Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

L’équipe de France est-elle trop jeune ?

Pour Laurent Blanc, « la jeunesse a ses limites au plus haut niveau » . Pourtant, avec une moyenne d’âge de 25,5 ans, le onze de départ affiché par le sélectionneur contre la Belgique est plus vieux que celui de la Mannschaft* en 2010, demi-finaliste de la Coupe du monde.

C’est un peu l’argument de fond de tiroir. Celui qui, débité au bar, s’affiche comme un drapeau blanc. Mardi soir, après le match amical de l’équipe de France face à la Belgique (0-0), le sélectionneur des Bleus tient, lors de la conférence de presse protocolaire, un discours ahurissant : « Techniquement, on peut être meilleurs car les joueurs ont un meilleur potentiel mais sur le match de ce soir, on est tendres et naïfs. Ceci s'explique par le fait qu'on a des joueurs qui sont des gamins, des enfants. Ils ne peuvent pas jouer comme des joueurs expérimentés » . Des « enfants » dont le niveau de jeu ne peut atteindre celui des « joueurs expérimentés » .

Le contre-exemple allemand

Provocation pour mieux bousculer les esprits ? Aveu de faiblesse d’un homme au pilori médiatique en manque d’inspiration ? Si son analyse est hasardeuse, à sept mois de l’Euro, elle est également inexacte. Petit rappel : lors de la Coupe du monde 2010, l’Allemagne explose l’Angleterre en huitième (4-1) puis atomise l’Argentine en quarts (4-0). Artisans de cette démonstration, entre autres : le milieu offensif Mesut Özil, âgé de 21 ans et huit mois et l’attaquant Thomas Müller, 20 ans et neuf mois au moment des faits. Ce dernier ira même plus loin que son compère en inscrivant le but le plus rapide de la compétition, après seulement trois minutes de jeu contre la sélection de Diego Maradona. Il terminera meilleur buteur du tournoi avec cinq réalisations et trois passes décisives.



Le but de Müller face à l’Argentine




Même constat chez les Espagnols : en termes de fraîcheur, les champions du monde en titre n’ont pas fait dans la dentelle. Vicente Del Bosque n’hésitant pas, le 11 juillet 2010 face aux Pays-Bas, à titulariser Pedro (22 ans, 11 mois) et faire entrer Fabregas (23 ans), certes en fin de rencontre. Ainsi (et la liste est longue), les exemples sont nombreux, chez nos voisins européens, où jeunesse, expérience et talent au plus haut niveau se conjuguent au même temps. Ici, la faute à qui ? Aux centres de formation français qui n’ont pas sorti de très grands joueurs depuis de longues années ? D’ailleurs, est-ce le sous-entendu subliminal envoyé par Laurent Blanc depuis la capitale lorsqu’il parle d’ « enfants » ? Car, si depuis un an et demi, les résultats de l’équipe de France ne sont pas négatifs (17 rencontres sans défaite), difficile d’admettre qu’ils sont satisfaisants. Sur ce point, hormis la débâcle de Knysna, traumatisme dont l’équipe de France porte encore quelques séquelles apparentes, Raymond Domenech n’avait pas beaucoup fait pire.

Que ce soit dans le système de jeu proposé (à peu de chose près celui présenté par Laurent Blanc aujourd’hui) que dans les résultats (campagne laborieuse pour le Mondial 2010). Pourtant, l’équipe de France était, à quelques exceptions près, essentiellement composée de joueurs pour qui le haut niveau n’avait plus de secrets. Pour justifier ces performances très médiocres, l’on pointait alors du doigt une association d’individualités trop talentueuses pour s’entendre. Tout l’inverse de l’actuelle « onze » de Laurent Blanc : aujourd’hui, c’est l’amateurisme d’une équipe en devenir qui est dénoncé par celui qui la compose. Le pire ennemi d’un argumentaire bancal : les résultats qui, dans un cas comme dans l’autre, n’étaient pas bons. Une fois encore, à qui la faute ? A une certaine époque, pas si éloignée que ça, les « jeunes pousses » sorties des centres de formation de l’OL et du LOSC semblaient à même de rivaliser avec les pointures des championnats étrangers. Aujourd’hui, bienheureux celui ou celle capable d’en dire autant. Avec, au bout du compte, un sentiment d’impuissance : secouer une stratégie dans tous les sens semble montrer ses limites ; jusque dans la construction de déclarations censées justifier une longue série de matches lassants. Et les « enfants » de ne pas être fondamentalement les seuls fautifs d’un jeu poussif et ennuyeux...

Un « onze » de départ trop vieux ? :

- Lloris : 24 ans, 11 mois

- Réveillère : 32 ans

- Rami : 25 ans, 11 mois

- Sakho : 21 ans, 8 mois

- Abidal : 32 ans, 2 mois

- Cabaye : 25 ans, 10 mois

- M’Vila : 21 ans, 5 mois

- Martin 23 ans, 10 mois

- Rémy, 24 ans, 10 mois

- Benzema : 23 ans, 11 mois

- Ribéry : 28 ans, 7 mois


*En 2010, la moyenne d’âge de la sélection de Joachim Löw était de 24,9 ans.


Par Romain Lejeune
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 08:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre Hier à 21:23 Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 2 Hier à 20:20 Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 Hier à 17:45 Lozano climatise l'Allemagne 4
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom
Hier à 17:15 Maradona, le cigare et les yeux tirés 50 Hier à 15:30 Le bijou de Kolarov face au Costa Rica 9 Hier à 14:58 La liesse des supporters mexicains à Moscou 1 Hier à 13:48 Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 Hier à 11:10 Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 Hier à 10:33 Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 9 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes samedi 16 juin Le CSC malheureux d'Etebo 1 samedi 16 juin Poulsen ouvre le score pour le Danemark 3 samedi 16 juin Le penalty de Cueva qui s'envole 9 samedi 16 juin Messi rate son penalty ! 18 samedi 16 juin Finnbogason relance l'Islande ! 3 samedi 16 juin Le premier but en Coupe du monde d'Agüero samedi 16 juin Van Marwijk : « On méritait le nul » 17 samedi 16 juin Pogba délivre les Bleus 8 samedi 16 juin La main de Samuel Umtiti et le penalty de Jedinak 4 samedi 16 juin L'ouverture du score de Griezmann grâce à la VAR 1 samedi 16 juin Le rap de Benjamin Pavard (via Facebook SO FOOT)