En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe A
  3. //
  4. // Malmö/Juventus

L'autre vie de Patrice Évra

Il est de ces hommes qui divisent, ne laissent jamais indifférents et nourrissent les fantasmes. Passé par Monaco, Manchester United et désormais à la Juventus Turin, Patrice Évra s'est fait un nom. Grâce à des titres, mais aussi – bien malgré lui – des polémiques. Pourtant, il y a encore seize ans, le latéral gauche n'était personne. Si ce n'est un gamin animé par une irrépressible envie de réussir et parti, seul, vivre une improbable épopée en Italie. Récit d'une aventure méconnue, entre solitude, racisme et Serie C.

Modififié
« Le seul charme du passé, c'est qu'il est le passé » , énonça, un jour, l'illustre Oscar Wilde, dans une formule lapidaire proche d'une vérité universelle. Pour certains, regarder dans le rétroviseur signifie bien plus. Pour Patrice Évra, c'est avant tout la leçon d'une vie. La fierté d'un destin accompli lorsqu'il revient sur ses terres, aux Ulis, en juillet 2008 après un doublé Premier League-Ligue des champions réalisé avec Manchester United. « Quand je reviens ici, aux Ulis, je me rends un peu plus compte de mon parcours et des efforts que j'ai fourni pour arriver jusqu'à ce niveau » , confiait à l'époque, sourire aux lèvres, l'actuel latéral gauche de l'équipe de France.

Un discours éculé et surfait comme trop souvent entendu ? Dans la bouche d'Évra, les mots ont forcément une résonance particulière. Plus de sens, aussi, quand on se penche sur sa destinée. Parce que le livre d'histoires personnelles de l'enfant des Ulis foisonne de chapitres. Parce qu'avant de participer à la folle épopée européenne des « escrocs » avec Monaco, de se construire un palmarès éclatant avec les Red Devils, de verser une larme à l'écoute de La Marseillaise avec maillot bleu et brassard de capitaine sur le corps, il a connu la galère en Italie. Seize ans après, il est revenu cet été là où tout a commencé en signant en faveur de la Juventus Turin. Comme un clin d'œil à sa propre histoire. « J'ai eu exactement cette réflexion lorsque j'ai appris sa signature. C'est comme si, quelque part, il bouclait la boucle. Comme s'il voulait rendre quelque chose, prouver encore une fois dans ce pays » , suggère Antonio Tavares, l'un de ses premiers partenaires au cours de sa carrière. Cette histoire reste, toutefois, encore largement méconnue aujourd'hui.

Déracinement, yassa et religieuses


Le parcours singulier de Patrice Évra, c'est avant tout celui d'un gamin à la pugnacité inconditionnelle qui s'est accroché afin de vivre son rêve. Et cela, sans être passé par un centre de formation. En 1998, année du sacre mondial des Bleus, il évolue avec l'équipe des jeunes du PSG, mais n'est pas conservé. Ce n'est qu'à l'occasion d'un tournoi en salle de quartier que sa trajectoire va basculer. «  À l'époque, j'étais le responsable technique du Torino (en Serie B à l'époque, ndlr), se souvient avec tendresse Giuseppe Accardi, agent italien qui s'est occupé des intérêts d'Évra lors de sa première année professionnelle. Un ami de Paris que je connais bien tenait un restaurant à Boulogne. Il m'a dit avoir vu jouer un jeune âgé de seize ans vraiment fort. Je suis donc venu le voir à Juvisy, puis je l'ai convaincu de l'emmener faire une détection au Torino. Mais le responsable de l'académie du club m'a dit qu'il n'était pas encore prêt pour jouer là-bas. Comme je croyais vraiment en son potentiel, j'ai appelé le président de Marsala, Leo Mannone, que je connaissais et je lui ai dit : "Prends ce joueur parce que je peux t'assurer qu'il va devenir différent des autres." Le président l'a tout de suite signé !  » Bien des années plus tard, le Français est lui-même revenu sur cet épisode charnière* : « Il a fallu convaincre ma mère de me laisser partir tout seul à dix-sept ans pour une détection à Turin. Mon grand frère a argumenté auprès d'elle, en lui disant que je n'avais rien ici pour devenir quelqu'un. Quand on m'a proposé un contrat professionnel, je n'ai pas hésité. »

Parti seul alors qu'il n'est encore qu'un adolescent, Évra débarque dans l'inconnu en Italie. Arrivé à Milan, il doit ensuite se rendre dans une ville isolée et champêtre un peu plus au nord du pays afin de suivre le stage de pré-saison avec Marsala. Mais ne parlant pas la langue et n'ayant aucun repère, il se retrouve vite déboussolé par le changement d'environnement. « Je me rappelle cette histoire ahurissante où je me retrouve devant un panneau de gare qui indique les destinations des trains. Je suis complètement largué sans portable, sans GPS, ni même de notions d'italien pour demander ma direction, conte-t-il. Je suis comme un petit clandestin sénégalais de dix-sept ans perdu en plein milieu de l'Italie. » Désemparé, le gosse de l'Essonne fond en larmes et appelle sa mère, lui confessant vouloir rentrer en France. Quand, presque miraculeusement, une main insoupçonnée lui vient en aide alors que tout espoir ne semble plus qu'illusoire : «  Venu de nulle part, un Sénégalais me parle en wolof et décide de m'héberger jusqu'au lendemain, le temps que je prenne le train que j'avais loupé. La boule au ventre, je me retrouve dans une petite chambre avec huit personnes à manger du yassa (poulet aux oignons et au citron, ndlr). Une solidarité sénégalaise magnifique. Le Bon Dieu m'a tendu la main grâce à l'aide de ce Sénégalais que je rêverais de remercier. Cette histoire est mon centre de formation. » La poursuite de son voyage prend presque des traits rocambolesques. Mis dans le bon train le lendemain, Évra tombe, par hasard, sur un groupe de religieuses dans son wagon. Paniqué à l'idée de rater la station où il doit descendre, il n'hésite pas à leur demander toutes les cinq minutes quand est-ce que son cheminement prend fin, même si celles-ci ne parlent pas un mot de français. « Quand nous sommes finalement arrivés, elle m'ont presque poussé hors du train, s'amusait le futur défenseur de l'AS Monaco, en 2006, dans une interview au Guardian. Mais elles étaient si heureuses de me voir arriver à destination.  »

« Il Cioccolatino azzurro » et le racisme


Il va amorcer sa carrière au sein d'un modeste club de Serie C italienne, situé sur la côte ouest de la Sicile. Autant dire presque nulle part pour le meilleur ami de Michel Fernandel et Rolland Tournevis. Si, dans un premier temps, le dépaysement s'avère malaisé, Évra parvient peu à peu à s'acclimater. Notamment grâce à la sollicitude que lui porte le coach, Gianluca Carducci. « Je suis arrivé au mois de décembre en Italie alors que lui était là depuis six mois et avait déjà commencé la saison, se remémore Antonio Tavares, son coéquipier durant quelques mois au S.C. Marsala 1912 (1998-1999). En à peine quelques mois, il se débrouillait déjà bien en italien, preuve qu'il s'était rapidement adapté. J'ai pu voir que c'était quelqu'un qui était apprécié par les gens en général. On sentait vraiment qu'il était comme chez lui. Il est arrivé dans cette position du garçon qui n'avait rien à perdre et tout à prouver. Ce n'est pas facile pour un jeune joueur de débarquer dans un pays étranger, il faut montrer du caractère, de la personnalité. Tu arrives en Sicile, en Serie C en plus. Ce n'est pas comme si tu bénéficiais des mêmes conditions qu'au Milan… On était nourris, blanchis parce qu'avec le salaire qu'on percevait à l'époque, ça nous permettait pas de vivre (environ 236 000 lires, soit 120 euros). Des conditions vraiment limitées. C'était un vrai challenge pour lui et il faut l'assumer derrière. Cette assurance qu'il dégage maintenant, elle s'est construite progressivement au gré des circonstances et de la volonté qu'il avait de réussir. » Et l'actuel coach d'Issy-les-Moulineaux d'évoquer un souvenir marquant : « Je n'avais pas encore d'appartement et je devais en chercher un. Le club m'a dit d'aller à l'hôtel. Patrice, qui connaissait déjà un peu le coin, a proposé de m'accueillir chez lui le temps que je trouve un logement. J'ai donc passé trois, quatre jours en sa compagnie. Ça peut paraître anecdotique, mais il avait juste dix-sept ans. Ça montre quand même qu'il avait des principes à un si jeune âge. »

Le natif de Dakar s'accommode, en revanche, moins bien de la mentalité et des préjugés auxquels il doit faire face. « Il était le seul black de l'équipe et on sait combien ça peut être difficile en Italie » , souligne Tavares. Affublé du sobriquet « Cioccolatino azzurro » en référence au maillot bleu de Marsala ou « gazzella nera » , le Français découvre le racisme. Ou plutôt « l'ignorance » , comme il l'appelle. « Quand je suis arrivé la première fois avec mon téléphone, mes coéquipiers venaient me voir pour me donner des conseils : comment utiliser le bouton vert et le bouton rouge, comme si je n'avais pas la capacité de comprendre par moi-même que l'un était "répondre" et l'autre "raccrocher". Je n'ai pas vraiment compris, mais ce n'était pas tout à fait du racisme, plus de l'ignorance. J'ai tout compris quand j'ai commencé à regarder les chaînes italiennes de l'époque, glisse-t-il, clairvoyant sur la société transalpine à l'époque. Les seules émissions où l'on pouvait voir des noirs, on les montrait vêtus de feuilles et utilisant des lances en bois pour chasser (…). Les gens voulaient prendre des photos avec moi, non pas parce que j'étais un joueur professionnel, mais parce que j'étais le seul noir de tout le championnat. Une attraction, comme si j'étais l'acteur du film Les Dieux sont tombés sur la tête. » Copieusement insulté, raillé pour sa couleur de peau, Évra ne se laisse pas abattre. Et fait face : « J'ai eu les bruits de singes dans les tribunes et les pires insultes, mais je m'en suis servi pour me transcender. Dans les premiers temps, mes coéquipiers voulaient m'appeler "nero". J'ai dû les menacer de les appeler "bianco di merda" et leur faire comprendre que mes parents m'avaient donné un nom et prénom à porter. »

Clap de fin à Monza


D'un point de vue sportif, le désormais ex-Red Devil fait tranquillement l'apprentissage du métier. En 24 matchs disputés et 3 buts inscrits, il étale des qualités ainsi qu'un potentiel manifestes. Ce qui est loin de passer inaperçu dans un championnat pourtant peu médiatisé, comme se souvient Tavares. « Il y a eu un match décisif dans son parcours. On va jouer à Palerme, qui était premier et gagnait tous ses matchs. Patrice n'était pas toujours titulaire et évoluait principalement comme ailier gauche ou droit. Mais, là, il est aligné d'entrée et on fait match nul (1-1). Il te sort un putain de match, vraiment, explique-t-il. Des séries de dribbles, des accélérations, des débordements… Et ce même jour, un dirigeant présent lui dit : "Patrice, aujourd'hui, il y avait plein d'agents et de recruteurs dans le stade, tu auras forcément des nouvelles par la suite." Ce match lui a offert des perspectives d'avenir. Il a discuté avec la Lazio qui voulait le faire jouer chez ses jeunes, mais lui n'était pas intéressé. Il signera finalement en fin de saison à Monza, en Serie B. » La prochaine étape vers l'ascension ? Pas vraiment.


Son passage chez les Brianzoli lors de l'exercice 1999-2000 tourne au cauchemar. Sans raisons apparentes, l'entraîneur, Pierluigui Frosio, le met au rebut (seulement 3 apparitions). « Ce fut une saison noire pour lui, assure Samir Beloufa, son ancien partenaire et proche de lui à Monza. Il ne vivait pas très bien cette situation. Il jouait avec la réserve et ça le frustrait, car il estimait avoir les qualités pour jouer. C'est quelque chose qui lui pesait. On sait comment ça se passe, quand un entraîneur n'aime pas ta tête et te donne des explications un peu surprenantes pour expliquer que tu ne joues pas… Mais il avait un bon agent (Federico Pastorello encore aujourd'hui, ndlr) qui lui a permis ensuite de rebondir. » Le fin mot de cette folle histoire italienne revient à son prédécesseur, Giuseppe Accardi, qui a continué de suivre de très près le parcours du tricolore : « À la fin de la saison, son avenir était dans le doute. J'ai dit au président de Marsala qu'il devait prendre la propriété totale du joueur, lequel avait été vendu 50% à Monza. Je lui ai suggéré de proposer 30 millions de lires (15 500 euros). Le président était prêt à payer 35 millions de lires, mais il a fait faillite. Faute d'offres intéressantes en Italie, le joueur a pu revenir en France, à Nice, qui était la propriété du club de la Roma. Et, de là, a commencé l'histoire de Patrice Évra… » Celle, cette fois, que tout le monde connaît.

*Propos de Patrice Évra recueillis dans l'autobiographie de Louis Saha (Du quartier aux étoiles, 2012)



Par Romain Duchâteau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


vendredi 17 novembre 320€ à gagner avec Caen-Nice & Espanyol-Valence
Hier à 11:17 Orlando City donne 280 000 euros pour les victimes de l’ouragan Maria Hier à 09:15 Chris Coleman, du pays de Galles à Sunderland 2
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 17 novembre Une enquête du fisc espagnol menace le poste de Tebas 50 vendredi 17 novembre Le classement FIFA réformé après le mondial 39 vendredi 17 novembre Bebeto rejoint le parti politique de Romário au Brésil 7 vendredi 17 novembre Chapecoense assure son maintien 3 vendredi 17 novembre Deux éducateurs d'un club amateur écartés pour radicalisation 129 vendredi 17 novembre L’effigie d’un serial killer sur le drapeau d’un supporter 24 jeudi 16 novembre Parme passe sous pavillon chinois 41 jeudi 16 novembre Mondial 2022 : Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés 24 jeudi 16 novembre Des spectateurs payés pour remplir les stades du Qatar 91 jeudi 16 novembre Corinthians sacré champion du Brésil 23 mercredi 15 novembre La boulette de Carragher lors d'un match amical 8 mercredi 15 novembre Poursuivi pour corruption, un ancien dirigeant argentin se suicide 15 mardi 14 novembre Un jeune joueur suspendu par son club après un salut fasciste 44 mardi 14 novembre Des drapeaux LGBT sur les poteaux de corner anglais 33 mardi 14 novembre Tony Chapron va prendre sa retraite 48 lundi 13 novembre Évra tracte une Jeep à Dubaï et promet de revenir plus fort 103 lundi 13 novembre Ryan Giggs futur directeur d'une académie au Vietnam 13 lundi 13 novembre Le GRAND TOURNOI de la #SOFOOTLIGUE 40 lundi 13 novembre Benzema : « Il ne faut pas être bête... » 188 dimanche 12 novembre Le golazo de Ronaldinho 23 dimanche 12 novembre Un chien tacle un joueur en plein match de D3 argentine 20 dimanche 12 novembre Un gardien explose le record de matchs de Peter Shilton 14 dimanche 12 novembre Real Madrid : 450 millions d'euros pour Neymar ? 59 samedi 11 novembre Privé d'arbitrage à cause de son nom 22 samedi 11 novembre Van Basten teste des nouvelles règles en D4 néerlandaise 28 vendredi 10 novembre Mondial 2018 : un ancien responsable russe reconnaît avoir détourné 735 000 euros 5 vendredi 10 novembre Bernard Ross toujours porté disparu 28 vendredi 10 novembre Un joueur de NBA lâche un « Matuidi Charo » en plein match 49 jeudi 9 novembre Coupe du monde : Un rapport inquiétant du Conseil des droits de l'homme de la FIFA 9 jeudi 9 novembre Rémi Garde reprend du service à l'Impact de Montréal 18 jeudi 9 novembre Guangzhou : Cannavaro remplace Scolari 3 mercredi 8 novembre 735€ à gagner avec France, Brésil & Allemagne 2 mercredi 8 novembre So Foot Club 100% Neymar 7 mardi 7 novembre Le coach de Vélez Sársfield démissionne, car on lui a craché dessus 10 mardi 7 novembre Modène fait faillite 12 mardi 7 novembre Manfredonia perd un match sur tapis vert en Serie D 5 mardi 7 novembre Il entre sur le terrain en glissant sur les escaliers 14 mardi 7 novembre Ronaldo de retour au Corinthians ? 54 mardi 7 novembre Polémique autour des secouristes d'un match de D4 allemande 19 mardi 7 novembre Un match de Gambardella interrompu à cause d'un sabre 24 mardi 7 novembre Un fan anglais mate Chorley-Fleetwood depuis sa fenêtre 17 mardi 7 novembre Allemagne : le chef de la VAR limogé pour favoritisme 17 mardi 7 novembre Maradona va jouer avec le président Maduro 39 lundi 6 novembre Al Ahly veut déposer un recours contre l'arbitrage 22 lundi 6 novembre Makelele nouvel entraîneur d'Eupen 24 lundi 6 novembre L'attentat d'Ignacio Fernández pendant River-Boca 25 lundi 6 novembre Cannavaro du Tianjin Quanjian au Guangzhou Evergrande 6 dimanche 5 novembre Yoann Barbet humilie un adversaire pendant Brentford-Leeds 8 dimanche 5 novembre Al-Quwa Al-Jawiya remporte l'AFC Cup 5 dimanche 5 novembre Le Wydad remporte la Ligue des champions africaine 12 samedi 4 novembre 259€ à gagner avec Man City & Inter Milan samedi 4 novembre Chengtou, premier club tibétain dans une ligue professionnelle chinoise 15 samedi 4 novembre Marco Simone viré par le Club africain 23 samedi 4 novembre La pelouse du club d'Hyde United prend feu face à MK Dons 5 samedi 4 novembre EXCLU : 120€ offerts pour parier chez Unibet ! vendredi 3 novembre Patrice Évra mis à pied par l'OM 54 vendredi 3 novembre L'Albirex Niigata Singapore champion du Singapour 4 vendredi 3 novembre Un club de D4 roumaine a payé ses supporters pour jouer 6 jeudi 2 novembre 326€ à gagner avec Valence & Porto jeudi 2 novembre Un jeune espoir belge décède d'une crise cardiaque 10 jeudi 2 novembre La blessure impressionnante d’Ustari 9 jeudi 2 novembre Un joueur de MLS suspendu pour violences conjugales 13 jeudi 2 novembre Un joueur argentin prend deux cartons jaunes en dix secondes 10 mercredi 1er novembre Ballon d'or africain : la liste des 30 nommés 28 mercredi 1er novembre L'ancien international ghanéen Abubakari Yakubu est décédé 13 mercredi 1er novembre Envahissement de terrain pendant l'entraînement d'Al Ahly 4 mercredi 1er novembre Les joueurs du Club africain refusent de s'entraîner 3 mercredi 1er novembre Boca Juniors interdit les cheerleaders à la Bombonera 16 mercredi 1er novembre Éric Abidal cartonne la prolongation de Deschamps 51 mardi 31 octobre 350€ à gagner avec Séville & Naples - Man City mardi 31 octobre Pronostic Besiktas Monaco : 500€ à gagner sur le match de C1 ! mardi 31 octobre Un entraîneur de D4 anglaise contraint de rejouer 1 mardi 31 octobre L’entraîneur d’Ipswich pète un câble en conférence de presse 21 mardi 31 octobre Pour Diego Maradona, Sampaoli est « un charlatan » 19 mardi 31 octobre Il se coince dans un mur pour assister à un match de Boca 11 mardi 31 octobre Le but insolent de Marcus Maddison avec Petersborough 11 lundi 30 octobre La Pro League belge envisage d'impliquer les entraîneurs pour la VAR 13 lundi 30 octobre Un promu en D2 chinoise offre 3,5 millions d’euros à ses joueurs 8 lundi 30 octobre 225€ à gagner avec Man U, Bayern & Atlético 3 lundi 30 octobre Des joueurs feront leur coming out dans le jeu Football Manager 2018 82 lundi 30 octobre La minute la plus folle en Angleterre 23 lundi 30 octobre Colombius Crew pourrait changer de ville 7 dimanche 29 octobre Malbranque rebondit à Chasselay ! 8 dimanche 29 octobre Deux Dunkerquois en viennent aux mains pour tirer un penalty 17 dimanche 29 octobre L'hommage des fans de Willem II à Fran Sol dimanche 29 octobre Thuram : « Je me demande s'il y a une réelle volonté d'en finir avec la haine » 62 dimanche 29 octobre Bittolo se fait poser dix points de suture sur le pénis à cause d'un coéquipier 17 dimanche 29 octobre Expulsé pour avoir uriné en plein match 9 vendredi 27 octobre Pronostic Lille OM : 380€ à gagner sur le Bielsasico ! vendredi 27 octobre La Coupe des confédérations remplacée par un Mondial des clubs ? 31 vendredi 27 octobre Olimpia vainqueur de la première CONCACAF League 1 vendredi 27 octobre Youssef Rabeh (WAC) attaqué avant la finale de LDC africaine 4 vendredi 27 octobre Un ultra d’Independiente recherché par Interpol 3 vendredi 27 octobre Shaw « espère rejouer pour Pochettino » 10 vendredi 27 octobre Participez à la Coupe du monde de Football Manager ! 16 vendredi 27 octobre David Trezeguet candidat pour devenir directeur sportif à River 12 vendredi 27 octobre À Tahiti, un arbitre se bat avec un supporter pendant un match 9 jeudi 26 octobre Le ballon du Mondial russe a fuité 47 jeudi 26 octobre Un footballeur roumain fait ses débuts avec une prothèse du bras 30 mercredi 25 octobre Un gamin de 10 ans parcourt 500 kilomètres en avion pour s'entraîner 7 mercredi 25 octobre FPF : une amende record de 45 millions d’euros pour QPR 23 mercredi 25 octobre Affaire Anne Frank : des ultras d'Ascoli boycottent la minute de silence 77 mardi 24 octobre Rafik Kamergi en casquette sur l'animation d'avant-match 3 mardi 24 octobre Un joueur de Premier League soupçonné de tentative de viol 41 mardi 24 octobre Elle reprend les chansons des fans de San Lorenzo (via Brut Sport) mardi 24 octobre Le vrai meilleur buteur de l'Histoire (via Brut Sport) mardi 24 octobre Pourtant repêchée, l'Égypte se retire du CHAN 2018 9 mardi 24 octobre Les joueurs des championnats uruguayens en grève 7 mardi 24 octobre Le premier club de foot de l'histoire fête ses 160 ans 25 mardi 24 octobre Philadelphie recrute un tatoueur 7 mardi 24 octobre La voiture de Jefferson braquée 18 mardi 24 octobre Un joueur de Preston obligé de revenir sur la pelouse pour se prendre son rouge 6 lundi 23 octobre Giroud remporte le prix Puskás 56 lundi 23 octobre Un supporter chilien parcourt 3000 km pour son équipe 6 lundi 23 octobre 273€ à gagner avec la Lazio & l'Atalanta 1 lundi 23 octobre Un supporter sort du coma grâce aux chants du stade 11 lundi 23 octobre Record de points pour le Toronto FC en MLS 13