Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Bilan Saison

L’équipe-type de la Serie A 2012/2013

Le championnat d’Italie est terminé. C’est l’occasion de dresser les bilans et de distribuer les bons points. Les Turinois ont pratiquement tous été bons, Balotelli et El Shaarawy ont guidé le Milan AC, Cavani et Hamsik en ont fait de même avec le Napoli. Quant à Marchetti et Handanovic, il ont été énormes dans les bois.

Sur le banc
Candreva

Candreva

Ca, pour avoir couru, il a couru. Ca, pour avoir frappé, il a frappé. Ca, pour avoir mis des lucarnes, il a mis des lucarnes. L’ancien banni de la Juve, arrivé en janvier 2012 à Rome a enfin trouvé son rythme. D’un mauvais sosie du chanteur Damien Jean, il est même presque devenu beau gosse. Et dire qu’en arrivant à la Lazio, il avait été hué par les tifosi parce que soi-disant tifoso de la ...

Totti

Totti

De plus en plus légende. Le Capitano en est désormais à 227 buts en Serie A. Devant lui, il n’y a plus que Silvio Piola. Reste pour lui à accomplir son plus beau rêve, bien au-dessus des stats : remporter une finale de Coupe d’Italie contre la Lazio.

Diamanti

Diamanti

Le punk à chien de Bologne a fait une grosse saison, dans la lignée de son Euro 2012, où il avait déjà réalisé quelques bonnes prestations. Son pied gauche a fait des merveilles, soit pour trouver la lucarne, soit pour servir Gilardino. Il y a eu de très grands 10 à Bologne (Baggio, Signori, pour ne citer que les plus récents), mais on aimerait quand même le voir dans un grand ...

Théréau

Théréau

La révélation du côté de Vérone. Comme Pellissier ne marque plus, c’est le Français qui s’en charge. 11 buts en une saison, soit son meilleur total en Serie A, et le deuxième meilleur total de sa carrière. Un mec passé par Angers, Charleroi, le Steaua Bucarest et Anderlecht, faut-il rappeler.

Ljajic

Ljajic

L’an dernier, il se prenait une beigne de son coach, Delio Rossi. On pensait que son aventure à la Fiorentina était terminée. Mais Montella l’a régénéré. Ljajic a fini l’année en trombe, avec des buts magnifiques et pleins de gestes de classe. Jovetic va certainement s’en aller, mais lui sera bien là la saison prochaine. Et c’est tant mieux.

Sau

Sau

Ancien serial buteur des divisions inférieures, le protégé de Zeman s’est révélé au niveau supérieur. A Cagliari, dans un collectif bien rodé, il a montré tout son potentiel, avec quelques buts magnifiques. Il avait d’ailleurs déjà marqué le plus beau but de Serie B la saison dernière. Sau I et Sau II, donc.

Marchetti

Marchetti

Le portier de la Lazio a été monstrueux, justifiant son retour en Nazionale. Il a qualifié son équipe quasiment à lui-seul lors de la demi-finale de Coupe d’Italie contre la Juve, et a réalisé des parades complètement folles en championnat, notamment lors de la rencontre face à Naples, ou à San Siro face à Cambiasso. Et en plus, il s’est marié. Propre.

Marquinhos

Marquinhos

Une saison en Italie, et le Barça est déjà prêt à mettre 25 millions d’euros pour lui. Pourtant, la Roma vante la 3e pire défense de Serie A. C’est qu’il doit être vraiment très bon, alors.

Barzagli

Barzagli

Toujours aussi discret, mais toujours aussi efficace. Le mec est un roc derrière. On l’a rarement vu en difficulté, hormis lors des défaites face à l’Inter et la Sampdoria. 24 buts encaissés en une saison, 20 l’an dernier. Depuis qu’il est là, la Juve, c’est la forteresse.

Handanovic

Handanovic

Comme les défenseurs de l’Inter avaient décidé de prendre une année sabbatique, le seul vrai rempart nerazzurro, cette saison, s’est nommé Handanovic. Dernier défenseur, libéro, gardien, sauveur, pompier, appelez le comme vous voulez.

De
Sciglio

De Sciglio

Jeune et prometteur. Dans une équipe milanaise en pleine mutation, avec des joueurs qui arrivent d’un peu partout, ce jeune du centre de formation du Milan AC réussit à faire son trou. Il a parfois fait preuve de naïveté (notamment sur ce pénalty bête concédé à Florence), mais dans l’ensemble, il fait une excellente saison. Probablement l’un des futurs piliers ...

Vidal

Vidal

Faire un cœur avec les doigts, quand on est un gros dur sur la pelouse, c’est son côté « loubard sensible » . On va dire ça. A part ça, le Chilien a vraiment été bon cette saison, notamment dans le sprint final, lorsqu’il a fallu planter les buts décisifs pour le titre. Par contre, si quelqu’un peut lui dire que sa coupe est ridicule, ce serait ...

Dzemaili

Dzemaili

La plus grosse frappe de la saison. A côté, son pote et compatriote Inler font presque figure d’agneau. L’ancien Parmesan s’est découvert une passion pour les chiches, à partir du mois de mars. 6, très exactement, lors des 9 dernières journées de championnat. Du grand n’importe quoi.

Borja
Valero

Borja Valero

En général, les Espagnols sont nuls en Italie. Little Bouddha est donc l’exception qui confirme la règle. Avec la Fiorentina, l’ancien de Villarreal a été monstrueux, avec un jeu simple, efficace et souvent génial. Troisième meilleur passeur du championnat, derrière Totti et Hamsik, il a clairement été l’homme bonus de la formation viola. Oui oui, un chauve.

Balotelli

Balotelli

Son retour en Italie est un vrai événement pour la Serie A. Non seulement, Mario a amené Milan en Ligue des Champions, à grand coup de buts et de pénaltys, mais en plus, il est devenu l’attraction principale d’un Milan AC beaucoup moins sexy que par le passé. Parfois, l’attraction dérape (chants racistes contre lui, mauvaises réactions envers l’arbitre), mais c’est bien là tout son charme. Mario, on l’aime, ou on le déteste. Et parfois un peu des deux à la ...

Cavani

Cavani

L’Uruguayen ne jouera plus à Naples la saison prochaine. Il a donc terminé son œuvre avec un titre de meilleur buteur et une qualification en Ligue des Champions. Ah, quand on repense à l’époque où il était à Palerme, et que tout le monde se plaignait de sa maladresse devant le but…

Di
Natale

Di Natale

Chaque saison, on se dit qu’il va caler. Qu’il va marquer moins de buts. Qu’il va se blesser. Et puis, chaque saison, Toto est là. Il transcende son équipe, et il lui fait atteindre des objectifs impensables en début d’année. 28 buts en 2010, 29 en 2011, 23 en 2012, 23 en 2013. Et tout ça pour un joueur qui a dépassé depuis longtemps la barre des 30 ans. Chapeau plat, ...

Marchetti (Lazio) Le portier de la Lazio a été monstrueux, justifiant son retour en Nazionale. Il a qualifié son équipe quasiment à lui-seul lors de la demi-finale de Coupe d’Italie contre la Juve, et a réalisé des parades complètement folles en championnat, notamment lors de la rencontre face à Naples, ou à San Siro face à Cambiasso. Et en plus, il s’est marié. Propre.

Marquinhos (Roma) : Une saison en Italie, et le Barça est déjà prêt à mettre 25 millions d’euros pour lui. Pourtant, la Roma vante la 3e pire défense de Serie A. C’est qu’il doit être vraiment très bon, alors.

Barzagli (Juventus) Toujours aussi discret, mais toujours aussi efficace. Le mec est un roc derrière. On l’a rarement vu en difficulté, hormis lors des défaites face à l’Inter et la Sampdoria. 24 buts encaissés en une saison, 20 l’an dernier. Depuis qu’il est là, la Juve, c’est la forteresse.

Handanovic (Inter) Comme les défenseurs de l’Inter avaient décidé de prendre une année sabbatique, le seul vrai rempart nerazzurro, cette saison, s’est nommé Handanovic. Dernier défenseur, libéro, gardien, sauveur, pompier, appelez le comme vous voulez.

De Sciglio (Milan AC) Jeune et prometteur. Dans une équipe milanaise en pleine mutation, avec des joueurs qui arrivent d’un peu partout, ce jeune du centre de formation du Milan AC réussit à faire son trou. Il a parfois fait preuve de naïveté (notamment sur ce pénalty bête concédé à Florence), mais dans l’ensemble, il fait une excellente saison. Probablement l’un des futurs piliers milanais.

Vidal (Juventus) Faire un cœur avec les doigts, quand on est un gros dur sur la pelouse, c’est son côté « loubard sensible » . On va dire ça. A part ça, le Chilien a vraiment été bon cette saison, notamment dans le sprint final, lorsqu’il a fallu planter les buts décisifs pour le titre. Par contre, si quelqu’un peut lui dire que sa coupe est ridicule, ce serait sympa.

Dzemaili (Napoli) La plus grosse frappe de la saison. A côté, son pote et compatriote Inler font presque figure d’agneau. L’ancien Parmesan s’est découvert une passion pour les chiches, à partir du mois de mars. 6, très exactement, lors des 9 dernières journées de championnat. Du grand n’importe quoi.

Borja Valero (Fiorentina) En général, les Espagnols sont nuls en Italie. Little Bouddha est donc l’exception qui confirme la règle. Avec la Fiorentina, l’ancien de Villarreal a été monstrueux, avec un jeu simple, efficace et souvent génial. Troisième meilleur passeur du championnat, derrière Totti et Hamsik, il a clairement été l’homme bonus de la formation viola. Oui oui, un chauve.

Balotelli (Milan AC) Son retour en Italie est un vrai événement pour la Serie A. Non seulement, Mario a amené Milan en Ligue des Champions, à grand coup de buts et de pénaltys, mais en plus, il est devenu l’attraction principale d’un Milan AC beaucoup moins sexy que par le passé. Parfois, l’attraction dérape (chants racistes contre lui, mauvaises réactions envers l’arbitre), mais c’est bien là tout son charme. Mario, on l’aime, ou on le déteste. Et parfois un peu des deux à la fois.

Cavani (Napoli) L’Uruguayen ne jouera plus à Naples la saison prochaine. Il a donc terminé son œuvre avec un titre de meilleur buteur et une qualification en Ligue des Champions. Ah, quand on repense à l’époque où il était à Palerme, et que tout le monde se plaignait de sa maladresse devant le but…

Di Natale (Udinese) Chaque saison, on se dit qu’il va caler. Qu’il va marquer moins de buts. Qu’il va se blesser. Et puis, chaque saison, Toto est là. Il transcende son équipe, et il lui fait atteindre des objectifs impensables en début d’année. 28 buts en 2010, 29 en 2011, 23 en 2012, 23 en 2013. Et tout ça pour un joueur qui a dépassé depuis longtemps la barre des 30 ans. Chapeau plat, l’artiste.

Remplaçants :

Candreva (Lazio) Ca, pour avoir couru, il a couru. Ca, pour avoir frappé, il a frappé. Ca, pour avoir mis des lucarnes, il a mis des lucarnes. L’ancien banni de la Juve, arrivé en janvier 2012 à Rome a enfin trouvé son rythme. D’un mauvais sosie du chanteur Damien Jean, il est même presque devenu beau gosse. Et dire qu’en arrivant à la Lazio, il avait été hué par les tifosi parce que soi-disant tifoso de la Roma…

Totti (Roma) De plus en plus légende. Le Capitano en est désormais à 227 buts en Serie A. Devant lui, il n’y a plus que Silvio Piola. Reste pour lui à accomplir son plus beau rêve, bien au-dessus des stats : remporter une finale de Coupe d’Italie contre la Lazio.

Diamanti (Bologna) Le punk à chien de Bologne a fait une grosse saison, dans la lignée de son Euro 2012, où il avait déjà réalisé quelques bonnes prestations. Son pied gauche a fait des merveilles, soit pour trouver la lucarne, soit pour servir Gilardino. Il y a eu de très grands 10 à Bologne (Baggio, Signori, pour ne citer que les plus récents), mais on aimerait quand même le voir dans un grand club.

Théréau (Chievo) : La révélation du côté de Vérone. Comme Pellissier ne marque plus, c’est le Français qui s’en charge. 11 buts en une saison, soit son meilleur total en Serie A, et le deuxième meilleur total de sa carrière. Un mec passé par Angers, Charleroi, le Steaua Bucarest et Anderlecht, faut-il rappeler.

Ljajic (Fiorentina) L’an dernier, il se prenait une beigne de son coach, Delio Rossi. On pensait que son aventure à la Fiorentina était terminée. Mais Montella l’a régénéré. Ljajic a fini l’année en trombe, avec des buts magnifiques et pleins de gestes de classe. Jovetic va certainement s’en aller, mais lui sera bien là la saison prochaine. Et c’est tant mieux.

Sau (Cagliari) Ancien serial buteur des divisions inférieures, le protégé de Zeman s’est révélé au niveau supérieur. A Cagliari, dans un collectif bien rodé, il a montré tout son potentiel, avec quelques buts magnifiques. Il avait d’ailleurs déjà marqué le plus beau but de Serie B la saison dernière. Sau I et Sau II, donc.

Lodi (Catane) Avant, il y avait Mihajlovic. Maintenant, il y a Lodi. Le meilleur tireur de coups de pied arrêtés de la Serie A, c’est lui. Tifoso du Napoli, Lodi est le patron du milieu de terrain de Catane, huitième de Serie A cette saison. Si un gros club veut réaliser un coup intelligent cet été, c’est sur lui qu’il faut miser.

Hamsik (Napoli) Lavezzi est parti, Cavani va partir, mais lui, le dernier du trio, veut lier son avenir à celui de Naples. Meilleur passeur du championnat, le Slovaque a encore franchi un palier cette saison. L’an prochain, il sera résolument le leader d’une équipe qui voudra viser le Scudetto. Et la crête sera plus aiguisée que jamais.

El Shaarawy (Milan AC) Sans lui, Milan aurait sombré au début de la saison. Puis, quand Balotelli est arrivé, il est passé au second plan, laissant la lumière à Mario. Maintenant, si les deux arrivent à carburer au même moment, cela risque de faire beaucoup de bien au Milan AC. Et à la Nazionale.



Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 7 heures Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 19
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi