En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Copa America 2011

L'équipe-type de la Copa América

La Copa América s'est achevée dimanche avec le sacre de l'Uruguay. Outre Suarez, élu meilleur joueur du tournoi, d'autres joueurs ont tiré leur épingle du jeu.

Modififié

Justo Villar : Si le Paraguay a atteint la finale invaincu tout en ayant conservé ses cages inviolées en quart de finale contre le Brésil et en demie contre le Venezuela, elle le doit en grande partie au nouveau gardien d'Estudiantes de La Plata, au-dessus du niveau qu'on lui connaissait.Maicon : Sur le banc en début de compétition, il a rappelé pourquoi il fait partie des meilleurs latéraux de la planète sur une série de montées incisives contre l'Equateur, puis face au Paraguay, en quart de finale. Dommage que les Brésiliens n'aient pas tous montré la même envie...Diego Lugano : Le libéro charrua ne lâche jamais rien : ni le ballon ni les chevilles de ses adversaires. Symbole de la garra uruguayenne, il a tenu sa défense d'une main de fer et a souvent apporté le danger sur les coups de pied arrêtés tirés par Forlan.Sebastian Coates : La révélation du tournoi ne devrait pas “moisir” longtemps en Amérique du Sud. Sûr dans son placement autant que dans ses interventions dans les pieds et dans les airs, il s'est parfaitement fondu dans le collectif uruguayen.Pablo Armero : Le Colombien de l'Udinese devrait régaler cette saison en Ligue des Champions, s'il continue sur la lancée de sa Copa América. Il a tous les atouts propres aux latéraux brésiliens : puissance, percussion et vista.Arturo Vidal : La Juve ne s'est pas trompée en signant ce milieu remuant et juste dans ses passes. Toujours dans les bons coups de la Roja, il fut un rouage essentiel du jeu plaisant développé par la sélection de Claudio Borghi.Alvaro Pereira : En l'absence de Cavani, il a fait son trou dans le onze de Tabarez. Auteur de deux buts salvateurs au premier tour, d'une fantastique ouverture pour Suarez en demi-finale et de débordements ravageurs, le latéral de Porto a pris une nouvelle dimension durant cette Copa América.Juan Vargas : Un cran au-dessus de la concurrence, ses prises de balle rageuses, son explosivité et son leadership sont pour beaucoup dans le beau parcours du Pérou. Seul point noir : il a manqué la “petite finale” pour un vilain coup de coude sur Coates en demi-finale.Lionel Messi : Noyé dans un collectif à la dérive, il s'est illustré par deux caviars contre le Costa Rica, lors d'un troisième match de poule décisif. Volontaire et plein d'allant, il a failli faire basculer le quart de finale contre l'Uruguay en faveur des siens à la dernière minute. Mais il ne peut pas tout faire tout seul non plus.Luis Suarez : Élu meilleur joueur du tournoi, l'insupportable attaquant a dominé de la tête et des épaules tous les défenseurs qui ont croisé sa route. Appels bien sentis, sens du but, art du duel : Suarez, c'est la classe internationale.Paolo Guerrero : L'ancien joueur du Bayern Munich, désormais à Hambourg, est un insatiable numéro neuf, vif, puissant et mobile, qui a perpétuellement créé le danger. Résultat : cinq réalisations dont un triplé lors du match pour la troisième place, qui lui valent le titre de meilleur buteur du tournoi.

Remplaçants : Fernando Muslera : Une prestation de haut-vol contre l'Argentine, un ballon détourné sur la barre sur une volée des vingt-mètres de Nelson Valdez en finale : il a répondu présent dans les moments chauds.Oswaldo Vizcarrondo : La solidité défensive vénézuélienne doit énormément à son libéro. Ses interventions dans les airs comme sur la terre ont apporté de la sérénité à un collectif solidaire.Willian Chiroque : A trente et un ans le “Petit Perroquet” s'est offert un coup de projecteur aussi inattendu que mérité. Spontané et insouciant, à l'image d'un Pérou décomplexé.Alexis Sanchez : La nouvelle recrue du Barça n'a pas été exceptionnelle dans cette Copa América, mais ses dribbles ont apporté un peu de piment au Chili.Diego Forlan : Son association avec Suarez est l'une des plus complémentaires à l'heure actuelle. Ses coups de pied arrêtés millimétrés, son engagement et ses deux buts en finale ont été primordiaux dans le sacre uruguayen.. Entraîneur : Oscar Tabarez : Arrivé à la tête de la sélection uruguayenne il y a cinq ans, il s'est attaché à construire une équipe à la fois joueuse, équilibrée et engagée, dans la plus pure tradition de la Celeste. Comme en Afrique du Sud, le jeu de l'Uruguay a régalé les spectateurs du tournoi. Florent Torchut, à Buenos Aires

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 7 heures Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 19
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 51 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 60 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4