1. //
  2. // OM/Arles Avignon

L'épineux derby amical

Samedi, l'OM reçoit le gentil voisin d'Arles-Avignon au Vélodrome. Un exercice délicat, tant il faudra en faire des tonnes pour effacer les doutes nés de la prestation à Monaco.

Modififié
0 2
Il faut être honnête, le match contre Arles-Avignon n'arrange personne à Marseille. Au club, on a monté une opération avec le théâtre, histoire de vendre les places de manière attractive, avec la bonne vieille formule commerciale de Mark & Spencer : « Buy one, get one free » (Un acheté, un offert, en VF). Pour la branche sportive non plus, ce n'est pas l'extase. Même en cas de victoire 1-0, on parlerait d'un OM encore patraque alors qu'un large succès ne comblerait personne, puisqu'en face, c'est quand même la lanterne rouge de Ligue 1. Le match piège, dans toute sa splendeur. C'est peut-être parce que les relations entre les deux clubs sont amicales, toujours est-il que Deschamps n'a pas voulu mettre les joueurs d'Arles dans un panier spécifique. «  Pour eux, ça sera le déplacement de l'année, comme les 19 autres équipes de Ligue 1. Ni plus, ni moins » . L'entraîneur Marseillais semble être rodé sur ces soirées où l'on ne peut être que déçu du club olympien. Du moins, c'est l'impression qu'il donne lors de son passage en salle de presse : « Tout le monde s'attend à ce que l'on gagne 5-0. Nous on va d'abord essayer de jouer du mieux possible. En tout cas, je ne crains pas de relâchement de la part de mes joueurs. Autant j'aurais pu être inquiet si on sortait d'une très bonne perf, autant là ... » .


Si DD assure être passé à autre chose, le faible match contre Monaco trotte encore dans toutes les têtes. L'insistance de certains journalistes à lui demander comment s'est passé le débriefing vidéo montre bien que la semaine n'a pas été de tout repos. Il en a d'ailleurs convenu avec l'assistance sans aucun problème : « Vous savez ce qui s'y est dit. Vous n'attendez de moi qu'une confirmation... » . Il ne fallait évidemment pas compter sur lui pour tomber dans le panneau ou pour verser dans le fatalisme. « On n'est pas dans la continuité de ce qu'on peut faire, c'est un constat. Mais je ne suis pas découragé » . André Ayew, venu s'exprimer peu après, était lui encore plus optimiste : «  On a revu le match. On sait ce qu'on a fait de bien et pas bien. C'est un mauvais match mais sans défaite. On n'est pas en doute, on bosse. Vous savez, c'est un match... » .

La fameuse thèse de l'accident, en somme. En la brandissant maintenant, le Ghanéen sait pertinemment qu'il ne pourra pas en parler à nouveau après son prochain match. Mais cela ne semble pas lui faire peur. Contre Arles, la machine va se relancer à coup sûr, il en est persuadé. De plus, Brandao sera de retour, pas du luxe vu les prestations de Rémy. « Je ne suis pas là pour justifier son fond de jeu. Mais je l'apprécie énormément. Il apporte beaucoup avec son jeu du corps, ses duels aériens, ses remises ... » s'émerveille Ayew, grand fan de la combativité du Brésilien. Deux combattants, il faudra au moins ça pour contrebalancer avec la présence de Lucho Gonzalez. Malgré des prestations en demi-teinte, il est hors de question pour Deschamps de s'en passer. Le coach marseillais aurait même donné des consignes très claires à Cissé et Ayew : la nouvelle mission première, c'est de décharger au maximum les tâches défensives de l'Argentin. Avec ça, le club pourra remonter vers les trois premières places, son nouvel objectif. « Le but n'a pas changé, c'est d'être en Champion's League, donc sur le podium. Après, vous savez quelle place je préfère » balance une fois de plus Deschamps, conscient qu'on ne peut pas dire à Marseille qu'on renonce au titre. Et malheureusement pour lui, ce n'est pas après le match de samedi qu'il pourra revoir ses ambitions à la hausse.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Match piège...D'un autre côt", 3 points et ils pourront parler du prochain match et pas s'appesantir sur ce match face à une L2
Ca pue le 1-1. Sinon Romain, on dit "pertinemment".
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Carroll, illico par hélico
0 2