En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // En partenariat avec "Captain Tsubasa: Dream Team"

L'équipe type Captain Tsubasa

À l’occasion de la sortie de « Captain Tsubasa : Dream Team » sur smartphone, on dresse l’équipe type de la saga culte qui a bercé l’enfance de beaucoup d’entre vous...

Modififié

Gardien: Genzo Wakabayashi

Genzo est le meilleur gardien du Japon – même si certains inconscients prétendent que Ken Wakashimazu est au moins aussi bon que lui. Genzo n’a pas besoin de rebondir sur les poteaux pour compenser son retard à l’allumage, lui : avec ses yeux planqués dans l’ombre de sa casquette, il pète complètement la classe. D’abord adversaire de Tsubasa, il devient ensuite l’un de ses meilleurs amis et son coéquipier au sein de la Nankatsu. Genzo s’exile très tôt pour la Bundesliga, et signe au Hambourg SV, où il évolue aux côtés du « Kaiser » Karl-Heinz Schneider et prend la place de titulaire à seulement 15 piges. Genzo n’a encaissé qu’une poignée de buts depuis l’extérieur de la surface de réparation dans toute sa vie – si ça c’est pas la classe ! Il est le gardien titulaire de l’équipe junior du Japon – même s’il est souvent blessé et ne participe souvent qu’aux finales. C’est le meilleur gardien du monde, point final.


Defenseur: Ryo Ishizaki

Ah, Ryo ! Dans une série où les personnages ont tous une palette interminable de coups spéciaux, qui vont du « Tir de la feuille morte volante » au « Néo-tir du tigre » en passant par le célébrissime « Tir du feu » , la principale compétence de Ryo consiste à mettre son visage en opposition aux tirs surpuissants de ses adversaires. On ne peut pas dire qu’il soit le joueur le plus technique ni le plus talentueux, mais Ryo répond toujours présent pour jouer son rôle de défenseur-travailleur sur le terrain et de comic relief dans le récit. Le profil type du joueur qui a su muscler son jeu pour franchir quelques paliers, jusqu’à finir titulaire en sélection nationale... Et ça, ça force le respect.



Defenseur: Hiroshi Jito

Ancien lutteur, Hiroshi est surnommé le « Géant du Japon » et base l’essentiel de son jeu sur son physique d’armoire normande. En gros, c’est une sorte de Pepe du Japon, qui n’hésite pas à multiplier les coups bas et les actes de violence pour triompher de l’adversité. Son morceau de musique préféré, c’est « Sonate de clavicules brisées en ré mineur » . Il compose, avec Mitsuru Sano, le duo magique de l’équipe Hirado, grâce à leur tactique d’une incroyable subtilité : Hiroshi défonce la tronche des attaquants pour récupérer le ballon, envoie une énorme praline vers l’avant, et Sano n’a plus qu’à finir le boulot de l’autre côté du terrain. Même les Anglais n’ont jamais pratiqué un kick & rush aussi efficace... Titulaire en sélection nationale junior, Hiroshi continue de semer la terreur et la désolation.



Milieu: Hikaru Matsuyama

Milieu de terrain et leader naturel du club de Furano, Hikaru se fait taper deux fois en demi-finale par Tsubasa et sa clique (d’abord en Benjamins puis dans le championnat national des collèges). Il est pourtant l’un des meilleurs joueurs du Japon, on dit qu’il a la meilleure protection de balle du pays (oui, il fallait le souligner) et avec son bandeau noué autour de la tête, il est aussi l’un des personnages les plus classes. En sélection nationale junior, Hikaru est contraint d’évoluer en défense pour pallier l’absence de Jun Misugi, ce qui semble lui convenir tout aussi bien – de toute façon, les mecs sont tellement bons qu’ils peuvent évoluer à peu près n’importe où sur le terrain. Hikaru est l’un des seuls personnages qui a droit à une petite romance : depuis que la belle Yoshiko a brodé « I love you » sur son bandana, il est prêt à tout pour elle, et même à faire une croix sur une demi-finale de Coupe du monde junior. En matière de talent et de charisme, on est sur un combo gagnant.

Milieu: Jun Misugi

Bon alors maintenant, accrochez-vous, parce qu’on va évoquer le seul joueur du Japon dont le talent est peut-être supérieur à celui de Tsubasa. Surnommé « le Prince des pelouses » , Jun Misugi est un esthète, qui joue au football pour la beauté du geste et préfère mettre en valeur le don de soi plutôt que la victoire. À la fois hyper technique et particulièrement intelligent (le mec maîtrise la technique secrète du... hors-jeu, qui permet d’annihiler les attaques adverses, ça vous pose un homme futé), il est unanimement considéré comme le meilleur joueur du Japon. Sauf que voilà : Jun a des problèmes cardiaques, et il ne joue pratiquement jamais. Il lui arrive parfois d'entrer sur le terrain dans les moments décisifs (parce que vous comprenez, un championnat inter-scolaire, ça vaut largement la peine de mettre sa vie en danger), mais il passe la majeure partie de son temps sur le banc, à soutenir ses coéquipiers. Pendant la Coupe du monde junior, il est même entraîneur-adjoint / joueur. Bref, Misugi, c’est du très, très haut niveau, et c’est l’un des personnages les plus populaires de la série.



Milieu: Taro Misaki

Taro est le meilleur ami de Tsubasa, avec lequel il partage la même passion pour le football, la même bonté naturelle et la même absence d’un père consacré tout entier à son métier (le père de Tsubasa sur son bateau, le père de Taro devant son chevalet). Grâce à sa complicité avec Tsubasa, ils forment ensemble le « Golden Duo » , qui suffit souvent à faire plier tous les adversaires. Après ses années de formation au Japon, Taro suit son père jusqu’en France, où il est tout proche de signer au Paris Saint-Germain (et ça ferait longtemps que le PSG aurait gagné une Ligue des champions si cela avait été le cas).


Milieux: Masao et Kazuo Tachibana

Même ceux qui ne connaissent pas grand-chose à Captain Tsubasa ont au moins entendu parler des jumeaux qui shootent à deux dans le ballon. Le duo Tachibana figure parmi les personnages les plus populaires du manga, principalement grâce à son célèbre « Twin Shoot » et à toutes ses variations. Bon, on ne va pas se mentir : leur gémellité est la seule chose sur laquelle ils semblent capables de s’appuyer pendant un match, parce qu’ils sont incapables de quoi que ce soit si leur frère ne participe pas à l’action. Le football des frangins Tachibana, c’est un peu le cirque Pinder, parce que chacune de leurs tactiques donne lieu à des chorégraphies synchronisées invraisemblables : on a donc le « Twin Shoot » (le tir simultané qu’on a tous déjà essayé de reproduire avec un copain avant de décréter que c’est impossible en vrai), le « Twin Shoot » après avoir escaladé la barre transversale pour prendre un peu plus de hauteur, la « Catapulte infernale » (l’un des frères Tachibana saute sur les pieds de l’autre, qui le propulse dans les airs pour reprendre un ballon à 30 mètres du sol environ) et même le « Twin Shoot catapulte infernale » (les frangins décollent ensemble sur les pieds du géant Jitô et déclenchent un tir simultané à 30 mètres du sol). Bref, c’est du grand n’importe quoi, et c’est ça qu’on aime.


Attaquant: Shun Nitta

Shun Nitta est le meilleur joueur de l’équipe Otomo, que Tsubasa affronte lors de son premier championnat inter-scolaire (oui, il y a 80 000 spectateurs dans chaque stade pour voir s’affronter des ados, et alors, ça te pose un problème ?). Ses principales qualités sont son incroyable rapidité (il n’est pas très grand, il doit avoir un centre de gravité très bas, comme ils disent) et son exceptionnelle confiance en lui. Bref, il se fait gentiment rouler dessus par Tsubasa, mais finit tout de même par intégrer l’équipe nationale junior du Japon... Quand on y réfléchit, cette équipe nationale ressemble beaucoup au tableau de chasse de Tsubasa, non ?


Attaquant: Tsubasa Ozora

Un ballon a sauvé la vie de Tsubasa alors qu’il n’était encore qu’un bébé. Ce jour-là, le ballon est devenu son meilleur ami. C’est le héros du manga, et il est bien évidemment le meilleur joueur de l’univers (même si les puristes du manga vous citeront inévitablement le Brésilien Natureza, et ça se discute). Tsubasa, c’est le héros typique : il est sympa, il est serviable, il pardonne toutes les pires crasses, il est désespérément fair-play, il veut serrer la main de tous ses adversaires en leur expliquant que le plus important dans la vie, c’est la valeur de l’amitié, bref, il est assez lisse. Mais bon, il est capable des techniques les plus folles de la galaxie, comme le « Tir de la feuille morte » (comme quoi Juninho n’a rien inventé du tout), le « Skywing Shoot » ou le « Retourné acrobatique » . En plus, c’est visiblement le plus doué et le plus courageux et comme si ça ne suffisait pas, il signe au São Paulo FC avant de rejoindre le Barça où il détrônera Rivaul (inspiré par Rivaldo).




Attaquant: Kojiro Hyuga

Dans Captain Tsubasa, le type le plus charismatique et le plus populaire de la saga est indéniablement le principal antagoniste du personnage qui donne son nom au manga. Avec son torse bombé et ses manches relevées jusqu’aux épaules, avec son « Tir du tigre » capable de crever les filets et de transpercer des vagues, avec son mauvais caractère et sa détermination en acier trempé, Hyuga est indiscutablement l’un des persos clés du manga – et fait immanquablement penser à Zlatan tel qu’on le connaît aujourd’hui. Le mec est un bosseur invétéré, il passe son temps à travailler de nouvelles techniques pour tirer encore plus fort – parce qu’apparemment, un tir capable de défoncer un mur de briques, ça ne suffit pas à marquer des buts – et après son Tiger Shoot, il finit par mettre au point le « Tir du tigre foudroyant » , l’un des tirs les plus puissants de la série. Après son explosion au Japon, Hyuga signe à la Juventus pour jouer aux côtés de Zedane (oui, oui), mais finit par être prêté en Serie C, à la Reggiana. Oui, ce personnage ultra badass échoue en 3e division...



Entraîneur: Roberto Hongo

Roberto porte un nom japonais, mais est originaire du Brésil, où il fut un immense joueur avant qu’une blessure à l’œil ne mette un terme à sa carrière. Il devient très rapidement le mentor de Tsubasa, et l’accompagne de ses débuts au Japon jusqu’à la Coupe du monde junior, puis au Brésil, avant de devenir sélectionneur de la Seleção.



Par Julien Mahieu Crédits images : ©YT/S ©YT/S/T/E © KLabGames