Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Paris Saint-Germain

L'encombrant Monsieur Lugano

Présenté comme une recrue phare en août dernier, le capitaine de l'équipe nationale d'Uruguay, Diego Lugano, est aujourd'hui une épine dans le pied de Carlo Ancelotti. Pas au niveau, le défenseur central est en train de sérieusement égratigner son statut. À tel point que les dirigeants franciliens ne savent pas quoi en faire...

Modififié
Diego Lugano avait tout pour réussir à Paris. Une gueule, déjà. Des boucles soyeuses oscillant entre le brun divin et l'or. Un regard. Un caractère. Une dégaine. Une gouaille. Franchement, Lugano était fait pour réussir à Paname. L'Uruguayen est un patron. Un cadre. Un mec de vestiaire avec qui on part facilement à la guerre. Même en infériorité numérique. Quand il quitte Istanbul au cœur de l'été, les supporters de Fenerbahçe le portent en triomphe. Lui, leur capitaine. C'est un crève-cœur. Dans la capitale, on se frotte les mains. Le patron du récent troisième du Mondial 2010 arrive en France avec une grosse réputation. Dix mois plus tard, les dirigeants franciliens envoient des fax à toutes les bourses du monde pour trouver un acquéreur. Diego Lugano est devenu encombrant. Que faire de lui ?

Lui laisser encore un an

À Paris, on ne fait rien sans se référer à cette saloperie de jurisprudence Raï. Une faille dans le système qui défie toute logique. Quand un joueur réputé débarque, on lui laisse toujours une seconde chance (comprendre au moins deux saisons) avant de tirer des conclusions. La faute à l'ancien numéro 10 brésilien, fantomatique à son arrivée, génial les cinq années suivantes. Une logique qui a ses propres limites puisque des mecs comme Christian Wörns, Stéphane Dalmat ou Peter Luccin n'ont pas eu le droit de l'invoquer. Arrivé cramé de la Copa América, Lugano n'a pas eu de véritable préparation foncière cet été et se retrouve dans un championnat beaucoup plus imposant que ceux qu'il a déjà tâtés (Brésil et Turquie). Alors oui, le numéro 15 est d'une lenteur affligeante, ne sait pas relancer, défend comme un joueur de PH et semble perdu la gonfle au pied, mais on ne devient pas nul du jour au lendemain. Un mec adulé de la sorte au pays a forcément quelque chose d'autre à montrer. Même sa grinta et son expérience n'ont jamais pointé leur nez à Paname. Dans l'enfer du Vélodrome, dans des conditions qu'il est censé adorer, il s'est noyé. Mais dans le doute, on peut encore lui laisser une saison pour se racheter.

Le lourder au plus offrant

La messe est dite. Le Patrick Swayze de Montevideo est une pipe. Au mieux, il est du niveau de Talal El-Karkouri. Après avoir tout tenté, Carlo Ancelotti donne son feu vert. Lugano doit partir. C'est un échec. Il faut limiter la casse. Refourguer le joueur au premier club qui passe. On rappelle Fernerbahçe, São Paulo ou même le Nacional, tout en espérant que les scouts locaux n'ont pas regardé une seule performance de Lugano sous le maillot parisien. On prétexte une difficulté d'adaptation à la vie française, on flagorne un peu les mecs, on fait un effort substantiel sur la somme réclamée et on accélère au maximum dans les négociations. Dans un bon jour, on peut même faire une plus-value. Personne ne le regrettera. Sa cote d'amour s'est effilochée au fur et à mesure que son compteur « cartons jaunes » augmentait (7 cartons jaunes en 12 matchs, costaud). Si l'Anzhi Makhachkala ou Shanghai ont envie de se délester de quelques billets, welcome à eux. Le fil rouge est limpide : on dégraisse.

Le faire disparaître

Xavier Dupont de Ligonnès a réussi à semer son monde. Julien Faubert aussi. On peut raisonnablement croire en la faculté d'évaporation de Diego Lugano, l'Uruguayen. Un pays où les secondes vies font partie du patrimoine local. Dans le cadre de Diego, il s'agit de s'en débarrasser en douceur. Sur la longueur. Sans faire les gros titres. Pour ce faire, tous les stratagèmes seront acceptés : blessures diplomatiques, matchs avec la CFA, voyages humanitaires, maladie cardiaque l'obligeant à stopper sa carrière, dépression, licenciement pour faute grave, réorientation, désir d'entrer en politique au pays. Bref, il y a de quoi faire.


Le rentabiliser autrement

Le mec est nul sur un terrain de football ? Pas grave. On l'utilise autrement. Le type peut servir. Comme intermédiaire pour négocier certains transferts par exemple, notamment avec ses potes de la Céleste comme Edinson Cavani ou Luis Suárez. Son expérience peut également s'avérer utile dans l'encadrement sportif du club. Recruteur, entraîneur-adjoint, préparateur physique. Diego a peut-être la fibre pour l'enseignement et la pédagogie. Au pire, il peut migrer vers d'autres structures du club : stewart au Parc des Princes, modèle pour Jacques Dessange dans le mensuel 100% PSG, ambassadeur en Amérique du Sud. Après tout, Alain Roche respire toujours au sein de l'organigramme du club.


Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure Un joueur argentin accusé du meurtre d'un gardien passé par River Plate 6 il y a 1 heure Parme jouera bien en Serie A 20
Hier à 16:00 Paulo Bento débarqué de son club chinois 13
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall
Hier à 14:23 Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 14