Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Journée internationale de la Bible

L’équipe type biblique

Dieu a créé le foot. Et ce dernier s’est chargé d’envoyer quelques messagers sur le terrain pour convaincre les plus sceptiques. Voici son équipe. Composée, sans grande surprise, de nombreux Brésiliens, et dirigée par un beau duo Ismaël-Tite.

Modififié
Sur le banc
Míchel
Míchel

Míchel

À la fois ange, saint, chef de la milice céleste, chevalier ailé, propriétaire de la balance du jugement dernier, juge, guide du salut des âmes pour l'Enfer ou le Paradis et patron de la religion. Fêté les 6 et 29 septembre, le 8 novembre, le 8 mai, le 16 octobre et le troisième dimanche de Pâques. Putain, mais les Marseillais, c’est quoi votre problème ?

Tite
Tite

Tite

« Bon diplomate, il était spécialiste des missions difficiles, mais ferme et clair dans sa parole. » C’est Wikipedia qui le dit, hein.

Valérien Ismaël
Valérien
Ismaël

Valérien Ismaël

Un entraîneur français sur un banc allemand, ça vous choque ? Alors accrochez-vous : saviez-vous qu’Ismaël avait comme femme une demi-sœur stérile nommée Sarah ?

Morgan Sanson
Morgan
Sanson

Morgan Sanson

Sa naissance étant considérée comme un miracle (sa mère était stérile), Samson s’est forgé une force incroyable à l’âge adulte. Sa mission consiste désormais à libérer son clan. Qu’il se laisse pousser les cheveux, sa puissance viendrait de leur longueur. Il n’aurait d’ailleurs jamais été blessé s’il avait emprunté l’ancienne coiffure d’Ochoa.

Joaquín
Joaquín

Joaquín

Comme dans le Nouveau Testament, Joachim est une personne riche, qui n’hésite pas à donner du plaisir aux pauvres que nous sommes. En revanche, il n’est pas infertile. En témoigne sa centaine de buts dans sa carrière.

Nélson de Jesus Silva
Nélson de
Jesus Silva

Nélson de Jesus Silva

Au départ, personne n’en voulait. Parce qu’il était considéré comme « différent » dans l’endroit où il est né. Nul n’est prophète en son pays, dit-on. Alors, celui qu’on connaît mieux sous le nom de Dida a fait un gros doigt d’honneur à ceux qui ne croyaient pas en lui et a imposé son histoire. Grâce à Dieu, évidemment.

Jonathan
Jonathan

Jonathan

Toujours prêt à filer un coup de main à un David pour terrasser un Goliath. L’histoire dit qu’il mourra sur le terrain avec son (com)père Saúl. Alors qu’il devait seulement prendre sa place.

Saúl
Saúl

Saúl

Roi d’Israël ? L’ancien défenseur central sous Paco Jémez doit d’abord commencer par devenir celui de Madrid. Et surtout, attention à ne pas tomber dans l’oubli, vu qu’aucun scientifique n’a jamais trouvé une trace de son existence réelle.

Walter Samuel
Walter
Samuel

Walter Samuel

Solide élément de l’histoire, il a su écrire son propre roman. Juge pour certains, chef guerrier pour d’autres. Saül ne serait rien sans lui.

Jérémy Mathieu
Jérémy
Mathieu

Jérémy Mathieu

Reste encore un peu de boulot pour qu’on parle toujours de cet apôtre dans des dizaines de siècles. Heureusement que les onze autres sont là.

Anicet Abel
Anicet
Abel

Anicet Abel

À vingt-six ans, le Malgache n’a pas encore donné la pleine mesure de son talent. Qu’il se rassure et ne se montre pas trop impatient : il devrait vivre une centaine d’années. En revanche, sa mort sera cruelle. Être assassiné par son frère quand on est le fils d’Adam et Ève, c’est ballot.

Matuzalém
Matuzalém

Matuzalém

Lui aussi a le temps de se distinguer au plus haut niveau, puisque sa mort est programmée dans plus de neuf cents ans. Après avoir évolué dans onze clubs et cinq pays différents, il lui reste donc du chemin à parcourir. On se souvient encore de ses débuts en Europe avec Naples. C’était en 1999. Vieux comme Mathusalem.

Charlie Adam
Charlie
Adam

Charlie Adam

Un mec qui inspire confiance. Blackpool, Liverpool, Stoke, juifs, chrétiens, musulmans... Tous l’apprécient. De là à se proclamer premier homme créé par Dieu...

Jonas
Jonas

Jonas

Jonas, c’est le type qui ne ressemble pas à grand-chose, mais qui dispose de super-pouvoirs que personne n’attendait. Marquer 10,84 secondes après le coup d’envoi ? Pas de problème. S’installer pendant trois jours et trois nuits dans le ventre d’une baleine alors que ses potes l’ont balancé à la flotte ? Aucun souci. Et tant pis s’il aime bien désobéir à ses coachs ...

Gabriel Jesus
Gabriel
Jesus

Gabriel Jesus

Attendu comme le messie en Angleterre. Sauf qu’il n’existe qu’un seul Jesus. Et qu’un seul Messi. Vu son prénom, n'est-t-il en réalité qu'un simple messager ?

Jesús Navas
Jesús
Navas

Jesús Navas

Aussi généreux que son nom l’indique. Jesús ne marque jamais, car il préfère partager le gâteau. Quitte à s’en priver.

Gardien

Nélson de Jesus Silva (Brésil) : Au départ, personne n’en voulait. Parce qu’il était considéré comme « différent » dans l’endroit où il est né. Nul n’est prophète en son pays, dit-on. Alors, celui qu’on connaît mieux sous le nom de Dida a fait un gros doigt d’honneur à ceux qui ne croyaient pas en lui et a imposé son histoire. Grâce à Dieu, évidemment.

Défenseurs

Jonathan (Fluminense) : Toujours prêt à filer un coup de main à un David pour terrasser un Goliath. L’histoire dit qu’il mourra sur le terrain avec son (com)père Saúl. Alors qu’il devait seulement prendre sa place.

Saúl (Atlético de Madrid) : Roi d’Israël ? L’ancien défenseur central sous Paco Jémez doit d’abord commencer par devenir celui de Madrid. Et surtout, attention à ne pas tomber dans l’oubli, vu qu’aucun scientifique n’a jamais trouvé une trace de son existence réelle.

Walter Samuel (Argentine) : Solide élément de l’histoire, il a su écrire son propre roman. Juge pour certains, chef guerrier pour d’autres. Saül ne serait rien sans lui.

Jérémy Mathieu (Barcelone) : Reste encore un peu de boulot pour qu’on parle toujours de cet apôtre dans des dizaines de siècles. Heureusement que les onze autres sont là.

Milieux

Anicet Abel (Ludogorets) : À vingt-six ans, le Malgache n’a pas encore donné la pleine mesure de son talent. Qu’il se rassure et ne se montre pas trop impatient : il devrait vivre une centaine d’années. En revanche, sa mort sera cruelle. Être assassiné par son frère quand on est le fils d’Adam et Ève, c’est ballot.

Matuzalém (Miami FC) : Lui aussi a le temps de se distinguer au plus haut niveau, puisque sa mort est programmée dans plus de neuf cents ans. Après avoir évolué dans onze clubs et cinq pays différents, il lui reste donc du chemin à parcourir. On se souvient encore de ses débuts en Europe avec Naples. C’était en 1999. Vieux comme Mathusalem.

Charlie Adam (Stoke City) : Un mec qui inspire confiance. Blackpool, Liverpool, Stoke, juifs, chrétiens, musulmans... Tous l’apprécient. De là à se proclamer premier homme créé par Dieu...

Attaquants

Jonas (Benfica Lisbonne) : Jonas, c’est le type qui ne ressemble pas à grand-chose, mais qui dispose de super-pouvoirs que personne n’attendait. Marquer 10,84 secondes après le coup d’envoi ? Pas de problème. S’installer pendant trois jours et trois nuits dans le ventre d’une baleine alors que ses potes l’ont balancé à la flotte ? Aucun souci. Et tant pis s’il aime bien désobéir à ses coachs suprêmes.

Gabriel Jesus (Palmeiras) : Attendu comme le messie en Angleterre. Sauf qu’il n’existe qu’un seul Jesus. Et qu’un seul Messi. Vu son prénom, n'est-t-il en réalité qu'un simple messager ?

Jesús Navas (Manchester City) : Aussi généreux que son nom l’indique. Jesús ne marque jamais, car il préfère partager le gâteau. Quitte à s’en priver.

Sur le banc

Míchel (Espagne) : À la fois ange, saint, chef de la milice céleste, chevalier ailé, propriétaire de la balance du jugement dernier, juge, guide du salut des âmes pour l'Enfer ou le Paradis et patron de la religion. Fêté les 6 et 29 septembre, le 8 novembre, le 8 mai, le 16 octobre et le troisième dimanche de Pâques. Putain, mais les Marseillais, c’est quoi votre problème ?

Tite (Brésil) : « Bon diplomate, il était spécialiste des missions difficiles, mais ferme et clair dans sa parole. » C’est Wikipedia qui le dit, hein.

Valérien Ismaël (Wolfsburg) : Un entraîneur français sur un banc allemand, ça vous choque ? Alors accrochez-vous : saviez-vous qu’Ismaël avait comme femme une demi-sœur stérile nommée Sarah ?

Morgan Sanson (Montpellier) : Sa naissance étant considérée comme un miracle (sa mère était stérile), Samson s’est forgé une force incroyable à l’âge adulte. Sa mission consiste désormais à libérer son clan. Qu’il se laisse pousser les cheveux, sa puissance viendrait de leur longueur. Il n’aurait d’ailleurs jamais été blessé s’il avait emprunté l’ancienne coiffure d’Ochoa.

Joaquín (Betis Séville) : Comme dans le Nouveau Testament, Joachim est une personne riche, qui n’hésite pas à donner du plaisir aux pauvres que nous sommes. En revanche, il n’est pas infertile. En témoigne sa centaine de buts dans sa carrière.

Marco Ruben (Rosario Central) : Selon la légende, son tombeau serait situé dans les dunes de Palmachim. Nous, la dernière fois qu’on a vu le garçon, c’était à Évian. Et ce n’était pas joli-joli.


Par Florian Manceau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 10:09 Zlatan confirme qu'il reste en MLS 16
À lire ensuite
Teodorczyk, le buteur muet