1. //
  2. // 33e journée
  3. // Empoli/Napoli (4-2)

L'Empoli donne une leçon au Napoli

Pourtant dans une bonne dynamique, les Napolitains tombent lourdement ce soir en Toscane. Totalement dépassés en première mi-temps, ils réagissent trop tard en seconde et voient ainsi le podium s'éloigner dangereusement.

Modififié
5 12

Empoli 4-2 Napoli

Buts : Maccarone (8e), CSC de Britos (43e), Saponara (45e+1) et CSC d'Albiol (82e) pour Empoli / CSC de Laurini (65e) et Hamšík (90e) pour le Napoli

Ça s'appelle le respect des traditions. Avant cette rencontre, les Partenopei comptaient huit déplacements au stade Enrico Castellani sans jamais avoir réussi à s'imposer, pis, ils n'avaient inscrit que deux petits buts lors des affrontements en Serie B. Annoncé pourtant comme l'équipe en forme du moment, le Napoli a pris une véritable leçon de football de la part de cet Empoli qui aura surpris de bout en bout cette saison et qui est en roue libre depuis quelques semaines. C'est une défaite 4-2 après une rencontre étrange qui a vu pas moins de trois buts contre son camp. Pour participer à la prochaine Ligue des champions, il faudra probablement remporter la Ligue Europa.

Pucciarinho et Saponeymar


Un tabou à abattre donc, mais aussi le duel de Lorrains entre le Vosgien Koulibaly et le Mosellan Laurini. Un match dans le match. Le premier cité passe d'ailleurs une sale soirée, rapidement dépassé par les combinaisons des attaquants toscans, dont l'immortel Maccarone. Lancé en profondeur par Pucciarelli, « Big Mac » bat Andújar d'une frappe à ras de terre et continue de faire honneur au plus indémodable des burgers avec cette dixième réalisation personnelle. Le Napoli, qui aligne pourtant sa meilleure formation, est incapable de réagir, on note juste une tentative de loin d'Inler bloquée en deux temps par Sepe. Patient, l'Empoli attend le bon moment avant de frapper de nouveau et le fait par Saponara qui déborde, centre et trouve un Britos généreux qui paye son CSC à la 42e. Trois minutes plus tard, Pucciarelli justifie son surnom de Pucciarinho : slalom dans la défense adverse, frappe qu'Andújar repousse, à l'affût, Saponara sort une jolie reprise acrobatique pour le 3-0. L'arbitre siffle la mi-temps dans la foulée. Le Napoli est groggy.

Et un, et deux, et trois CSC


Benítez ne panique pas et décide tranquillement de faire entrer Albiol pour Ghoulam afin de décaler Britos à gauche pour stopper Pucciarelli. Pendant ce temps, Higuaín continue de passer ses nerfs sur ses coéquipiers. L'Argentin n'a pas encore touché un ballon potable, mais c'est toute l'équipe qui a complètement loupé l'approche de la rencontre. Le technicien espagnol tente alors un petit coup de poker, entrée d'Insigne pour Mertens et passage inédit en 3-5-2. Hasard ou coïncidence, cela provoque la réduction du score, même si c'est un autre CSC, cette fois de Laurini à la 65e. Voilà de quoi réveiller les Partenopei qui sont rejoints par Gabbiadini, soit le tout pour le tout avec quatre attaquants, plus Hamšík. Dans le même temps, l'Empoli baisse en intensité physiquement, s'ensuit donc une attaque-défense d'une dizaine de minutes (tentatives non cadrées de Callejón et Maggio) avant le coup de grâce signé… Albiol, lui aussi contre son camp, l'ex-Madrilène déviant un coup franc de Valdifiori. Ça en devient suspect. Hamšík régalera le public d'un joli mais inutile but dans les arrêts de jeu. 4-2 score final, et comme le dit le dicton, jamais 8 sans 9.

⇒ Résultats et classement de Serie A

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Helmut Rahn Niveau : CFA
Ils ont rendu l'Emploitesse avec 2 buts contre leur camp
rolls-reus Niveau : DHR
Message posté par Helmut Rahn
Ils ont rendu l'Emploitesse avec 2 buts contre leur camp


La vanne marche moins bien en utilisant le mot "emploi" à la place de Empoli..
Note : -1
Benitez est une pipe.

CQFD.
Depuis janvier je répète que le Napoli va finir devant la Roma, là commence à y avoir urgence les sudistes.


Autrement ce que fait Sarri devrait être pris en exemple par bonne part de la serie A mais pas que.
Pour mémoire budget de moins de 25 millions d'€ et à l'équilibre. En L1 ça fait moins que Reims et à peine plus que Bastia.
Milan_forza18 Niveau : CFA
Voila ce que je disais sur plusieurs articles sur napoli cette équipes va aligner 4,5 victoires d'affilée est d'un coup 4,5 matchs sans victoire....incroyable de voir ca sur une saison entière
Bourlareine Niveau : CFA2
Message posté par Trap
Depuis janvier je répète que le Napoli va finir devant la Roma, là commence à y avoir urgence les sudistes.


Autrement ce que fait Sarri devrait être pris en exemple par bonne part de la serie A mais pas que.
Pour mémoire budget de moins de 25 millions d'€ et à l'équilibre. En L1 ça fait moins que Reims et à peine plus que Bastia.


Bastia a battu Paris 4-2 aussi, ca ne veut absolument rien dire.
Helmut Rahn Niveau : CFA
Message posté par rolls-reus


La vanne marche moins bien en utilisant le mot "emploi" à la place de Empoli..


Oui je voulais écrire Empolitesse, mea culpa ^^
@ bourlareine, Bastia est dernier, Emploi 15ème, assuré de rester en A, joue un beau foot, avec 7 ou 8 joueurs locaux à chaque fois et son budget est équilibré. Tu vois la différence ?
Bourlareine Niveau : CFA2
Bastia est 13ème Trap. Avec le plus faible budget de L1.

Bon après sur la qualité du football je vois ce que tu veux dire...
Malheureusement, dans le championnat de la seconde moitié de tableau, il y a clairement une "prime à la défense".

En faite le championnat d'Allemagne a un niveau de merde.
Si Le Napoli qui s'est baladé contre le 2e se fait torcher par Empoli
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Snoop du monde
5 12