Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

L'entraîneur de Fribourg parle de Trump à ses joueurs

Modififié
La tête et les jambes.

Alors qu'à Arsenal, Arsène Wenger délivre des discours dignes d'Al Pacino, à Fribourg, l'entraîneur Christian Streich préfère un autre registre. C'est ce que raconte Nils Petersen, super sub du promu en Bundesliga dans les colonnes de l'hebdomadaire Sport Bild. L'attaquant, cinq buts cette saison, explique que les speechs dans le vestiaire vont souvent au-delà du football : « Certaines semaines, on a une discussion qui porte sur un sujet extrasportif. Quand l'actualité l'exige, que ce soit à propos de la question du terrorisme ou des élections aux États-Unis, il nous arrive de parler de Donald Trump, explique-t-il. C'est bien d'avoir un entraîneur qui voit parfois plus loin et nous dit ce qu'il pense. Car nous autres joueurs sommes souvent enfermés dans le prisme du football. »

Une méthode peu banale, à en croire Petersen : « C'est beau, surtout dans une équipe conservatrice comme Fribourg, d'aborder ce genre de thématiques comme il le fait. » Ces derniers temps, la question du terrorisme occupait régulièrement l'espace de discussion, parfois même au-delà des discours du coach : « Nous avons dans l'équipe un joueur qui vient d'Izmir, Çalar Söyüncü. Là-bas, en janvier, un attentat à la voiture piégée a fait quatre morts. Depuis, il nous arrive d'en parler au sauna ou dans le vestiaire. On se sent concernés. »


Les footballeurs sont bien des humains comme les autres. JD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17
Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Grenier n'ira pas à Nice