L’équipe de France est-elle trop jeune ?

Pour Laurent Blanc, « la jeunesse a ses limites au plus haut niveau » . Pourtant, avec une moyenne d’âge de 25,5 ans, le onze de départ affiché par le sélectionneur contre la Belgique est plus vieux que celui de la Mannschaft* en 2010, demi-finaliste de la Coupe du monde.

0 15
C’est un peu l’argument de fond de tiroir. Celui qui, débité au bar, s’affiche comme un drapeau blanc. Mardi soir, après le match amical de l’équipe de France face à la Belgique (0-0), le sélectionneur des Bleus tient, lors de la conférence de presse protocolaire, un discours ahurissant : « Techniquement, on peut être meilleurs car les joueurs ont un meilleur potentiel mais sur le match de ce soir, on est tendres et naïfs. Ceci s'explique par le fait qu'on a des joueurs qui sont des gamins, des enfants. Ils ne peuvent pas jouer comme des joueurs expérimentés » . Des « enfants » dont le niveau de jeu ne peut atteindre celui des « joueurs expérimentés » .

Le contre-exemple allemand

Provocation pour mieux bousculer les esprits ? Aveu de faiblesse d’un homme au pilori médiatique en manque d’inspiration ? Si son analyse est hasardeuse, à sept mois de l’Euro, elle est également inexacte. Petit rappel : lors de la Coupe du monde 2010, l’Allemagne explose l’Angleterre en huitième (4-1) puis atomise l’Argentine en quarts (4-0). Artisans de cette démonstration, entre autres : le milieu offensif Mesut Özil, âgé de 21 ans et huit mois et l’attaquant Thomas Müller, 20 ans et neuf mois au moment des faits. Ce dernier ira même plus loin que son compère en inscrivant le but le plus rapide de la compétition, après seulement trois minutes de jeu contre la sélection de Diego Maradona. Il terminera meilleur buteur du tournoi avec cinq réalisations et trois passes décisives.



Le but de Müller face à l’Argentine




Même constat chez les Espagnols : en termes de fraîcheur, les champions du monde en titre n’ont pas fait dans la dentelle. Vicente Del Bosque n’hésitant pas, le 11 juillet 2010 face aux Pays-Bas, à titulariser Pedro (22 ans, 11 mois) et faire entrer Fabregas (23 ans), certes en fin de rencontre. Ainsi (et la liste est longue), les exemples sont nombreux, chez nos voisins européens, où jeunesse, expérience et talent au plus haut niveau se conjuguent au même temps. Ici, la faute à qui ? Aux centres de formation français qui n’ont pas sorti de très grands joueurs depuis de longues années ? D’ailleurs, est-ce le sous-entendu subliminal envoyé par Laurent Blanc depuis la capitale lorsqu’il parle d’ « enfants » ? Car, si depuis un an et demi, les résultats de l’équipe de France ne sont pas négatifs (17 rencontres sans défaite), difficile d’admettre qu’ils sont satisfaisants. Sur ce point, hormis la débâcle de Knysna, traumatisme dont l’équipe de France porte encore quelques séquelles apparentes, Raymond Domenech n’avait pas beaucoup fait pire.

Que ce soit dans le système de jeu proposé (à peu de chose près celui présenté par Laurent Blanc aujourd’hui) que dans les résultats (campagne laborieuse pour le Mondial 2010). Pourtant, l’équipe de France était, à quelques exceptions près, essentiellement composée de joueurs pour qui le haut niveau n’avait plus de secrets. Pour justifier ces performances très médiocres, l’on pointait alors du doigt une association d’individualités trop talentueuses pour s’entendre. Tout l’inverse de l’actuelle « onze » de Laurent Blanc : aujourd’hui, c’est l’amateurisme d’une équipe en devenir qui est dénoncé par celui qui la compose. Le pire ennemi d’un argumentaire bancal : les résultats qui, dans un cas comme dans l’autre, n’étaient pas bons. Une fois encore, à qui la faute ? A une certaine époque, pas si éloignée que ça, les « jeunes pousses » sorties des centres de formation de l’OL et du LOSC semblaient à même de rivaliser avec les pointures des championnats étrangers. Aujourd’hui, bienheureux celui ou celle capable d’en dire autant. Avec, au bout du compte, un sentiment d’impuissance : secouer une stratégie dans tous les sens semble montrer ses limites ; jusque dans la construction de déclarations censées justifier une longue série de matches lassants. Et les « enfants » de ne pas être fondamentalement les seuls fautifs d’un jeu poussif et ennuyeux...

Un « onze » de départ trop vieux ? :

- Lloris : 24 ans, 11 mois

- Réveillère : 32 ans

- Rami : 25 ans, 11 mois

- Sakho : 21 ans, 8 mois

- Abidal : 32 ans, 2 mois

- Cabaye : 25 ans, 10 mois

- M’Vila : 21 ans, 5 mois

- Martin 23 ans, 10 mois

- Rémy, 24 ans, 10 mois

- Benzema : 23 ans, 11 mois

- Ribéry : 28 ans, 7 mois


*En 2010, la moyenne d’âge de la sélection de Joachim Löw était de 24,9 ans.


Par Romain Lejeune
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Bon article.

Il serait aussi intéressant de regarder l'évolution du nombre de licenciés depuis 2002 qui justifierait en partie la pauvreté de très bon joueurs aujourd'hui.
ALERTE: conflit d'interêt manifeste, cet article a été écrit par Romain Lejeune.
Le problème, ce n'est pas vraiment la jeunesse, c'est surtout le manque d'expérience...

Jouer à Newcastle, Sochaux ou Rennes, c'est différent que de jouer au Réal, Bayern ou au Borussia...

Et puis la comparaison avec l'Allemagne n'a pas lieu d'être, ils sont actuellement une génération extraordinaire...

C'est surtout un manque d'expérience (et puis bon disons le aussi, un petit manque de talent, surtout quand on compare aux jeunes allemands, anglais ou espagnol actuellement...)
La jeunesse ne se compte pas uniquement en années, mais aussi en sélections, comparaison qui serait bien plus pertinentes avec les équipes d'Espagne et d'Allemagne citées dans l'article.
ça manque de taulier c'est sur , Pourquoi pas un retour henry pires?
Non c'est surtout un manque de talent. Pour moi on a grand maximum un seul top-player, Benzema, qui n'est même pas un titulaire indiscutable en club et qui donc a encore bcp de choses à prouver; néanmoins en EDF c'est le seul à proposer des performances de top-player. Le reste de l'effectif, c'est du très bon (théoriquement), du bon, et du moyen.

Pour l'expérience on a quand même des joueurs qui jouent au Real, Man City, Barça, Milan AC, Valence, Bayern, OL, Arsenal voire MU si on compte Evra, ou qui ont joué dans des clubs comme la Roma (Menez)... Dans l'équipe d'Espagne on a des joueurs qui viennent de clubs comme Bilbao, Malaga, FC Séville, qui sont de bons clubs mais pas des ténors, dans celle d'Italie des joueurs qui jouent à Palerme, à la Fiorentina, les Pays-Bas j'en parle même pas... Donc c'est un peu se foutre de la gueule du monde que de se cacher derrière ce type d'argument pour justifier les résultats de l'EDF.
L'argument de la génération allemande dorée est un peu faussé si on regarde de plus près.
Contre l'angleterre, le match bascule en leur faveur à 2-1 avec le but refusé. Les anglais ont explosé mentalement et il a suffit aux allemands d'être bons en contre et réaliste devant le but pour l'emporter.

Battre l'Argentine à la coupe du monde est pour moi tout sauf un baromètre de qualité. Cette équipe était un fake avec un seul joueur pour tenir le milieu de terrain. Alors forcément Mascherano seul face à Khedira, Schweini et Ozil c'est compliqué. Ils ont d'ailleurs montré après la compet' qu'avec Cambiasso et Zanetti ils étaient capable de battre l'Espagne.

L'âge importe peu, c'est surtout une question de volonté et d'automatismes. L'équipe type est la même depuis 2008 en gros (sans compter les sélections de jeunes) et leur état d'esprit est irréprochable.

En France on traine Knysna, on traine Ribéry qui est tout sauf un joueur de foot et à la différence de l'Allemagne, une grande partie de l'équipe type joue dans des clubs européens "moyens" :
Lyon, Paris, Valence, Rennes, Newcaslte, Marseille, Sochaux...

En Allemagne ils sont au moins 8 à jouer pour le Bayern (Neuer, Boateng, Badstuber, Schweini, Lahm, Kroos, Muller, Gomez), 2 pour le Real (Khedira, Ozil) et tu rajoutes Mertesacker de Schalke et t'as une équipe type qui a 85% jouent ensemble en club.

Et puis outre toutes ces considérations, la France est rarement belle à voir jouer mais souvent très efficace lors des grands rendez-vous. C'est tout ou rien, mais on a vu qu'en 1998 et 2010, le jeu était moyen mais les résultats étaient là.
Quoiqu'on en dise l'équipe est sur une pente ascendente et je pense qu'avec l'euphorie de la compet' la France est capable de faire un euro correct et une bonne, voire très bonne coupe du monde.
Pr compléter "Pastore" je dirais que le manque d'expérience c surtout la petitesse du nombre de sélections de nos joueurs. C ds ce sens aussi que va je pense L.Blanc.D'ailleurs il a été très clair en disant que passer le 1er tour serait un exploit (ceci qqe soit le groupe ds lequel on tombera).
Notre groupe ne comporte aucun grand joueur mais le potentiel est là et il n'appartient qu'à eux de le devenir.
Ce qui est important c que la base arrière est solide même si il y a tjrs qqs erreurs, le retour espéré de Mexes devrait encore plus être salvateur
Depuis que je m'intéresse aux Bleus (1970 avec le sinistre G Boulogne) on entend toujours le même genre d'arguments pour justifier les faiblesses de l'encadrement technique.

On a eu droit à tout; Pas assez physique, pas assez technique, pas d'expérience, trop vieux, trop jeune, trop peu dans des clubs européens, trop dans des clubs européens etc, etc, ça devient lassant!

Il faut regarder quand même la bande de crêpes qui ont dirigé les Bleus depuis tout ce temps. Combien d'entraîneurs ont montré quelque chose? Deux; Hidalgo et Jacquet.
On ne peut même pas dire qu'ils aient bénéficié de joueurs meilleurs que les Henri Michel, Platini, Santini, Lemerre, Houllier ou Domenech.

Celui qui manque aujourd'hui cruellement de jugement et d'expérience c'est Laurent Blanc. Vouloir construire une équipe de contre qui doit s'appuyer sur une défense de fer alors qu'il n'a pas les joueurs pour ça est une absurdité. Les forces des Bleus actuels sont au milieu et en attaque. Mieux vaut jouer à trois devant et défendre dés la relance adverse que d'attendre l'adversaire dans son camp.

Je me répète encore; c'est uniquement en 4/3/3 que les Bleus actuels ont été convaincants dans le jeu pas en 4/2/3/1 ni en 4/4/2. C'est largement vérifiable.

Après, remporter une compète c'est encore une autre histoire qu'on ne peut pas planifier à part l'Espagne, et encore. l'urgence c'est d'abord de "produire du jeu". Les performances suivront naturellement.
tout simplement un domenech bis
mais avec la sympathie des médias et des"98" .
regardez prandelli en Italie il
a une équipe pas très talentueuse mais c'est mieux que l'EDF ...
alors jeunesse, manque de motivation face au petites équipes, manque de talents tout ces excuses c' est du pippo . ce france-belgique ne vous rappelle pas les france-roumanie désolé mais c'est du déjà vu !!!!
En premier lieu on a envie de dire : "mais Blanc c'est un jeune selectionneur avec une mentalité de vieux !". Quelque part, Blanc, très conservateur, n'aimant pas le risque, ayant continuellement peur de la sanction, il est à l'image de notre équipe : il est très français.

Bon, ensuite, on a envie de dire : "mais comparer avec l'Allemagne, c'est pipé d'entrée! Hormis la période 1996-2002, l'Allemagne a toujours été supérieure à la France (et à beaucoup de nations à vrai dire...)." Juste retour à la normale ? ils ont cette fois la classe en plus...

Enfin, on a envie d'ajouter : "mais Blanc se fout du monde ! En 98, Henry, Trezeguet sont très jeunes, et même s'ils sont pas titulaires ils sont là (aujourd'hui, ils sont où leurs "remplaçants" ?). Même Zidane, Thuram ou Pires n'avaient pas 26/27 ans, et déjà on sortait d'un superbe Euro 96. On a juste pas de joueurs de ce calibre en EDF aujourd'hui. Ce n'est pas une question d'âge mais de niveau".
Rakamlerouge Niveau : National
@Vincent : ramener la perf de l'Allemagne au mondial 2010 a de la pure chance, c'est un peu dur... équipe très jeune, qui s'est fait dans le froc contre les espagnols, certes, mais qui au moins a montré quelque chose. Sinon, Mertesacker jouait au Werder avant de signer à Arsenal, et non a Schalke. Et l'effet de bloc (nombre de joueurs évoluant ensemble en club) n'explique pas tout non plus : contre les pays bas le trio ozil-muller-klose (real-bayern-lazio) a parfaitement fonctionné. La différence avec les bleus selon moi, c'est la qualité du sélectionneur, et l'état d'esprit des joueurs. En cela, l'épisode de Krysna est encore dans les têtes. Il suffit d'entendre une itw de blanc ou de marvin martin pour comprendre que ce ne sont pas lumières. Franchement : benzema, ribéry, nasri, malouda... il y a de quoi pratiquer un super football en bleu. Le discours de Blanc sur la jeunesse est ahurissant, en effet.
Laurent Blanc met en exergue la jeunesse de son groupe pour justifier le fond de jeu pourri, mais quand Nasri se blesse pour les 2 derniers matchs, il appelle Gonalons !!?? Excusez moi c'était le moment de reprendre Toulalan ! Bon ok Gonalons a du potentiel et ne sera pas à l'euro car devant lui il y a les autes choix de Blanc : Diarra, M'Villa, Cabaye, Matuidi... Mais là il y a un euro qui se pointe où l'objectif est clairement de ne pas être ridicule et surtout de préparer le mondial au Brésil. Laurent Blanc cherche mais finalement a l'air de se planter ! Il rappelle Evra et Ribéry qui n'apportent rien, il est même obligé de recadrer le premier (je ne comprends pas qu'on fasse encore des efforts pour ce mec là...) alors que Toulalan serait à mon avis bien plus utile dans ce groupe que les 2 autres, mais il paye encore cette putain de lettre...
Rakamlerouge Niveau : National
@Vincent : ramener la perf de l'Allemagne au mondial 2010 a de la pure chance, c'est un peu dur... équipe très jeune, qui s'est fait dans le froc contre les espagnols, certes, mais qui au moins a montré quelque chose. Sinon, Mertesacker jouait au Werder avant de signer à Arsenal, et non a Schalke. Et l'effet de bloc (nombre de joueurs évoluant ensemble en club) n'explique pas tout non plus : contre les pays bas le trio ozil-muller-klose (real-bayern-lazio) a parfaitement fonctionné. La différence avec les bleus selon moi, c'est la qualité du sélectionneur, et l'état d'esprit des joueurs. En cela, l'épisode de Krysna est encore dans les têtes. Il suffit d'entendre une itw de blanc ou de marvin martin pour comprendre que ce ne sont pas lumières. Franchement : benzema, ribéry, nasri, malouda... il y a de quoi pratiquer un super football en bleu. Le discours de Blanc sur la jeunesse est ahurissant, en effet.
Je pense que cette équipe de France manque surtout de joueurs capables de faire des différences dans des petits espaces, notamment au milieu de terrain! Quand je vois en 2006 la capacité d'élimination de joueurs comme Makélélé, Vieira, etc... des joueurs qui étaient capables d'éliminer un ou deux joueurs au milieu, puis de créer des décalages importants pour les autres joueurs! Actuellement, on a soit des joueurs physiques mais peu technique (Diarra, Gonalons par exemple) soit des joueurs techniques mais peu physiques (Martin, Cabaye ...). Je pense quand même que le profil du milieu de terrain et par conséquent celui de l'équipe de France pourrait radicalement changer avec le retour à leur meilleur niveau de Nasri, Gourcuff voire Diaby et M'Villa; mais je ne pense pas qu'ils atteindront le niveau de Xavi, Ozil,...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 15