1. // Copa América 2015
  2. // Bilan

L'équipe type de la Copa América 2015

À la maison, le Chili a remporté la Copa América après des années de disette. Si Vidal et Jara sont les artisans de ce titre, chacun à leur manière, d'autres joueurs ont brillé lors de la quarante-quatrième édition de la plus vieille compétition de sélections nationales. En voici l'équipe type, faite de densité physique, de malice et de génie. Bref, de football sud-américain.

Modififié
25 53
Sur le banc
David
Ospina

David Ospina

Il a «  tué  » Messi. Et de quelle manière...

Nicolas
Otamendi

Nicolas Otamendi

Si l'Argentine est tombée, l'arrière-garde de l'Albiceleste ne peut pas s'en vouloir. L'armada offensive chilienne n'est pas passée face au roc du FC Valence.

Javier
Mascherano

Javier Mascherano

Tout au long de la Copa, le « Jefecito » a encore démontré qu'il est le vrai leader de cette équipe. Des embrouilles, des tacles à foison, mais surtout une justesse dans les passes qui ont fait de lui la plaque tournante du système de Tata Martino. En finale, le milieu de terrain du Barça a terminé le match malgré une blessure. Si Buenos Aires a la gueule de bois aujourd'hui, c'est bien à cause des déclarations de Mascherano plutôt qu'à une cinquième ...

Marcelo
Diaz

Marcelo Diaz

Le Mascherano chilien.

Javier
Pastore

Javier Pastore

Le Valdivia argentin.

Derlis
González

Derlis González

Si Di María n'avait pas eu la bonne idée de blesser l'ailier fantaisiste, peut-être que le Paraguay aurait pu rêver d'une nouvelle finale…

Claudio
Bravo

Claudio Bravo

L'année presque parfaite pour le capitaine chilien. Le recordman de sélections avec la Roja a tout gagné, excepté la Ligue des champions (selon les règlements de l'UEFA). Des parades exceptionnelles (notamment face à Agüero en finale), un jeu au pied qui fait de lui le premier relanceur de son équipe, et un statut de leader incontesté. La force tranquille.

Jeison
Murillo

Jeison Murillo

Elle est là, la relève de Yepes. Auteur de superbes relances des deux pieds, de tacles glissés somptueux et de l'unique but de la Colombie (face au Brésil), le nouveau défenseur de l'Inter Milan a été élu meilleur jeune de la Copa América. Face à lui, Neymar a pété un plomb et Agüero s'est caché. Dommage pour ce tir au but envoyé dans les tribunes...

José María
Giménez

José María Giménez

Avec Diego Godín, le jeune défenseur central de l'Atlético Madrid est certainement l'incarnation parfaite de la garra charrúa, la combativité uruguayenne. Fautif sur le but de Lucas Barrios en match de poule, il s'est rattrapé en inscrivant le but de l'égalisation. L'homme qui doit remplacer Diego Lugano s'est installé tranquillement dans la charnière d'Óscar Tabárez. À 20 ans, rien n'est ...

Gonzalo
Jara

Gonzalo Jara

À 11 contre 11, le quart de finale contre l'Uruguay semblait courir vers les tirs au but. Jara a alors eu le culot de sacrifier sa réputation et son doigt pour enfin tourner la page de l'histoire du football chilien. Le Materazzi chilien.

Juan Camilo
Zúñiga

Juan Camilo Zúñiga

Durant toute la saison, tous les défenseurs européens ont échoué face à la mission d'arrêter Neymar. Ni la violence ni la précision des tacles n'ont suffi pour ralentir la progression du Brésilien. En deux matchs en un an, Zúñiga s'est montré plus fort que le reste du monde : quelques mots ont suffi pour faire sortir Neymar de son match. Après lui avoir pété le dos, rappelons-le quand ...

Luis
Advincula

Luis Advincula

La compétition avait plutôt mal commencé pour le Péruvien face au Brésil, puisque le numéro 17 avait eu le goût de subir un double coup du sombrero de Neymar. Au mauvais endroit au mauvais moment. Puis, le joueur d'Hoffenheim s'est retrouvé là où il fallait : au cœur des transitions péruviennes. Percutant, rapide et intelligent, le latéral de 25 ans a séduit.

Jorge
Valdivia

Jorge Valdivia

Après le Mondial, il avait annoncé qu'il ne porterait plus le maillot de la Roja. Mais conscient de l'opportunité chilienne de mettre un terme à une disette historique, « El Mago » est revenu taper à la porte de Sampaoli. Et il n'a pas déçu. Il a régalé, même. Et pour remercier Sampaoli de lui avoir offert une nouvelle chance, Valdivia l'a insulté au moment de son remplacement en finale. Encore une retraite internationale ...

Charles
Aránguiz

Charles Aránguiz

De ses infatigables appels de balle à l'intelligence de ses décisions balle aux pieds, Aránguiz a donné du mouvement à un pays qui rêvait d'avancer. Si les passes de Valdivia et Diaz ont semblé si belles, c'est bien parce qu'Aránguiz se tuait à leur offrir toutes les destinations possibles. Qu'est-ce qu'il serait bien, à l'OM...

Arturo
Vidal

Arturo Vidal

Un accident en état d'ébriété, des excuses en larmes, et une rédemption offerte par un pays qui exige la victoire finale à tout prix. Pardonné par Sampaoli, le polyvalent Vidal a eu la bonne idée de se rendre indispensable, jusqu'à la victoire finale. Finalement, le Chili a oublié ses frasques. Pour Vidal, tout est permis (de conduire).

Paolo
Guerrero

Paolo Guerrero

Un numéro 9 qui sort le grand jeu à toutes les compétitions internationales que son pays dispute, on appelle ça un héros national. Des buts, Guerrero n'avait que ça à offrir aux siens. Alors, il a répété l'offrande quatre fois.

Eduardo
Vargas

Eduardo Vargas

Santiago attendait Alexis Sánchez et la garantie de ses buts en Serie A, Premier League et Liga. Il a reçu Edu Vargas et la surprise de son rendement européen quasi nul. En une seule Copa América, le Chilien a marqué autant de buts (4) qu'en toute une saison de Premier League à QPR. L'anti-Messi, quoi.

Claudio Bravo (Chili) L'année presque parfaite pour le capitaine chilien. Le recordman de sélections avec la Roja a tout gagné, excepté la Ligue des champions (selon les règlements de l'UEFA). Des parades exceptionnelles (notamment face à Agüero en finale), un jeu au pied qui fait de lui le premier relanceur de son équipe, et un statut de leader incontesté. La force tranquille.

Jeison Murillo (Colombie) Elle est là, la relève de Yepes. Auteur de superbes relances des deux pieds, de tacles glissés somptueux et de l'unique but de la Colombie (face au Brésil), le nouveau défenseur de l'Inter Milan a été élu meilleur jeune de la Copa América. Face à lui, Neymar a pété un plomb et Agüero s'est caché. Dommage pour ce tir au but envoyé dans les tribunes...

José María Giménez (Uruguay) Avec Diego Godín, le jeune défenseur central de l'Atlético Madrid est certainement l'incarnation parfaite de la garra charrúa, la combativité uruguayenne. Fautif sur le but de Lucas Barrios en match de poule, il s'est rattrapé en inscrivant le but de l'égalisation. L'homme qui doit remplacer Diego Lugano s'est installé tranquillement dans la charnière d'Óscar Tabárez. À 20 ans, rien n'est impossible.

Gonzalo Jara (Chili) : À 11 contre 11, le quart de finale contre l'Uruguay semblait courir vers les tirs au but. Jara a alors eu le culot de sacrifier sa réputation et son doigt pour enfin tourner la page de l'histoire du football chilien. Le Materazzi chilien.

Juan Camilo Zúñiga (Colombie) Durant toute la saison, tous les défenseurs européens ont échoué face à la mission d'arrêter Neymar. Ni la violence ni la précision des tacles n'ont suffi pour ralentir la progression du Brésilien. En deux matchs en un an, Zúñiga s'est montré plus fort que le reste du monde : quelques mots ont suffi pour faire sortir Neymar de son match. Après lui avoir pété le dos, rappelons-le quand même.

Luis Advincula (Pérou) La compétition avait plutôt mal commencé pour le Péruvien face au Brésil, puisque le numéro 17 avait eu le goût de subir un double coup du sombrero de Neymar. Au mauvais endroit au mauvais moment. Puis, le joueur d'Hoffenheim s'est retrouvé là où il fallait : au cœur des transitions péruviennes. Percutant, rapide et intelligent, le latéral de 25 ans a séduit.

Jorge Valdivia (Chili) Après le Mondial, il avait annoncé qu'il ne porterait plus le maillot de la Roja. Mais conscient de l'opportunité chilienne de mettre un terme à une disette historique, « El Mago » est revenu taper à la porte de Sampaoli. Et il n'a pas déçu. Il a régalé, même. Et pour remercier Sampaoli de lui avoir offert une nouvelle chance, Valdivia l'a insulté au moment de son remplacement en finale. Encore une retraite internationale ?

Charles Aránguiz (Chili) De ses infatigables appels de balle à l'intelligence de ses décisions balle aux pieds, Aránguiz a donné du mouvement à un pays qui rêvait d'avancer. Si les passes de Valdivia et Diaz ont semblé si belles, c'est bien parce qu'Aránguiz se tuait à leur offrir toutes les destinations possibles. Qu'est-ce qu'il serait bien, à l'OM...

Arturo Vidal (Chili) Un accident en état d'ébriété, des excuses en larmes, et une rédemption offerte par un pays qui exige la victoire finale à tout prix. Pardonné par Sampaoli, le polyvalent Vidal a eu la bonne idée de se rendre indispensable, jusqu'à la victoire finale. Finalement, le Chili a oublié ses frasques. Pour Vidal, tout est permis (de conduire).

Paolo Guerrero (Pérou) Un numéro 9 qui sort le grand jeu à toutes les compétitions internationales que son pays dispute, on appelle ça un héros national. Des buts, Guerrero n'avait que ça à offrir aux siens. Alors, il a répété l'offrande quatre fois.

Eduardo Vargas (Chili) : Santiago attendait Alexis Sánchez et la garantie de ses buts en Serie A, Premier League et Liga. Il a reçu Edu Vargas et la surprise de son rendement européen quasi nul. En une seule Copa América, le Chilien a marqué autant de buts (4) qu'en toute une saison de Premier League à QPR. L'anti-Messi, quoi.

Remplaçants :

David Ospina (Colombie) Il a «  tué  » Messi. Et de quelle manière...

Nicolas Otamendi (Argentine) Si l'Argentine est tombée, l'arrière-garde de l'Albiceleste ne peut pas s'en vouloir. L'armada offensive chilienne n'est pas passée face au roc du FC Valence.

Javier Mascherano (Argentine) Tout au long de la Copa, le « Jefecito » a encore démontré qu'il est le vrai leader de cette équipe. Des embrouilles, des tacles à foison, mais surtout une justesse dans les passes qui ont fait de lui la plaque tournante du système de Tata Martino. En finale, le milieu de terrain du Barça a terminé le match malgré une blessure. Si Buenos Aires a la gueule de bois aujourd'hui, c'est bien à cause des déclarations de Mascherano plutôt qu'à une cinquième défaite d'affilée lors d'une finale. Masche un país.

Marcelo Diaz (Chili) Le Mascherano chilien.

Javier Pastore (Argentine) Le Valdivia argentin.

Derlis González (Paraguay) Si Di María n'avait pas eu la bonne idée de blesser l'ailier fantaisiste, peut-être que le Paraguay aurait pu rêver d'une nouvelle finale…

Lucas Barrios (Paraguay) Tout le temps remplaçant, tout le temps buteur. Prends ça, Solskjær.



Par Ruben Curiel, Markus Kaufmann et Arthur Jeanne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Thouvenel Ballon d'Or Niveau : CFA2
Toujours pas de sujet défouloir sur Higuain et son magnifique TAB ?
Message posté par Thouvenel Ballon d'Or
Toujours pas de sujet défouloir sur Higuain et son magnifique TAB ?


ca va arrêter de blâmer higuain pour tout les maux de l'équipe , désolé mais les titulaires ont plus de part de responsabilité ,donc c'est bizarre qu'un mec comme le kun passe encore au travers mais complètement avec sa sélection et pas un mot.
Je lui reproche de ne pas cadré son peno ok mais le mec c'est un bouc émissaire ,il n'a pas assuré mais c'est pas genre tout est de sa faute
Même pas de Messi ? Hahaha .
Orso94210 Niveau : CFA
Message posté par CR7LEO


ca va arrêter de blâmer higuain pour tout les maux de l'équipe , désolé mais les titulaires ont plus de part de responsabilité ,donc c'est bizarre qu'un mec comme le kun passe encore au travers mais complètement avec sa sélection et pas un mot.
Je lui reproche de ne pas cadré son peno ok mais le mec c'est un bouc émissaire ,il n'a pas assuré mais c'est pas genre tout est de sa faute


Vous lui reprochez son péno ??!! Mais je le blâme même pas pour son péno. L'erreur vient de Martino de le désigner tireur alors qu'on sait qu'il a la tête dans le cul en finale.

Le vrai scandale c'est l'occase énorme à la dernière seconde qu'il arrive à mettre à côté.
Frenchies Niveau : CFA
Message posté par CR7LEO


ca va arrêter de blâmer higuain pour tout les maux de l'équipe , désolé mais les titulaires ont plus de part de responsabilité ,donc c'est bizarre qu'un mec comme le kun passe encore au travers mais complètement avec sa sélection et pas un mot.
Je lui reproche de ne pas cadré son peno ok mais le mec c'est un bouc émissaire ,il n'a pas assuré mais c'est pas genre tout est de sa faute


le kun n'a pas loupé un face à face avec Neuer, ainsi qu'une "gaetane thiney" (sur une passe un peu trop en profondeur certes @lavezzi) mais qu'il reprend quand même donc...) l'année suivante et donc enfin une "ramos" qui détruit les derniers espoirs argentins !!

mais je suis d'accord, j'ai passé la finale à dire que je le trouvais vraiment naze hein.
il a tiré une fois samedi au moins ??
j'en suis même pas sûr, tellement il "remuait" mais sans jamais être précis et inspiré ..

personne ne c'est "autant" loupé qu'higuain c'est tout (surtout que c'est redondant donc).
inutile de le défendre en disant "mais les autres"...

Ah ils se sont acharnés à mettre un 9 devant Messi !!
formidable idée.
Message posté par CR7LEO


ca va arrêter de blâmer higuain pour tout les maux de l'équipe , désolé mais les titulaires ont plus de part de responsabilité ,donc c'est bizarre qu'un mec comme le kun passe encore au travers mais complètement avec sa sélection et pas un mot.
Je lui reproche de ne pas cadré son peno ok mais le mec c'est un bouc émissaire ,il n'a pas assuré mais c'est pas genre tout est de sa faute


Il s'agit de l'équipe-type SOFOOT au cas ou tu l'aurais pas remarqué. La team officielle comporte bien Messi.
PhoenixLite Niveau : Loisir
Message posté par Orso94210


Vous lui reprochez son péno ??!! Mais je le blâme même pas pour son péno. L'erreur vient de Martino de le désigner tireur alors qu'on sait qu'il a la tête dans le cul en finale.

Le vrai scandale c'est l'occase énorme à la dernière seconde qu'il arrive à mettre à côté.

Mouais, je trouve ça facile de tirer sur Higuain sur cette action.

La passe de Lavezzi est absolument immonde. Être incapable d'ajuster une remise de qualité alors qu'il est absolument seul, sans opposition, et qu'il est l'un des argentins ayant le moins de minutes dans les jambes, c'est ridicule et indigne d'un international.
Neologist Niveau : DHR
Chouette photo pour Jara !
Aranguiz, ce mec est une machine...je me rappelle son match quasi parfait contre l'Espagne en CM et son marquage impitoyable sur Xabi Alonso (sorti du coup à la mi-temps), empêchant donc la relance espagnole.
Là, en finale, il a collé aux basques de Pastore qui n'a pas eu son rendement habituel, gêné dans toutes ses prises de balle par le Chilien.

Il y a quand même mieux, BEAUCOUP mieux que l'OM pour ce gars là, non ??!
Orso94210 Niveau : CFA
Message posté par PhoenixLite

Mouais, je trouve ça facile de tirer sur Higuain sur cette action.

La passe de Lavezzi est absolument immonde. Être incapable d'ajuster une remise de qualité alors qu'il est absolument seul, sans opposition, et qu'il est l'un des argentins ayant le moins de minutes dans les jambes, c'est ridicule et indigne d'un international.


La passe de Lavezzi est pas forcément évident à faire. Du gauche sans contrôle en pleine course.

Di Maria se pète à la 20ème minute il me semble. donc à ce moment du match, Lavezzi à plus de 70 minutes dans les pattes, et on connaît tous son endurance de prématuré asthmatique .

Si je dis pas de conneries, Higuain doit avoir dix minutes de jeu. Donc, je reprends ton argument pour dire que c'est indigne d'un international de louper l'occase du titre à un mètre du but quand on est, pour le coup, l'argentin ayant le moins joué.

On le voit sur l'angle filmé de derrière le but. C'est impardonnable.

https://www.youtube.com/watch?v=wH2XKvMOn7s
Richie Incognito Niveau : CFA2
Mais faut arrêter au bout d'un moment avec Valdivia c'est fatiguant. Je suis pourtant le premier à dire que le meilleur sur le terrain, c'est le 10 mais Valdivia en plus de perdre bien plus de ballons que Pastore, aura été moins décisif dans un collectif bien mieux huilé. C'est Pastore qui a tiré l'Argentine vers le haut, Valdivia a tenté des trucs mais il est loin d'être le meilleur joueur de son équipe. L'un a touché bien plus de ballons mais ca ne veut pas dire qu'il aura été meilleur. Les 2 ne terminent pas les rencontres non plus. Je trouve que Pastore souffre de son fan club sur cette copa qui agace beaucoup de forumeurs mais il a été très bon et clairement empêché de prendre le jeu plus à son compte. En gros, plutôt Valdivia le Pastore Chilien. J'aurais ajouté Cueva aussi en tant que révélation.
Message posté par Frenchies


le kun n'a pas loupé un face à face avec Neuer, ainsi qu'une "gaetane thiney" (sur une passe un peu trop en profondeur certes @lavezzi) mais qu'il reprend quand même donc...) l'année suivante et donc enfin une "ramos" qui détruit les derniers espoirs argentins !!

mais je suis d'accord, j'ai passé la finale à dire que je le trouvais vraiment naze hein.
il a tiré une fois samedi au moins ??
j'en suis même pas sûr, tellement il "remuait" mais sans jamais être précis et inspiré ..

personne ne c'est "autant" loupé qu'higuain c'est tout (surtout que c'est redondant donc).
inutile de le défendre en disant "mais les autres"...

Ah ils se sont acharnés à mettre un 9 devant Messi !!
formidable idée.


Je trouve juste hallucinant qu'un 9 de la classe du kun passe a coté dans les grandes largeur avec l'argentine et personne ne le remet en question et on critique higuain pour avoir raté des occasions ben au moins lui il en a eu des occazs pas comme l'autre,imaginez que même en demi quand messi était en mode je distribue des cadeaux le kun a marquer le 5 eme but je crois et dés que higuain rentre boum occasion et but.
Comme dit précédemment higuain a la lose tout le monde le sait donc le désigné comme tireur n'était pas fin, c'est juste on est en train d'assister a une réécriture de l'histoire comme ça dans 2-6 ans si on te demande prk l'argentine n'a pas gagner la copa la réponse sera"c'est la faute d'higuain" alors que ce n'est absolument pas le cas.
Je me répète ,bien sur il a sa part de responsabilité mais excusez moi de considérer que les titulaires sont plus en tort que lui(si aguero est foutu d'être le 9 tueur de city l'argentine elle gagne la copa sans problème)
zinczinc78 Niveau : CFA
Message posté par Orso94210


La passe de Lavezzi est pas forcément évident à faire. Du gauche sans contrôle en pleine course.

Di Maria se pète à la 20ème minute il me semble. donc à ce moment du match, Lavezzi à plus de 70 minutes dans les pattes, et on connaît tous son endurance de prématuré asthmatique .

Si je dis pas de conneries, Higuain doit avoir dix minutes de jeu. Donc, je reprends ton argument pour dire que c'est indigne d'un international de louper l'occase du titre à un mètre du but quand on est, pour le coup, l'argentin ayant le moins joué.

On le voit sur l'angle filmé de derrière le but. C'est impardonnable.

https://www.youtube.com/watch?v=wH2XKvMOn7s


Même Tevez l'aurait mise..
Message posté par Orso94210


La passe de Lavezzi est pas forcément évident à faire. Du gauche sans contrôle en pleine course.

Di Maria se pète à la 20ème minute il me semble. donc à ce moment du match, Lavezzi à plus de 70 minutes dans les pattes, et on connaît tous son endurance de prématuré asthmatique .

Si je dis pas de conneries, Higuain doit avoir dix minutes de jeu. Donc, je reprends ton argument pour dire que c'est indigne d'un international de louper l'occase du titre à un mètre du but quand on est, pour le coup, l'argentin ayant le moins joué.

On le voit sur l'angle filmé de derrière le but. C'est impardonnable.

https://www.youtube.com/watch?v=wH2XKvMOn7s


euh t'est serieux la!!!!! ta vidéo montre justement que elle est hyper compliqué a mettre la passe de lavezzi est horrible oui trop en profondeur.Je considère plus un exploit de la mettre(a sa portée ok) plus que de la rater.
Message posté par PhoenixLite

Mouais, je trouve ça facile de tirer sur Higuain sur cette action.

La passe de Lavezzi est absolument immonde. Être incapable d'ajuster une remise de qualité alors qu'il est absolument seul, sans opposition, et qu'il est l'un des argentins ayant le moins de minutes dans les jambes, c'est ridicule et indigne d'un international.


Je pense la même chose. la passe de lavezzi est d'une piètre qualité. Elle est trop profonde. C'est pas croyable ce manque de réalisme quand même. La différence entre un bon joueur et un grand joueur. Il est seul le con!
Orso94210 Niveau : CFA
Attention, je dis pas que la passe est parfaite, loin de là. Mais bordel, t'as la coupe au bout du pied !!

D'après moi, il ouvre trop son pied, et il la foire quelque chose de bien. C'est certes pas le raté de l'année non plus.

Et ensuite, son péno n'est que la résultante de ce loupé.
Frenchies Niveau : CFA
Franchement, l'année dernière comme à cette copa,
des actions de la sorte >initiées par MESSI< où à l'arriver les "autres" se déchirent ... semblant alors loin de leurs "vrais niveaux" (en club quoi)
y en a tellement eu à la pelle dans tous les matchs quoi ...

chaque match où ça ne c'est pas transformé en succès et vas y que c'est tombé sur Messi comme si il ne foutait rien ... mais bordel, qu'ils ont été NULS autours de lui, truc de fou.

je me suis souvent dit, si t'enlèvait Messi mais l'argentine "qui reste" aurait vraiment été ridicule (mais jouant moins de matchs...) au brésil comme au chili.
Orso94210 Niveau : CFA
Message posté par Frenchies
Franchement, l'année dernière comme à cette copa,
des actions de la sorte >initiées par MESSI< où à l'arriver les "autres" se déchirent ... semblant alors loin de leurs "vrais niveaux" (en club quoi)
y en a tellement eu à la pelle dans tous les matchs quoi ...

chaque match où ça ne c'est pas transformé en succès et vas y que c'est tombé sur Messi comme si il ne foutait rien ... mais bordel, qu'ils ont été NULS autours de lui, truc de fou.

je me suis souvent dit, si t'enlèvait Messi mais l'argentine "qui reste" aurait vraiment été ridicule (mais jouant moins de matchs...) au brésil comme au chili.



A part Pastore, inconstant, mais globalement plutôt bon, et Di Maria, brouillont mais toujours percutant et remuant, on peut en effet dire que Messi a eu peu de soutien en attaque.

Y'a pas de mystère, les cracks qui ont gagné les grands trophées internationaux avaient du soutien. Même ceux qui ont écrasé une compétition (Platini 84, Diego 86, Ronaldo 2002, etc.) ont pu compter à un moment ou à un autre sur leurs coéquipiers.

En revanche, Higuain et Aguero ont bien planté Messi ces deux dernières années.
Message posté par Frenchies
Franchement, l'année dernière comme à cette copa,
des actions de la sorte >initiées par MESSI< où à l'arriver les "autres" se déchirent ... semblant alors loin de leurs "vrais niveaux" (en club quoi)
y en a tellement eu à la pelle dans tous les matchs quoi ...

chaque match où ça ne c'est pas transformé en succès et vas y que c'est tombé sur Messi comme si il ne foutait rien ... mais bordel, qu'ils ont été NULS autours de lui, truc de fou.

je me suis souvent dit, si t'enlèvait Messi mais l'argentine "qui reste" aurait vraiment été ridicule (mais jouant moins de matchs...) au brésil comme au chili.



c'est vrai mais c'est un peu ça le revers de la médaille ,lorsque le barca ou le real ou le portugal ou l'argentine gagne toute la gloire est attribué a messi ou cr7 et donc lorsque l'équipe perd c'est un peu normal que ça tombe sur eux. C'est le prix de la starification et l'individualisation exagérer.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
25 53