1. // Je t'aime moi non plus

L’équipe type des anti-journalistes

Pas toujours cordiales, les relations entre footballeurs et journalistes peuvent parfois dégénérer complètement. Avec des joueurs qui n’hésitent pas à dépasser les bornes. Parmi eux, beaucoup de Français se sont distingués ces dernières années. En ce 1er novembre synonyme de journée internationale de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre des journalistes, l'heure est venue de coucher une équipe type.

Modififié
851 27
Sur le banc
Régis Brouard
Régis
Brouard

Régis Brouard

Dunga, Mourinho, Conceição, Renard... Les entraîneurs au rapport difficile avec les journaleux sont nombreux. Mais celui qui sort du lot, c’est Régis Brouard. En conférence de presse, l’entraîneur de Niort dégoupille. « Tu vas voir ce que c’est qu’un voyou ! »

Carlos Kameni
Carlos
Kameni

Carlos Kameni

Pote d’Eto’o. Caméra arrachée. Rien à ajouter.

Thierry Henry
Thierry
Henry

Thierry Henry

« La saison sera longue ! » Pour une fois, on comprend le joueur.

Lukas Podolski
Lukas
Podolski

Lukas Podolski

En 2014, l’Allemand balance un journaliste dans la piscine. Mais c’était pour rire. En revanche, quatre ans auparavant, Podolski enfile les gants pour en découdre avec un reporter lui indiquant que sa meilleure action du match est son échauffement. Le joueur explose le portable du provocateur et lui propose la baston. Sans déconner, cette fois.

Cristiano Ronaldo
Cristiano
Ronaldo

Cristiano Ronaldo

Et un micro dans l’eau, un !

Geoffrey Jourdren
Geoffrey
Jourdren

Geoffrey Jourdren

Un gardien qui incite une personne au suicide, c’est mal. Son Montpellier a beau être leader, le portier est de mauvaise humeur. Et pour cause, il vient de foirer son match, ce qui a causé la défaite de son équipe face à Valenciennes. Lorsque le journaliste de Canal Plus lui fait gentiment remarquer, Jourdren dégaine avec un magnifique « Va te jeter à la mer  » . En même temps, il n’a jamais aimé les « Messieurs briseurs de rêves. ...

Salvatore Aronica
Salvatore
Aronica

Salvatore Aronica

Prenant exemple sur son dernier rempart, Salvatore a fait encore plus fort. Après une défaite contre l'Udinese, l’ancien Napolitain profère des menaces dans la zone mixte à l’encontre d’Antonio Corrado, journaliste de la télévision locale. «  Je vais te tuer ! Je vais te tuer ! » , aurait-il balancé, avant d’en venir aux mains.

Mapou Yanga-Mbiwa
Mapou
Yanga-Mbiwa

Mapou Yanga-Mbiwa

Menaces toujours, avec Mapou le terrible. Au sortir d’une expulsion qui voit le défenseur s’acheminer vers son vestiaire plus tôt que prévu, le journaliste ose l’approcher, l’interrogeant sur son deuxième carton jaune. Après de longues secondes, il réplique : « Posez-moi encore une question, vous allez voir. » Le plus flippant reste ce regard plein de ...

Mamadou Sakho
Mamadou
Sakho

Mamadou Sakho

Quand un Parisien de cœur frappe un membre du Parisien. Pas très content que ses sorties en boîte soient contées dans les colonnes du quotidien, le défenseur chope l’auteur de l’article au Camp des Loges et laisse parler sa rage. « Sakho s'est levé, il m'a insulté en me traitant de fils de pute et m'a mis une claque » , pleure l’agressé. On ne connaît pas le contenu exact du texto d’excuse envoyé ensuite par le ...

Patrice Évra
Patrice
Évra

Patrice Évra

« C'est pas ces clochards qui vont salir mon image. » OK, Tonton Pat’ s’en prend d’abord à des consultants qui n’ont pas forcément l’étiquette de journalistes, à savoir Rolland Tournevis, Michel Fernandel et Bixente Lizarazu. N’empêche que sa battle avec Pierre Ménès reste dans toutes les mémoires. Et pour le moment, c’est ce dernier qui l’emporte, puisqu’il a réussi le défi des huit jongles. Une réplique, Patrice ...

Rachid Belabed
Rachid
Belabed

Rachid Belabed

Une légère commotion cérébrale et des hématomes temporaux et frontaux pour l’un, un licenciement pour l’autre. En 2004, le joueur de La Louvière agresse un journaliste spécialisé dans le terrorisme, lui reprochant d’être raciste et ennemi de l’Islam après un débat télévisé. Tout naturellement, le club belge lui indique la porte de sortie. Direction le parquet de ...

Cyril Jeunechamp
Cyril
Jeunechamp

Cyril Jeunechamp

Il ne fait pas bon croiser Jeunechamp après un match. C’est ce qu’a appris un salarié de L'Équipe qui a mangé une droite pour un article paru quelques jours plus tôt où le joueur était soupçonné d'inciter ses coéquipiers à réclamer la tête du coach René Girard. Le milieu prendra un an de suspension ferme. Une sanction finalement réduite à six mois ferme et six mois avec sursis. Histoire de pouvoir remettre des coups avec ...

Samir Nasri
Samir
Nasri

Samir Nasri

Un doigt sur la bouche et un « Ferme ta gueule  » à l’attention de la tribune de presse pour célébrer un but ? Pas que. Toujours avec les Bleus, Samir pète un plomb en zone mixte après une défaite face à l’Espagne. « Va te faire enculer, va niquer ta mère, sale fils de pute. Va te faire enculer, explose-t-il devant un employé de l’AFP. Comme ça tu pourras dire que je suis mal élevé. » ...

Éric Cantona
Éric
Cantona

Éric Cantona

La tirade est longue, la tirade est belle. Mais pas sûr que les personnes à qui elle était destinée aient apprécié. En direct à la télévision, le King lâche ses quatre vérités aux journalistes qui ont rédigé un sévère article sur son coup de sang face à un supporter. La conclusion ? Il « leur pisse au cul » .

Samuel Eto’o
Samuel
Eto’o

Samuel Eto’o

Une scène incroyable. Trônant dans la salle de presse aux côtés de Javier Clemente, son sélectionneur, l’attaquant démonte un journaliste présent lors de la conférence, lui précisant bien qu’il va tout faire pour le virer d’Equinoxe TV. Ce n’est pas une première pour Samuel : quelques années plus tôt, l’avant-centre avait déjà réglé le cas Philippe Bony, reporter dans une radio privée de Yaoundé, en lui mettant un coup de boule avant que ses gardes du corps ...

Nicolas Anelka
Nicolas
Anelka

Nicolas Anelka

L’histoire d’amour démarre réellement en janvier 2001. Alors au Paris Saint-Germain, Nico colle une baffe à Sébastien Tarrago, journaliste de L’Équipe. « Je passais tranquillement devant. Il m'a pris la tête, le ton est monté et j'ai eu le tort de lui mettre une gifle. Voilà, j'assume » , se justifie-t-il. Depuis, Anelka ne répond que très rarement à la presse française et lui dédie quelques vidéos de temps en temps. Pour lui dire, parfois, ...

Gardien

Geoffrey Jourdren (Montpellier) : Un gardien qui incite une personne au suicide, c’est mal. Son Montpellier a beau être leader, le portier est de mauvaise humeur. Et pour cause, il vient de foirer son match, ce qui a causé la défaite de son équipe face à Valenciennes. Lorsque le journaliste de Canal Plus lui fait gentiment remarquer, Jourdren dégaine avec un magnifique « Va te jeter à la mer  » . En même temps, il n’a jamais aimé les « Messieurs briseurs de rêves.  »

Youtube

Défenseurs

Salvatore Aronica (Palerme) : Prenant exemple sur son dernier rempart, Salvatore a fait encore plus fort. Après une défaite contre l'Udinese, l’ancien Napolitain profère des menaces dans la zone mixte à l’encontre d’Antonio Corrado, journaliste de la télévision locale. «  Je vais te tuer ! Je vais te tuer ! » , aurait-il balancé, avant d’en venir aux mains.

Mapou Yanga-Mbiwa (Lyon) : Menaces toujours, avec Mapou le terrible. Au sortir d’une expulsion qui voit le défenseur s’acheminer vers son vestiaire plus tôt que prévu, le journaliste ose l’approcher, l’interrogeant sur son deuxième carton jaune. Après de longues secondes, il réplique : « Posez-moi encore une question, vous allez voir. » Le plus flippant reste ce regard plein de haine.

Youtube

Mamadou Sakho (Liverpool) : Quand un Parisien de cœur frappe un membre du Parisien. Pas très content que ses sorties en boîte soient contées dans les colonnes du quotidien, le défenseur chope l’auteur de l’article au Camp des Loges et laisse parler sa rage. « Sakho s'est levé, il m'a insulté en me traitant de fils de pute et m'a mis une claque » , pleure l’agressé. On ne connaît pas le contenu exact du texto d’excuse envoyé ensuite par le joueur.

Patrice Évra (Juventus Turin) : « C'est pas ces clochards qui vont salir mon image. » OK, Tonton Pat’ s’en prend d’abord à des consultants qui n’ont pas forcément l’étiquette de journalistes, à savoir Rolland Tournevis, Michel Fernandel et Bixente Lizarazu. N’empêche que sa battle avec Pierre Ménès reste dans toutes les mémoires. Et pour le moment, c’est ce dernier qui l’emporte, puisqu’il a réussi le défi des huit jongles. Une réplique, Patrice ?

Milieux

Rachid Belabed (Belgique) : Une légère commotion cérébrale et des hématomes temporaux et frontaux pour l’un, un licenciement pour l’autre. En 2004, le joueur de La Louvière agresse un journaliste spécialisé dans le terrorisme, lui reprochant d’être raciste et ennemi de l’Islam après un débat télévisé. Tout naturellement, le club belge lui indique la porte de sortie. Direction le parquet de Bruxelles.

Cyril Jeunechamp (Castelnau-Le Crès) : Il ne fait pas bon croiser Jeunechamp après un match. C’est ce qu’a appris un salarié de L'Équipe qui a mangé une droite pour un article paru quelques jours plus tôt où le joueur était soupçonné d'inciter ses coéquipiers à réclamer la tête du coach René Girard. Le milieu prendra un an de suspension ferme. Une sanction finalement réduite à six mois ferme et six mois avec sursis. Histoire de pouvoir remettre des coups avec Istres.

Samir Nasri (Séville) : Un doigt sur la bouche et un « Ferme ta gueule  » à l’attention de la tribune de presse pour célébrer un but ? Pas que. Toujours avec les Bleus, Samir pète un plomb en zone mixte après une défaite face à l’Espagne. « Va te faire enculer, va niquer ta mère, sale fils de pute. Va te faire enculer, explose-t-il devant un employé de l’AFP. Comme ça tu pourras dire que je suis mal élevé. » Mignon.

Attaquants

Éric Cantona (France) : La tirade est longue, la tirade est belle. Mais pas sûr que les personnes à qui elle était destinée aient apprécié. En direct à la télévision, le King lâche ses quatre vérités aux journalistes qui ont rédigé un sévère article sur son coup de sang face à un supporter. La conclusion ? Il « leur pisse au cul » .

Youtube

Samuel Eto’o (Antalyaspor) : Une scène incroyable. Trônant dans la salle de presse aux côtés de Javier Clemente, son sélectionneur, l’attaquant démonte un journaliste présent lors de la conférence, lui précisant bien qu’il va tout faire pour le virer d’Equinoxe TV. Ce n’est pas une première pour Samuel : quelques années plus tôt, l’avant-centre avait déjà réglé le cas Philippe Bony, reporter dans une radio privée de Yaoundé, en lui mettant un coup de boule avant que ses gardes du corps finissent le travail. Amis turcs, attention.

Youtube

Nicolas Anelka (France) : L’histoire d’amour démarre réellement en janvier 2001. Alors au Paris Saint-Germain, Nico colle une baffe à Sébastien Tarrago, journaliste de L’Équipe. « Je passais tranquillement devant. Il m'a pris la tête, le ton est monté et j'ai eu le tort de lui mettre une gifle. Voilà, j'assume » , se justifie-t-il. Depuis, Anelka ne répond que très rarement à la presse française et lui dédie quelques vidéos de temps en temps. Pour lui dire, parfois, qu’il l'attaque en justice.

Youtube

Sur le banc

Régis Brouard (AFC Tubize) : Dunga, Mourinho, Conceição, Renard... Les entraîneurs au rapport difficile avec les journaleux sont nombreux. Mais celui qui sort du lot, c’est Régis Brouard. En conférence de presse, l’entraîneur de Niort dégoupille. « Tu vas voir ce que c’est qu’un voyou ! »

Carlos Kameni (Málaga) : Pote d’Eto’o. Caméra arrachée. Rien à ajouter.

Thierry Henry (Belgique) : « La saison sera longue ! » Pour une fois, on comprend le joueur.

Youtube

Lukas Podolski (Galatasaray) : En 2014, l’Allemand balance un journaliste dans la piscine. Mais c’était pour rire. En revanche, quatre ans auparavant, Podolski enfile les gants pour en découdre avec un reporter lui indiquant que sa meilleure action du match est son échauffement. Le joueur explose le portable du provocateur et lui propose la baston. Sans déconner, cette fois.

Cristiano Ronaldo (Real Madrid) : Et un micro dans l’eau, un !

Youtube


Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Ce commentaire a été modifié.
JimPooley Niveau : CFA2
J'ai pas encore lu l'article, juste fait défiler pour vérifier un truc : le demi-bras d'honneur avec la langue de Duga en 98 n'y est pas. C'est scandaleux.

PS pour ceux qui seraient sceptiques sur le sens du geste : revoyez "Les yeux dans les bleus" ("Tu les vois, ces putains de journalistes...")
Lasourceprochedudossier Niveau : CFA2
Canto... Coeur avec les doigts.
Franchement, les joueurs de foot sont critiquables sur bien des points mais pas sur leurs pétages de plomb envers les journalistes.
JimPooley Niveau : CFA2
Ca dépend du sens que tu donnes au mot "critiquable". Les bras d'honneur et les doigts sur la bouche, c'est des gamineries de cour de récré. Les pains dans la gueule en revanche... si tu ne trouves pas ça "critiquable", je suis plutôt content qu'on ne se connaisse pas!
Est-ce que pour toi "indéfendable" est une insulte?
2 réponses à ce commentaire.
PierreFanFanJoséKarl Niveau : CFA2
Cette saison, si un journaliste devait se jeter à la mer chaque fois que Jourdren fait un mauvais match... en mai, tous les journaux auront cessé de paraître !
paulo->VAFC Niveau : Loisir
"Va te jeter à la mer" ça reste quand même la pire insulte
En plus Jourdren a l'air tellement piqué à vif qu'il essaie vraiment de répliquer le truc le plus blessant possible. Ça montre qu'il n'a pas forcément l'insulte facile, ou alors il n'a pas pour habitude de viser les classique (les mamans, les morts etc.)

Les cas de pétages de plomb à chaud, à la sortie du terrain, ils sont inévitables. A moins de s'appeler Fred Calenge (ou Maurice Astorga en son temps), toujours extrêmement policés.

Sur plateau tv ou même en conférence de presse, c'est beaucoup moins excusable.

Les divagations de Canto me faisaient marrer quand j'avais 12 ans, aujourd'hui je trouve ça injuste que le mec ait pu dire des trucs aussi violents en toute impunité.
JimPooley Niveau : CFA2
Y avait un truc qui me gênait dans ton comm, j'ai mis un moment à mettre le doigt dessus!
C'est DAVID Astorga, pas Maurice!
Max_Payne Niveau : CFA2
Moi aussi ça m'a gêné au début, sauf que j'ai fait une rapide recherche google et j'ai mieux compris. ;)
Ah la joie de CJP est communicative !
Maurice Astorga, c'est le grand-oncle de David qui travaillait pour l'ORTF?
3 réponses à ce commentaire.
Saméto a déjà préparé ses bases pour se lancer dans la politique au Cameroun.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Je trouve que l'interview d'Henry est la plus éloquente, et synthétise bien le problème. Aujourd'hui, de par la cadence infernale exigée par l'info continue, les journalistes ont remplacé l'analyse (opération qui nécessite une mise à distance et en perspective) par une sorte de flicage permanent du moindre dysfonctionnement.

Ils ont compris qu'à partir de ça, une nouvelle forme de story-telling était possible. Pire, ils ont compris comment s'y prendre pour encourager les dysfonctionnements.

L'allusion à la barbe d'Henry... L'espèce de chiotte sur patte qui lui pose cette question a forcément derrière la tête une idée pernicieuse. Il lui pose la question comme si c'était anodin, genre interview pour Marie-Claire, mais cette question est d'une perfidie rare, toute en sous-entendus ; le moindre mot mal choisi et Henry se retrouve au coeur d'une polémique monstre.

Ces gars cherchent constamment à piéger les joueurs. Alors qu'il y en ait un ou deux qui se fasse corriger en retour, c'est regrettable, on est bien d'accord.

Mais ce sont eux les instigateurs de cette violence.
C'est clair. Henry m'a fait plaisir dan cette itw. Il a l’intelligence de ne pas répondre, de rester plutôt courtois. Pourtant le journaliste filme ses explications suivantes en caméra cachée et se permet "on demande des explications". Là encore Henry reste dans un cadre professionnel et ne tombe pas dans le piège.

Un autre exemple éloquent pour moi : à l'euro 2012, les débordement des joueurs furent nombreux : Menez qui envoie chier son capitaine, Ben Arfa qui insulte le sélectionneur (dans le vestiaire, pas si grave) et le pire : le non-match contre la Suède.

Mais ce qui sera mis en avant c'est le "ferme ta gueule" de Nasri. Je n'aime pas Nasri, mais il subissait une telle campagne médiatique diffamatoire (toujours montré du doigt le premier, une exagération systématique quant à la mauvaise qualité de ses performances) que personnellement, j'en ai presque jubilé.

Donc voilà, ils cherchent le buzz à tout prix, n'ont aucun état d'âme, disent tout et son contraire (mais sans remise en question), font des "analyses" à l'emporte-pièce(un politicien démago emploierait "populiste"), mais quand on touche à leur "caste", la personne en question se fait saigner à blanc.

NB : je ne cautionne pas ici les violences physiques, ni verbales, mais je peux comprendre qu'on puisse se laisser trop guider par ses émotions
Pour rebondir là-dessus, les mecs du 10sport, ils sont débiles ou bien ?
Nan parce que la chose qu'ils trouvent à faire après ça, après les reproches constructives de Henry, c'est d'en faire une vidéo intitulée "Clash avec Thierry Henry" ?

Et dans la vidéo, ils mettent même le passage où Henry explique que quand il regarde l'équipe du dimanche, il ne sait pas qui a marqué mais il sait qu'untel et untel se sont bastonnés. C'est quand même balaise ça. Je veux dire, le mec leur explique qu'il faut qu'ils parlent plus de foot et moins de problèmes extra-sportifs, et le premier trucs qu'ils font, c'est une vidéo pour faire le buzz...Gros travail d’introspection et de remise en question chez le 10sport.
2 réponses à ce commentaire.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Ca me fait penser à ces inspecteurs qui débarquent chez Josef K.
Tout ce que tu dis pourra être retenu contre toi. Et même ce que tu ne dis pas.
Boaz Solossa superstar Niveau : DHR
On est loin des Chiens de garde. La réaction vient après des critiques personnelles.
Et les journalistes qui dépassent les bornes?

Je suis pas pour les dérapages physiques (surtout si on tient compte que 90% des journaleux ont des corps tout lâches) mais c'est quand même assez jouissif quand un de ces fouille-merdes se fait rembarrer...

Tenter un interview d'un joueur exclu... Il faut être maso...
En posant une question de merde, de surcroît.
1 réponse à ce commentaire.
Cette vidéo de Henry est vraiment fascinante. Moins pour ce que dit Henry (c'est frappé du sceau du bon sens et il ne devrait même pas avoir à se justifier) que pour la réaction du journaliste, sa demande "d'explications", puis le montage de la vidéo, la manière dont elle est intitulée... etc. C'est-à-dire qu'on en est arrivé au point où les mecs sont tellement formatés que même avec les explications très claires et pertinentes de Henry, ils ne captent pas quel est le problème et pensent être dans leur bon droit (nul doute que cette vidéo a pour but de le discréditer, lui... alors qu'au final, ce sont ses auteurs qui ont vraiment l'air d'amateurs).

Bref, comme le dit quelqu'un plus haut, cette vidéo synthétise bien le problème de la presse sportive (et pas que) aujourd'hui. On pourrait d'ailleurs aussi ajouter le fait de filer des accréditions à n'importe quel morveux, parce que franchement, ces questions de groupie en rut, c'est vraiment risible (je ne crois pas que la question sur la barbe soit volontaire insidieuse - en revanche, c'est peut-être ce qu'a cru Henry - c'est juste une question débile posée par un ravi de la crêche...)
Insidieuse ou pas, c'est du haut niveau, comme ses autres questions. Mais combien n'ont pas le niveau de langage d'Henry et vont se faire entuber (phrases hors contexte, montage, interprétation douteuse, ou souvent simple phrase irréfléchie)
En même le 10 sport, c'est pas comme si c'était du grand journalisme...
2 réponses à ce commentaire.
Super-Pippo Niveau : CFA
Henry a raison, c'est incroyable de poser ce genre de question surtout après un match.
Tellement bon la vidéo de Henry.

Le journaliste Américain pose une question sur le match qui vient de se terminer.

Le journaliste Français commence par des débuts hésitants.
On sent toute l'exaspération de Henry lorsqu'il répond, du style " oh putain, les Français avec leur questions à la con encore...".

C'est tellement typique...
La vie à New York, le look... Les mecs sont formatés, ça me fait penser à la vie Londonienne de Drogba sur Téléfoot il y a des années ou autres pseudos reportages à 1 euro.

Plutôt que de s'intéresser au match ou aux ambitions du club, mieux vaut s'intéresser au côté "Elle" ou "GQ" du mec.
Tu m'étonnes que les mecs soient gonflés au bout d'un moment.
Y a une certaine schizophrénie dans les réactions vis-à-vis de ces clashs, parce que si d'un côté, y a une majorité pour trouver le niveau journalistique actuel mauvais en cherchant le buzz plutôt que la vraie information et l'analyse (les journalistes sont d'ailleurs souvent qualifiés de fouilles-merdes), de l'autre, quand il s'agit d'altercation entre footballeurs et journalistes, l'histoire profite toujours à la presse.

Ce qui me gène là-dedans, c'est qu'on a rarement la version du footballeur, et comme ce sont les journalistes qui sortent les "infos", les articles sont toujours à charge, sortis de tout contexte. L'affaire de Nasri, notamment, m'avais pas mal fait marrer : On n'avait que les propos du joueur sans connaître les questions du journalistes, comme si Nasri était atteint du syndrome de Tourette.

Parfois, à voir les réactions des journalistes dans ce genre d'affaire, je repense au niveau des analyses qu'ils nous pondent, aux infos qu'ils sortent, et je me dis qu'on récolte ce que l'on sème.
C'est Le traducteur désormais célèbre de Bielsa qui dans l'interview à J+1 expliquait ses soupirs en fin de traduction par le fait qu'il trouvait les questions débiles et que Bielsa méritait mieux que ça...Le mec n'est pas issu du foot à la base et se rend pourtant compte de la bêtise des questions des journalistes, c'est assez révélateur je trouve.

C'est d'ailleurs assez dérangeant de voir que les journalistes appellent bien souvent les footballeurs à se remettre en question, sans pour autant faire ce travail sur eux-mêmes. Ou l'histoire de la paille et de la poutre...
Je rêve du jour où Pascal Praud se prendra un coup de boule en direct
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
851 27