L'entre-soi contreproductif des coachs de Ligue 1

Depuis plusieurs années maintenant, c'est le jeu des chaises musicales sur les bancs de touche de la Ligue 1, avec à chaque fois, les mêmes protagonistes. Et c'est hors de question pour ceux qui n'ont pas la carte de membre de prendre part à la partie.

Modififié
689 62
Le 12 janvier, Rolland Courbis devenait conseiller du président du Stade rennais, René Ruello, moins de trois semaines après avoir démissionné de son poste d'entraîneur à Montpellier. Mercredi 20, le même Rolland Courbis a été nommé coach de l'équipe bretonne, en lieu et place de Philippe Montanier. Un véritable coup d'État qui montre une fois de plus que coach Courbis est un sacré roublard, et qui prouve surtout que le marché des entraîneurs de Ligue 1 est complètement fermé. Autre exemple : il y a quelques mois, Hervé Renard, un presque nouveau venu sur les bancs du championnat de France, était évincé, puis remplacé par un vieux de la vieille, Frédéric Antonetti. Depuis des années, les coachs de Ligue 1 se succèdent les uns aux autres au gré des licenciements et des démissions, sans réel projet et sans changer véritablement l'identité de jeu d'un club. Une sorte de mafia du banc de touche qui ne favorise pas la progression des clubs de l'élite française.

Un véritable lobby


« Si Bielsa part, ce sera la victoire du lobby des entraîneurs français. » Les mots de Faouzi Dejedou-Benabid, co-auteur du livre Pourquoi le foot français va dans le mur, sont durs au mois de mai 2015. Quelques mois plus tard, le départ de l'entraîneur argentin du banc marseillais lui donne raison. En un an sur le banc de l'OM, El Loco a autant été encensé par ses supporters qu'il a été descendu en flamme par ses confrères français. Courbis, Dupraz and co étaient les premiers à remettre en cause publiquement son bilan, son comportement et même ses compétences. Même son de cloche pour Leonardo Jardim, quart-de-finaliste de Ligue des champions et troisième du championnat. À la veille des trophées UNFP, où aucun des deux n'est nommé dans la catégorie des meilleurs entraîneurs de l'année, un journaliste ose demander l'avis de Rolland Courbis sur la question. « On peut aussi demander à Bielsa et Jardim s’ils sont surpris que je ne sois pas nommé. C’est peut-être un ego mal placé, mais je ne vois pas pourquoi je ne suis pas dans les quatre. Demandez-leur si, avec l’effectif de Montpellier, ils auraient pu être 7e » , répond-il plein d'aplomb.

À chaque fois qu'un club moyen de Ligue 1 évince un coach comme Hervé Renard ou Philippe Montanier, c'est parce que l'équipe n'a pas de résultats et qu'elle ne propose pas de jeu. Jusque-là, rien d'illogique. Sauf qu'à l'heure où il faut trouver un remplaçant, quand on ne fait pas de la promotion interne, ce sont toujours les mêmes noms qui reviennent sans cesse : Frédéric Antonetti, Rolland Courbis, Élie Baup, Frédéric Hantz… Des entraîneurs qui se sont fait virer pour les mêmes motifs quelques mois ou quelques années auparavant. Une prise de risque zéro due à la peur de se casser la gueule en tentant quelque chose, la peur d'échouer à court terme. « Quand Lille vire Hervé Renard, le président ne peut pas mettre un jeune entraîneur qui n'est pas confirmé, il y a tout un aspect communication et marketing à prendre en compte » , explique Philippe Hinschberger, entraîneur du FC Metz.

Des étiquettes collées


Il est ainsi quasiment impossible pour un bon coach de Ligue 2 de découvrir la Ligue 1, sauf s'il parvient à faire monter son équipe. Pourquoi Jean-Marc Furlan n'est-il jamais évoqué comme probable candidat à la reprise d'un club comme Lille, Rennes, Nice ou Toulouse ? « Les entraîneurs sont estampillés Ligue 1 ou Ligue 2. Et vu le nombre d'entraîneurs qu'il y a déjà sur le marché, si on y ajoute les ex-grands joueurs, c'est difficile de changer de catégorie. Et puis, c'est une histoire de réseau, d'agents, et de journalistes qui parlent de vous ou non. Le football est un métier où il faut faire parler de soi. Que ce soit pour les joueurs ou les entraîneurs. Un entraîneur qui n'entretient pas son réseau, il est mort. Les petits entraîneurs comme moi, on a besoin de quelqu'un au sein du club pour nous appuyer, nous recommander » , expose Philippe Hinschberger.

Un manque d'ouverture d'esprit qui ronge le football français depuis maintenant près de 20 ans. En 2001, Ladislas Lozano, l'entraîneur charismatique du Calais finaliste de la Coupe de France en 2000, s'insurgeait déjà contre cette tendance. « Le monde pro tourne en rond, tout le monde se connaît. On voit arriver Courbis à Lens alors qu'il avait insulté le club six mois avant, et tout le monde se tape dans le dos ! » , s'énervait-il dans les colonnes du Parisien. « Lorsque j'ai rencontré Patrick Proisy (alors président du RC Strasbourg), il m'a dit que des présidents de Première Division pensaient à moi, mais n'osaient pas. » Finalement, Ladislas Lozano n'entraînera jamais plus haut que la Ligue 2, avec le Stade de Reims. Même si l'arrivée de jeunes entraîneurs comme Jocelyn Gourvennec, Christophe Galtier ou Patrice Garande vient servir de contre-exemple, on sait déjà quels noms seront évoqués si l'aventure tourne mal.

Par Kevin Charnay
Modifié

Stop Ilya Sunzu Niveau : District
Note : 1
Excellent article, qui dénonce un phénomène de mode qui est l'une des causes principales de la chute libre de la ligue 1.
Mais le plus grave dans l'histoire, c'est que ces entraîneurs ont laissé une empreinte tellement forte dans la philosophie de jeu du championnat qu'ils arrivent à avoir des résultats, ce qui provoque un cercle vicieux ! Quand tu penses que des mecs comme Baup, Courbis, Antonetti ont réussi ou réussissent à avoir des résultats décents alors que tout ce qu'ils font est médiocre (recrutement, qualité de jeu, animation de jeu), c'est la que tu comprends l'étendue des dégâts. Car c'est la manière de jouer des équipes qui caractérise un championnat sur le long terme, et au vu de la pauvreté technique, tactique et en terme de spectacularité, c'est pas jojo...
CanariCarioca Niveau : District
Note : 1
Article très lucide sur l'une des causes du déclin continu des clubs français...

La réussite d'entraîneurs "neufs" comme Garande ou Moulin avec des moyens bien moindres mais de vraies idées montre un peu le niveau des génies tels que Courbis ou Antonetti...
Note : 1
« Quand Lille vire Hervé Renard, le président ne peut pas mettre un jeune entraîneur qui n'est pas confirmé, il y a tout un aspect communication et marketing à prendre en compte »

Prendre en compte l'aspect marketing et recruter Antonetti, je pensais pas lire ça un jour tiens.
Poko à Poko Niveau : District
Note : 1
L'article ne prouve rien, il se contente d'énumérer des éléments qui vont de le sens de la théorie de base avec plus ou moins de véracité. Si Gillot avait été étranger il aurait été cité comme un exemple flagrant de la xénophobie du foot français. En tant qu’extrémiste, il est normal que Bielsa n'ait pas reçu que des compliments, mais il n'a pas été défoncé par tous ses confrères français, pas plus qu'il n'est regretté par tous les marseillais. Jardim fait du bon boulot mais son équipe peut être chiante à mourir, pareil. Personne n'a critiqué Ranieri et d'autres étrangers, je n'ai pas l'impression que Michel soit défoncé plus que de raison... Bref, un papier bien orienté comme il faut par une groupie de Riolo, c'est moche.
rp.bourque Niveau : DHR
Note : 1
Je pense que le monde du foot français n'a aucun repère esthétique. Les dirigeants semblent se contenter de toucher toujours les mêmes recettes, qui sont calculées sur les droits télé de manière mathématique et en surfant sur le sentiment d'appartenance des supporters.
Du côté des supporters il y a une lente érosion sur certains clubs qui n'est pas vraiment enregistrée, sachant qu'en plus la morale du supporter reste basée sur l'idée de l'appartenance, à un groupe de supporters (certains commentateurs connus trouvant par exemple que pour aller au stade il faut qu'il y ait des chants de supporters et pointant du doigt les "spectateurs") ou à un territoire (peu importe comment le club jouerait, il faudrait rester fidèle relativement à la localité)... etc. le "footix" étant accusé d'avoir un comportement de spectateur... considération étrange puisqu'il s'agit d'un spectacle.
Les médias s'intéressent principalement plus à la vie des joueurs, aux bruits de couloir, au "charisme" des coachs qu'ils cherchent (fantasme à mon avis construit sur une recherche de légitimité de leur propre hiérarchie professionnelle un peu antédilluvienne, sachant que les médias français fonctionnent principalement sous perfusion publique et sans doute pas pas hyper modernes au niveau du management).
Même les intellectuels gravitent autour du foot sans jamais se pencher sur ce qui se passe réellement au niveau du jeu lui-même et de sa dimension symbolique (sans aller chercher de scénario débile puisque la valeur d'un spectacle d'improvisation n'est pas vraiment là... sinon autant regarder un film ou jouer à un jeu, c'est plus réussi).

Dans ces conditions les entraîneurs arrivent dans les clubs sans réelle mission, puisque de toutes façons il n'y a aucune boucle de rétroaction sur la mesure de ce qui se passe sur le terrain autrement que par le résultat... le foot français est façonné pour les experts en statistiques et les fanas d'Excel, piloté par des comptables qui travailleraient de la même façon dans une usine de boulons.
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Super article.

Après on reste une nation sans véritable identité footballistique.

Ou alors juste la culture du physique au détriment de la technique mais bon....

Historiquement nos entraineurs n ont pas apporté grand chose au jeu, on n a pas de penseurs du football comme on a pu en voir en Hollande, en Italie ou en Angleterre ( oui oui le kick n rush c est un vrai système).

C est donc assez logique qu on se retrouve avec des coachs très moyens dans à peu près tous les domaines. Spécialement en tactique, pour moi, ce qui explique en grande partie les raclées en c1 qu on prend depuis toujours

Ironiquement la seule c1 du foot français est gagnée avec un entraineur....Belge.

Et quand on sait que Guy Lacombe est en charge de la formation des coachs...Guy Lacombe !
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
Note : 1
Article médiocre,mais qui a au moins le mérite d'argumenter (j'ai horreur des articles trop courts pour être considérés comme tels, mais pas assez courts pour être qualifiés de brèves).

Article médiocre car il commence par partir du postulat que cela fait "quelques années" que les entraîneurs tournent de banc en banc à tour de rôle.

Comment ça depuis "quelques années" ? Ca fait depuis que je suis le foot,soit le milieu des années 90 que je vois ça.Donc il ne s'agit pas d'une tendance qui remonte à six ou spet ans comme le suggère cette analyse.

Article médiocre car si les présidents prenaient des décisions diamétralement opposées en promouvant des entraîneurs néophytes, on leur reprocherait d'avoir envoyé au casse-pipe un blanc-bec sans expérience en cas d'échec.

Article médiocre qui passe sous silence les échecs ou impuissance des entraîneurs étrangers (Abel Braga,Ivic,Clémente,Paulo Duarte,Halilhodžić,Gress,Jacobs...) en entretenant une mystérieuse francophobie vis à vis des Baup,Antonetti,Hantz...

Je ne dis pas que tout les entraîneurs français sont tous des cadors au-dessus du lot, mais il semblerait qu'il existe un "traitement de faveur à leur encontre".

Parrallèlement à cela, il exitse une Bielsa mania tout aussi insupportable.J'ai souvent complimenté Bielsa ne serait-ce que pour sa classe de ne pas imputer l'intégralité des contre-performances aux arbitres lors des conférences d'après-match, mais à lire cet article, j'ai l'impression qu'il a été menacé par une pègre mené par Courbis/Baup/Girard qui ont mandaté des colosses qui le menaçait de quitter le pays si il ne voulait pas se faire péter les genoux.Jusque à preuve du contraire, il s'est tiré tout seul comme un grand.

Ne pas oublier que les clubs payent des amandes (dont j'ignore les montants) lorsque les entraîneurs ne possèdent pas de diplôme.Peut-être que ça expliquerait le fait que ça soit "toujours les mêmes".

Ne pas oublier non plus que c'est une fonction par nature hermétique.Vous croyez que les présidents ont 10 000 choix qui s'offrent à eux ? Avez-vous idée des émoluments demandés par les entraîneurs étrangers que vous idolâtrez tant ? Vous pensez qu'un jeune entraîneur, on va dire Karanka qui exerce à Middlesbrough va quitter son poste gentiment sous prétexte que Lille ou Rennes lui passe un appel ? Mais vous rêvez, revenez à la réalité.

Pour toutes ces raisons, votre article est d'une immaturité subjectiviste insupportable.

Et puis pour la route, je vous cite deux entraîneurs promus à l'échelon supérieur qui n'ont pu assumer : Ollé-Nicole (Nice) et Vasseur (Reims).

PS : vous devriez vous en tenir au mot "entraîneur" plutôt que "coach".Le recours à deux,trois anglicisme pour prouver que l'on a pas arrêté sa scolarité en classe de terminale est ridicule.
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Ps: j espère qu un jour Bein rachetera tous les droits de la l1 et secouera un peu le cocotier.

Parce qu on a des stades degueulasses, des coachs bidons, des pelouses assez ignobles etc....Et le montant des droits arrivera bientôt au milliard...

Pourquoi pas d incitation à la prise de risque comme ç est le cas au rugby via les bonus offensifs?

Ou la victoire à l exterieur à 4 pts etc? Ce sont des exemples hein je n ai pas la prétention d avoir raison.

Mais pour un sport qui se veut un spectacle populaire, la ligue 1 est tout sauf un bon spectacle et encore moins un populaire vu le prix des places et la difficulté d'être supporter.
Note : 1
Comment certains d'entre vous arrivent encore à défendre ces "entraineurs" qui font tant de mal à notre foot?
Un mec comme Courbis qui passe son temps à donner des leçons, les plus mémorables étant celles sur Bielsa, mais qui de son côté ne propose que "des couilles"! Ce genre de mec sont écoutés car ils ont du "charisme" (comprenez ils gueulent plus fort que les autres)
La cabbale anti-bielsa ou anti-jardim a bien existé, peut être en opposition à un surplus d'éloge des journalistes ou supporters mais celle-ci démontrait bien ce putain d'entre-soi des coachs français!

Alors quand je parle de "coachs français" je parle seulement de ces 10-20 entraineurs qui tournent en rond et qui empêche d'autres tacticiens d'avoir leur chance en L1 (français)
Mis à part des anciennes gloires, il est difficile pour un jeune entraineur d'avoir un club de L1 sans passer par la case adjoint ou L2.
D'ailleurs une connaissance qui bosse pour la fédé sur les formations d'entraineurs me racontent des histoires marrantes (mais flippantes) sur le manque de culture tactique des mecs qui deviennent des "grands coachs", le pire qu'il a vu en 10 ans étant Laurent Blanc! Dautres sont plutôt bon genre Moulin
Note : 1
Etonnant que cet article ne cite pas le nerf de la guerre, le DEPF.

Aujourd'hui, un club pro ne peut pas nommer l'entraineur qu'il veut, il doit piocher dans les entraineurs diplômés. Il est impossible pour un club de L2 d'aller chercher le meilleur entraineur de National (Reculeau l'année dernière, qui ne possède "que" le DEF) par exemple, ou alors en payant 15k€ -minimum- d'amende par match. Ah et au fait, l'UNECATEF, qui a déjà obtenu gain de cause en interdisant les "prêtes-noms", veut augmenter ces amendes, pas assez dissuasives. Le Président, un mec responsable et gestionnaire, peut nommer le jardinier comme directeur général ou directeur sportif, par contre impossible de nommer celui qui entraine depuis 30 ans son équipe réserve comme coach de l'équipe première sans se faire racketter.

Ca donne quoi ? toujours les mêmes qui viennent et reviennent, au gré de la mafia de Clairefontaine qui fait passer les petits entretiens d'admission à la formation et de leur réseau. Je vous laisse imaginer les agents et compagnie qui gravitent autour, bien évidemment.
Au Portugal après une longue période d'entre soi puis une tendance au coach étranger le "cas Mourinho" a vraiment changé la donne. ILs ont donné de plus en plus de chances à des jeunes coachs, rarement ancien grand joueur, ayant subi une grosse formation tactique et cela a plutôt été positif. Ce n'est pas une surprise si le Portugal a plus de coachs en ligue des champions ou coupe du monde que les français vorie les italiens (ce qui se fait de mieux depuis longtemps)

Le problème en France est donc surtout au niveau des mecs que l'on choisit comme entraineur, choisissons surtout les compétences de tacticien et non celles d'anciens joueurs! Choisissons le coach créatif et non celui que les médias connaissent et aiment!
DocteurTherHappy Niveau : District
Note : 1
Message posté par miliz
Etonnant que cet article ne cite pas le nerf de la guerre, le DEPF.

Aujourd'hui, un club pro ne peut pas nommer l'entraineur qu'il veut, il doit piocher dans les entraineurs diplômés. Il est impossible pour un club de L2 d'aller chercher le meilleur entraineur de National (Reculeau l'année dernière, qui ne possède "que" le DEF) par exemple, ou alors en payant 15k€ -minimum- d'amende par match. Ah et au fait, l'UNECATEF, qui a déjà obtenu gain de cause en interdisant les "prêtes-noms", veut augmenter ces amendes, pas assez dissuasives. Le Président, un mec responsable et gestionnaire, peut nommer le jardinier comme directeur général ou directeur sportif, par contre impossible de nommer celui qui entraine depuis 30 ans son équipe réserve comme coach de l'équipe première sans se faire racketter.

Ca donne quoi ? toujours les mêmes qui viennent et reviennent, au gré de la mafia de Clairefontaine qui fait passer les petits entretiens d'admission à la formation et de leur réseau. Je vous laisse imaginer les agents et compagnie qui gravitent autour, bien évidemment.


Exactement et j'etaye ton argumentation par ceci :

http://www.fff.fr/articles/details-arti … e-football


Les conditions d'obtention du brevet et les prix de celui ci sont juste ahurissant
Michel Drucker Niveau : DHR
Justement avec l'arrivée de Bradley au Havre et du portugais au Red Star j'ai un peu l'espoir de voir une certaine alternance.
Après difficile de blâmer des clubs qui sont aussi de véritables entreprises et qui donc recherchent la stabilité. Or recruter un Baup Antonetti ou Hantz c'est l'assurance de récupérer un mec qui connait le championnat, ses rouages etc, et qui même si ils n'ont pas d'idée révolutionnaires bah ça assure un maintient et gratte possiblement l'europe parfois.
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Note : 2
Message posté par read my mind
Thiriez n'est responsable de rien du tout .Le mec c'est un pantin qui a été mis là par les prez de gros clubs pour servir leurs interets.

Le type c'est le genre de "prete nom" restaurateur dans des films de mafia.

Une potiche quoi.


C est quand même fou cette agressivite et cette acrimonie qui dégoulinent de tes posts. Je te recommande d aller vite fait sur youporn, tu débordés la je crois. Apparemment chasser la taupe pendant ton service ça t as abîmé.

N ayant jamais vu en aucun de tes posts un tant soit peu de correction et d intelligence, je ne peux pas dire que je sois surpris.
read my mind Niveau : National
Message posté par roberto-larcos
C est quand même fou cette agressivite et cette acrimonie qui dégoulinent de tes posts. Je te recommande d aller vite fait sur youporn, tu débordés la je crois. Apparemment chasser la taupe pendant ton service ça t as abîmé.

N ayant jamais vu en aucun de tes posts un tant soit peu de correction et d intelligence, je ne peux pas dire que je sois surpris.


IL y avait 0 agressivité dans ma réponse sur thiriez , c'est toi qui embraye avec un "grand bien te fasse " inutile et déplacé.


Content que mon anecdote t'ai plu , sur ce contente toi de me coller systématiquement des - 1 comme tu le fais et garde tes conseils intimes pour toi t'as l'air d'un connaisseur .

Bonne soirée l'ami.
Note : 1
Message posté par roberto-larcos
Super article.

Après on reste une nation sans véritable identité footballistique.

Ou alors juste la culture du physique au détriment de la technique mais bon....

Historiquement nos entraineurs n ont pas apporté grand chose au jeu, on n a pas de penseurs du football comme on a pu en voir en Hollande, en Italie ou en Angleterre ( oui oui le kick n rush c est un vrai système).

C est donc assez logique qu on se retrouve avec des coachs très moyens dans à peu près tous les domaines. Spécialement en tactique, pour moi, ce qui explique en grande partie les raclées en c1 qu on prend depuis toujours

Ironiquement la seule c1 du foot français est gagnée avec un entraineur....Belge.

Et quand on sait que Guy Lacombe est en charge de la formation des coachs...Guy Lacombe !


On a eu Suaudeau et Denoueix! On a eu aussi Henri Michel, je pense qu ec'était des penseurs du foot, des mecs qui ont crée un truc. Encore plus pour les entraineurs nantais!
Message posté par DocteurTherHappy
Exactement et j'etaye ton argumentation par ceci :

http://www.fff.fr/articles/details-arti … e-football


Les conditions d'obtention du brevet et les prix de celui ci sont juste ahurissant


Pour le coup c'est pas plus cher qu'une ecole de commerce. Et t'es logé nourri.
Note : 1
Si on regarde d'autres championnats, on ne fait rien de différent. Il se passe la même chose en Espagne et sur un autre continent, au Brésil c'est pire, un entraineur peut faire 3 clubs dans la saison.
read my mind Niveau : National
Message posté par roberto-larcos
Bon c est bien ce que je pensais tu es pas méchant pour un sou mais bien trop agressif pour pas grand chose.

Quand je détourne ton anecdote pour t envoyer une petite salve tu penses vraiment qu en premier lieu je l ai trouvée stupide et en quelque façon revelatrice du genre de type que tu es? Au contraire ça m a fait plutôt fait marrer.

Ça nous est tous arrives de blâmer quelqu un à tort, encore plus en groupe et on se sent tous très cons après.

Désolé que tu te sois pris pour cibles par certains mais les -1 j en colle un tous les 36 du mois donc bon...Si je ne suis pas d accord je le dis, pas besoin de me cacher.

Et ça me va très bien que tu défendes tes points de vue avec passion et sincérité, je n ai pas la prétention de faire autre chose.

Mais l'agressivité dont tu peux faire preuve c est pas utile et ça te ramène des -1 même si tu t en carres.

T as minimum 39 ans, keep cool, c est mauvais le stress.

Sans rancune et j essaierai moi aussi de moins m emballer des fois, ça me fera du bien.


La transition réflexion , émotion par écrit est super chaude pour condenser la pensée.

Les-1 c'est pas que je m'en foute mais le systématise me fatigue et me fait répondre stupidement.

T'as raison sur le fond et je suis content de ta mise au point qui traduit une certaine intégrité .

Je m'efforcerais si avenir il y a sur ce site de modérer mes ardeurs.



Merci à toi et bonne soirée.
Note : 1
Mouais, pas convaincu... Bordeaux prend Sagnol, Marseille Bielsa puis Michel, Monaco Jardim, Lyon Fournier (relativement nouveau) puis Genesio. On peut citer Gourvennec, le duo de Montpellier qui remplace Courbis... je trouve au contraire qu'il y a pas mal de sang neuf, même si les résultats ne sont pas forcément meilleurs qu'avec Puel, Baup, Jean Fernadez, Courbis ou Antonnetti
Article qui n’argumente pas plus que ça sa thèse, et c’est dommage, parce que vraiment la situation me fait mal au cœur. Je m’explique.
La saison de Bielsa m’a dégouté du microcosme français. Je ne juge pas les entraineurs français incompétents, par rapport à des génies étrangers qui les supplanteraient, mais ils manquent tellement de vision, et sont tellement bardés de certitudes !
Le niveau des consultants est lamentable, mais vu la culture foot du pays, je pense que l’on a que ce que l’on mérite. Cependant ils confortent les entraineurs français dans leur médiocrité (pas forcément incompétent, mais médiocre intellectuellement (concernant le football uniquement bien sur)).
Bielsa, ce n’a peut être pas été des résultats foudroyants, mais cela a été du rêve. Personellement, je ne regarde pas le football en espérant que mon club écrase toute l’Europe (en même temps c’est compliqué pour le Red Star), mais qu’il me donne du plaisir sur un match).

Illustration d’une situation qui m’a fait pleurer : le paradoxe des réactions lors du dernier tirage de l’europa league :
Après le tirage : « bons tirages, ces clubs ne sont pas des gros d’Europe, on est très satisfait du tirage, on a toutes nos chances » (juste pour info, le passé récent de Bale en C1 contre celui de Sainté ?). Je regrette un manque d’humilité, surtout qu’en cas de rouste on entendra des plaintes sur l’arbitre, sur les systèmes fiscaux différents, etc…
Donc je regrette une forme de suffisance, couplée à de la fatalité après la défaite.
Pour reprendre une formule qui m’a plue dans un vieil article, on est loin d’avoir affaire à des clubs humbles qui posent leur couille sur un terrain pour aller chercher un exploit.
Suffisance et fatalité, les deux maux que j’observe systématiquement en coupe d’Europe…
Note : 1
Article faux et archi faux...

Courbis : 7 clubs de l1 (dont 3 deux fois)
Antonetti : 5 clubs de l1 (dont bastia 2 fois)
Puel : 4 clubs de l1
Blanc : 2 clubs de l1
Der Zakarian : 2 fois nantes

les 15 autres actuellement en place, 1ere experience de la l1 (Donc 75% des clubs ont donné leur chance à une première expérience.)

Ce sont les 2 changements en cours de saison au profit de Courbis et Antonetti qui déforme le prisme de la réalité.

Après ces 2 entraineurs sont libres, pas hyper chers, connaissent la L1 a priori comme leur poche, sans grandes folies tactiques (pour le bien, leurs clubs prennent rarement des sets de tennis, comme le mal, ils en collent encore plus rarement).

Alors oui en cours de saison, les pompiers sont souvents les mêmes noms : Baup - Antonnetti - Courbis - jean fernandez. C'est pas fou mais ça fait le compte et puis souvent ils surfent des années sur un succés passé. Mais sur 15/20 ans de carrière heureusement que parfois, ça tourne bien.
Mais c'est pareil dans tout les championnats :
Angleterre (pardew - Mc Laren - Allardyce ...)
Italie (gasperini - delneri - spalletti ...)
Allemagne (veh - frontzek...)
Stop Ilya Sunzu Niveau : District
Message posté par Jacquietmichelderzakarian
Je trouve que comme souvent et dans bien des domaines on restreint le débat à la "Francité", "c'est très français de, etc". Je trouve surtout que c'est une philosophie conservatrice plutôt latine de rester sur ce qu'on connaît déjà, par peur de se planter en osant un peu. On voit comment les anglais ou allemands ont fait émerger des jeunes coaches ou des coaches étrangers. En Italie on tourne en rond parce que le problème est équivalent au notre. A la moindre contrariété on se réfugie dans le passé. Et dans tous les domaines de société.


@Jacquietmichelderzakarian

Oui certes, mais en Italie par exemple on a quand même cette culture d'aller chercher les entraîneurs qui marchent dans les divisions inférieurs ! Crois-tu qu'en France Maurizio Sarri aurait eu sa chance ? Bien sur que non ! Que la ligue 1 veuille garder un terreau d'entraîneurs français, ce n'est pas grave en soi ! Mais pourquoi ne donne-t-on pas sa chance a des entraîneurs exerçant dans des divisions inférieures, et qui possèdent de surcroît une vision différente du métier, ou qui ont pas exemple connu un parcours universitaire ? Ca marche au Portugal, ça marche en Belgique, pourquoi pas chez nous ! C'est ça qu'il faut critiquer, le fait qu'en France la réputation passe bien souvent avant la compétence !
Note : 1
Comme pas mal d'autres, je trouve l'article un peu facile et surtout faux, trompeur.

Déjà, il n'y a que Courbis, Antonetti et Baup qui "tournent" vraiment dans le circuit depuis quelques années. Et encore, Baup est sans club, Anto vient d'en retrouver un après 1 an 1/2 sans rien et Courbis, avant Montpellier, était resté sur RMC pas mal de temps.

Il me paraît assez logique de faire ses preuves dans les divisions inférieures avant de faire parler de soi en L1 : c'est le cas de Fournier (ex Reims), Moulin, Garande, Laurey, Gourvennec, Der Zak... En sachant que dans le cas de Fournier, c'est par son boulot à Reims qu'il a rejoint l'OL... Tout comme Garcia, par son travail au Mans (L2 et L1), parti au LOSC puis à la Roma.

En dehors d'eux, y'a pas mal de gars à qui les clubs de L1 ont donné ou donnent leur chance alors qu'ils n'avaient pas de grosse expérience : Garde, Sagnol, Blanc (époque Bordeaux), Puel (à l'ASM), Makelélé ou encore Casanova au TFC... sans compter les adjoints qui ont su saisir leur chance de passer numéro 1 : Dupraz, Printant, Arribagé et même Christophe Galtier !

Bref, bien sûr, dans tout ça, il y a forcément des ratés (ex Vasseur à Reims ou Renard à Lille) et leurs remplaçants sont souvent des pompiers de service pris dans 2 catégories : l'adjoint ou un mec libre. Or, il est logique de préférer celui qui connaît bien le championnat au petit nouveau qui débute. On a d'ailleurs vu avec Renard à Sochaux que ça n'avait pas fonctionné, le club étant relégué.

Bref, cet article montre bien que ceux qui veulent absolument trouver un argument anti système LFP te diront "oui tout à fait, le système est vérouillé et pourri", pr ma part, je crois que dans les rares motifs de satisfaction, y'a le renouvellement d'entraineurs. Après, ce qui se dit sur les entraîneurs étrangers et leur valeur ajoutée est un autre débat.
ThomasDandy Niveau : CFA2
Super article.
Ce côté "aspect marketing" cité dans l'article me fait rire.
Courbis, il fait rêver qui ?
Elie Baup c'est toujours la même salade.
Antonetti idem.
Pourquoi ne retient-on justement pas que Bielsa a fait rêver le publique ? Que des amoureux du foot ont aimé Marseille quel que soit leur club de coeur grâce à lui ?
A part en 2007 où il a fini 4ème, le SRFC est actuellement à sa meilleure place ces dix dernières années (atteinte . Ok, il y a eu des gifles, mais Rennes n'est peut-être pas capable de faire mieux).
Jardim a fait un quart de finale de ligue des Champions, ça veut quand même dire quelque-chose !
Gourvennec fait du très bon boulot avec Guingamp.
On parle des ex-joueurs-stars, mais qui a vraiment ce statut (d'un point de vue grand-publique/footix j'entend, pour le marketing) à part Laurent Blanc ?

J'avoue ne pas toujours comprendre les choix des présidents. Je pense qu'ils sont investis dans leurs clubs comme certains chefs d'entreprise avec leurs hommes de confiance. On les vire quand ça va pas, et puis on les croise à un cocktail et on les rembauches quand on est à court d'idées.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
689 62