Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

L'équipe type des anti-héros de Premier League

C'est le championnat le plus regardé au monde, celui qui brasse le plus d'argent, où le Kun, Eden Hazard, Alexis Sánchez ou encore Robin van Persie régalent chaque semaine. Mais il y a des joueurs qui portent également leur équipe. Même s'ils prennent moins la lumière.

Sur le banc
Brad
Guzan

Brad Guzan

Ils sont de moins en moins nombreux, à se foutre de la gueule de son nom de médicament.

Daryl
Janmaat

Daryl Janmaat

Non, il n'est pas un énième mercenaire à braquer le club du Tyne après une poignée de matchs convaincants au Mondial.

Ryan
Shawcross

Ryan Shawcross

Un des symboles de ce club d'Angleterre qui ne changera jamais. Au moins autant que le tout petit Brittania Stadium et Peter Crouch. Si Delap n'est plus là pour mettre des touches, Shawcross est toujours là pour mettre des coups.

Mile
Jedinak

Mile Jedinak

Un Australien d'origine croate étant passé par la Turquie. Mais un joueur fait pour la Premier League avant tout pour son abattage au milieu.

Gylfi
Sigurdsson

Gylfi Sigurdsson

Un coup digne de Guy Roux à l'AJ Auxerre. L'Islandais est monstrueux quand le club gallois accède à l'élite. Tottenham le recrute. Il est quelconque. Les Spurs le cèdent une bouchée de pain au vendeur. Guess what ? Sigurdsson redevient bon...

Saido
Berahino

Saido Berahino

Révélé l'an dernier sur un caviar d'Amalfitano à Old Trafford, l'attaquant à l'un des plus petits salaires du championnat confirme avec 7 buts en 12 matchs cette saison.

Adrian

Adrian

Révélé l'an dernier face à Chelsea, le portier formé au Betis Séville confirme cette saison. Pas 12 parades de fou en un match comme De Gea, mais un sacré taff. Et une indemnité de transfert largement inférieure à 20 millions d'euros.

Ashley
Young

Ashley Young

Rojo, Blind, Shaw. United a claqué plus de 70 millions d'euros pour trouver un successeur à Évra. Mais au gré des blessures et des schémas de Van Gaal, c'est l'ancien ailier qui s'y colle. Sa meilleure période à Old Trafford.

Ashley
Williams

Ashley Williams

Sur les tablettes des Gunners, le Gallois a finalement été prié de rester chez lui. Bien mal en a pris à Wenger, Williams continuant d'être une valeur sûre du championnat. On parle quand même d'un type plus régulier que Vincent Kompany sur les deux dernières années.

Aaron
Cresswell

Aaron Cresswell

Recruté à Ipswich, le central anglais n'est jamais sorti de l'équipe. Et la concurrence pourrait être féroce que ça serait la même. C'est parce qu'il arrive à être sous pression de la formation adverse sans rompre que ses attaquants se régalent à partir en contre.

Nathaniel
Clyne

Nathaniel Clyne

Remplaçant de Chambers l'an dernier, il est finalement devenu titulaire avec le départ de l'international espoir, recruté à prix d'or par Arsenal. Pour devenir excellent à son tour et être international A dès la mi-novembre.

Nemanja
Matić

Nemanja Matić

Chez le leader du championnat, il n'y en a que pour l'association Hazard-Drogba, pour les passes dorées de Fàbregas, pour André Schürrle, le nouveau Solskjær. Mais Matić, qui collectionne les fautes intelligentes pour saboter les tentatives adverses, est peut-être le pion le plus important aux yeux de Mourinho.

Moussa
Sissoko

Moussa Sissoko

Le Français, souvent classé dans la catégorie des bourrins, étonne tout le championnat par utilisation optimale du ballon en deux touches de balle. L'homme du match quand il s'agit de battre un Chelsea alors invincible.

Marouane
Fellaini

Marouane Fellaini

Il devait dégager fissa, la tête de proue du recrutement de ce loser de Moyes. Mais il est resté. Et il s'est trouvé une place au milieu. Où son rôle de relayeur est essentiel, au moins autant que sa faculté à faire disjoncter ses adversaires.

Dušan
Tadić

Dušan Tadić

Première signature de Koeman, le Serbe est le plus beau symbole de ces Saints qui bouleversent tout. Il n'est peut-être pas là à tous les matchs, mais quand ça tourne, ça tourne. Comme ce jour où il marque contre Sunderland et fait... 4 passes décisives.

Charlie
Austin

Charlie Austin

Au classement des buteurs, Austin est bien calé, entre Diego Costa et Alexis Sánchez. « L'autre » buteur londonien met la plupart du temps des buts de raccroc. Mais il y croit tout le temps, et du coup, ça marche. Il rentre même des fois des talonnades astucieuses.

Yannick
Bolasie

Yannick Bolasie

Né à Lyon, mais parti très tôt en Angleterre, Bolasie émerveille les rencontres de bas de tableau avec ses dribbles, sa pointe de vitesse et des frappes très puissantes. C'est pas toujours dedans, mais on ne s'ennuie jamais.

Adrian (West Ham) Révélé l'an dernier face à Chelsea, le portier formé au Betis Séville confirme cette saison. Pas 12 parades de fou en un match comme De Gea, mais un sacré taff. Et une indemnité de transfert largement inférieure à 20 millions d'euros.

Ashley Young (Man United) Rojo, Blind, Shaw. United a claqué plus de 70 millions d'euros pour trouver un successeur à Évra. Mais au gré des blessures et des schémas de Van Gaal, c'est l'ancien ailier qui s'y colle. Sa meilleure période à Old Trafford.

Ashley Williams (Swansea) Sur les tablettes des Gunners, le Gallois a finalement été prié de rester chez lui. Bien mal en a pris à Wenger, Williams continuant d'être une valeur sûre du championnat. On parle quand même d'un type plus régulier que Vincent Kompany sur les deux dernières années.

Aaron Cresswell (West Ham) Recruté à Ipswich, le central anglais n'est jamais sorti de l'équipe. Et la concurrence pourrait être féroce que ça serait la même. C'est parce qu'il arrive à être sous pression de la formation adverse sans rompre que ses attaquants se régalent à partir en contre.

Nathaniel Clyne (Southampton) Remplaçant de Chambers l'an dernier, il est finalement devenu titulaire avec le départ de l'international espoir, recruté à prix d'or par Arsenal. Pour devenir excellent à son tour et être international A dès la mi-novembre.

Nemanja Matić (Chelsea) Chez le leader du championnat, il n'y en a que pour l'association Hazard-Drogba, pour les passes dorées de Fàbregas, pour André Schürrle, le nouveau Solskjær. Mais Matić, qui collectionne les fautes intelligentes pour saboter les tentatives adverses, est peut-être le pion le plus important aux yeux de Mourinho.

Moussa Sissoko (Newcastle) Le Français, souvent classé dans la catégorie des bourrins, étonne tout le championnat par utilisation optimale du ballon en deux touches de balle. L'homme du match quand il s'agit de battre un Chelsea alors invincible.

Marouane Fellaini (Man United) Il devait dégager fissa, la tête de proue du recrutement de ce loser de Moyes. Mais il est resté. Et il s'est trouvé une place au milieu. Où son rôle de relayeur est essentiel, au moins autant que sa faculté à faire disjoncter ses adversaires.

Dušan Tadić (Southampton) Première signature de Koeman, le Serbe est le plus beau symbole de ces Saints qui bouleversent tout. Il n'est peut-être pas là à tous les matchs, mais quand ça tourne, ça tourne. Comme ce jour où il marque contre Sunderland et fait... 4 passes décisives.

Charlie Austin (Queens Park Rangers) Au classement des buteurs, Austin est bien calé, entre Diego Costa et Alexis Sánchez. « L'autre » buteur londonien met la plupart du temps des buts de raccroc. Mais il y croit tout le temps, et du coup, ça marche. Il rentre même des fois des talonnades astucieuses.

Yannick Bolasie (Crystal Palace) Né à Lyon, mais parti très tôt en Angleterre, Bolasie émerveille les rencontres de bas de tableau avec ses dribbles, sa pointe de vitesse et des frappes très puissantes. C'est pas toujours dedans, mais on ne s'ennuie jamais.

Remplaçants :

Brad Guzan (Aston Villa) Ils sont de moins en moins nombreux, à se foutre de la gueule de son nom de médicament.

Daryl Janmaat (Newcastle) : Non, il n'est pas un énième mercenaire à braquer le club du Tyne après une poignée de matchs convaincants au Mondial.

Ryan Shawcross (Stoke City) Un des symboles de ce club d'Angleterre qui ne changera jamais. Au moins autant que le tout petit Brittania Stadium et Peter Crouch. Si Delap n'est plus là pour mettre des touches, Shawcross est toujours là pour mettre des coups.

Mile Jedinak (Crystal Palace) Un Australien d'origine croate étant passé par la Turquie. Mais un joueur fait pour la Premier League avant tout pour son abattage au milieu.

Gylfi Sigurdsson (Swansea) Un coup digne de Guy Roux à l'AJ Auxerre. L'Islandais est monstrueux quand le club gallois accède à l'élite. Tottenham le recrute. Il est quelconque. Les Spurs le cèdent une bouchée de pain au vendeur. Guess what ? Sigurdsson redevient bon...

Saido Berahino (West Bromwich Albion) Révélé l'an dernier sur un caviar d'Amalfitano à Old Trafford, l'attaquant à l'un des plus petits salaires du championnat confirme avec 7 buts en 12 matchs cette saison.

Harry Kane (Tottenham) Il est loin d'avoir le salaire d'Adebayor. Mais il fait totalement oublier le Togolais, partie régler des histoires d'exorcisme au pays. Reste juste à l'expliquer au comptable.



Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17