1. //
  2. // Groupe A
  3. // Liverpool/Udinese

L’embrouille à Totò

Mis à l’écart pour le dernier match de l’Udinese, Antonio Di Natale, buteur star du club frioulan, s’est brouillé avec son coach Guidolin. Un cas sans précédent dans le Frioul, et révélateur d’un début de saison plus que difficile.

Modififié
0 8
Dimanche 30 septembre. L’Udinese accueille le Genoa. Au terme d’un match assez fade, les deux équipes se séparent sur un score nul et vierge. Dans un sens, logique. Car si les Frioulans ont dominé, ils ont péché dans le dernier geste. Un truc inhabituel, lorsque Toto Di Natale est sur la pelouse. Seulement voilà, ce dimanche, Totò n’a pas joué. Pas une minute. Il n’était d’ailleurs même pas convoqué pour la rencontre. La raison ? Son coach Francesco Guidolin a décidé de le laisser en tribunes. Pas parce que le serial buteur italien était fatigué, mais parce que les deux hommes se sont embrouillés l’avant-veille. Si on essaye de chercher un précédent entre les deux loustics, on n’en trouvera pas. Alors ce « litige » serait avant tout le signe d’un malaise. À la base sportif, c’est évident : l’Udinese, qui truste les premières places de Serie A depuis deux ans, galère actuellement en bas de tableau. Mais pour que la tension s’étende aux deux hommes forts du groupe, et les dresse l’un contre l’autre… c’est qu’il y a franchement un problème.

Le malaise sportif avant tout

En fait, les difficultés que traîne l’Udinese depuis quelques semaines ont une date de départ : le 28 août dernier. Soit le jour du match retour de barrages de Ligue des champions que les Bianconeri disputent face à Braga. Après avoir bien négocié la première manche au Portugal en obtenant le nul (1-1), les Italiens sont logiquement favoris. Du moins en bonne posture pour aborder le match retour. Ils seront pourtant tenus en échec (1-1), puis éliminés de la pire des manières, aux tirs au but (5-4). La faute à Maicosuel, auteur d'une panenka ridicule. Toujours est-il qu’à partir de ce moment-là, les Frioulans traverseront une période de doute : une claque face à la Juventus (1-4), des nuls décevants contre Sienne (2-2), le Torino (0-0) ou donc, le Genoa (0-0). Ce que l’on pourrait appeler un « sursaut d’orgueil » avec une victoire face au Milan AC (2-1), est un peu atténué par le fait que les Milanais connaissent eux aussi une crise identitaire. Au bout de six journées de championnat, l’Udinese n’a donc récolté que six points. Au tableau d'affichage, le club pointe à une énigmatique 15e place. Étonnant ? Pas vraiment. Dans la politique du club, qui consiste à vendre chaque année ses meilleurs espoirs pour en révéler d’autres, il y a parfois des accrocs. Ainsi, durant le dernier mercato, Isla et Asamoah ont rallié la Juventus. Mais jusqu’à présent, aucune des nouvelles recrues, essentiellement brésiliennes (Allan, Willians, Maicosuel), ne s'est acclimatée au Calcio. Conséquence : une certaine baisse de régime. Ce qui arrive de temps en temps, à Udine : 2006/2007 avec une 10e place, ou en 2009/2010 avec une 15e place. Dans une période creuse, des tensions peuvent naturellement apparaître. Entre les petits nouveaux, les fortes têtes. Mais en aucun cas avec la star de l’effectif, âgée de 35 ans. Du moins, pas à Udine, quoi.

Alors, un problème Totò ?

Pourtant, c’est bien ce qu’il s’est produit le 28 septembre. Le litige entre Di Natale et Guidolin a deux versions. La première : ils se sont engueulés au début de la séance d’entraînement devant tout le monde. La seconde : ils se sont pris le bec dans les vestiaires en tête-à-tête. Dans les deux cas, il y avait un désaccord. Et Guidolin a décidé de sanctionner son attaquant. Le lendemain, en conférence de presse, l’ancien coach de Monaco tente cependant de minimiser l’incident : « Il y a eu un petit accrochage avec Di Natale, comme cela peut arriver en famille. Nous en avons déjà reparlé : notre relation est solide, positive. Nous avons beaucoup de matchs en ce moment, nous sommes un peu nerveux… » Suite à la rencontre face au Genoa, le technicien en révèle un peu plus aux micros de Sky : « Notre dispute ne me concernait pas directement. Il y a des règles dans le vestiaire et elles doivent être respectées. » Si elle ne concernait pas Guidolin, alors qui ? Selon un journaliste du Messaggero Veneto en effet, le buteur se serait à la base embrouillé avec deux préparateurs physiques. Fatigué, Totò aurait souhaité interrompre la séance. Devant le refus des deux assistants, il les aurait envoyés chier. Ces derniers seraient alors allés prévenir le coach, d'où une vive discussion entre les deux intéressés. Frustration, fatigue, tension... Savant mélange qui peut contrarier le sanguin napolitain. Parce que niveau caractère, s’il s’est calmé depuis son arrivée dans le Frioul, Totò a quand même deux antécédents d’engueulades : avec son coach Cosmi en 2006, à la suite d’une rencontre de Ligue des Champions face au Werder, et une autre (classée top secret) durant l'été 2007, où son mauvais comportement lui avait valu une exclusion d'une dizaine de jours. Depuis, cela dit, c’était le calme plat. Et tout le monde admirait, logiquement, le comportement exemplaire du Napolitain.

0,57 but par match sans Di Natale

La seule certitude dans cette histoire, c’est que sans Di Natale, l’Udinese a du mal à scorer. La preuve en chiffres : sur les 120 derniers matchs du club, Di Natale n’a pas été titulaire à 14 reprises. Sur ces 14 rencontres, les Bianconeri ont gagné un seul petit match, fait cinq nuls et perdu huit fois. Le tout pour huit buts marqués. Une moyenne de 0,57 but par match, contre 1,59 quand Totò est aligné d’entrée. Pas pour rien que l’Udinese n’a pas marqué lors de ses deux dernières journées de Serie A. C’est parce que l’homme providentiel, le meilleur buteur de l’histoire du club (137 buts, trois saisons consécutives à plus de 20 réalisations), n’était pas là. Réintégré dans le groupe pro ce lundi, Totò sera en tout cas présent face à Liverpool. On ne sait pas s’il fera la gueule, ni si ses rapports avec coéquipiers, coach ou dirigeants se sont dégradés. En revanche, à tous les coups, les Frioulans marqueront un but.

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Je ne pense pas que le fait de lui adjoindre Ranégie ait tellement déplu que ça à Di Natale. Ils se complètent plutôt bien au vu des quelques minutes où ils ont pu jouer ensemble.
Par contre ça ne m'étonnerait pas que Toto en ait marre du turn-over qui pousse Guidolin à économiser son bomber alors que le bomber en question veut jouer, retrouver son meilleur niveau et planter, planter, planter, à la mode de chez lui.
Sur le plan général, la très grosse ânerie de Maicosuel en préliminaire de LDC se paye encore. Il n'a plus été aligné depuis (soit puni, soit déprimé) et au vu de ses débuts à l'Udinese c'est bien dommage.
Moi en embrouille ? Aucun embrouille...
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
Bon, c'est un peu plus compliqué que ça. Déjà, il y avait eu un flottement entre Toto et Guidolin lors de l'été 2010, quand Guidolin est revenu dans le Frioul et que Pozzo était tout proche de vendre Di Natale à la Juve. On avait à l'époque parlé d'une vente validée par le nouveau coach...

Ensuite, comme précisé en fin d'article, la prise de bec de Toto, c'était avec un des (trop ?) nombreux adjoints de Guidolin. Ce qui a ensuite entraîné l'explication avec le coach et l'exclusion du bomber pour le match de dimanche dernier. Pas de quoi en faire un psychodrame, ça s'était produit l'an dernier avec Domizzi qui avait rougi les oreilles d'un Armero accusé de ne plus jouer à ce niveau (ce qui n'était pas faux.....et est malheureusement toujours vrai !). Domizzi avait été exclu un match, et avait ensuite repris sa place de titulaire indiscutable en défense. On parle du vice-capitaine, là. Juste pour signaler qu'avec Guidolin, le moindre écart disciplinaire est sanctionné ainsi, il ne faut en tirer aucune conclusion définitive.

Ici, en l'occurrence, Toto, comme tout le club et ses supporters, est frustré. Frustré de l'élimination en Ligue des Champions, frustré de ne pas recevoir de bons ballons (Isla et Asamoah étaient ses pourvoyeurs principaux...), frustré de ne pas claquer. Ajoutez à ça une condition physique pas optimum à cause de l'Euro et vous avez de quoi piquer une petite colère à l'entraînement. Mais Toto était dans les tribunes dimanche en signe d'apaisement, et tout est déjà oublié. Attendez-vous à un but ce soir à Anfield. Ou plus...

Bon, sinon, le problème d'Udine, c'est clairement le milieu de terrain. Brkic n'est pas Handanovic, mais il est bon. La défense, c'est la même, et l'attaque, une fois Muriel remis, sera plus forte que l'an dernier. Le problème, c'est le remplacement d'Isla et Asamoah. Le jeu frioulan passait par les doublettes Isla-Basta et Asamoah-Armero. Deux sont partis, et Armero a la tête (et les pieds) ailleurs depuis un bon moment. Reste le seul Basta, qui a besoin d'un binôme (qui pourrait être Pereyra) et un côté gauche à reconstruire. Avec Lazzari et Pasquale ? Ce n'est pas aussi fort qu'Asa-Armero, mais ça tient la route. Sinon, le fameux hypothétique changement de système qui déplairait supposément à Di Natale... Une fois Muriel rétabli, je verrais bien un milieu Basta-Pinzi-Lazzari-Pasquale derrière une doublette Muriel - Di Natale avec Fabbrini en trequartista juste derrière...
Grazie Ragno pour ces infos toujours aussi complètes !

Je note que dans tes compos il n'y a aucune place pour Panenkasuel. Tu penses qu'on ne le reverra pas ?

Faraoni m'avait beaucoup plu l'an dernier dans la période où l'Inter coulait et qu'il était un des rares à se distinguer. Pour l'instant il est bien en dessous de qu'il a pu montrer à l'époque.
rainbowmatador Niveau : District
Cette équipe pourrie m'insupporte. Chaque fois que je vois l'Udinese, c'est toujours la même rengaine. Une équipe qui joue bien et qui a la fin de saison vend ses 4/5 meilleurs joueurs..; et 2 mois plus tard se fait sortir comme des malpropres en tour préliminaire de la LDC. C'est avec ce genre de procédés que le championnat italien s'affaiblit, si derrière, ils ne rachètent pas. Une petite pensée pour le Napoli qui aurait pu jouer la LDC ou même la lazio...

Un supporter du championnat Italien
Erreur, c'est plutôt 3/4 des meilleurs joueurs vendus à chaque fin de saison. Et ça fait des années que l'Udinese rachète derrière si tu regardes bien. Moi je n'ai pas oublié les prédictions catastrophistes qu'on avait entendues après le départ de Sanchez au Barça et la belle saison qui a suivi.
Sur le fait que l'Udinese affaiblit le championnat italien, je crois que tu n'as pas remarqué qu'elle avait fait venir en Italie un sacré paquet de joueurs qui sont ensuite allés faire les beaux jours d'autres clubs de Serie A. Inler, Asamoah, Handanovic pour les plus récents, mais on peut remonter à Bierhoff aussi. Qui fait un plus gros boulot de repérage que l'Udinese en Italie ?
Le seul truc à leur reprocher, c'est de démarrer chaque saison avec un groupe en rodage et je suis le premier à râler parce que deux fois ça a coûté la qualif pour la LDC.
OuinOuinOuin Niveau : Ligue 1
Résultat des courses, victoire à Liverpool avec un but de Toto!
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
@ Re_David :

Comme toi, j'aimerais bien revoir Maicosuel, il avait été pas mal en doublette avec Muriel à Florence... Mais Guidolin s'est entiché de Ranégie et même Barreto est passé devant. Sur le papier, l'attaque a vraiment de la qualité, mais va y avoir un gros travail d'adaptation pour les 3 nouveaux (Muriel compris). Guidolin est exigeant tactiquement, et va prendre le temps de les intégrer. L'an dernier, Pereyra n'a pas beaucoup joué jusqu'à la blessure d'Isla, et n'était pas convaincant lors de ses entrées. Mais au bout de 6 mois, il a eu une vraie chance et, même s'il n'est pas encore au niveau du Chilien, il a suffisamment progressé pour être une vraie solution.

Faraoni, lui, est plutôt décevant depuis son arrivée. Il n'a pas le volume de Basta (ou d'Isla l'année d'avant). Lui aussi a besoin de temps...

Un qui est attendu depuis 2 ans maintenant, c'est Badu. Apparemment, il a été très actif hier à Anfield. Mais celui que Pozzo annonçait comme le remplaçant d'Inler a encore du chemin à faire...

Pour les 2 Brésiliens du milieu, 2 situations différentes. Allan est plus dans le cas de Badu ou Pereyra : il est jeune et on lui donnera le temps de s'adapter. Willians, c'est plus compliqué, il est limité dans la construction du jeu, donc son rôle devrait se cantonner à remplacer Pinzi devant la défense dans les matches où il faut tenir le score. Y'a pas de place à part entière pour un pur 6 dans le système de Guidolin. Et comme il est plus vieux (comme Maicosuel), il ne devrait pas faire long feu à Udine s'il ne montre pas rapidement un peu plus.

En défense, c'est plus figé. Les 3 titulaires sont indiscutables et Coda est le remplaçant n°1. Heurtaux et Angella ont encore du boulot devant eux pour venir le concurrencer...

Et dans les buts, si Brkic est solide sans être aussi fort qu'Handanovic, Padelli, c'est une catastrophe pour moi. On va donc croiser les doigts pour que le Serbe évite les pépins physiques.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 8