Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // Mondial 2018
  2. // Qualifs
  3. // France-Luxembourg (0-0)

L’EDF et la simple panne

Si le match nul des Bleus contre le modeste Luxembourg, 136e équipe mondiale, a déçu et représente un mauvais résultat, considérer cette prestation comme une honte serait malvenu. Car la France, qui a affiché un très bon état d’esprit, n’a cessé de tenter et doit avant tout regretter son manque de réalisme.

Modififié
Il était 22h30 ce dimanche soir à Toulouse et certains fans locaux du Stadium faisaient la gueule. Eux avaient le droit de se plaindre : venus pour assister à un spectacle qui promettait de s’achever sur un 5-1 ou sur un 6-0, ils n’auront pas observé un seul filet trembler. Leur équipe de France venait de passer 90 minutes sans marquer un seul but au Luxembourg, adversaire présumé facilement battable, et n’avait donc pas réussi à faire lever les foules ne serait-ce qu’à une petite reprise.

Il n’en a évidemment pas fallu davantage pour que certains journaux nationaux s’abandonnent à la démagogie ou crient au scandale et que leurs éditos tombent dans le dramatique ou dénoncent le caractère pseudo-ridicule de la situation. Ainsi, les Bleus seraient tombés très « bas » , le résultat constituerait « une claque  » et le match nul « une catastrophe » . La prestation serait « inqualifiable » et « difficilement pardonnable » . La sélection hexagonale serait désormais la risée de l’Europe, et son futur pourrait rapidement s’assombrir encore plus. Bah voyons.

La manière ou la victoire ?


En prenant un peu de recul, tout supporter qui soit ne devrait pas être en phase avec ce discours alarmiste et exagéré. Certes, la France n’avait jamais lâché de point à son rival du soir (depuis 1914). Oui, ce dernier ne se situe qu’au 136e rang du classement mondial FIFA et ne s’est pas imposé lors de ses 26 derniers déplacements (vingt défaites). OK, Layvin Kurzawa a foiré ses 17 centres. Effectivement, la bande de Didier Deschamps s’est montrée d’une maladresse anormale à ce niveau devant les cages de Jonathan Joubert, et le coaching aurait pu s’avérer plus inspiré.


Mais il ne faut tout de même pas oublier ce que l’unanimité reprochait à cette sélection il n’y a pas si longtemps : la détermination. Et à ce niveau-là, Paul Pogba et ses potes ont clairement démontré qu’ils avaient envie de faire gagner le maillot qu’il portait. 34 tentatives, deux barres transversales, peu de temps mort (mis à part, peut-être, le dernier quart d’heure), un jeu constamment tourné vers l’avant, des efforts vains, mais réguliers, pas de lassitude ni de désespoir, aucune forme de renoncement... L’EDF est loin d’avoir mal joué. Elle est encore plus loin d’avoir ennuyé.

Un adversaire à la hauteur


Il faut également savoir rendre hommage aux bonhommes qui se trouvaient en face et qui ont joué leur vie sur ces 90 minutes. Le Luxembourg ne l’a d’ailleurs pas caché : ce nul, c’est « leur jour de gloire » à eux. Et ils l’ont mérité. Excellents en défense, rigoureux dans leur organisation et propres dans leurs interventions, les hommes du Grand-Duché, qui marquent de véritables progrès depuis plusieurs mois, ont pu compter sur un portier en réussite pour parvenir à leurs fins. Remontés comme des horloges pendant une heure et demie et solidaires comme les dix (onze, même) doigts de la main, les outsiders de l’événement ont prouvé que les exploits ne tenaient pas toujours et uniquement à la méforme du favori. Affirmer le contraire serait manquer de respect à cette équipe qui fut agréable à voir défendre ensemble.


Enfin, n’oublions pas que les Bleus ne s’en sortent pas si mal que ça sur le plan comptable. Alors qu’elle pointait au deuxième rang du classement derrière la Suède avant la trêve internationale, elle se trouve actuellement en tête du groupe A (un point devant la nation de Zlatan Ibrahimović) et reste la mieux placée pour décrocher le ticket d’entrée direct menant à la Coupe du monde 2018. Toujours sereine et maîtresse de son destin, l’EDF est parfaitement consciente que le manque de réalisme est souvent un problème qui masque les qualités d’une team. N’en déplaise à certains éditorialistes.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:53 Le coup de gueule de Didier Quillot après les multiples reports en L1 84 Hier à 16:04 Trêve de publicité pour les paris en ligne en Grande-Bretagne ! 15
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 08:58 Tony Chapron : « La VAR n’est pas juste » 125
À lire ensuite
La roche Joubert