En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options

L'énigme Özil

Modififié
Indiscutable, mais décevant, Mesut Özil cristallise louanges et critiques.

Trop suffisant, nonchalant, élégant... Qu'est-ce qui n'a pas été dit sur le milieu allemand ? Ce mercredi, Sky Sports dresse le bilan du joueur depuis son arrivée chez les Gunners à l'été 2013. Des chiffres qui montrent bien à quel point le joueur est indispensable à la formation d'Arsène Wenger, de même qu'il est tout autant décevant.

« Les uns m'aiment, les autres non. Les gens se permettent d'analyser mon langage corporel pour dire que je m'en fiche. Mais c'est moi. Je ne changerai pas davantage ce que je suis et la façon dont je joue » , répondait-il aux critiques qui lui étaient adressées en fin de saison dernière. Une analyse qui fait écho à celle de son entraîneur, Arsène Wenger : « C'est un bosseur, plus que ce que les gens peuvent croire, mais son langage corporel dit parfois le contraire. »

Les critiques à l'égard de l'Allemand sont-elles fondées ?

Il est le meilleur passeur de Premier League depuis son arrivée en Angleterre (42 passes décisives), le joueur qui provoque le plus d'actions dangereuses (52) et celui qui crée le plus d'occasions (407). Pour un numéro 10, des stats plus qu'honorables. Cela étant dit, la Premier League est avant tout un championnat intense et physique. Alors tient-il le rythme ? Des Gunners, il est le second joueur qui a le plus couru la saison dernière derrière Nacho Monreal. Et le quatrième joueur à effectuer le plus de sprints derrière Monreal, Sánchez et Bellerín. Un bilan tout à son honneur, d'autant qu'il est le troisième joueur le plus utilisé par Wenger derrière Koscielny et Sánchez.



Özil est décisif, Özil est véloce. Pourtant, force est de constater qu'il n'est pas le même joueur lorsqu'il s'agit de prendre ses responsabilités. Sur 31 rencontres disputées face aux membres du Big Six (Chelsea, United, City, Tottenham et Liverpool), il n'a été décisif qu'à treize reprises et son équipe ne s'est imposé que 16% des fois. Des résultats insuffisants pour un joueur dont on attend qu'il fasse passer un palier à son équipe.

À 28 ans, Némo peut-il encore être le sauveur que les Gunners attendent ? Cette saison pourrait être sa dernière chance de le prouver. JE
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:44 414€ à gagner avec Barça & Bayern Hier à 12:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Chelsea - Barcelone 1
Hier à 12:46 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:45 Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 16 Hier à 08:00 Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 10 dimanche 18 février Tony Chapron est en arrêt maladie 47 dimanche 18 février Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 25 dimanche 18 février Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 9