Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options

L'énigmatique chemin de Javier Saviola

Un transfert record, un passage chez les deux cadors espagnols, une flopée de titres, des buts d'anthologie. Saviola aurait pu être le roi, il ne l'a jamais été. Tentative d'éclairage.

Modififié
Germán Burgos, portier argentin complètement siphonné, notamment célèbre pour ses cheveux de rockeur et sa casquette rouge sur les terrains, a côtoyé la petite bouille de Javier Saviola lorsqu'elle faisait ses premiers crampons à River Plate. Pépère dans ses cages, le vieux goal avait tout le loisir d'observer le phénomène en herbe faire des misères aux défenses adverses. En bon physionomiste, « El Mono » Burgos lui trouve un surnom : « Le lapin » . Il faut dire que le bonhomme a presque toutes les caractéristiques de ce bon vieux Duracell : gabarit de poche, pelles en guise d'incisives, explosivité et talent sur le pré. Il ne lui en manque que deux : l'endurance et la persévérance. Avec à peine 300 matchs en 14 années de carrière, le lapin n'a jamais connu de vraie saison pleine. Il n'a jamais non plus réussi à s'imposer dans les grands clubs où il est passé. Tiens, mais pourquoi ?

Un transfert record en 2001

Pas besoin d'être grand et fort pour planter des buts. Comme un certain Léo Messi après lui, « El Pibito » Saviola se fait l'apôtre de la maxime dans les premières années de sa vie de footballeur. À River, le gamin ne touche pas terre. Sacré meilleur joueur sud-américain en 1999, à seulement 18 piges, le petit gars inscrit la bagatelle de 44 buts en 86 rencontres lors de sa période argentine. « Quand je le vois jouer, j'en ai la chair de poule » , adoube même le grand Diego. Forcément, les plus grosses écuries européennes sont alléchées par le nouveau phénomène. À l'été 2001, l'Espagne pille à coups de millions El Millonario. Le Barça signe un chèque de plus de 30 millions d'euros pour « El Conejo » — somme record pour l'époque —, tandis que Valence en met 24 pour l'autre joyau de River, et grand pote de Javier, Pablo Aimar. Malgré ce début tonitruant, Saviola reste un joueur de coup, capable de déstabiliser un match sur une fulgurance, comme ce soir de février 2007 où il martyrise toute la défense française d'une talonnade géniale, avant d'aller fusiller Grégory Coupet.

« El Pibito » n'a en revanche jamais été capable, en plus de dix ans de carrière, de réaliser une seule saison à 40 matchs. Un parcours en dents de scie, ponctué de quelques séries exceptionnelles — comme à l'hiver 2006-2007 où, profitant de la blessure d'Eto'o, il inscrit, contre toute attente, huit buts en huit matchs — et de longues périodes sur le banc. Jamais mauvais lorsque son entraîneur lui donne les clés du jeu offensif, « El Pibito » ne s'est pourtant jamais imposé face à une concurrence de classe mondiale. Sa période faste à Barcelone correspond parfaitement aux années de lose du club. Seul en pointe et sans pression, le garçon enchaîne les performances de standing. Mettez-lui un Eto'o dans les pattes, Saviola regagne tranquillement son fauteuil sur le bord de la pelouse. Incapable de gagner sa place dans le nouveau vestiaire de Rijkaard, Javier prend la direction de Monaco. Présenté comme le successeur de Morientes, l'Argentin ne séduira pas Deschamps qui préfère avoir un attaquant capable de jouer aussi le rôle de premier défenseur. Terne sur le Rocher, Saviola retrouve des couleurs à Séville où son association avec Kanouté fait un tabac.

« Saviola n'est pas un battant ! »


Toujours indésirable au Barça à son retour, Saviola joue les durs à cuire et refuse d'être transféré. Sans broncher, il laisse Rijkaard le démonter publiquement : « Saviola est mon septième choix en attaque, derrière Eto'o, Ronaldinho, Messi, Giuly, Guðjohnsen et Ezquerro. » Sérieusement, Ezquerro ? Pour se venger, le petit lutin joue les traîtres en s'engageant au Real gratuitement l'été suivant. « Un comportement de voyou » , dixit Joan Laporta. Ravi d'avoir une deuxième chance, Saviola remet pourtant le (mauvais) couvert au Real. Recruté à la demande de Bernd Schuster, l'attaquant de poche est étiqueté « indésirable » par ce même Schuster à peine quelques mois plus tard. Sommé de s'expliquer, le technicien allemand révèle au grand jour le défaut principal du « Conejo » : « Saviola est un bon joueur, mais ce n'est pas un battant. S'il n'est pas aligné, il ne va pas tout donner pour gagner sa place, il attend que la titularisation lui tombe du ciel. Dans un grand club, ça n'arrive que très rarement. » Bim, prend ça ! Pour joindre le geste à la parole, Schuster ne le titularise que lorsque Van Nistelrooy et Raúl sont tous les deux dans les choux. Autant dire une petite poignée de matchs. Juande Ramos fera de même.

Après deux années à cirer le banc ou à squatter l'infirmerie des Merengues, Saviola, 27 ans, l'âge de raison, choisit de quitter les vestiaires bondés des deux géants espagnols pour se relancer dans un projet à taille humaine : Benfica. Alors qu'on le présentait usé et tout cassé, le phénix renait encore une fois de ses cendres pour faire une saison — une demi-saison plutôt — remarquée. Scorant à onze reprises en championnat et contribuant grandement, par son duo de feu avec Óscar Cardozo, au titre de champion des Aigles de Lisbonne. Cette année-là, le petit gars se paie même le luxe d'être élu meilleur joueur du championnat portugais. Comme toujours avec Saviola, les saisons suivantes ne sont qu'une pâle copie de la première : l'efficacité se perd, la niaque s'évapore, la concurrence le bouffe, les pépins physiques s'enchaînent, le temps de jeu s'effrite. Libéré de son contrat avec Benfica en fin d'été, El Conejo a choisi de s'engager avec un grand malade : Málaga. Accompagné d'un autre garçon en quête de rédemption, le grand et fragile Roque Santa Cruz, Saviola devrait pouvoir gratifier Manuel Pellegrini d'un de ses habituels comebacks. Une seule question demeure : « Duracell » aura-t-il encore assez de jus ?

Par Pablo Garcia-Fons
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:11 Le maillot du Maroc pour le Mondial enfin dévoilé 59
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 16:00 La finale de la C1 2020 à Istanbul 32 Hier à 13:39 Roy Contout en garde à vue 35 Hier à 13:38 Ronaldinho va se marier avec deux femmes 96 Hier à 11:57 Falcao condamné à 9 M€ d'amende par la justice espagnole 61
mercredi 23 mai Will Smith interprétera l'hymne officiel du Mondial 70 mercredi 23 mai Un but chelou en D2 irlandaise (via Facebook SO FOOT) mercredi 23 mai Pas de sanction pour Rabiot 79