.

Cyril Jeunechamp (Castelnau-Le Crès) : Il ne fait pas bon croiser Jeunechamp après un match. C’est ce qu’a appris un salarié de L'Équipe qui a mangé une droite pour un article paru quelques jours plus tôt où le joueur était soupçonné d'inciter ses coéquipiers à réclamer la tête du coach René Girard. Le milieu prendra un an de suspension ferme. Une sanction finalement réduite à six mois ferme et six mois avec sursis. Histoire de pouvoir remettre des coups avec Istres.

Samir Nasri (Séville) : Un doigt sur la bouche et un « Ferme ta gueule  » à l’attention de la tribune de presse pour célébrer un but ? Pas que. Toujours avec les Bleus, Samir pète un plomb en zone mixte après une défaite face à l’Espagne. « Va te faire enculer, va niquer ta mère, sale fils de pute. Va te faire enculer, explose-t-il devant un employé de l’AFP. Comme ça tu pourras dire que je suis mal élevé. » Mignon.

Attaquants

Éric Cantona (France) : La tirade est longue, la tirade est belle. Mais pas sûr que les personnes à qui elle était destinée aient apprécié. En direct à la télévision, le King lâche ses quatre vérités aux journalistes qui ont rédigé un sévère article sur son coup de sang face à un supporter. La conclusion ? Il « leur pisse au cul » .

Vidéo

Samuel Eto’o (Antalyaspor) : Une scène incroyable. Trônant dans la salle de presse aux côtés de Javier Clemente, son sélectionneur, l’attaquant démonte un journaliste présent lors de la conférence, lui précisant bien qu’il va tout faire pour le virer d’Equinoxe TV. Ce n’est pas une première pour Samuel : quelques années plus tôt, l’avant-centre avait déjà réglé le cas Philippe Bony, reporter dans une radio privée de Yaoundé, en lui mettant un coup de boule avant que ses gardes du corps finissent le travail. Amis turcs, attention.

Vidéo

Nicolas Anelka (France) : L’histoire d’amour démarre réellement en janvier 2001. Alors au Paris Saint-Germain, Nico colle une baffe à Sébastien Tarrago, journaliste de L’Équipe. « Je passais tranquillement devant. Il m'a pris la tête, le ton est monté et j'ai eu le tort de lui mettre une gifle. Voilà, j'assume » , se justifie-t-il. Depuis, Anelka ne répond que très rarement à la presse française et lui dédie quelques vidéos de temps en temps. Pour lui dire, parfois, qu’il l'attaque en justice.

Vidéo

Sur le banc

Régis Brouard (AFC Tubize) : Dunga, Mourinho, Conceição, Renard... Les entraîneurs au rapport difficile avec les journaleux sont nombreux. Mais celui qui sort du lot, c’est Régis Brouard. En conférence de presse, l’entraîneur de Niort dégoupille. « Tu vas voir ce que c’est qu’un voyou ! »

Carlos Kameni (Málaga) : Pote d’Eto’o. Caméra arrachée. Rien à ajouter.

Thierry Henry (Belgique) : « La saison sera longue ! » Pour une fois, on comprend le joueur.

Vidéo

Lukas Podolski (Galatasaray) : En 2014, l’Allemand balance un journaliste dans la piscine. Mais c’était pour rire. En revanche, quatre ans auparavant, Podolski enfile les gants pour en découdre avec un reporter lui indiquant que sa meilleure action du match est son échauffement. Le joueur explose le portable du provocateur et lui propose la baston. Sans déconner, cette fois.

Cristiano Ronaldo (Real Madrid) : Et un micro dans l’eau, un !

Vidéo


Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 32
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165