1. // Ukraine – Reprise de la saison

L’avenir du foot ukrainien en questions

Avec deux semaines de retard, c’était l’heure de la reprise ce week-end pour le football en Ukraine, un pays qui n’a que très peu lâché la une de l’actualité ces dernières semaines. On dit la Crimée décidée à se rattacher à la Russie, on dit le territoire profondément divisé entre l’Ouest pro-européen et l’Est pro-russe, on dit clairement que tout ça ressemble au final à un climat de guerre civile. Si l’avenir du championnat national est évidemment secondaire, on peut quand même s’inquiéter de son sort. Diagnostic.

Modififié
0 15
Le championnat reprend-il normalement ?

Déjà longue en temps normal à cause de l’hiver particulièrement rigoureux en Ukraine, la trêve hivernale a été prolongée de deux semaines supplémentaires cette saison en raison des graves troubles qui ont secoué le pays : les manifestations à Kiev et un peu partout sur le territoire, la destitution du président pro-russe Viktor Ianoukovitch, la réplique des pro-Russes avec Poutine en observateur fureteur, la situation géopolitique complexe du territoire de Crimée, l’ambiance de défiance entre l’Ouest et l’Est du pays, etc. Tout ça figure à la Une de tous les journaux et JT depuis déjà un paquet de semaines et l’instabilité reste grande, tout comme l’incertitude entourant l’avenir à court et moyen terme de l’Ukraine. Et donc le football dans tout ça est quand même bien peu de chose. Mais peut offrir l’occasion de retrouver un semblant de normalité. C’est en tout cas l’avis du nouveau ministre des Sports Dmitry Boulatov, qui s’est montré insistant pour que le championnat reprenne finalement ses droits ce week-end, alors que ça aurait dû initialement redémarrer le 28 février. Il a carrément évoqué un « besoin vital » de la population pour le football, terminant son allocution publique d’un vibrant « Il unit l’Ukraine, unissons l’Ukraine ! » Le report avait été décidé par le tout nouveau ministère de l’Intérieur, mais le ministère des Sports et la fédé de football se sont montrés assez convaincants pour persuader le nouveau pouvoir en place que ça devait reprendre, sans trop de risque niveau sécurité. D’ailleurs, tous les clubs participant à la Premier League ukrainienne souhaitaient réinvestir les pelouses, et notamment le meilleur d’entre eux : le Shakhtar Donetsk. Bien que situé en plein territoire pro-russe, l’actuel leader, quadruple champion en titre, a publiquement montré des signes d’unité et de réconciliation, par le biais de son directeur général Sergei Palkin, qui avait émis le souhait que pour cette reprise, toutes les équipes du championnat remplacent symboliquement le sponsor maillot par des mots de soutien à l’unité nationale. Le richissime propriétaire du Shakhtar, Rinat Akhmetov, prône aussi l’apaisement, bien qu’il ait été un fidèle soutien du président destitué Ianoukovitch.

Des équipes ont-elles souffert plus que d’autres ?

Une équipe ressort particulièrement ébranlée par ces événements, et ce n’est rien de moins que le second au classement à mi-saison : le Metalist Kharkiv, en plein territoire pro-russe, propriété de Serguei Kurchenko, l’un des plus proches conseillers de Ianoukovitch. Il fait partie des 18 personnalités identifiées par l’Union européenne comme étant responsables de détournement de fonds appartenant à l’État ukrainien. Ses avoirs ont été gelés et il est actuellement en fuite à une adresse inconnue, très probablement en Russie. Sans son boss, c’est l’anarchie à Kharkiv, qui a perdu son entraîneur historique Myron Markevych, démissionnaire. Le directeur sportif danois Frank Arnesen, qui venait tout juste de s’engager avec le Metalist, a également préféré démissionner. Face aux difficultés financières qui ne peuvent qu’empirer, le club a aussi décidé de brader son meilleur joueur, l’attaquant international Marko Dević, transféré au Rubin Kazan.

Le Tchernomorets Odessa, ancien adversaire de Lyon en C3, a aussi proposé à certains de ses joueurs étrangers une séparation à l’amiable. Cinq d’entre eux ont accepté, dont le Franco-Ivoirien Franck Dja-Djédjé. D’autres joueurs étrangers, présents en nombre dans le championnat ukrainien, ont matière à s’inquiéter de la tournure prise par les événements. Si les troubles persistent, le Shakhtar va-t-il continuer à attirer autant de bons espoirs brésiliens dans ses rangs ? Le jeune international Bernard n’a en tout cas plus beaucoup de temps pour convaincre son sélectionneur Luiz Felipe Scolari qu’il sera en jambes pour la Coupe du monde.

En revanche, parmi les clubs qui pourraient tirer parti du contexte actuel, se trouve le Dniepr Dnipropetrovsk. Habitué des premières places, il est présidé par l’oligarque Igor Kolomoisky, un proche du nouveau pouvoir en place qui vient d’être nommé gouverneur de la ville depuis le 1er mars.

Quid des deux clubs de Crimée ?

C’est la plus grande des inconnues : que va-t-il advenir des deux clubs de première division ukrainienne situés en Crimée, le FC Sébastopol et le Tavria Simferopol ? Leur avenir dépend de l’avenir du territoire, qui s’est récemment désolidarisé de l’Ukraine et dont la population a plébiscité ce week-end un rattachement à la Russie, dont elle est historiquement liée. Contacté la semaine dernière, le journaliste sportif local Andriyuk Kostylantyn se montrait plutôt clair. « Je n’imagine pas ces deux équipes rejoindre le championnat russe pour autant, clame-t-il. Des rumeurs en font état mais ce ne sont que des rumeurs. » Aucun des dirigeants des deux clubs n’a d’ailleurs pour l’instant exprimé un quelconque désir de changer de championnat. Mais le calendrier a été particulièrement coquin avec le destin puisque la reprise ce week-end voyait le Dynamo Kiev affronter le Tavria Simferopol… Le match devait se tenir initialement en Crimée mais il a finalement été délocalisé à Kiev dimanche. Les leaders du nouveau gouvernement de Crimée, Volodymyr Konstantinov et Serhiy Aksionov, ont mis une forte pression sur le FC Tavria pour l’empêcher de se rendre à Kiev mais le match a bel et bien eu lieu, avec une victoire 2-1 du Dynamo de Younès Belhanda.

Qu’en disent les stars ukrainiennes et les supporters ?

Beaucoup des groupes ultras des différents clubs d’Ukraine (à l’ouest comme à l’est) ont été des activistes en première ligne des manifestations anti-Ianoukovitch. À voir si l’unité contre un ennemi commun va durer ou si les vieilles querelles vont reprendre… Dans les semaines à venir, il va aussi falloir scruter avec attention les déclarations des acteurs du football ukrainiens, qui se sont montrés bien discrets depuis quelques semaines… La légende Andriy Chevtchenko notamment a beaucoup déçu le journaliste Andriyuk Kostylantyn : « Sa vie est entre Londres et Milan maintenant, et je ne l’ai pas entendu dire un mot de réconfort ou de soutien pour son peuple, pas un ! » Autre légende, l’entraîneur du Dynamo Oleg Blokhine était un soutien officieux de Ianoukovytch et se trouve donc assez mal placé pour l’ouvrir… Parmi les joueurs actuels, quelques timides appels à la paix se sont fait entendre (Tymoschuk, Chygrynskiy…). « Un seul joueur a eu le courage de l’ouvrir, c’est l’ancien international Volodymyr Yezerskiy, qui joue aujourd’hui à Hoverla Oujhorod, constate Andriyuk Kostylantyn. Il a dit clairement : ʺles manifestants de la place Maïdan sont des héros.ʺ Il est le footballeur dont les Ukrainiens doivent aujourd’hui se montrer le plus fiers. »

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

jean-registre Niveau : CFA2
Quel bâtard ce Chevtchenko. Rien à foutre de son pays
mackallaway Niveau : CFA2
Un footballeur n'a pas vocation à appeler à la paix ou autre chose. Ca m'a toujours fait rire ce genre de remarques...des mecs abusés par le pouvoir font se laisser adoucir par un très grand joueur...un peu comme les Africains avec Drogba ou Adebayor. Si Cheva n'en avait rien à carrer de son pays, il n'aurait pas continué si longtemps en équipe nationale pour tenter de faire progresser le pays. Idem pour son retour au Dynamo à partir de 2009. Et puis le journaliste qui dit qu'il passe son temps entre Londres et Milan...bah tu m'étonnes bonhomme, encore heureux qu'il préfere passer du temps dans ses deux villes plutot que dans son pays
Message posté par mackallaway
Un footballeur n'a pas vocation à appeler à la paix ou autre chose. Ca m'a toujours fait rire ce genre de remarques...des mecs abusés par le pouvoir font se laisser adoucir par un très grand joueur...un peu comme les Africains avec Drogba ou Adebayor. Si Cheva n'en avait rien à carrer de son pays, il n'aurait pas continué si longtemps en équipe nationale pour tenter de faire progresser le pays. Idem pour son retour au Dynamo à partir de 2009. Et puis le journaliste qui dit qu'il passe son temps entre Londres et Milan...bah tu m'étonnes bonhomme, encore heureux qu'il préfere passer du temps dans ses deux villes plutot que dans son pays


Entièrement d'accord, faire progresser le pays c'est d'abord être bon là où on est compétent, et savoir s'y cantonner.
Fabien_Gr'Audard Niveau : Loisir
Dans un pays si divisé, on peut comprendre que les joueurs préfèrent rester en retrait...
L'évolution de la situation footballistique va être intéressante à suivre en tout cas
Et comme par hasard, Yezersky est de Lviv, soit la plus importante ville de l'Ukraine "anti-russe", et il joue à Oujgorod qui est à la frontière de l'UE. Il reprend simplement le sentiment de sa communauté le mec.
Spartakist Niveau : CFA2
Message posté par sissa
Et comme par hasard, Yezersky est de Lviv, soit la plus importante ville de l'Ukraine "anti-russe", et il joue à Oujgorod qui est à la frontière de l'UE. Il reprend simplement le sentiment de sa communauté le mec.


Evidemment. En plus d'être de Lvov, Yezersky a pour prénom "Volodymyr" soit la version ukrainienne de Vladimir. Ça en dit long sur le background familial. Quant à Shevchenko, bravo à lui d'être resté à sa place contrairement à l'autre vendu de boxeur né au Kazakhstan et désormais exilé en Allemagne qui se la joue patriote.
Note : 1
Ce qui me fait chier pour l'Ukraine, c'est qu'une grosse partie du peuple n'a pas su voir la manipulation étasunienne derrière tout ça. C'est la technique du printemps arabe, d'ailleurs ils essaient de foutre le même bordel en Algérie, et y a déjà eu un gros paquet d'agents du Mossad notamment arrêtés. Leur but est de contrôler via le bordel ambiant les ressources qui transitent et existent dans les pays stratégique. Le problème c'est qu'à chaque fois la Russie les en empêche. Parce que mine de rien, la Russie avait juste proposé d'améliorer les échanges économiques et d'effacer la dette ukrainienne. C'est vrai que c'est grave comme proposition !
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Message posté par mackallaway
Un footballeur n'a pas vocation à appeler à la paix ou autre chose. Ca m'a toujours fait rire ce genre de remarques...des mecs abusés par le pouvoir font se laisser adoucir par un très grand joueur...un peu comme les Africains avec Drogba ou Adebayor. Si Cheva n'en avait rien à carrer de son pays, il n'aurait pas continué si longtemps en équipe nationale pour tenter de faire progresser le pays. Idem pour son retour au Dynamo à partir de 2009. Et puis le journaliste qui dit qu'il passe son temps entre Londres et Milan...bah tu m'étonnes bonhomme, encore heureux qu'il préfere passer du temps dans ses deux villes plutot que dans son pays


Derrière une footballeur, tu peux avoir (ok, c'est rare) un mec qui réfléchit ou qui souhaite prendre parti des événements qui se passent dans son pays.
Le conflit des Balkans avait bien révéler cela à l'époque, comme par exemple Lukic qui avait décidé de prendre les armes pour défendre Milosevic alors qu'il était sous contrat avec le Fc Metz.
T'as raison Charrua, et le 11 septembre c'est les américains aussi non ?
Spartakist Niveau : CFA2
Message posté par Charrua
Ce qui me fait chier pour l'Ukraine, c'est qu'une grosse partie du peuple n'a pas su voir la manipulation étasunienne derrière tout ça. C'est la technique du printemps arabe, d'ailleurs ils essaient de foutre le même bordel en Algérie, et y a déjà eu un gros paquet d'agents du Mossad notamment arrêtés. Leur but est de contrôler via le bordel ambiant les ressources qui transitent et existent dans les pays stratégique. Le problème c'est qu'à chaque fois la Russie les en empêche. Parce que mine de rien, la Russie avait juste proposé d'améliorer les échanges économiques et d'effacer la dette ukrainienne. C'est vrai que c'est grave comme proposition !


Le peuple ukrainien n'est pas dupe concernant "la manipulation étasunienne" bien que sur ce coup-ci, l'UE ait également joué un rôle déterminant.

En Ukraine, tout le monde sait très bien que ce ne sont pas les berkuts qui ont tiré sur la foule. Tout le monde sait très bien que la résistance à Maidan, recevait chaque jour de l'argent qui était acheminé par des vols de la Lufthansa et dans des valises diplomatiques américaines pour un total de 3 milliards d'euros.

Mais la réalité est autre. Le peuple ukrainien en a plein le cul de vivre sous la férule de gangsters. L'Ukraine est le pays développé le plus corrompu au monde. Et les occidentaux ont joué cette carte. Avec succès. Le peuple était pour un changement, quel qu'il soit. Et quand un régime s'effondre aussi facilement à cause d'éléments extérieurs, c'est qu'il était déjà bien pourri de l'intérieur.

L'Ukraine n'est pas différent des autres pays du monde. Quand y'a du changement dans l'air, tout le monde veut une part du gâteau. C'est de là que provient la division du pays. Ce sont les ambitions de politiciens arrivistes qui provoquent ce chaos. Soutenus ou pas par des agents étrangers.

Et ensuite, oui, comme tu le dis, l'Ukraine est un "pays stratégique" d'où l'intérêt qu'il suscite à l'ouest comme à l'est. Mais on ne m’ôtera pas de la tête que rien de tout ça ne serait arrivé si Poutine avait lâché Bachar. Parce que la priorité de l'Occident, c'est la Syrie, pour pouvoir ensuite s'en prendre à l'Iran. Et sur la route, y'a la Russie et son droit de veto.

Tout est fait pour isoler la Russie sur la scène internationale.
Roland Gland Niveau : DHR
Message posté par Spartakist


Le peuple ukrainien n'est pas dupe concernant "la manipulation étasunienne" bien que sur ce coup-ci, l'UE ait également joué un rôle déterminant.

En Ukraine, tout le monde sait très bien que ce ne sont pas les berkuts qui ont tiré sur la foule. Tout le monde sait très bien que la résistance à Maidan, recevait chaque jour de l'argent qui était acheminé par des vols de la Lufthansa et dans des valises diplomatiques américaines pour un total de 3 milliards d'euros.

Tout est fait pour isoler la Russie sur la scène internationale.



Est ce que tu as une source pour ce que tu avances sur le financement de Maidan? Moi j'en doute fortement. Je suis plutôt content que l'Europe réagisse face à la Russie (même si je trouve que c'est assez timoré). Son objectif est de reconquérir à long terme l'influence que pouvait avoir l'URSS. Or à l'époque, une puissance comme l'URSS n'avait pas vraiment un comportement très amical vis à vis de l'Europe de l'Ouest. L'idéologie globale a changé mais les velléités de Poutine sur la scène internationale risquent de menacer la stabilité de l'UE si la stratégie est appliquée à long terme et je préfère 10000 fois nos régimes ouest européens au modèle proposé par la Russie.
Spartakist Niveau : CFA2
Message posté par Roland Gland


Est ce que tu as une source pour ce que tu avances sur le financement de Maidan? Moi j'en doute fortement. Je suis plutôt content que l'Europe réagisse face à la Russie (même si je trouve que c'est assez timoré). Son objectif est de reconquérir à long terme l'influence que pouvait avoir l'URSS. Or à l'époque, une puissance comme l'URSS n'avait pas vraiment un comportement très amical vis à vis de l'Europe de l'Ouest. L'idéologie globale a changé mais les velléités de Poutine sur la scène internationale risquent de menacer la stabilité de l'UE si la stratégie est appliquée à long terme et je préfère 10000 fois nos régimes ouest européens au modèle proposé par la Russie.


Oui, j'ai des preuves. Pas matérielles, bien-sûr, mais j'étais sur place de décembre à mi-janvier. Et les gens parlent. Comment crois-tu que l'on organise une révolution ? Les bonnes intentions et "le désir de liberté" ne suffisent pas. Ça coûte de l'argent. A Maidan, il y avait trois hôpitaux, des stocks de nourritures, des casques, des armes, des treillis étaient offerts aux manifestants. Ils distribuaient mêmes des ordinateurs portables et téléphones satellitaires gratuitement. Ils ont engagé des mercenaires (mafia, ex-soldats) pour assurer la sécurité des manifestants. Ça a duré trois mois.

Pour en revenir à ce que tu dis, l'URSS n'a pas eu un comportement très amical vis à vis de l'Europe de l'Ouest mais l'Europe de l'Ouest non plus n'a pas eu un comportement amical vis à vis de l'URSS. Même froide, c'était la guerre. Pourtant, j'imagine qu'il est inutile de te rappeler que l'URSS a anéanti 80% des forces de l'Axe pendant la seconde guerre mondiale. Alors que dans le même temps la France, l'Italie, l'Espagne, la Suisse et le Portugal (bien qu'officiellement neutres) ont fait plus que collaborer avec le régime nazi. Voilà, la belle Europe de l'Ouest.

Pendant l'occupation, la France devait donner de l'or quotidiennement à l'Allemagne. Avec cet argent, les allemands ont construits des tanks, des avions, des bombes qui ont servi à tuer des citoyens soviétiques. L'URSS a perdu 26 millions de personnes pendant la guerre. Tous tués par des européens de l'Ouest. Ça peut expliquer beaucoup concernant le mépris russe pour l'Occident. Tu ne penses pas ?

Le régime soviétique et les régimes ouest-européens ont bien plus en commun qu'il n'y paraît. Les états européens ont bâti leur richesse sur l'exploitation de leurs colonies. L'URSS a bâti sa richesse sur l'exploitation de ses minorités. La seule différence entre les deux, c'est l'hypocrisie. L'hypocrisie occidentale qui prétend que l'Occident a le monopole de la bonté, de la justice et du droit. Quelle blague !

Tu parles de déstabilisation. Très bien. Mais entre la Russie et l'occident qui déstabilise le monde ? L'intervention en Libye a provoqué le chaos actuel dans tous le Sahel et en RCA. L'intervention en Irak a déstabilisé tout le Moyen-Orient.Et ça, c'est juste sur les quinze dernières années. On pourrait parler de l'esclavage, de la colonisation, des deux guerres mondiales, de l'utilisation de la bombe nucléaire. Tout ça, c'est l'Ouest que tu chéris tant. Et, je ne parle même pas des coups d'Etat orchestrés au Chili, au Guatemala, en Argentine, en Iran, au Pakistan et j'en passe. Je ne parle pas non plus des embargos inhumains imposés à de nombreux pays, de famines organisées(Biafra, Chine, etc...)

Toutes les mouvances terroristes islamistes doivent également beaucoup à l'Occident. Les frères musulmans ont été financée et crées grâce au soutien des Britanniques (Russel). Al-Qaida ou peu importe le nom qu'on lui donne n'a vu le jour que grâce aux services occidentaux qui les ont financés pour lutter contre les Soviétiques en Afghanistan. Etc, etc...

L'Occident est une putain qui se la joue mère supérieure. Et le pire, c'est que certains y croient. C'est vraiment affligeant. C'est l'Ouest qui majoritairement déstabilise le monde et ce depuis le 16ème siècle.
Roland Gland Niveau : DHR
Tu as des preuves non matérielles (un témoignage, pas de soucis) mais tu as réussi à donner un chiffre (pour donner un chiffre, il faut au moins une estimation issue de preuves matérielles) dans un commentaire précédent représentant l'aide occidentale à Maidan. 3 milliards, on marche sur la tête! Dans les débats clivants, il y a souvent de la malhonnêteté intellectuelle mais toi tu commences dès le début. Mais bon plus c'est gros, plus ça passe.

De manière générale, je trouve que tu fais preuve d'un relativisme assez déconcertant. Je te dis pas que l'Europe est le phare de la civilisation, je te dis juste qu'entre un régime comme celui de Poutine et nos démocraties qui patinent dans la semoule, je fais vite mon choix. la Russie ne connait ni l'opulence, ni les libertés dont nous bénéficions.

L'annexion de la Crimée est une honte puisqu'elle a été limite réalisée par la force. On demande pas l'avis à l'Ukraine pour l'intervention. On envoie des soldats russes sans insigne et on les fait passer par des groupes d'autodéfense. On arme les partisans, on organise un scrutin à la vite avec la présence des forces étrangères. Avoue que ce n'est pas réellement comme ça que l'on reconnait la légitimité d'un vote démocratique. En plus, tu dois savoir comme moi que les 95% de votes favorables sont gonflés par les opposants qui ont préféré s'abstenir plutôt que de reconnaître le légitimité du scrutin. On me répondra que la Russie se soucie vachement du droit des peuples à disposer d'eux même, on a bien vu ça avec la Tchétchénie et le Daghestan...

Ensuite je pense pas que remonter jusqu'au 16ème siècle soit nécessaire pour juger les modèles sociétaux d'aujourd'hui. Par exemple, pour la France, ne me parle pas des méfaits réalisés avant la Vème république. Je n'y suis pour rien, surtout pour Pétain. D'ailleurs, je crois que pour la période collaborationniste, les français étaient bien nombreux a ne pas avoir d'emprise sur ce qui se passait (encore un argument plein de sens de ta part). C'est pour ça que je m'amuserai pas à lister les crimes du communisme. Pour le reste, je suis d'accord avec toi que l'intervention en Libye ne devait pas être réalisée, l'Afghanistan non plus d'ailleurs.
Spartakist Niveau : CFA2
Message posté par Roland Gland
Tu as des preuves non matérielles (un témoignage, pas de soucis) mais tu as réussi à donner un chiffre (pour donner un chiffre, il faut au moins une estimation issue de preuves matérielles) dans un commentaire précédent représentant l'aide occidentale à Maidan. 3 milliards, on marche sur la tête! Dans les débats clivants, il y a souvent de la malhonnêteté intellectuelle mais toi tu commences dès le début. Mais bon plus c'est gros, plus ça passe.

De manière générale, je trouve que tu fais preuve d'un relativisme assez déconcertant. Je te dis pas que l'Europe est le phare de la civilisation, je te dis juste qu'entre un régime comme celui de Poutine et nos démocraties qui patinent dans la semoule, je fais vite mon choix. la Russie ne connait ni l'opulence, ni les libertés dont nous bénéficions.

L'annexion de la Crimée est une honte puisqu'elle a été limite réalisée par la force. On demande pas l'avis à l'Ukraine pour l'intervention. On envoie des soldats russes sans insigne et on les fait passer par des groupes d'autodéfense. On arme les partisans, on organise un scrutin à la vite avec la présence des forces étrangères. Avoue que ce n'est pas réellement comme ça que l'on reconnait la légitimité d'un vote démocratique. En plus, tu dois savoir comme moi que les 95% de votes favorables sont gonflés par les opposants qui ont préféré s'abstenir plutôt que de reconnaître le légitimité du scrutin. On me répondra que la Russie se soucie vachement du droit des peuples à disposer d'eux même, on a bien vu ça avec la Tchétchénie et le Daghestan...

Ensuite je pense pas que remonter jusqu'au 16ème siècle soit nécessaire pour juger les modèles sociétaux d'aujourd'hui. Par exemple, pour la France, ne me parle pas des méfaits réalisés avant la Vème république. Je n'y suis pour rien, surtout pour Pétain. D'ailleurs, je crois que pour la période collaborationniste, les français étaient bien nombreux a ne pas avoir d'emprise sur ce qui se passait (encore un argument plein de sens de ta part). C'est pour ça que je m'amuserai pas à lister les crimes du communisme. Pour le reste, je suis d'accord avec toi que l'intervention en Libye ne devait pas être réalisée, l'Afghanistan non plus d'ailleurs.


A aucun moment, je n'ai incriminé des citoyens lambda comme toi ou moi. Et, je n'ai jamais fait l'apologie du communisme. Si j'ai parlé de du communisme et de l'URSS, c'est parce que tu en as parlé dans ton post précédant en suggérant que c'est ce pays qui avait adopté une politique agressive envers l'ouest. Alors que l'agressivité était présente des deux côtés. Les Soviétiques sont intervenus en Afghanistan, en Hongrie, en Tchécoslovaquie, etc... Les Occidentaux sont intervenus en Corée, au Viêt-Nam, à la Grenade, etc...

Les torts sont partagés, l'URSS n'a jamais été le seul agresseur.

Ensuite pour te répondre, faut être clair. Les russes ne sont pas aussi libres que les occidentaux en général et les français en particulier. Ils n'ont pas les mêmes acquis sociaux. C'est évident. La Russie n'est pas une société démocratique, c'est certain. Malgré tout, le pays ayant la plus grande population carcérale au monde est et de très loin les Etats-Unis, la maison mère des pays occidentaux.

La Russie est un Empire. Plus de 180 ethnies doivent cohabiter. Tenter une comparaison avec des Etats européens serait une erreur. En ce qui concerne l'opulance, regarde la France par exemple. La France est riche. OK. OK, elle a donné son indépendance à la plupart de ses colonies. Mais dans toute l'Afrique de l'ouest francophone, on continue de payer en Francs CFA dont la valeur des devises est garanti par le trésor public français. En clair, une bonne partie du confort des français vient de l'asphyxie économique de ces pays par le gouvernement français. C'est peut-être pas la Tchétchènie ou le Daguestan, y'a peut-être pas de tanks français et de mecs en armes dans les rues de Conakry ou de Ouagadougou. Mais cet ascendant économique tue. Massivement. Alors, faut peut-être penser à balayer devant sa porte avant de faire chier les autres sur des questions éthiques. Et c'est juste un exemple.

Pour en revenir au sujet initial, tu dis que l'annexion de la Crimée est une honte. Très bien. Mais dégager un président démocratiquement élu, reconnu par la communauté internationale, c'est quoi ? Tu te rends compte que des ministres européens et américains sont sont rendus en Ukraine avant le départ de Ianoukovitch pour afficher leur soutien aux manifestants. Ça s'appelle de l'ingérence. Et c'est un mal bien occidental pour le coup. Imagine un ministre russe ou ukrainien venant en France pour soutenir des manifestants quelle que soit leur cause. Comment aurait réagi la France, ses dirigeants et les français ?

La Crimée a été russe pendant 400 ans. Elle a ensuite été cédée par Khroushtchev à la RSS d'Ukraine. Les criméens sont russes à plus de 85%. Le référendum est légitime et reflète la réalité de la région. Ce sont des faits indiscutables. Le score est peut être gonflé par l'abstentionnisme de certains citoyens mais si t'as l'occasion de te rendre là-bas tu te rendras vite compte que personne ne parle ukrainien. Personne. C'est peut-être une manipulation, ça aussi ?

Pour finir quand je te parle de 3 milliards, je sais ce que je dis. Ce montant ne sort pas de ma tête. Je te renvoie au rapport du Levada Center publié la semaine dernière dans le Herald Tribune. Un journal que l'on peut difficilement qualifié de Pro-Poutine.
Roland Gland Niveau : DHR
Je suis pas d'accord avec toi sur le franc CFA. Tu y vois un outil de domination post-colonial (effectivement ça peut être lu comme ça dans une logique marxiste, tu es pas le seul à le penser). Moi j'y vois une zone monétaire, qui peut encourager les échanges intra-africains par la diminution des coûts de transaction. L'ancrage de la valeur du CFA sur l'Euro est juste le meilleur moyen de sauver les systèmes financiers des pays concernés : il n'y a pas de spéculation possible sur la monnaie africaine, donc pas de crises économiques issues de la sphère financière (comme peuvent le connaitre ces derniers temps des pays bien moins vulnérables : Thaïlande, Brésil, Inde). L'inflation est mieux maîtrisée. La convertibilité fixe du CFA en Euro empêche toute panique dans un pays sur la valeur de sa monnaie. Il faut arrêter de voir le mal partout, surtout que la France ne force pas les pays de la zone CFA à y rester.

Pour revenir à nos moutons. La Crimée, c'est pas 85% de russophones mais plutôt 60%, 12% de tatares et 25% d'ukrainiens "ukrainiens". Je suis pas contre le fait que la Crimée devienne russe. Le problème c'est que Poutine passe en force. Le referundum est pas légitime. Il est organisé par des pro-russes, sans accord du pays normalement souverain avec l'appui d'une puissance étrangère. Les milices pro-russes et les militaires russes quadrillent le territoire et empêchent tout débat contradictoire. Aucune mission internationale ne peux surveiller le bon déroulement du vote. Rien ne justifie le mouvement unilatéral de la Russie pour moi. Pour les visites européennes à l'Ukraine durant Maidan, il faut bien comprendre que l'Europe a pas trop kiffé se faire claquer la porte sur les doigts alors qu'elle consent à aider un pays comme l'Ukraine. Ensuite, avant que la répression sur la place soit sévère, l'UE proposait autre chose que le simple départ de Ianoukovtch et plaidait plus pour le consensus et l'union nationale. Mais entre des visites diplomatiques insistantes et l’invasion de 5% du territoire d'un voisin, j'arrive à reconnaître la plus grosse ingérence.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Les pronos de Lamine Diatta
0 15