1. //
  2. // Gr. D
  3. // Espagne-Croatie (1-2)

L’effet de Srna

Depuis le début du tournoi, la Croatie est à l'image de son capitaine et modèle. Belle, sentimentale, parfois vicieuse et insatiable.

Modififié
1k 11
On joue la 70e minute et toujours 1-1 au tableau d’affichage. Sans le faire vraiment exprès, Vrsaljko pousse David Silva dans la surface de réparation et offre un penalty litigieux, mais pas complètement immérité, au vu du match, à l’Espagne. Et donc, dans l’esprit de tous les téléspectateurs, la première place du groupe D ne peut désormais plus échapper à la Roja. Et pourtant... Pourtant, Darjo Srna, l’âme, lame, larme de cette équipe-là, va en décider autrement. Il se dirige vers son banc, demande à Modrić de quel côté Ramos a l’habitude de tirer ses penaltys, va voir Subašić, lui donne l’information, déstabilise le Madrilène prévenu par Busquets et précipite donc la chute de l’Espagne. Le ballon ne finira pas en orbite cette fois-ci, mais dans les gants du gardien monégasque. Quelques minutes plus tard, Perišić ira crucifier De Gea. 2-1. La Croatie est première du groupe D, à la surprise générale.


Cette action n’est qu’un symbole. Et d’ailleurs, même si Subašić assure que Srna lui a donné le bon côté au micro de beIN, rien ne nous assure que c’est vrai, et puis surtout, ce n’est pas Srna qui a sorti ce penalty. Mais voilà, à 34 ans, le capitaine croate incarne aujourd’hui une certaine idée du football. Le football vicieux, émotif, combatif. Le football qui fait vibrer. Il y a dix jours, le 12 juin, son père décédait en plein match contre la Turquie. Darijo quitte ses coéquipiers et retourne chez lui, pour les obsèques. Trois jours plus tard, il est de retour contre la Tchéquie, alors qu’on ne l’attendait pas forcément de sitôt, et nous dresse le poil pendant l’hymne croate.


Les deux buts, marqués ce jour-là, lui sont directement dédiés. Srna, malgré l’absence, la perte, tient à jouer ce match et pas seulement pour se changer les idées. Il est acteur de l’ascension et de la chute de son équipe face à la Tchéquie. Et si on retiendra forcément plus la performance de Perišić contre l’Espagne (une passe décisive, un but et une activité folle pour l’Interiste) que la sienne, c’est parce que les chiffres ont souvent plus d’impact. Mais en y regardant de plus près, c’est clairement l’homme au brassard jaune qui devrait obtenir le statut de MVP pour l'ensemble de son œuvre. D’abord, appliqué à bien défendre, comme tous ses coéquipiers, il a ensuite largement contribué à briser le moral des Espagnols. En défendant bas, sans se jeter, mais intelligemment, histoire de dessiner des autoroutes dans le dos de Piqué et Ramos. Par des remontées de balles supersoniques. Par des centres millimétrés. En mettant régulièrement l’arbitre sous pression. Par des gestes à la limite du fair-play. En encourageant ses coéquipiers dès qu'il sent un coup de mou.


En haranguant le plus souvent possible le public. En mettant le doute sur Sergio Ramos à un moment crucial du match. Bref, en montrant l’exemple à ses coéquipiers. Que ce soit du point de vue du jeu, de l’intelligence tactique ou de l’émotion, la Croatie est pour le moment sans problème sur le podium de cet Euro. Et Darijo Srna n’y est clairement pas étranger.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

TheGoatKeeper Niveau : National
 //  05:04  //  Amoureux de Lyon
Putain, cest pas juste. Ma detresse est dautant plus grande du coup quand on est avec nos amis pat et baki

Jai limpression de sortir au pmu quand la croatie se faire la tournee des grands ducs
TheGoatKeeper Niveau : National
 //  05:05  //  Amoureux de Lyon
Bravo a lui quand meme, surtout au niveau de la tragedie quil vient de vivre.

Monsieur.
Note : -2
De ce pénalty, je ne retiendrai que l'incompétence de l'arbitre.

Il n'y a pas faute, il colle un carton jaune à deux joueurs Croates et il laisse le gardien s'avancer autant qu'il le souhaite.

Ce système de cartons, la manière dont il est appliqué, me semble tellement dépassé par rapport à ce qu'est le football désormais.

Entre les arbitres qui en collent à torts et à travers et les joueurs qui usent et abusent du système, çà ne sert plus vraiment le jeu.

Un système, comme au rugby, avec des exclusions temporaires, recentrerait l'utilité du carton. 10 15 min sur le banc.

Que le joueur subisse directement la sanction, au lieu d'additionner les cartons sur plusieurs matchs, autre ineptie qui n'encourage pas spécialement au bon comportement en plus de pouvoir se révéler injuste.
On vient d'avoir la description d'un vrai capitaine.
La justesse et la lucidité dont il a fait preuve contre les Tchèques quand on sait ce qu'il venait de vivre, très impressionnant.
The_expressions Niveau : District
Il est le capitaine du Shaktar et de la sélection depuis de nombreuses saisons maintenant. il mérite cette reconnaissance !
(Et quand on sait qu'il s'est énormément investis pour aider les enfants de Donetsk durant le conflit Ukrainien)

Dario coeur avec les doigts
Tout a fait.
Ca colle des cartons jaunes s'importe comment et ca chie dans son froc quand il faut mettre le rouge.
Srna aurait du regagner les vestiaires.
 //  10:35  //  Amoureux de la Bolivie
As t-on vu Srna loupé un match ?
Avec la Croatie, j'ai aucun souvenir qu'il a un fait un mauvais matches en phase finale de coupe du monde ou euro.
Avec le Shakhtar j'ai en mémoire quelques matches de dingue qu'il a sorti quand Donetsk va claqué la coupe UEFA ou realisé un bon parcours en LDC où il vont jusqu'en quart.

Srna c'est une régularité monstre sur son flanc droit à 34 ans il est encore là. L'un des 3 ou 4 back droit depuis 10 ans, y'a que Lahm et Alves que je vois plus fort. Alors oui, on va me dire il n'a jamais joué dans un grand club, mais Donetsk sur ces 10 dernières années c'est des résultats européens supérieures à beaucoup d'autres clubs.

Et quand on connait son histoire personnelle et familiale (sur son frère handicapé, son implication dans des oeuvres associativres à destination des enfants etc...), une icône à Donetsk qui mérite un énorme respect.
Message posté par ajde59
As t-on vu Srna loupé un match ?
Avec la Croatie, j'ai aucun souvenir qu'il a un fait un mauvais matches en phase finale de coupe du monde ou euro.
Avec le Shakhtar j'ai en mémoire quelques matches de dingue qu'il a sorti quand Donetsk va claqué la coupe UEFA ou realisé un bon parcours en LDC où il vont jusqu'en quart.

Srna c'est une régularité monstre sur son flanc droit à 34 ans il est encore là. L'un des 3 ou 4 back droit depuis 10 ans, y'a que Lahm et Alves que je vois plus fort. Alors oui, on va me dire il n'a jamais joué dans un grand club, mais Donetsk sur ces 10 dernières années c'est des résultats européens supérieures à beaucoup d'autres clubs.

Et quand on connait son histoire personnelle et familiale (sur son frère handicapé, son implication dans des oeuvres associativres à destination des enfants etc...), une icône à Donetsk qui mérite un énorme respect.


T'as tout dis !
J'adore ce joueur et son match d'hier montre bien son niveau !
"Sans le faire vraiment exprès, Vrsaljko pousse David Silva dans la surface de réparation et offre un penalty litigieux, mais pas complètement immérité, au vu du match, à l’Espagne."

Alors de 1 c'est Aduritz qui pousse Vrsaljko qui tombe sur Silva.
Et surtout de 2 ça veut dire quoi un pénalty litigieux mais pas complètement immérité, au vu du match, à l'Espagne ?
Qu'on siffle pas la faute pour ce qu'elle est mais comme c'est l'Espagne qui menait à peu près les débats on la siffle ?
Attend vas y avoir 1-1 la merde l'Espagne domine, tkt on siffle péno ça va le faire.
C'est une justif un peu osée quand même !
Lucho Gonzes à l'aise Niveau : DHR
ya un article sur cahiersdufoot.com mais j'ai la flemme de le chercher. du genre long , détaillé et bien construit. il y a un an je crois
Je_Vous_Aime Niveau : Loisir
C'est dingue, vous ne cesserez donc jamais de vous enflammer ? De bonnes prestations, une histoire touchante et on fait de Srna l'un des 3 meilleurs latéraux des 10 dernières années...
Pourtant le type a toujours été très bon et personne n'en parlait, il avait été énorme pendant le beau parcours du Shakhtar en C3 cette année. Mais bon, c'est plus facile de juger un joueur sur 3 matchs... et après ça se plaint des enflammades répétées des médias.
Surtout qu'hier il est loin d'être irréprochable, aux fraises sur le premier but espagnol. Heureusement, il s'est rattrapé avec notamment un apport offensif non négligeable.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1k 11