En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Napoli-Juventus (3-2)

Higuaín, l'enfer en retour

Le San Paolo lui avait promis une vague incessante de sifflets, d'insultes et de malédictions. Pour son retour à Naples, Gonzalo Higuaín devait vivre l'enfer. Pourtant, hier soir, en demi-finale retour de Coppa Italia, c'est l'Argentin qui a anéanti les espoirs des tifosi napolitains, en plantant deux buts splendides. Le tout en réglant ses comptes avec un certain Aurelio De Laurentiis. La vengeance est un plat qui se mange froid.

Modififié
Son visage est crispé et ses yeux lancent des étincelles. Face à lui, le San Paolo, qui hurle comme un seul homme pour l'accabler d'à peu près toutes les insultes qui composent le dialecte napolitain. Gonzalo Higuaín vient d'inscrire le premier but de la demi-finale retour qui oppose sa Juventus à son ex napolitaine, et son regard est tourné vers une tribune. Et plus précisément vers un homme : Aurelio De Laurentiis. Les lèvres de Gonzalo dessinent trois mots : « È colpa tua » ( « c'est de ta faute » en VF). Un geste en forme d'ultime revanche pour l'Argentin, pour qui, outre son départ, De Laurentiis a largement participé à attiser la haine des tifosi napolitains à son encontre.

De Laurentiis, le pyromane


Un ressentiment qui ne repose pas que sur du vide. Higuaín n'a cessé de le répéter : son refus de prolonger avec Naples et son départ pour la Juve ont été largement motivés par les désaccords de taille qui l'ont opposé à son président d'alors. Auquel il reproche notamment de ne pas lui offrir suffisamment de garanties sportives pour lui permettre de prolonger l'aventure avec les Partenopei. « Ça parlait d’un projet de niveau Ligue des champions... mais le club n’a fait aucun effort, car nous n’avons vu aucune recrue majeure arriver pour se battre pour le Scudetto. Gonzalo, du point de vue sportif, a des idées vraiment éloignées du club en ce moment. Nous avons aussi dû surmonter le fait que De Laurentiis appelle Gonzalo "chiattone" (le gros) à une période délicate de la saison (en février 2016, ndlr), certaines choses sont dures à oublier » , expliquait ainsi le frère d'Higuaín, Nicolas, à l'été 2016. Une version démentie par De Laurentiis, qui n'a depuis cessé d'incendier son ancien buteur dans les médias. En témoigne sa dernière sortie début mars. De quoi entretenir les flammes de la haine des supporters napolitains, qui considèrent Higuaín comme un Judas en puissance, auquel ils promettent l'enfer sur terre à chaque fois qu'il foulera la pelouse du San Paolo sous le maillot bianconero.

Retour de flammes


Malheureusement pour Aurelio De Laurentiis, Gonzalo Higuaín est un survivant. Un mec qui est revenu d'entre les morts après son raté monumental en finale de Coupe du monde et les critiques incessantes sur son prétendu mental en carton pâte. Un mec qui s'est imposé comme un attaquant digne du gratin mondial. Alors, ce mercredi soir, Pipita a rendu la monnaie de sa pièce à son ex-président. D'abord en inventant un but d'une finesse technique rare : bien servi par Sturaro, l'Argentin arme un amour de frappe au ras du poteau, qui laisse Reina complètement impuissant. Touché. Puis en plantant une frappe du droit en pleine lulu, après un service impeccable de Juan Cuadrado. Coulé. Le Napoli l'emportera bien trois buts à deux, mais grâce à son goleador argentin, la Juve s'assure assez sereinement sa place pour la finale de la Coppa Italia. Et si, en participant à faire grossir le ressentiment anti-Higuaín à Naples, De Laurentiis lui avait paradoxalement permis de trouver les ressources nécessaires pour tourner définitivement la page de sa romance avec le Napoli ? Cette soirée a un gout de réponse. Promettez-lui l'enfer, Gonzalo vous mettra le feu. Ça tombe bien, mardi prochain, c'est le Barça qui se déplace au Juventus Stadium. Avec un Higuaín aussi chaud que revanchard, la Vieille Dame vendra chèrement sa peau fripée. Frissons en perspective.




Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 21 minutes 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 2 il y a 1 heure Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger
Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4 Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 35 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85 lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40