L'énigmatique chemin de Javier Saviola

Un transfert record, un passage chez les deux cadors espagnols, une flopée de titres, des buts d'anthologie. Saviola aurait pu être le roi, il ne l'a jamais été. Tentative d'éclairage.

Modififié
12 18
Germán Burgos, portier argentin complètement siphonné, notamment célèbre pour ses cheveux de rockeur et sa casquette rouge sur les terrains, a côtoyé la petite bouille de Javier Saviola lorsqu'elle faisait ses premiers crampons à River Plate. Pépère dans ses cages, le vieux goal avait tout le loisir d'observer le phénomène en herbe faire des misères aux défenses adverses. En bon physionomiste, « El Mono » Burgos lui trouve un surnom : « Le lapin » . Il faut dire que le bonhomme a presque toutes les caractéristiques de ce bon vieux Duracell : gabarit de poche, pelles en guise d'incisives, explosivité et talent sur le pré. Il ne lui en manque que deux : l'endurance et la persévérance. Avec à peine 300 matchs en 14 années de carrière, le lapin n'a jamais connu de vraie saison pleine. Il n'a jamais non plus réussi à s'imposer dans les grands clubs où il est passé. Tiens, mais pourquoi ?

Un transfert record en 2001

Pas besoin d'être grand et fort pour planter des buts. Comme un certain Léo Messi après lui, « El Pibito » Saviola se fait l'apôtre de la maxime dans les premières années de sa vie de footballeur. À River, le gamin ne touche pas terre. Sacré meilleur joueur sud-américain en 1999, à seulement 18 piges, le petit gars inscrit la bagatelle de 44 buts en 86 rencontres lors de sa période argentine. « Quand je le vois jouer, j'en ai la chair de poule » , adoube même le grand Diego. Forcément, les plus grosses écuries européennes sont alléchées par le nouveau phénomène. À l'été 2001, l'Espagne pille à coups de millions El Millonario. Le Barça signe un chèque de plus de 30 millions d'euros pour « El Conejo » — somme record pour l'époque —, tandis que Valence en met 24 pour l'autre joyau de River, et grand pote de Javier, Pablo Aimar. Malgré ce début tonitruant, Saviola reste un joueur de coup, capable de déstabiliser un match sur une fulgurance, comme ce soir de février 2007 où il martyrise toute la défense française d'une talonnade géniale, avant d'aller fusiller Grégory Coupet.

« El Pibito » n'a en revanche jamais été capable, en plus de dix ans de carrière, de réaliser une seule saison à 40 matchs. Un parcours en dents de scie, ponctué de quelques séries exceptionnelles — comme à l'hiver 2006-2007 où, profitant de la blessure d'Eto'o, il inscrit, contre toute attente, huit buts en huit matchs — et de longues périodes sur le banc. Jamais mauvais lorsque son entraîneur lui donne les clés du jeu offensif, « El Pibito » ne s'est pourtant jamais imposé face à une concurrence de classe mondiale. Sa période faste à Barcelone correspond parfaitement aux années de lose du club. Seul en pointe et sans pression, le garçon enchaîne les performances de standing. Mettez-lui un Eto'o dans les pattes, Saviola regagne tranquillement son fauteuil sur le bord de la pelouse. Incapable de gagner sa place dans le nouveau vestiaire de Rijkaard, Javier prend la direction de Monaco. Présenté comme le successeur de Morientes, l'Argentin ne séduira pas Deschamps qui préfère avoir un attaquant capable de jouer aussi le rôle de premier défenseur. Terne sur le Rocher, Saviola retrouve des couleurs à Séville où son association avec Kanouté fait un tabac.

« Saviola n'est pas un battant ! »

Toujours indésirable au Barça à son retour, Saviola joue les durs à cuire et refuse d'être transféré. Sans broncher, il laisse Rijkaard le démonter publiquement : « Saviola est mon septième choix en attaque, derrière Eto'o, Ronaldinho, Messi, Giuly, Guðjohnsen et Ezquerro. » Sérieusement, Ezquerro ? Pour se venger, le petit lutin joue les traîtres en s'engageant au Real gratuitement l'été suivant. « Un comportement de voyou » , dixit Joan Laporta. Ravi d'avoir une deuxième chance, Saviola remet pourtant le (mauvais) couvert au Real. Recruté à la demande de Bernd Schuster, l'attaquant de poche est étiqueté « indésirable » par ce même Schuster à peine quelques mois plus tard. Sommé de s'expliquer, le technicien allemand révèle au grand jour le défaut principal du « Conejo » : « Saviola est un bon joueur, mais ce n'est pas un battant. S'il n'est pas aligné, il ne va pas tout donner pour gagner sa place, il attend que la titularisation lui tombe du ciel. Dans un grand club, ça n'arrive que très rarement. » Bim, prend ça ! Pour joindre le geste à la parole, Schuster ne le titularise que lorsque Van Nistelrooy et Raúl sont tous les deux dans les choux. Autant dire une petite poignée de matchs. Juande Ramos fera de même.

Après deux années à cirer le banc ou à squatter l'infirmerie des Merengues, Saviola, 27 ans, l'âge de raison, choisit de quitter les vestiaires bondés des deux géants espagnols pour se relancer dans un projet à taille humaine : Benfica. Alors qu'on le présentait usé et tout cassé, le phénix renait encore une fois de ses cendres pour faire une saison — une demi-saison plutôt — remarquée. Scorant à onze reprises en championnat et contribuant grandement, par son duo de feu avec Óscar Cardozo, au titre de champion des Aigles de Lisbonne. Cette année-là, le petit gars se paie même le luxe d'être élu meilleur joueur du championnat portugais. Comme toujours avec Saviola, les saisons suivantes ne sont qu'une pâle copie de la première : l'efficacité se perd, la niaque s'évapore, la concurrence le bouffe, les pépins physiques s'enchaînent, le temps de jeu s'effrite. Libéré de son contrat avec Benfica en fin d'été, El Conejo a choisi de s'engager avec un grand malade : Málaga. Accompagné d'un autre garçon en quête de rédemption, le grand et fragile Roque Santa Cruz, Saviola devrait pouvoir gratifier Manuel Pellegrini d'un de ses habituels comebacks. Une seule question demeure : « Duracell » aura-t-il encore assez de jus ?

Par Pablo Garcia-Fons
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

et pourtant quel joueur durant sa jeunesse argentine...Quelle accélération sur les 10 premiers métres...Et des gestes d'une spontanéité impressionnante (malheureusement trop peu)
Bazibouzouk Niveau : CFA2
Qui se rappelle de l'orgie sur le but de Cambiasso contre les serbes en 2006 ? C'est lui le véritable détonateur de l'action. Ce matin là le lapin et sa bande culbutèrent 11 joueurs, en long, en large, et en travers !
Lamouchi59 Niveau : CFA
Saviola/Crespo, y' a une époque où ça faisait saliver...
"Seul en pointe et sans pression, le garçon enchaîne les performances de standing. Mettez-lui un Eto'o dans les pattes, Saviola regagne tranquillement son fauteuil sur le bord de la pelouse."

Enorme!!! XD
Pour ceux qui jouaient à l'"entraineur" au début des années 2000, Saviola et Aimar etaient les 2 valeurs sures des 10 années qui s'annoncaient. Helas, pour ceux qui les attendaient, beaucoup d'espoir, quelques moments de grâce (formidable match contre la Serbie en CdM 2006), mais trop de desillusions
tom2-7

J'étais d'ailleurs convaincu qu'il deviendrait un des 5 meilleurs buteurs d'Europe d'ici 5 ans... Comme tu dis, ça a très bien marché à FM, enfin l'Entraineur à l'époque, pas vraiment dans la réalité...

Après y a pas grand chose à dire, si ce n'est qu'il devait avoir des couilles aussi grosses que celles d'un lapin. Si tous ses coachs disent que c'est pas un battant, difficile de pas les croire.

Sinon faut préciser qu'avant l'arriver d'Etoo au Barça, la saison où Kluivert est encore là, il fait une grosse deuxième partie de saison aussi, durant laquelle l'entente avec Ronaldinho ne laisse présager que du bon. C'est d'ailleurs la saison durant laquelle le Barça remonte 20 points au Real entre janvier et mai et fini deuxième derrière Valence avec un belle victoire 2-1 à Bernabeu et un amour de louche en guise de passe de Ronnie pour Xavi. Une autre époque, c'est certain, où l’hégémonie des deux gros n'existait tout simplement pas. Saviola avait parfaitement les qualités pour réussir, il n'a pas voulu le montrer... monde de merde
Oui, c'est dommage, car il avait beaucoup de talent... et malgré sa "traîtrise" du départ au Real, il a quand même réussi l'exploit d'être encore apprécié du Camp Nou: ses premières saison ont été très régulières malgré les attentes et la pression sur ses épaules. Il marque 17 puis 13 puis 14 buts en Liga, sans compter les buts en Coupe d'Europe. Son prêt à Monaco n'est pas si dégueulasse, d'autant qu'il est arrivé blessé après les JO remportés avec l'Argentine, et donc sans préparation. Deschamps l'a d'ailleurs souvent exilé à droite, alors que Saviola n'est jamais meilleur que lorsqu'il joue avec un autre attaquant.
Par exemple, sa meilleure compétition reste 2006, dans la superbe sélection argentine de Pekerman. Avec Crespo en attaque et Riquelme en meneur, il a fait un premier tour exceptionnel, avant de rentrer un peu dans le rang. Finalement, il a fait des mauvais choix de carrière par la suite, avant de rebondir à Lisbonne. ça reste un attaquant atypique, doté d'une technique exquise, mais peut-être pas assez batailleur. Mais à Málaga, il aura sûrement une place assurée devant. Espérons que ça marche!
Marek Hamsik Niveau : National
Moi cet article m'a surtout permis de me rappeler que Giuly a joué au barça et y a gagné la Champion's. ca fait bizarre quand on y pense.
riquelmat Niveau : DHR
Aalala Saviola - Juan Pablo Angel - Aimar - Ortega . C etait le quator de choc de River puis est venu D'Alessandro
Quel jeu pratiquait les millonarios! L
@Marek Hamsik : Et il y était excellent !
Je me souviens d'être totalement tombé sous son charme lors de la coupe du monde des moins de 20 ans en 2001 où l'Argentine avec les Rodriguez etc avait été époustouflante. Cissé, il me semble l'avait même qualifié d'extraterrestre après son coup du chapeau qui avait terrorisé les petits bleus en quarts. Un sacré souvenir et puis plus rien faute à un Rijkaard notamment qui je pense ne l'a jamais mis en confiance. Un peu le symbole d'une sacrée génération argentine qui finalement n'a jamais réussi à s'imposer au très très haut niveau que ce soit en club ou en sélection (quoi qu'en 2006 je pense que si ça passait contre l'Allemagne, cette équipe allait au bout). Bref tout ça pour dire que ce mec a 30 piges quoi alors que c'était mon éternel espoir...
les argentins n ont jamais réussi au barca.

Je me souvient que les supporters du barça détestaient tous les joueurs non espagnol.

Il est parti par la petite porte , difficile après ça
de réussir ailleurs avec l étiquette d un loser et d un mercenaire.
Saviola et Todorov en attaque...
Roncatto et Toledo au milieu...
De la Cuesta en défense...

Avec ça, on pouvait remporter la Champion's.
Même avec Sochaux.
Oui Monsieur.
@tanvilo les argentins n'ont jamais réussi au barça ? T'es sur ? ;-)
"jamais été capable, en plus de dix ans de carrière, de réaliser une seule saison à 40 matchs"
C'est n'importe quoi, Saviola a fait 7 saisons à plus de 40 matches (51, 56, 57, 51, 48, 44, 47 exactement).
C'est quand même invraisemblable qu'un "journaliste" puisse écrire un article sur un joueur sans même regarder ses stats, alors que n'importe quel amateur trouve ça en 2 secondes sur wiki...
@Petereims : Oui le rédacteur doit vouloir dire "en tant que titulaire", ce qui serait exact dans ce cas, mais il a oublié cette partie :p

Sinon, sur l'expression "ne pas toucher terre", j'étais convaincu qu'elle avait un sens négatif, mais apparemment ça signifie comme "être sur un nuage" ou "marcher sur l'eau". Mais je n'arrive pas à trouver de définition valable sur Internet...
lo947
Bon j'vais pas vous mentir, Saviola est mon joueur préféré depuis 2004 et un but splendide contre Rennes en Coupe! A Barcelone ils n'ont jamais eu vraiment confiance en lui a partir du moment où le club a recommencer à gagner des titres, au Réal il ne jouait pas, et pourtant quel talent... J'esperes le voir de nouveau capable d'éclats de génie avec Malaga, comme face à la France ( Quelle action *BORDEL ). Vraiment dommage qu'il ai disparu de la séléction :/ Eternels regrets..
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
12 18